Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 08:02

JEANNE COOPER
Pendant 40 ans et plus de mille épisodes, de liftings en brushings, contre vents et marées, Jeanne Cooper fut un pilier de l’increvable « soap » « LES FEUX DE L’AMOUR », dans le rôle de 'Katherine Chancellor' matriarche tyrannique et alcoolique au visage étrangementJEANNE COOPER (1) viril.

La réduire à ce seul rôle, serait oublier un peu vite que cette solide actrice a également une filmo de plus de 120 titres et qu'elle fut une assidue des westerns au cinéma ou à la TV, souvent dans des emplois de femme rude et endurcie ou de filles de saloon désabusées.

JEANNE COOPER (2)Jeanne Cooper débute d'ailleurs dans « LA BELLE ROUSSE DU WYOMING », elle est captive du fort assiégé dans « LE DÉSERTEUR DE FORT ALAMO », dirige le journal local dans « SHADOWS OF TOMBSTONE », tient le rôle de Belle Starr dans un épisode de « TALES OF WELLS FARGO », joue une entraîneuse amie de Randall dans un « AU NOM DE LA LOI », apparaît dans trois « CHEYENNE », deux « RAWHIDE », pas moins de cinq épisodes de « LA GRANDE CARAVANE », en épouse du général dans « LES COMPAGNONS DE LA GLOIRE ».

Dans « LE REPTILE », on l’aperçoit brièvement en prostituée, le temps de se dénuder devant le prude Henry Fonda qui refuse ses avances.
JEANNE COOPER2 

 

Remise en actu, en hommage à Jeanne Cooper qui vient de mourir, de ce post d'abord publié en décembre 2009.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 15:05

JAN STERLING (1)Cette comédienne à la personnalité très marquée et qui débuta sous le nom de Jane Adrian, n’atteignit jamais les premières places du vedettariat hollywoodien, mais son visageJAN STERLING (2) singulier, son regard à la Bette Davis et l’intensité de son jeu l’ont rendue souvent inoubliable, en particulier dans « LE GOUFFRE AUX CHIMÈRES » de Billy Wilder. Elle y jouait la femme amorale et odieuse d’un mineur enterré vivant. Elle marqua surtout l'Histoire du film noir par quelques prestations frappantes.

Jan Sterling a aussi brillé dans plusieurs westerns : elle est entraîneuse dans « LA VENGEANCE DE FRANK JAMES », joue une belle du Sud dans « LA VILLE SOUS LE JOUG », elle est le garçon manqué amoureuse de Cody dans « LE TRIOMPHE DE BUFFALO BILL », l’ex-femme d’un pistolero devenue mère-maquerelle dans « L'HOMME AU FUSIL ».

Elle apparaît dans « BONANZA », « LE VIRGINIEN », deux fois dans « LA GRANDE CARAVANE ».

Elle a tourné jusqu'en 1988, passant progressivement aux rôles de vieilles dames.

JAN STERLING

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 12:09

STELLA STEVENSCette ancienne playmate aux formes affolantes et au visage angélique, a marqué les mémoires dans son rôle d’étudiante nunuche dans « DOCTEUR JERRY & MISTER LOVE » et en ex-prostituée mariée à un flic dans « L’AVENTURE DU POSÉIDON ». Elle a également tourné pour John Cassavetes et fut un pilier de la ‘blaxploitation’ des seventies, dans desSTELLA STEVENS (1) rôles de méchante.

Comédienne plus fine qu'elle n’en a l’air, pratiquant volontiers l’autodérision, la belle Stella Stevens enchaîne les films (près de 150 !) et elle est toujours active.

Elle apparaît dans quelques westerns : les séries TV « JOHNNY RINGO » et « BONANZA », elle joue l’espionne sudiste dans « LE BATAILLON DES LÂCHES ».

Sam Peckinpah lui offre son plus joli rôle, la prostituée Hildy, idéal féminin de Jason Robards dans « UN NOMMÉ CABLE HOGUE ». Elle joue ensuite une mystérieuse veuve noire circulant en corbillard dans « LES BRUTES DANS LA VILLE », une vedette de westerns muets dans « NICKELODEON ». On l’aperçoit en ‘guest’ dans un épisode de « HEC RAMSEY », elle joue une entraîneuse dans le téléfilm « HONKY TONK », une femme hors-la-loi dans « WANTED : THE SUNDANCE WOMAN ».

Elle est la mère d’Andrew Stevens qui débuta comme comédien (« FURY », « CHASSE À MORT ») avant de se reconvertir dans la production.

STELLA STEVENS (2)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 10:54

LOLA ALBRIGHTÉtrange comédienne qui débuta dans les années 40, et imposa un physique sain et solide (qui accusait une certaine ressemblance avec Barbara Stanwyck) contrebalancé par un jeu volontiers ambigu et décalé. Aux U.S.A. Lola Albright s’est rendueLOLA ALBRIGHT (2) célèbre grâce à la série TV « PETER GUNN » et elle fit un détour par le cinéma français pour incarner un rôle particulièrement pervers dans « LES FÉLINS » de René Clément.

Elle a beaucoup tourné pour la télévision et fit des apparitions remarquées dans les séries « GUNSMOKE », « LA GRANDE CARAVANE », « BONANZA », « CIMARRON », « LE PROSCRIT » ou « RAWHIDE ».

Au cinéma, elle a été une jeune pionnière partagée entre deux hommes dans « L’INDIEN BLANC », elle est kidnappée par les Soshones dans « LE REPAIRE DE L’AIGLE NOIR », joue la passagère d’une diligence prise en otage par des hors-la-loi dans « 7 GUNS TO MESA ». Elle se montre excellente en épouse d’un colon irresponsable dans « LA ROUTE DE L’OUEST ».

Miss Albright a mis fin à sa carrière en 1984.

LOLA ALBRIGHT (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 10:50

NIEVES NAVARRO (1)Comédienne espagnole des années 60, Nieves Navarro naquit – difficile de faire plus ‘raccord’ – à Almeria. Belle brune pleine d’assurance, au sourire narquois, à l’autorité naturelle, elle a tourné une quarantaine de coproductions hispano-italiennes, et parmi NIEVES NAVARROcelles-ci quelques westerns, un genre où elle brilla tout particulièrement.

Nieves Navarro se fait remarquer dans « UN PISTOLET POUR RINGO » en ‘bandida’ impitoyable mais pas insensible aux compliments. Elle remet le couvert pour jouer une entraîneuse-cartomancienne jouant double-jeu dans « LE RETOUR DE RINGO » où elle éclipse tous ses partenaires.  Dans « COLORADO » elle trouve un rôle étonnant de veuve noire sado-maso consommant les jeunes gens sans complexe. Elle retrouve Giuliano Gemma pour jouer Dolly dans « LES LONGS JOURS DE LA VENGEANCE », joue une méchante dans « EL ROJO », apparaît brièvement en danseuse de saloon dans « ADIOS SABATA », joue une señora dans « UNA NUVOLA DI POLVERE… UN GRIDO DI MORTE… ARRIVA SARTANA ! ».
Dans les années 70, elle change de nom, devient ‘Susan Scott’ et tourne des séries B d’aventures et même quelques nanars érotisants où elle incarne Emanuelle avec un seul ‘m’.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 08:18

JILL IRELANDStarlette anglaise sous contrat avec les studios Rank, Jill Ireland fut fiancée à Michael Winner, avant de succomber au charme du jeune premier David McCallum, son partenaire JILL IRELAND (2)dans plusieurs films. Elle le suivra aux U.S.A. où il comptait faire carrière. C'est pendant le tournage de « LA GRANDE ÉVASION » qu'elle tombe amoureuse de Charles Bronson, une des vedettes du film aux côtés de McCallum avec qui elle formera un couple des plus contrastés jusqu'à la fin de sa vie.JILL IRELAND (1)

Jill Ireland est essentiellement connue pour sa vie privée et pour avoir été la très « people » Mme Bronson. Son unique vrai succès personnel viendra de l’édition de ses livres, consécutifs au cancer qui finira par l’emporter.

Comédienne ravissante mais dénuée de profondeur, Jill tourna une quinzaine de films aux côtés de Bronson et fut systématiquement critiquée. Il faut dire qu'elle était souvent à côté de la plaque : que ce soit en vierge sicilienne (« COSA NOSTRA ») ou en hippie fumeuse de joints (« DE LA PART DES COPAINS »), en femme fatale de film noir (« CITÉ DE LA VIOLENCE ») ou en poule à gangster bébête dans « AVEC LES COMPLIMENTS DE... CHARLIE ». C'est dans le western qu'elle donna curieusement ses meilleures prestations : la sœur d’un riche rancher dans le méconnu « CHINO » et surtout la jeune veuve sensuelle et mythomane dans « C'EST ARRIVÉ… ENTRE MIDI ET TROIS HEURES » où pour une fois, elle jouait jeu égal avec Bronson.

Dans le genre qui nous intéresse, elle apparaît brièvement en mondaine à la fin de « PANCHO VILLA » et reprit le rôle créé par Jean Arthur dans la série TV « SHANE », aux côtés de David Carradine.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 20:15

SUSAN OLIVERCette belle actrice blonde au visage de madone et au regard de chat bleu intense, n’a fait carrière qu’à la TV, en apparaissant en ‘guest’ dans un nombre imposant de séries des années 60 et 70. Au cinéma, on se souvient essentiellement de Susan Oliver pour avoirSUSAN OLIVER (1) tourné deux fois avec Jerry Lewis.

À la télé, on la voit dans « BONANZA », elle donne du fil à retordre à Randall dans « AU NOM DE LA LOI », apparaît dans « THE DEPUTY », deux « ZANE GREY THEATER », deux « RAWHIDE », quatre épisodes de « LA GRANDE CARAVANE » et autant de « LE VIRGINIEN ».

Coiffée d’une perruque brune pour faire plus Mexicaine, elle incarne le grand amour de Charles Bronson dans « LE CALIFORNIEN », apparaît dans « A MAN CALLED SHENANDOAH », elle se nomme ‘Triste’ dans un épisode des « MYSTÈRES DE L’OUEST ».

Une étrange carrière oblique, sans aucun grand titre à se mettre sous la dent, mais une personnalité accrocheuse, une vraie présence à l’image qui font regretter qu’aucun réalisateur de renom ne l’ait remarquée pour lui donner sa chance. Reste, à chacune de ses apparitions, cette même question : « Mais comment s’appelle-t-elle, déjà ? ».

« WWW » vous apporte la réponse.

SUSAN OLIVER (2)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 08:08

KATY JURADO (1)Belle comédienne mexicaine, elle tourna quelques films dans son pays natal, entre autres avec Luis Buñuel et fut découverte par Budd Boetticher pendant une corrida.

KATY JURADO (3)Avec son physique marmoréen, son éternel chignon serré, son accent appuyé, Katy Jurado a essentiellement joué à Hollywood des personnages de squaws ou de femmes de tête autoritaires et volcaniques. On la découvre en ex-maîtresse humiliée du shérif dans « LEKATY JURADO TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS », en aristocrate dans « LES REBELLES DE SAN ANTONE », en Apache espionnant les soldats dans un fort dans « LE SORCIER DU RIO GRANDE », en épouse indienne d’un puissant rancher dans « LA LANCE BRISÉE », en prostituée embarquée dans un convoi dans « LA POURSUITE FANTASTIQUE ».

Elle s’accroche au minable pistolero Anthony Quinn dans « LE TUEUR ET LA BELLE », joue la girl friend d’Ernest Borgnine dans « L’OR DU HOLLANDAIS » et finira par l’épouser hors plateau. Elle apparaît à la TV dans « L'HOMME À LA CARABINE », « LE VIRGINIEN » et « THE WESTERNER ».

Elle trouve un de ses plus beaux rôles dans « LA VENGEANCE AUX DEUX VISAGES », où KATY JURADO (2)elle incarne la femme d’un ex-hors-la-loi devenu shérif. La scène où elle apprend que sa fille est enceinte est indélébile.

Elle joue la mère indienne d’Elvis dans « MICMAC AU MONTANA ».

Elle reparaît vieillie et alourdie dans « PAT GARRETT & BILLY THE KID » dans un rôle court mais bouleversant, où elle fait le coup de feu. On la revoit encore en vieille dame dans « AU-DESSOUS DU VOLCAN » et « THE HI-LO COUNTRY ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 12:14

JEAN PETERS (1)Ancienne reine de beauté au visage de madone, Jean Peters fut une jeune première dans les années 50, mais elle est surtout connue aujourd'hui pour sa liaison avec l’excentriqueJEAN PETERS Howard Hughes, dont elle tira d'ailleurs un livre.

Comédienne sobre, intelligente, sensuelle, dans la lignée d’une Debra Paget qu'elle évoque un peu, Jean Peters n’a tourné qu’une petite vingtaine de films, face à de grandes vedettes masculines, mais a su marquer les mémoires du cinéphile.

Elle est apparue dans trois westerns de premier ordre : « VIVA ZAPATA ! » où elle incarne la femme douce et patiente du révolutionnaire, « BRONCO APACHE » où elle fait oublier un maquillage très appuyé et se montre étonnamment crédible dans le rôle de Nalinle, la « squaw » farouchement fidèle à son guerrier insoumis. Elle n’a qu’un personnage décevant « d’interlude romantique » dans « LA LANCE BRISÉE », mais a trouvé le rôle de sa vie dans « LE PORT DE LA DROGUE », le film noir de Samuel Fuller qu'elle éclaire de sa présence.
JEAN PETERS (2)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 18:44

PHYLLIS KIRK
On se souvient surtout de Phyllis Kirk pour ses films avec André de Toth, et particulièrement « L'HOMME AU MASQUE DE CIRE » où elle fut une « scream queen » PHYLLIS KIRK (1)idéale, et « CHASSE AU GANG ». Elle se fait un nom grâce à la série TV « MONSIEUR ET MADAME DÉTECTIVE » (« THE THIN MAN », en v.o.), où elle formait un couple avec Peter Lawford.

Comédienne piquante et intense, elle a tourné quelques westerns : elle fut une belle de New Orleans dans « LA MAÎTRESSE DE FER », la femme de Randolph Scott convoitée par son lieutenant, dans « LA TRAHISON DU CAPITAINE PORTER », la fiancée d’un lâche qu'elle soutient envers et contre tous dans « JOHNNY CONCHO ».
Phyllis Kirk apparaît en « guest » dans un « ZANE GREY THEATER ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTRICES WESTERN
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens