Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 18:44

RETOUR RINGO (1)Tout en réutilisant Giuliano Gemma, Hally Hammond,  Nieves Navarro et Fernando Sancho, et malgré son titre « LE RETOUR DE RINGO » n’est pas une sequel de « UN PISTOLET POUR RINGO » sorti la même année. Les comédiens ne jouent pas les mêmes rôles, et RETOUR RINGO (2)Gemma incarne un… autre Ringo.

RETOURRINGO2Duccio Tessari, spécialiste du péplum, signe en fait une adaptation western de « L’ODYSSÉE » d’Homère. Mais si Ulysse revenait à Ithaque pour régler rapidement ses comptes avec les prétendants de Pénélope, Ringo lui, prend son temps. Il picole, pleurniche, se morfond, se fait passer pour un fleuriste mexicain (sic !) et finalement (enfin !) s’énerve et tue tout le monde. Cette lenteur à la détente est un petit problème de scénario qui donne une certaine inertie au film.

RETOUR RINGO (3)Si les décors sont un peu cheap, la figuration est éparse et la BO de Morricone trop répétitive, Tessari cadre soigneusement sans sombrer dans les tics du genre et quand enfin Ringo revient d’entre les morts pour punir les méchants, il fait même preuve d’un joli dynamisme. Un peu tardif, cependant !

Gemma a ses fans et il est plutôt sympathique. Son jeu rudimentaire est ici agrémenté d’un gimmick piqué à Eastwood : le tic à la pommette quand il est contrarié. Heureusement, face à lui les deux vedettes féminines sont aussi belles et bonnes comédiennes que dans le film précédent. Nieves Navarro est même étonnante en prostituée-tireuse de cartes au cœur d’or. Fernando Sancho lui, est plus propre sur lui que d’habitude et arbore même une splendide mise-en-plis.

RETOUR RINGO (4)

Plutôt très bien considéré par les exégètes du ‘spaghetti western’, « LE RETOUR DE RINGO » a vieilli dans son rythme, mais demeure un film plaisant et souvent beau à regarder.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans WESTERNS U.S. ET ITALIENS
commenter cet article

commentaires

Marc Provencher 10/04/2013 00:34

« les deux vedettes féminines sont aussi belles et bonnes comédiennes que dans le film précédent. Nieves Navarro est même étonnante en prostituée-tireuse de cartes au cœur d’or. »

C'est vrai qu'elle joue bien, cette Nieves Navarro qui n'est sortie du western spaghetti que pour tomber dans la comédie érotique de série B ou Z. Un détail que je garderais pour la toute dernière
image si on faisait son biopic: Nieves était native d'Almeria. Ça ne s'invente pas.

claude kilbert 05/05/2010 14:43


Les deux "Ringo"sont de beaux souvenirs d'enfance, ils sont liés à celle-ci. Tessari est un cinéaste du divertissement avant tout, il n'a pas la force tragique d'une Leone ou d'un Solima, mais il y
a quand même cette générosité de ses personnages, Gemma est une sorte de redresseur de tort avec son costume noir, il y a de l'opéra (comique) dans le personnage, on retrouve cela "Un colt pour
Ringo". C'est celui que je préfères, il y a de la BD, de la romance avec de jolies filles, Ringo joue au Cyrano pour aider le shérif à séduire sa belle. Pour conclure Ennio Morricone a composé une
belle partition symphonique à souhait, avec ses arias antique.


lemmy 05/05/2010 14:28


Mea culpa. Je parlais du "Dernier jour de la colère" et pas de "Et le vent apporta la violence" où il n'apparaît pas.


lemmy 05/05/2010 14:26


Pour moi, c'est peut-être le meilleur film de Gemma (quoique "Et le vent apporta la violence" et "Adios California" sont très chouettes), bien bien meilleur que le premier volet.

La scène où sa femme découvre qu'il est vivant est superbe, notamment grâce à la musique de Léone.


Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens