Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 20:20

Beaucoup plus célèbre aux U.S.A. qu’en Europe, l’acteur Andy Griffith vient de mourir à l’âge de 86 ans. 

GRIFFITH

On l’a découvert dans son rôle de démagogue dans « UN HOMME DANS LA FOULE » de Kazan, mais c'est à la TV qu'il est devenu une énorme vedette (locale) avec les séries « THE ANDY GRIFFITH SHOW » et surtout « MATLOCK » qu'il joua pendant neuf ans. On s’en souvient aussi dans les miniséries « COLORADO » et « INTRIGUES À LA MAISON BLANCHE ». R.I.P.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LE CARNET NOIR
commenter cet article
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 08:40

Quel drôle de film que « LA FEMME AU PORTRAIT » ! Avec ses faux-airs de production anglaise, il nous entraîne dans un suspense bâti sur le principe de l’engrenage : fasciné par une toile dans une vitrine, représentant une belle femme, le professeur en criminologie FEMME PORTRAIT (1)Edward G. Robinson tombe nez à nez avec celle-ci, un soir où il a un peu trop bu. Joan Bennett l’invite chez elle et alors que la soirée prend une tournure intime, l’amant de la jeune femme surgit et Robinson doit le tuer en état de légitime défense. Au lieu d’appeler la police, il décide de se débarrasser du corps. À partir de là, tout va de mal en pis.

On suit avec une fascination mêlée d’agacement les pérégrinations de ce suspect lamentable : Robinson accumule les gaffes, les lapsus, les maladresses, les oublis, comme s’il cherchait à se faire prendre. La nuit du meurtre est détaillée avec soin par Fritz Lang, jusqu'à l’exaspération. Alors qu’on souhaiterait des ellipses et des fondus-enchaînés pour en finir, le réalisateur détaille avec une sadique minutie le parcours du combattant de son assassin-amateur. Et c'est très crispant ! Et donc amusant et accrocheur.

Avec son physique replet, son visage tourmenté, son regard enfiévré, Edward G. Robinson occupe l’essentiel du métrage avec une roublardise enthousiaste. Face à lui, la très belle et sensuelle Bennett est idéalement castée et Dan Duryea joue une de ces fripouilles visqueuses dont il avait le secret.

FEMME PORTRAIT

Alors qu’on s’enfonce irrémédiablement dans une machine à broyer, « LA FEMME AU PORTRAIT » nous offre subitement un épilogue tout à fait inattendu et en même temps parfaitement logique. C'est une cerise sur le gâteau qui nous abandonne sur une impression joyeuse et malicieuse, sans laisser sur la frustration d’une « chute » gratuite ou facile. Une jolie variation sur le ‘film noir’. 

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 06:00

George Sanders est un acteur des années 40 et 50, à la morgue ironique inimitable. Il a tourné plus de 130 films, jusqu'en 1973.

On s’en souvient surtout dans le rôle de Simon Templar, dit ‘le Saint’ dans plusieurs longs-métrages, prêtant sa voix au tigre malveillant dans le dessin animé « LE LIVRE DE LA JUNGLE », en odieux méchant dans des classiques comme « LES CONTREBANDIERS DE MOONFLEET », en prof dans « LE VILLAGE DES DAMNÉS », en espion travesti dans « LA LETTRE DU KREMLIN ». Mais le rôle de sa vie demeure ‘Addison DeWitt’, le critique de théâtre tout-puissant dans « ÈVE », où il crève l’écran de toute sa méchanceté venimeuse.

Aujourd'hui, il aurait fêté ses 106 ans. Happy birthday, George.

SANDERS

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 09:53

BLACK RAIN (2)Dans « UN SHÉRIF À NEW YORK », Clint Eastwood flic-cowboy débarquait dans Big Apple avec un prisonnier qui lui échappait. Perdu dans un milieu hostile, il allait tout faire pour récupérer l’évadé. « BLACK RAIN » c'est exactement la même chose, à part que Michael BLACK RAIN (1)Douglas arrive de New York et atterrit à Tokyo. À la pragmatique solidité de Don Siegel succède le génie visionnaire de Ridley Scott et c'est – entre autres – ce qui fait toute la différence entre les deux films.

Encore habité par l’imagerie SF de son « BLADE RUNNER », Scott filme le Japon comme une contrée à la fois futuriste et archaïque et confronte les mentalités en décrivant l’amitié naissante entre le flic ripou yankee et le vieil inspecteurBLACK RAIN (3) nippon, confit dans ses traditions. Le premier réapprendra le sens de l’honneur et du devoir au contact de l’autre, le second osera pour un bref moment l’individualisme et la désobéissance. Ce magnifique personnage est campé par Ken Takakura, découvert dans l'assez proche « YAKUZA » qui est en fait, le véritable protagoniste du film.

« BLACK RAIN » est un polar étonnamment épargné par les années. Le scénario est bétonné, parfois à l’excès : était-il besoin de montrer que Douglas est un excellent motard au début pour justifier la poursuite finale ? Mais certaines idées sont formidables : la gestion du personnage d’Andy Garcia, le co-équipier sacrifié au beau milieu de l’action par exemple, laissant face à face les deux personnages principaux. La photo de Jan de Bont est époustouflante, chaque composition est plus sublime que la précédente. Quant  à la BO de Hans Zimmer, elle confère à l’ensemble une majesté unique.

BLACK RAIN (4)

Aucun défaut ? Si, bien sûr. Michael Douglas surjoue constamment le ‘tough guy’ quand on BLACK RAINaurait apprécié plus d’ambiguïté, l’entraîneuse jouée par Kate Capshaw n’est pas très bien intégrée au récit (en fait, le film aurait probablement encore mieux fonctionné en coupant toutes ses scènes !). Mais ce ne sont que broutilles : Yûsaku Matsuda est un méchant parfaitement haïssable et effrayant, les décors naturels japonais sont génialement choisis et filmés et l’épilogue à l’aéroport – un must depuis « CASABLANCA » ! – est étrangement émouvant.

Une superbe fable déguisée en thriller exotique, qui parle en filigrane de dérive morale, de rédemption, de fraternité entre les hommes et de retour à certaines valeurs oblitérées par la vie moderne. Le discours est toujours, et plus que jamais, valide 20 ans après la sortie de « BLACK RAIN ». Chef-d’œuvre ? Oui, chef-d’œuvre.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS-CULTE DE "WWW"
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 10:40

« WWW » garde un lointain mais plaisant souvenir de « DÉTECTIVE COMME BOGARTBOGART », un film de 1980 dans lequel un ex-flic devenu ‘privé’ et obsédé par Humphrey Bogart, se faire refaire le visage pour lui ressembler et ouvre une agence de détectives sous le pseudonyme de ‘Sam Marlow’. Une double nostalgie donc, puisque les déjà lointaines années 80 se souvenaient des antédiluviennes années 40 !

Robert Sacchi qui s’était fait connaître dans un ‘one-man-show’ où il imitait Bogie, tient le rôle principal et ressemblait vraiment beaucoup à son modèle. Son personnage se retrouve plongé dans une ambiance truffée de clins d’œil à la carrière de la star de la Warner.

Autour de lui, on voit Franco Nero, Olivia Hussey, Michelle Philips, Victor Buono en ‘fat man’ de service, Herbert Lom, Sybil Danning, Philip Baker Hall et en clin d’œil à l’âge d’or hollywoodien : Yvonne de Carlo, George Raft (qui fut le rival de Bogart dans les années 40), Mike Mazurki, Henry Wilcoxon.

C'était écrit par Andrew J. Fenady, d'après son propre roman, qui produisit également le film et réalisé par Robert Day, un vétéran de la série télé.

« DÉTECTIVE COMME BOGART » fut édité en zone 1, il y a une dizaine d’années, mais on aimerait bien y jeter un coup d’œil, un de ces jours, dans de bonnes conditions éditoriales. Quelqu’un ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 08:10

D'accord, le titre « VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE 2 : L’ÎLE MYSTÉRIEUSE » est grotesque. Mais si le n°1 de la franchise était une hideuse bande-démo pour la 3D, sa sequel ressemble davantage à un vrai film de cinéma. En fait, on dirait un épisode de « JURASSIC PARK » destiné aux classes de maternelle.

Ne parlons pas de scénario, il n’y en a pas. Reste un hommage couillon mais sympathique à l’univers de Jules Verne, quelques F/X (pas tous !) réussis, comme ce lézard à colleretteJOURNEY 2 géant, un héros sorti tout droit d’une BD : ‘The Rock’, qui ressemble à un morphing entre Schwarzenegger et Woody Strode et, bien sûr, Michael Caine. L’unique raison pour laquelle « WWW » s’est infligé la vision de ces deux films.

Le retrouver là-dedans, c'est comme rendre visite à un vieil oncle turbulent et constater avec plaisir qu'il est en pleine forme et s’amuse comme un petit fou, pendant sa pré-retraite. Dans un rôle d’Indiana Jones du 3ème âge, Sir Michael poursuit son parcours chaotique, passant d’un film majeur comme « HARRY BROWN » à… ça. Fidèle à lui-même, en somme ! Il nous aura vraiment tout fait, le bougre : jusqu'à chevaucher une abeille géante ou écouter ‘The Rock’ chanter à la guitare au coin du feu. Peur de rien ! À noter qu'il est souvent fait allusion au capitaine Nemo et que le film s’achève à bord du Nautilus, des noms familiers à Caine, puisqu’il incarna ce personnage dans une version télé de « 20.000 LIEUX SOUS LES MERS » il y a quelques années.

On retrouve aussi Luis Guzmán qui n’a jamais autant cabotiné. Il campe son personnage de pilote d’hélico couard avec la subtilité d’un Galabru dans un film des Charlots.

Ce n°2 bénéficie donc d’une meilleure facture que son prédécesseur, d’une utilisation plus maîtrisée des effets 3D, d’un casting plus ambitieux. Cela n’en fait évidemment pas un bon film, en tout cas, pas pour adultes, mais on sent une volonté d’amélioration. À encourager, donc. Quant à la fin ouverte sur un voyage vers la lune, espérons que Michael Caine ne sera pas de la partie, afin de ne pas se sentir obligés de le visionner !

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FRANCHISES
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 06:03

Olivia de Havilland a tourné une cinquantaine de films, d'où se détachent « LES AVENTURES DE ROBIN DES BOIS » et « AUTANT EN EMPORTE LE VENT ». Son jeu souvent appliqué et parfois mièvre n’ont jamais vraiment emballé, mais force est reconnaître qu'elle a une qualité qui force le respect : de bons gènes ! D'ailleurs, sa sœur Joan Fontaine qui a un an de moins qu'elle, est elle aussi toujours parmi nous.

En effet, la Melanie de Margaret Mitchell fête aujourd'hui ses 96 ans. Happy birthday et… respect.

HAVILLAND

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 16:42

« THE SELENA HARTNELL STORY » est un épisode de la 5ème saison de « LA GRANDE CARAVANE », réalisé par Jerry Hopper et aussi le second et dernier film de la série accueillant Jan Sterling en ‘guest star’.

WAGON sterling

La principale originalité de l’épisode est de présenter le personnage d’un ‘bounty hunter’ femme, autrement dit, une chasseuse de primes ! Une figure inédite dans le western, jusqu'à l’emblématique « HANNIE CAULDER ». S’introduisant avec son docile co-équipier dans la caravane, Selena cherche un homme dont la tête est mise à prix et dont elle suit la piste depuis douze longues années. Elle finit par débusquer Claude Akins, pacifique père veuf d’un garçonnet, rangé des voitures depuis longtemps. Mais outre les dollars, Selena a une bonne raison de vouloir arrêter Akins : c'est lui qui avait tué son mari à la suite d’une partie de poker ! Heureusement, la ‘tough girl’ finira par réaliser que l'homme a changé et quand celui-ci lui sauve la vie, elle le laissera filer.

Un bon épisode, porté par la toujours parfaite Jan Sterling, froide et cassante, jouant son rôle comme une femme d’affaires dénuée de cœur ou de compassion. Face à elle, Akins fait également une jolie prestation plutôt inhabituelle pour lui qu’on a tant vu en brute épaisse.

Repost 0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 12:24

Vu qu’on les surnommait les « jumeaux terribles » et qu'ils furent les meilleurs amis-ennemis du monde pendant des décennies, on voit mal comment « WWW » pouvait consacrer une filmo Blu-ray à Burt Lancaster et pas à Kirk Douglas.

Le tout premier film de Kirk, aux côtés de Barbara Stanwyck : « L’EMPRISE DU CRIME » vient de sortir aux U.S.A. Là-bas, les vénérables éditions Criterion ont également dépoussiéré « LES SENTIERS DE LA GLOIRE ». On peut trouver l’autre film de Kirk avec Kubrick : « SPARTACUS » (qui en est déjà à sa seconde sortie en Blu-ray !). Il y a ensuite un grand vide temporel et l’absence de nombreux grands films de l’acteur, puisque les suivants disponibles dans le support sont « L'HOMME DE LA RIVIÈRE D’ARGENT » et « NIMITZ : RETOUR VERS L’ENFER ».

BLU KIRK

Il apparaît aussi – dans son propre rôle – dans le documentaire « CAMERAMAN : THE LIFE & WORK OF JACK CARDIFF ».

On rêve d’un « RÈGLEMENT DE COMPTES À OK-CORRAL » dûment remastérisé en HD et on ne cracherait pas non plus sur « LES VIKINGS ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 10:00

Anthony Mann débuta en réalisant des ‘films noirs’ dont certains sont devenus des petits classiques. Il tourna des ‘epics’, mais s’il a marqué les esprits cinéphiles, c'est par son parcours westernien.

Il a défendu la cause indienne dans « LA PORTE DU DIABLE », fait de James Stewart – et ce n’était pas gagné ! – une icône du genre et a signé quelques chefs-d’œuvre parmi lesquels le noir et obsédant « L'HOMME DE L’OUEST ».

Aujourd'hui, il aurait fêté ses 106 ans. Happy birthday, Mr Mann.

MANN

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens