Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 06:53

« NO LIMIT » (oui, c'est le titre « français » !) explore une thématique qui a hanté les huit saisons de la série TV « 24 HEURES CHRONO », à savoir la justification de la torture dans les cas extrêmes. Quand des millions de vies sont en jeu, a-t-on le droit et/ou le devoir d’oublier ses principes, son humanité, pour arracher à un suspect des informations vitales ? Vaste question, intelligemment développée dans « NO LIMIT » dont le titre original « IMPENSABLE » est tout aussi explicite. Dans certains cas, la fin justifie-t-elle lesNOLIMIT moyens ?

Le scénario est extrêmement ambigu, semble ne pas prendre parti et laisse le spectateur seul juge. Face à la barbarie et la terreur, symbolisée par un citoyen américain devenu poseur de bombes islamiste, le gouvernement n’a qu’une arme : un bourreau professionnel, un sadique assermenté apparemment encore plus radical que le terroriste dont il va faire de la chair à pâté.

Entre les deux hommes, une femme, un agent du FBI qui garde quelques sentiments humains et hésite à aller jusqu'au bout de l’horreur. Quand le tortionnaire dépasse les bornes, elle interviendra. A-t-elle eu raison ? L’épilogue du film laisse sur un malaise extrêmement perturbant.

« NO LIMIT » est un huis clos bien mené, assez platement filmé, mais qui a le mérite de ne rien enjoliver. Le scénario ne souffre d’aucune digression et oblige à s’interroger soi-même sur des questions qui mettent mal à l'aise. C'est la force du film et sa limite. Car il laisse sur le sentiment d’une thèse puissamment développée mais a du mal à s’incarner réellement.

Samuel L. Jackson, qui a pris un petit coup de vieux, est égal à lui-même dans le rôle du bourreau jusqu'auboutiste. Carrie-Ann Moss est d’une belle sobriété. Mais c'est Michael Sheen, absolument méconnaissable qui emporte le morceau dans le rôle du prisonnier. Il est électrisant.

À voir dans une soirée thématique sur la torture avec « L’AVEU », « L’INSPECTEUR HARRY », certains épisodes de « THE SHIELD » ou « UN CRIME DANS LA TÊTE ». Mais franchement, une telle soirée ne serait-elle pas une véritable torture ?

 

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 09:28

KINDER MUTTERSuite de la journée Kinski, avec la sortie ces jours-ci en Allemagne du DVD de « DES ENFANTS, DES MÈRES ET UN GÉNÉRAL » un drame de guerre de Laslo Benedek quiKINDER MUTTER (1) réalisait l’année précédente « L’ÉQUIPÉE SAUVAGE » aux États-Unis.

Tourné en 1955, c'est le drame de mères allemandes pendant la débâcle de 1945, qui voient leurs fils fanatisés s’engager pour soutenir l’armée écrasée au front.

Parmi les jeunes comédiens : Maximilian Schell en déserteur, Kinski dans un personnage d’illuminé suicidaire (tiens…), mais aussi Thérèse Ghiese (vue dans « LACOMBE LUCIEN »), l’excellent Hans-Christian Blech et Bernard Wicki. Et le tout est produit par l'homme qui finança « METROPOLIS ».

Voilà qui est pour le moins intrigant, voire alléchant, et laisse espérer un jour, une sortie française de ce film oublié uniquement disponible en Allemand.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 08:57

DEPUTY (1)Il y a quelque temps, les éditions « TIMELESS » avaient sorti une sorte de ‘best of’ de la série « THE DEPUTY » diffusée entre 1959 et ’61. Voilà qu’aujourd'hui ils se fendent d’une intégrale (pourquoi ne l’ont-ils pas fait directement ?) comprenant les 77 épisodes composant les deux saisons tournées.

Outre la petite arnaque de base (Henry Fonda n’apparaît que quelques minutes par épisode et parfois pas du tout !), cette sympathique sérieDEPUTY western en noir & blanc de 26 minutes, a accueilli de nombreuses ‘guests’ chères au cœur de « WWW » : Robert J. Wilke, Marie Windsor, Denver Pyle, Clu Gulager, Henry Brandon, George Kennedy (débutant), Edgar Buchanan, Leo Gordon, les belles Jean Willes et Karen Steele, et aussi James Coburn, Richard Crenna, Lee Van Cleef, Don Gordon, Susan Oliver, John Larch, Mary Tyler Moore, Richard Chamberlain, DeForest Kelley, John Marley, Lon Chaney, Jr., Sydney Pollack (alors acteur de second plan), Norma Crane, Elisha Cook, Jr., Claude Akins et… dans l’épisode « THE DEATHLY QUIET » rien moins que Johnny Cash en personne !

Et tout cela doit sortir ce 26 octobre chez l’Oncle Sam, pour la modique somme de 89 $ 98. Bien sûr, l’image est un peu pâle et grisâtre, le son crachotant, mais qu’importe le flacon…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 08:15

Quiconque a jeté un coup d’œil à « 30 ROCK », la série authentiquement déjantée écrite et interprétée par Tina Fey, ne peut résister à l’envie de la revoir ailleurs. Clone miniaturisé de Nana Mouskouri, névrosée, compulsive, insupportable, attachante en diable, la comédienne CRAZY NIGHTvenue du « SATURDAY NIGHT LIVE » s’est imposée comme une personnalité unique, hilarante.

Son film cinéma « BABY MAMA » sur les mères-porteuses, fut une catastrophe de proportion biblique. Aussi peut-on se montrer suspicieux à l’encontre de « CRAZY NIGHT ». À juste titre !

Sorte de remake du « AFTER HOURS » de Scorsese à la sauce tous-publics, cette comédie aux semelles de plomb est une épreuve. Les tribulations de ce petit couple de banlieusards moyens sont convenues et fatigantes, Steve Carell n’est tout simplement pas drôle et Tina elle-même pas au mieux de sa forme. En fait, ce qui fonctionne le mieux dans cette comédie est tout ce qui n’est pas censé faire rire : quelques scènes sur les problèmes de couple, l’usure et la routine, assez bien vues.

Pour le reste, c'est une course-poursuite nocturne, vilainement tournée en HD, complètement arythmée. Quelques copains stars viennent faire leur petit tour comme Mark Ruffalo, Ray Liotta (en quoi ? En mafioso !), Mark Wahlberg et ses abdoms, James Franco.

La délicieuse Tina, dont nous attendrons désormais patiemment la sortie de la 4ème saison de « 30 ROCK » en DVD, confirme cette impasse des stars de télé comme Michael Chiklis, James Gandolfini ou les héros de « FRIENDS », incapables de passer d’un média à l’autre.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 17:05

INFORMERS« J'ai besoin que quelqu’un me dise ce qui est bon », pleurniche un des gosses de riche chnoufés jusqu'à l’os qui fait office de protagoniste, « Et j'ai besoin de quelqu’un qui me dise ce qui est mauvais ».

Eh bien, le spectateur n’aura besoin de personne pour lui dire que « INFORMERS », ce n’est pas bien bon. Cela se voudrait manifestement un « film choral » à la Robert AltmanINFORMERS (1) ou Paul Thomas Anderson, une mosaïque de destins croisés située pendant les années 80, au début du SIDA. Mais on n’a jamais le sentiment de se trouver à cette époque et tous les personnages, absolument tous sont des parasites du showbiz sans substance, du ‘producer’ adultère à la rock star (anglaise, of course) cocaïnée, en passant par l’acteur raté devenu portier. Les jeunes comédiens sont insignifiants et les noms plus connus comme Kim Basinger (qui vieillit décidément très bien), Billy Bob Thornton ou Winona Ryder errent de séquence en séquence, tels des statues de cire anorexiques.

Seul Mickey Rourke, physiquement moins abimé que dans ses derniers films, apporte un peu d’animation dans un rôle de kidnappeur à la petite semaine.

On comprend bien l’ambition de départ du projet, le crépuscule des années d’insouciance, etc. mais seule la toute dernière scène sur la plage à la tombée du jour, avec cette fille malade qui supplie pour quelques minutes de soleil en plus, fait vraiment mouche. Et là, d’un seul coup, on se dit que cela aurait pu être un bon film. Dommage…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 08:32

GHOST WRITERChaque nouveau film de Roman Polanski a toujours été un évènement. Même si l’admirateur du cinéaste iconoclaste et sulfureux des débuts se sent peut-être moins concerné par le ‘maître’ plus académique qu'il est devenu depuis « TESS ».

GHOST WRITER (2)Malgré tout, sorti dans un contexte particulier, « THE GHOST WRITER » s’inscrit dans la lignée de l’attachant « LA JEUNE FILLE ET LA MORT ». Lent, monochrome, quasiment irréel par moments, le film est un suspense très classique aux allures de « roman à clé », dans lequel on s’installe confortablement, sans excitation, mais sans ennui non plus.

Le seul vrai souci du film est qu’on n’a jamais la sensation de se trouver aux États-Unis (et pour cause !) et que l’atmosphère est plutôt celle d’une île écossaise. D’où une certaine confusion. GHOST WRITER (1)

Le film est porté par Ewan McGregor, qui commence à prendre de l’épaisseur à l’image. Face à lui, Pierce Brosnan en clone de Tony Blair apparaît hélas, trop peu. On eût aimé une ou deux « grosses » confrontations entre les protagonistes, qui auraient donné au scénario un centre de gravité. Dans un cast de pointures comme Olivia Williams ou le toujours excellent Tom Wilkinson, Polanski nous offre un bonus inattendu : la courte apparition d’Eli Wallach. Amaigri, fragilisé par le grand âge, celui-ci joue un habitant de l’île qui « a vu des choses ». C'est un plaisir de le revoir, comme un vieux parent dont on aime à prendre des nouvelles de temps en temps. Le spectateur physionomiste reconnaîtra (avec peine) Jim Belushi au début, en gros éditeur au crâne rasé.

« THE GHOST WRITER » ne fera pas partie des œuvres marquantes du réalisateur, mais sa patte est tout de même identifiable dans sa façon de filmer la maison où a lieu l’essentiel de l’action et dans la création d’atmosphère, entre cauchemar et réalité.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 22:06

Le mois d’octobre prochain, la 1ère saison de l’excellente série « LE VIRGINIEN » éditée parSHILOH deutsch Timeless aux U.S.A., est annoncée en Allemagne sous le titre « DIE LEUTE VON DER SHILOH RANCH » (« LES GENS DU RANCH SHILOH », ce qui en fait semble être un titre plus approprié).

On ne sait pas encore si le doublage allemand de rigueur sera accompagné de la v.o., ni quel genre de sous-titres seront disponibles. Généralement, nos voisins d’Outre-Rhin prennent soin d’avoir la version originale.

« WWW » a souvent parlé de ce pilier du western des sixties, qui a admirablement passé l’épreuve des ans. Peut-être qu’un jour, un éditeur français…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 10:21

À première vue, on pourrait croire qu'il s’agit d’une hallucination : 40 ans après « MON NOMDOC WEST EST PERSONNE », Terence ‘Trinita’ Hill, alias Mario Girotti revient. Et il n’a pas changé d’un iota ! Même silhouette, même tenue, même chapeau. Et il forme un duo avec un gros barbu. À part que cette fois, c'est Paul Sorvino qui remplace Bud Spencer.

En y regardant de plus près, on s’aperçoit que le blondinet aux yeux bleus a un peu vieilli, que quelques rides viennent buriner son visage souriant. Normal me direz-vous, à 70 ans. Malgré tout, le revoilà dans le rôle de Minnesota West une légende de l'Ouest à la recherche des hors-la-loi qui l’ont détroussé.

« DOC WEST » un téléfilm en deux parties de 90 minutes chacune, coréalisé par il signore Girotti lui-même, sort incessamment en DVD zone 1. Également à l’affiche la toujours belle Ornella Muti et dans un petit rôle, le vieux copain de Terence : le cascadeur Neil Summers. La BO est signé de Maurizio de Angelis (sans son frère Guido), qui assurait déjà celles des « TRINITA ». Ce film est censé être le ‘pilote’ d’une éventuelle série. À suivre, donc.

Pour les nostalgiques des années ‘spaghetti’…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 17:10

VALHALLA (1)Quatre décennies plus tard, « AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU » continue de faire des émules. « LE GUERRIER SILENCIEUX » lui ressemble énormément : épopée immobile, voyage dans le temps débarrassé de tout pittoresque, de tout spectaculaire, théâtre grotesque des ambitions humaines, c'est un film complètement à part. Ce qui n’empêche pas qu’on y lise les références comme dans un livre ouvert : Terrence Malick, Herzog bien sûr et aussi certains classiques du cinéma japonais. Et même (un peu) Ridley Scott.

Le scénario est mince. Très mince. À peine plus riche que « LA GRANDE TRAVERSÉE » l’album d’Astérix (qui traite d’un sujet similaire), mais c'est la réalisation et ses parti-pris drastiques qui lui donnent son identité.

Découpé en chapitres, le film avance par tableaux complètement figés, souvent filmés au ralenti. Au point qu’on a parfois l’impression de voir une image arrêtée. La BO sourde et enveloppante rappelle Popol Vuh et accentue l’aspect surnaturel de ce ‘trip’ aux enfers.

Malgré l’ennui qui pointe parfois son nez, impossible de n’être pas fasciné, hypnotisé même, par cette aventure morbide et boueuse, où la mort violente est filmée crument, où VALHALLAaucun son répugnant ne nous est épargné, où on éviscère ses ennemis à mains nues. Cette arrivée dans le Nouveau Monde est vue à travers les yeux de ces Vikings superstitieux et ressemble donc à un cauchemar grisâtre, une antichambre de la mort.

Borgne, crasseux, émacié, blafard, Mads Mikkelsen n’a vraiment aucun rapport avec un autre Viking borgne du 7ème Art : Kirk Douglas dans le film de Richard Fleischer.

Une œuvre excessivement étrange, à voir avec un esprit ouvert et sans s’attendre à un autre « OUTLANDER » !

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 12:29

Les amateurs purs et durs de westerns ne peuvent qu’être interpelés par la sortie enWESTERN BOX Allemagne d’un coffret Blu-ray intitulé « WESTERN BOX » et contenant apparemment des films et serials noir & blanc des années 30 et 40.

La chose dure une trentaine d’heures et on y trouve – selon la jaquette – des stars comme John Wayne, Roy Rogers, George ‘Gabby’ Hayes et… Harvey Keitel et David Bowie ! Cherchez l’erreur.

À vrai dire, ce n’est pas tellement le coffret qui intrigue, mais… le fait qu'il sorte en Blu-ray ! Ceci dit, les commentaires sur Amazon de. Signés de consommateurs mécontents abondent sur le produit.

Bizarre… Bizarre…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens