Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 16:56

BENJAMENTA (1)Il y a des films – ils sont rares, mais ils existent – dont on ne sait absolument pas quoi dire. Et à peine quoi penser. On les regarde passivement, comme de l’art abstrait, on reçoit des émotions, on peut s’ennuyer, s’agacer.

Que dire alors de « INSTITUTE BENJAMENTA » ? Qu'il ressemble aux premiers opus de David Lynch. Mais pour ce qui est de la bizarrerie, Lynch ressemble à Andrew V. McLaglen, comparé aux frères Quay !

Disons que cela commence par l’arrivée d’un jeune homme dans BENJAMENTAun cours privé pour domestiques. Qu'il y est admis. Qu'il assiste à la première leçon. Après, cela devient plus compliqué à résumer. Le film laisse une sensation de rêve éveillé, indiscutablement envoûtant et on se prend à imaginer qu'il s’agit d’une histoire de fantômes du style « LES AUTRES ». Mais pas du tout… Ce serait trop simple. Vulgaire, presque ! Alors on subit, on admire la magnifique photo noir & blanc, la beauté diaphane d’Alice Krige, les cadres tarabiscotés, on écoute la BO dissonante, hypnotique. Et il y a de fortes chances qu’on s’endorme.

Cet OVNI malgré tout fascinant vient de sortir en Angleterre dans un coffret comprenant le DVD et le Blu-ray. C'est du pur cinéma d’auteur, mais pour qui est prêt à tenter des expériences limite, cela peut valoir le coup d’œil.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 11:59

Les éditions Seven7 annoncent pour le 19 octobre, la sortie de cinq westerns de Budd Boetticher interprétés par Randolph Scott.

Deux chefs-d’œuvre : « L'HOMME DE L’ARIZONA » et « LA CHEVAUCHÉE DE LA VENGEANCE », un grand film : « COMANCHE STATION » et deux plus inégaux : « DÉCISION À SUNDOWN » (préalablement connu sous le titre « LE VENGEUR AGIT AU CRÉPUSCULE ») et « L’AVENTURIER DU TEXAS ».

BOETTICHER SEVEN7

Tous ces films avaient déjà été réunis dans un magnifique coffret en zone 1, il y a quelque temps, agrémentés de suppléments intéressants. Une nouvelle génération de cinéphiles va enfin pouvoir (re)découvrir ce réalisateur unique.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 10:38

« LE DERNIER DES MOHICANS », le chef-d’œuvre de Michael Mann inspiré de l’œuvre de Fenimore Cooper est enfin annoncé en Blu-ray par la Fox.MOHICANS blu

Il est même en pré-commande chez Amazon qui nous apprend qu'il s’agit là d’un ‘Director’s definitive cut’.

On se souvient que le montage « salles » du film sorti en 1992 durait 112 minutes et qu'il satisfaisait tout le monde. Même les chansons a priori incongrues insérées dans l’action, s’harmonisaient étonnamment avec l’ensemble. Cela n’a pas empêché la sortie d’une version ‘extended cut’ de 117 minutes, éditée aux U.S.A. des années plus tard en DVD. Privée des chansons, plombée par des scènes inutilement rallongées, des dialogues redondants, cette version ne fit plaisir à personne, surtout pas aux amoureux du film.

Alors qu’en sera-t-il de ce ‘definitive cut’ ? Un mélange des deux moutures ? Un tout autre re-montage effectué deux décades plus tard par Michael Mann lui-même ? Des séquences inédites ?

Curieux que ce film, qui semblait parfaitement abouti, connaisse aujourd'hui le sort de ces chefs-d’œuvre « instables », éternels ‘work in progress’, tels « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST », « PAT GARRETT & BILLY THE KID », alors que personne ne demandait rien… Wait and see.

De toute façon, rien qu’imaginer la photo de Dante Spinetti en HD…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 17:45

RAMBO blu (1)Deux bonnes nouvelles : la version « extended cut » de « JOHN RAMBO » est sortie aux U.S.A. en Blu-ray et le film rallongé de sept minutes est infiniment meilleur.

Nous avions déjà dit tout le bien qu'il fallait penser de la version originelle, donc ce n’est RAMBO blupas une métamorphose : c'est le même film, mais plus fignolé, moins hystérique. Un peu comme si un vieux monteur était sorti de sa retraite, avait repris les plans des mains d’un jeunot hyperactif spécialisé dans les ‘teasers’ stroboscopés et avait redonné au travail de Stallone des airs plus « normaux ». Bien sûr, l’action démarre plus lentement, bien sûr le rôle de Julie Benz prend de l’épaisseur et Rambo s’explique un peu plus. Mais une quantité de petites séquences de liaison, de répliques infiltrées par-ci par-là redonnent de l’âme et de la chair à ce (déjà) grand film d’action. L’apparition de Ken Howard par exemple, jouant le pasteur qui envoie Sly sauver les missionnaires, ne dure qu’une minute de plus, mais elle prend tout son sens, quand elle n’était précédemment qu’une vignette superflue.

« JOHN RAMBO » gagne  donc grandement à être revu. Car au-delà de la sauvagerie insensée des séquences de bataille perce maintenant une réelle émotion. Les personnages ayant plus de caractère et de densité, leur sort nous importe davantage. Ainsi le carnage orgiaque de la fin qui n’était jusqu'ici que choquant, se teinte de pathétique.

Il faudra attendre un peu pour déterminer si la 4ème aventure de John J. Rambo est une pierre blanche du film d’action, un point de non-retour du film de guerre, mais… On n’en serait pas étonné.

 

À NOTER : le film a été discrètement réétalonné et paraît moins monochrome que l’édition DVD.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 18:55

COLTS AU SOLEIL (1)Pour être parfaitement franc, nous n’aurions jamais pensé à mettre « LES COLTS AU SOLEIL » (oui, c'est le titre français, c'est comme ça) dans la rubrique « LES RÉCLAMATIONS ! ».COLTS AU SOLEIL

Ce western anglais produit en 1972 par l’équipe de l’affreux « CATLOW » sort pourtant ce 23 août en Angleterre, sous son titre original « THE MAN CALLED NOON » (c'est tout de suite mieux) aux éditions « Odeon Entertainment » pour la modique somme de 14 £ 99.

C'est l’histoire d’un pistolero amnésique joué par Richard ‘colonel Trautman’ Crenna à la recherche de son passé et des meurtriers de sa famille. Également au générique Stephen ‘Messala’ Boyd, Rossana Schiaffino, Farley Granger, et… et… Aldo Sambrell ! C'est réalisé par Peter Collison, capable du meilleur (« L’OR SE BARRE ») comme du pire (le reste de sa filmo). La BO est signée Luis Bacalov.

Pas sûr que l’amateur de western européen découvre un chef-d’œuvre méconnu et honteusement oublié, mais…  Quien sabe ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
8 juillet 2010 4 08 /07 /juillet /2010 18:58

M BRDSignalons la sortie en Angleterre d’un Blu-ray assez exceptionnel, celui de « M LE MAUDIT » de Fritz Lang. Bien sûr, la copie de 110 minutes minutieusement reconstituée est splendide et nous n’aurons pas l’outrecuidance de parler de ce chef-d’œuvre en quelques lignes, surtout après les milliards d’analyses déjà écrites depuis 80 ans. Non, l’évènement c'est que le disque contient une autre version du film en bonus. La version anglaise. Attention ! Pas un autre montage doublé dans la langue de Shakespeare. Non, un autre film, tourné parallèlement à l’original, avec parfois d’autres comédiens secondaires britanniques et Peter Lorre jouant pour la première fois en Anglais. Cette version-là fait 96 minutes, certaines scènes furent retournées par un réalisateur anonyme et Fritz Lang a toujours refusé de reconnaître l’existence de cette version « pour l’exportation ». Pour l’anecdote, il en existerait aussi une version française !

« » fait partie de ses monuments « instables » dont les différents montages ont longtemps hanté les cinéphiles. Il semblerait tout de même que ces deux versions éditées par « EUREKA ! » devraient mettre un terme à la quête de ce graal inatteignable qu’a longtemps été l’œuvre de Herr Lang.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
3 juillet 2010 6 03 /07 /juillet /2010 20:30

CABOBLANCO allemand (1)Nos voisins allemands annoncent pour le 28 septembre, la sortie en Blu-ray de « CABO BLANCO » sous le titre « DER SCHATZ VON CABOBLANCO », aux éditions ‘Ascot EliteCABOBLANCO allemand Home Entertainment’.

Un Charles Bronson sorti des oubliettes fera toujours plaisir à « WWW » et ses visiteurs, même si en l’occurrence on peut s’étonner que ce film extrêmement mineur et à la réputation disons – moyenne, connaisse un tel traitement VIP alors que « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » (au hasard) est toujours inédit sur le support.

Mais ne boudons pas notre plaisir ! Les retrouvailles de ‘Harmonica’ et ‘Cheyenne’ sous le ciel péruvien en HD, ça ne peut être qu’une bonne news.

Seule petite question : pourquoi Bronson a-t-il les cheveux plus longs sur la jaquette que dans le film ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 09:52

20 MOVIE PACKUn « SPAGHETTI WESTERN 20 MOVIE PACK » est annoncé en zone 1 pour le 17 août, au prix défiant toute concurrence de 14, 98 $ ! Évidemment, à ce prix-là pour vingt films, on se méfie…

Il n’empêche que dans le lot, on trouve plusieurs Lee Van Cleef : « LA MORT ÉTAIT AU RENDEZ-VOUS », « PAS DE PITIÉ POUR LES SALOPARDS », « LES IMPITOYABLES », « LE GRAND DUEL » (rien d’inédit, donc), quelques films que « WWW » réclamait ici-même : « AMIGO, MON COLT A DEUX MOTS À TE DIRE », « DEUX FOIS TRAÎTRE » ou « CHINA 9, LIBERTY 37 ». Plus « JOHNNY YUMA » ou encore « RINGO, CHERCHE UNE PLACE POUR MOURIR ».

Il est à craindre des transferts antédiluviens en 4/3 et Pan & Scan. Mais… Sait-on jamais ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 22:19

MEN GOATSInspiré de faits réels, même si cela peut paraître incroyable, « LES CHÈVRES DU PENTAGONE » est vraiment un film difficile à classer.

Par moments, on dirait un remake de « CATCH-22 » remis au goût du jour par des émules des frères Coen, à d’autres un épisode sous acide de la sitcom « M*A*S*H* ». Alors sans y comprendre grand-chose, on sourit souvent car les acteurs ont un timing formidable dans la comédie pince-sans-rire et jouent au premier degré des situations totalement ubuesques. Clooney n’est jamais meilleur que dans ce mood semi-sérieux où il endosse un personnage de pantin grotesque, mais jamais conscient de l’être. Le flash-back où il tue une chèvre par la seule force de sa pensée vaut à lui seul qu’on voie ce film.

Jeff Bridges ressemble à un gros ‘Big Lebowski’ de l’U.S. Army rendu à moitié gâteux par le LSD. Ewan McGregor est très bien et on se demande si les allusions à l’armée des ‘Jedi’ étaient écrites avant qu'il ne fasse partie du casting. Des têtes familières comme Kevin Spacey et Stephen Lang viennent compléter le tableau. 

Le scénario n’allant nulle part, l’action passant d’une impasse à un cul-de-sac, et l’émotion étant complètement bannie, « LES CHÈVRES DU PENTAGONE » malgré sa courte durée, paraît parfois longuet et vain, mais c'est rendre hommage à la sympathie et à l’humour de George Clooney que de dire qu'il rend la vision de cet OVNI fort plaisante à lui tout seul.

Évidemment, après le mot ‘fin’ il n’est pas interdit de se demander la raison d’être de ces 90 minutes…

MEN GOATS (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 09:56

Il est clair, après vision de « OUVRE LES YEUX » ou « LES AUTRES » qu’AlejandroAGORA Amenabar est un réalisateur éclectique et digne d’intérêt. Aussi, et malgré ses indéniables qualités, « AGORA » ne peut-il être qu’une déception. Malgré des décors magnifiques (les plans larges virtuels sont franchement réussis), une évidente ambition, une belle rigueur dans le traitement, le résultat laisse une drôle de sensation. Comme si « AGORA » tenait plus du docudrama télévisé sur le thème de la bibliothèque d’Alexandrie, que du long-métrage de fiction. Tout semble désincarné, démonstratif, la narration épisodique et les gros pavés de texte en surimpression sur l’écran découragent l’attention et le parallèle avec les fanatismes et intolérances de notre époque finit par devenir lourdaud.

Bien sûr, Rachel Weisz est très bien, mais ne parvient pas à elle seule à insuffler de l’âme à ce film étrangement froid et distancié. Elle a de beaux moments d’exaltation, quelques uns d’émotion, mais le film ne lui laisse guère l’occasion de composer un personnage à trois dimensions. Quant à ses partenaires, on a franchement du mal à les distinguer les uns des autres. Seul l’inamovible Michel Lonsdale sort du rang, avec sa belle tête de patriarche.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens