Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 07:59

DUVALL (3)Aujourd'hui, Robert Duvall fête ses 80 ans.

Pour chaotique et parfois déroutant que fut son parcours, il est clair que celui qu’un critique qualifia de « Laurence Olivier américain » restera comme un des meilleurs comédiens U.S. apparus dans les seventies.

Dès la décennie précédente, on remarque son physique passe-partout dans plusieurs rôlesDUVALL (4) secondaires : le reclus arriéré dans « DU SILENCE ET DES OMBRES », un G.I. traumatisé dans « LE COMBAT DU CAPITAINE NEWMAN », l’employé de banque timoré de « LA POURSUITE IMPITOYABLE », le flic tabasseur dans « LE DÉTECTIVE », le taxi serviable de « BULLITT », le hors-la-loi traqué de « 100 DOLLARS POUR UN SHÉRIF », le motard élevant seul sa fille dans « LES GENS DE LA PLUIE » puis sous la direction de Robert Altman, le cosmonaute de « COUNTDOWN » et l’officier faux-jeton de « M*A*S*H* ».

Duvall tient le premier rôle de « THX 1138 » où il est un rebelle du futur et joue le fermier taiseux nommé juré de « TOMORROW » (qu’il considère lui-même comme son meilleur travail), tient le rôle-titre de « LA LÉGENDE DE JESSE JAMES » où il est extraordinaire de réalisme.

Francis Coppola fait de lui un nom prépondérant grâce à deux rôles puissants : Tom Hagen le ‘consiglieri’ pondéré dans « LE PARRAIN » et sa première sequel et le colonel qui aime « l’odeur du napalm au petit matin » dans « APOCALYPSE NOW » où Duvall crève l’écran.

Il est un truand glacial affrontant la mafia dans « ÉCHEC À L’ORGANISATION », l’ex-flic DUVALL (6)revanchard de « POLICE CONNECTION », le méchant rancher de « JOE KIDD », le tueur à gages trahissant son meilleur ami dans « TUEUR D’ÉLITE », le colonel allemand borgne dans « L’AIGLE S’EST ENVOLÉ », un industriel de l’Automobile dans « BETSY », le business man emprisonné à tort de « L’ÉVADÉ », le patron de chaîne de « NETWORK », le militaire parano de « THE GREAT SANTINI », un Dr. Watson inhabituel dans « SHERLOCK HOLMES ATTAQUE L’ORIENT-EXPRESS », un mercenaire dur à cuire dans « 6 HOMMES POUR SAUVER HARRY », un reporter sportif opportuniste dans « LE MEILLEUR », le vieux flic compréhensif de « COLORS », le boss d’une plantation exploitant des forçats dans « CONVICTS ».

Sa splendide composition de chanteur country au bout du rouleau dans « TENDRE BONHEUR » lui vaut un Oscar amplement mérité.

À partir des eighties, Duvall alterne grands films et nanars. Dans la seconde catégorie : « LE BATEAU-PHARE » en gangster d’opérette, « LA SERVANTE ÉCARLATE » en politicienDUVALL (5) moumouté, « JOURS DE TONNERRE » en mécano de Tom Cruise. On le voit également dans le rôle de Pulitzer dans « NEWSIES » puis il joue le journaliste de « LA PESTE », le père dévot de « RAMBLING ROSE », le rédac-chef malade dans « LE JOURNAL », le père de Julia Roberts dans « AMOUR ET MENSONGES », le sexagénaire raciste découvrant qu’il a un frère noir dans « A FAMILY THING », le mari cocu de Demi Moore dans « LES AMANTS DU NOUVEAU MONDE » où Duvall est pratiquement aussi bouffon que le film lui-même. C'est dire…

On le retrouve tel qu’en lui-même dans de beaux rôles : le vieux scout dans « GÉRONIMO » où il a une magnifique scène d’agonie, le flic quasi-retraité de « CHUTE LIBRE », le coiffeur cubain vieux garçon dans « WRESTLING ERNEST HEMINGWAY », DUVALL (1)l’astronaute héroïque de « DEEP IMPACT », l’avocat machiavélique aux allures d’original inoffensif dans « PRÉJUDICE », le chef des voleurs de voitures dans « 60 SECONDES CHRONO », le savant œuvrant dans le clonage dans « À L’AUBE DU 6ème JOUR », le flic négociateur de « JOHN Q. », l’oncle excentrique dans « LE SECRET DES FRÈRES McCANN », le cowboy digne de « OPEN RANGE », le big boss de « THANK YOU FOR SMOKING », le vieux flic intègre de « LADUVALL NUIT NOUS APPARTIENT », le joueur de poker dans « LUCKY YOU ». Il apparaît brièvement en vieil ami du chanteur dans « CRAZY HEART » et en survivant dans « LA ROUTE ».

Il est méconnaissable en SDF à demi fou dans « THE GINGERBREAD MAN », réalisé par Robert Altman que Duvall retrouve après presque 30 ans.

À noter pour les amateurs de curiosités que Robert Duvall apparaît plusieurs fois dans des petits rôles non mentionnés au générique : le boss de Gene Hackman dans « CONVERSATION SECRÈTE », un prêtre sur une balançoire dans un plan de « L’INVASION DES PROFANATEURS », un prêcheur dans « BELIZAIRE THE CAJUN » et le père gâteux du débile mental dans une scène terrible de « SLING BLADE ».

Il réalise quatre films : « WE’RE NOT THE JET SET », « ANGELO MY LOVE » et tient lui-même le rôle-titre du « PRÉDICATEUR » en prêcheur mystique et incarne un tueur caractériel dans « ASSASSINATION TANGO ».

À la TV, Duvall est un  alien au rire aigu dans « AU-DELÀ DU RÉEL », un trompettiste dans « LES INCORRUPTIBLES », un acteur alcoolique dans « ALFRED HITCHCOCK PRÉSENTE », DUVALL (2)le vieux garçon amoureux d’une poupée dans « LA 4ème DIMENSION », il campe des malfaisants dans plusieurs « SUR LA PISTE DU CRIME », un infirme dans un « FUGITIF », un mafieux qui se confesse à un prêtre dans « LA NOUVELLE ÉQUIPE », puis Eisenhower dans la minisérie « IKE » et le vieux cowboy Gus dans « LONESOME DOVE », qui demeure une de ses plus belles prestations. Il tient le rôle-titre de « STALINE » sous des tonnes de maquillage, incarne le bourreau nazi dans « THE MAN WHO CAPTURED EICHMANN », le général Lee dans « GODS & GENERALS ». Il retrouve un beau rôle de vieux cowboy dans « BROKEN TRAIL ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens