Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 16:29

Éclipsé par le « ALAMO » gigantesque de John Wayne, « QUAND LE CLAIRON SONNERA » tourné cinq ans avant, avec un budget beaucoup moins conséquent, relate lesCLAIRON mêmes évènements de façon plus didactique et moins spectaculaire. Si Wayne avait choisi le colonel Travis comme protagoniste principal, ici c'est ‘Jim Bowie’ qui est mis en vedette. Davy Crockett lui, incarné par le folklorique Arthur Hunnicutt est montré comme un homme des bois cradingue et très plouc. Le ‘Duke’ remettra de l’ordre dans tout ça et rétablira une autre hiérarchie…

Le scénario met ici l’accent sur l’aspect politique des affrontements entre Texans et Mexicains. Il montre la vieille amitié liant Bowie et le général Santa Anna et l’attitude ambiguë de l’Américain déchiré entre deux pays qu'il aime. Sterling Hayden est très bien distribué dans ce rôle complexe et nuancé, dessinant un homme tolérant et pacifiste mais ne refusant jamais le combat. Bien plus riche que le portrait qu’en fera plus tard Richard Widmark. On suit donc le film à travers lui, fermant les yeux sur de trop nombreux bavardages, sur des batailles un peu étriquées et surtout sur une love story convenue et franchement superflue. Le siège d’Alamo est décevant, peu dramatisé (l’utilisation du célèbre ‘DeCuello’ est déconcertante !) et seul l’assaut final fait preuve d’un vrai dynamisme. Mais grâce à ce film sobre et dépourvu de patriotisme claironnant, on comprend mieux les enjeux, les buts des uns et des autres, les contradictions de l’époque.

CLAIRON (1)

Dans un cast assez terne, on a le bonheur de voir Ernest Borgnine dans un rôle de rancher brutal surnommé ‘Bull’, qui devient pote avec Bowie après un combat au couteau pendant lequel celui-ci lui massacre le bras et le laisse handicapé. « You’re a good man ! » en conclue un Ernie ensanglanté.

À voir donc, si possible dans une soirée thématique avant le classique de 1960 et le récent remake.

 

À NOTER : Hayden, Borgnine et le jeune Ben Cooper étaient déjà apparus ensemble l’année précédente dans « JOHNNY GUITARE ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans WESTERNS U.S. ET ITALIENS
commenter cet article

commentaires

lemmy 23/01/2013 11:25

Ce film est très intrigant. Je le mets dans ma liste. Ceci dit, je mets tous les westerns dans ma liste. Hunnicutt en Crockett, je suis curieux de voir ça.

Fred Jay Walk 24/01/2013 21:13



Ils en ont fait un personnage comique, sans doute pour "héroïser" davantage Bowie.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens