Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 19:25

HOUSE OF BAMBOO (1)S’il ne fait pas partie des chefs-d’œuvre de Samuel Fuller, « MAISON DE BAMBOU » est incontestablement son film le plus visuellement soigné. Entièrement tourné au Japon, il annonce des œuvres à venir comme « YAKUZA » ou « BLACK RAIN », en télescopant deuxHOUSE OF BAMBOO cultures : les Américains et les Japonais. Les premiers n’ayant – et c'est plutôt inattendu – pas forcément le beau rôle !

Le scénario est assez bancal, s’attarde beaucoup trop sur l’ennuyeuse love story entre le flic infiltré dans une bande de gangsters et une ‘Kimona girl’. Malgré quelques touches très lisibles, le film ne développe pas assez le personnage le plus intéressant : le chef du gang, joué par Robert Ryan, un type élégant et intelligent, qui s’attache instantanément à un HOUSE OF BAMBOO (2)nouveau-venu, Robert Stack, pour de troubles motivations. D'ailleurs, son lieutenant Cameron Mitchell ne s’y trompe pas, qui lui fait de véritables crises de jalousie. Quand Ryan s’apercevra de la trahison de Stack, il affichera un dépit d’amant bafoué. Le jeu monolithique et sans finesse de Stack empêche (heureusement ?) d’aller trop loin dans l’ambiguïté des relations entre les deux hommes.

De toute façon, on sent que Fuller était plus intéressé par Tokyo que par ses personnages. Il filme la ville avec une passion véritable, choisissant toujours des arrière-plans dépaysants, superbes ou sordides, n’évitant d'ailleurs pas la balade touristique. Mais c'était le premier film U.S. tourné là-bas, aussi a-t-il des excuses.HOUSE OF BAMBOO (3)

« MAISON DE BAMBOU » aurait certainement bénéficié d’un montage plus serré et d’un véritable affrontement entre ses deux protagonistes, qui n’arrive jamais vraiment. Il est néanmoins truffé de morceaux de bravoure encore étonnants comme cette attaque de train en pleine campagne au pré-générique ou le duel final sur cette roue surplombant la ville, à la fin.

La scène où Ryan persuadé que son « ex » Mitchell l’a vendu aux flics, va l’abattre dans sa baignoire et lui parle ensuite avec tendresse, fait regretter que Fuller ne se soit pas plus penché sur ce personnage un peu trop survolé.

Malgré ses défauts, un bon polar exotique et un témoignage visuel aujourd'hui historique d’un Tokyo de l’après WW2, vu par l’œil d’un ancien G.I.

HOUSE OF BAMBOO (4)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE ROBERT RYAN
commenter cet article

commentaires

Distribution prospectus 28/06/2011 21:51


Merci pour le travail effectué sur votre blog.


Thaddée 28/06/2011 21:23


enfin un blog sérieux!


Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens