Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 15:53

BLANC JAUNE NOIR (1)« LE BLANC, LE JAUNE ET LE NOIR » signé par un des papes du ‘spaghetti’ fait partie de la vague auto-parodique qui a fini par noyer définitivement le genre. Dès le pré-BLANC JAUNE NOIRgénérique, la femme acariâtre du shérif accable celui-ci de reproches, en citant tous les titres possibles et imaginables de westerns italiens. C'est lourd et peu drôle, mais au moins Sergio Corbucci annonce clairement la couleur. D'ailleurs, ce discours disparaît complètement dans la version anglaise du film, pour un texte aussi idiot, mais allégé de toute référence…

Le scénario est un démarquage de « SOLEIL ROUGE » : ici c'est un poney sacré qui est dérobé contre rançon, au lieu d’un sabre et c'est le ramasseur de crottin (sacré aussi, le crottin) qui est chargé de le ramener, et non pas un samouraï. Le train semble être le même que celui qui servit dans le film de Terence Young, on a même droit à un équivalent du gag du moustique coupé en plein vol.

Le pire est peut-être la direction d’acteurs : Eli Wallach joue un shérif intègre et ombrageux qui finit par danser le french cancan en travesti. C'est attristant. Giuliano Gemma fait une piètre imitation de Terence Hill dans un rôle de hors-la-loi sautillant appelé « le Suisse », BLANC JAUNE NOIR (2)mais le fond est atteint par Tomás Milian qui campe le pseudo-samouraï, avec la finesse et la retenue d’un Paul Préboist singeant Michel Leeb imitant un Chinois. À peine descriptible !

« LE BLANC, LE JAUNE ET LE NOIR » est un nanar qu’on peut voir d’un œil plus ou moins indulgent, selon l’humeur du moment. Mais comment ne pas regretter qu’au lieu de cette pantalonnade bâclée, la réunion du réalisateur de « DJANGO » avec le mythique señor Tuco, l’acteur inspiré du « DERNIER FACE A FACE » et celui des « RINGO » n’ait pas donné lieu à un vrai film ?

Il faut croire qu’en 1975, le train du western « all’Italiana » était déjà passé depuis longtemps…
BLANC JAUNE NOIR (3)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans WESTERNS U.S. ET ITALIENS
commenter cet article

commentaires

Marc Provencher 14/10/2012 20:12

TRÈS TRÈS mauvais souvenir de jeunesse. J'aime bien Milian dans d'autres films, mais ici c'était d'un pénible...! Pourquoi ne sont-ils pas allés chercher un acteur japonais pour le samouraï ? Mais
bon, c'est vrai qu'il aurait fallu dénicher un acteur à la fois crédible en samouraï et muni de vrais dons de clown: pas évident.

Enfin tant qu'à faire dans le western burlesque, la légende prétend (ou "rumor has it", comme on dit chez nous) que 'Qu'est-ce que je viens foutre au milieu de cette révolution', lui aussi de
Corbucci mais de 1972 et avec carrément Vittorio Gassman, vaudrait plus sérieusement la peine. Je me demande... Je me questionne... Je subodore...

Fred Jay Walk 15/10/2012 08:04



J'ai de gros doutes...



lemmy 16/02/2010 18:15


D'où la supériorité du western italien. Quand c'est loupé, on peut souvent en rire.


lemmy 16/02/2010 18:14


Non ? Je suis de plus en plus tenté.


Il n'y a pas à dire, ce n'est pas le western us qui nous proposerait ça.


Fred Jay Walk 16/02/2010 19:07


Ah non ! Les pets de poney sacré sont réservés aux spaghettis.


lemmy 16/02/2010 01:35


Des photos qui font plaisir à voir... Et un film qui m'a l'air d'un grand ascétisme. Vivement le zone 2 français ! Je veux le voir.


Fred Jay Walk 16/02/2010 09:37


C'est à voir, ne serait-ce que pour la séquence où Milian renifle l'arrière-train du poney sacré qui lui pète à la figure. Du pur Bresson...


Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens