Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 16:56

AVENTURIER R GLe premier quart d’heure de « L’AVENTURIER DU RIO GRANDE »  pourrait être extrait AVENTURIER R G (1)d’un ‘spaghetti western’ : le gringo mal rasé, taiseux, le petit village texan balayé par le vent de sable, les « tronches » des seconds rôles… Mais nous sommes en 1959 et il s’agit bien d’un western made in U.S.A.

Et d’un grand western, devons-nous ajouter. Étonnant à quel point ce scénario incroyablement dense, grouillant d’évènements, de bascules psychologiques, de coups de théâtre, parvient à tenir en à peine plus de 90 minutes.

Peut-être parce qu’au-delà des péripéties d’un côté de la frontière ou de l’autre, le film n’est au bout du compte que le fascinant portrait d’un homme simple, déchiré entre deux cultures, deux modes de vie, un pauvre type qui a passé son existence à fuir, à tuer sans discuter les ordres, soumis à son ‘patrón’ qui – il s’en rendra compte juste à temps – n’a jamais cessé de le considérer comme un ‘gringo’.

C'est un des très rares rôles de sa longue carrière, que Robert Mitchum a joué sans posture et sans masque. Loin de son emploi habituel de cynique paresseux et bourru, ‘Brady’ est un homme fruste, foncièrement juste, pas spécialement intelligent et même honnête jusqu'à la bêtise. L’acteurAVENTURIER R G (3) s’y montre extrêmement touchant, jusque dans ses rapports avec Julie London, elle aussi remarquable en femme d’officier malheureuse et désabusée. Les deux face à face de Mitchum avec Pedro Armendáriz, jouant son « maître » sont d’une intensité exceptionnelle. Belle brochette de seconds rôles : Charles McGraw excellent en ‘doc’ généreux, Mike Kellin en ‘chicano’ et Gary Merrill en major borné.

Picaresque et partant parfois en tous sens, le scénario soutient pourtant idéalement la mise en scène culottée et incroyablement moderne de Robert Parrish : l’utilisation fréquente d’extrêmes gros-plans sur des visages crasseux, en sueur, le soin maniaque apporté au moindre élément du décor, la précision de la direction d’acteurs, jusqu'au plus modeste figurant (le soldat balafré, complètement muet, véritable figure emblématique de la Mort qui rôde autour de Brady), tout cela annonce évidemment Leone au moins autant que « VERA CRUZ ».

AVENTURIER R G (2)

« L’AVENTURIER DU RIO GRANDE » est une œuvre unique et foisonnante, qui nécessite certainement plusieurs visions pour en capter toutes les richesses.

La dernière scène sur la rive du Rio Grande, lourdement chargée de symboles, dégage pourtant une émotion fulgurante, mettant un terme à l’amour fusionnel entre l'homme et son cheval, qui de toute façon appartenait à son passé.

Un grand film.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ygor Parizel 22/10/2014 16:36

Je suis un connaisseur de western, celui-là je n'en ai jamais entendu parler. C'est ça que j'aime avec les western américain, on découvre toujours des bijoux inconnus

Fred Jay Walk 22/10/2014 19:41



Je ne l'ai découvert que récemment. Je pense qu'il n'était plus en circulation depuis pas mal de temps...



lemmy 15/01/2013 02:43

Malgré la fatigue, l'enthousiasme me fait écrire que cet "Aventurier du Rio Grande" que je viens juste de voir est un très grand film, qui rentre de suite dans mes westerns préférés.

Fred Jay Walk 15/01/2013 07:42



On est d'accord : découverte majeure.



lemmy 14/01/2013 08:46

Malgré le prix exorbitant du combo BR/dvd, je crois que je vais me laisser tenter tout à l'heure s'il est sorti dans nos contrées. J'espère que le petit livret en vaut la peine.

J'ai récemment enfin vu un western rural de Wayne que je voulais voir depuis 20 ans et sans être déçu, et là, c'est la même chose avec cet "Aventurier". En vieillissant, j'apprécie de plus en plus
le gros Bob.

Fred Jay Walk 14/01/2013 09:00



C'est un de ses meilleurs rôles, il joue comme dans "DIEU SEUL LE SAIT" de Huston, simplement, sans avoir l'air de s'en foutre,
sans soupirer à tout bout de champ. Il semble concerné et même passionné par son rôle. Ce n'est pas arrivé souvent dans sa carrière.



hub 14/01/2013 02:41

AH Wé, un putaing de super grand film, du générique, avec sa belle mélodie, au final!! euh rien à dire de plus à cette heure ci, hormis, que cela fait tjs plaisir de voir qu'il existe encore deux
apprécier The wonderfull country!

lemmy 14/01/2013 02:04

Toi, tu dois avoir trouvé le Blu ray/dvd Sidonis... Vaut-il le coup ? Y a-t-il une différence flagrante entre les deux formats ?

Fred Jay Walk 14/01/2013 08:23



Le pack Blu-ray/DVD avec le livret est magnifique. Vraiment.


La différence (j'ai comparé) est flagrante : netteté des images, contrastes. Le DVD est sûrement bon, à condition de ne pas le mettre en compétition avec le rendu HD.



Seb 13/01/2013 20:20

On ne peut plus d'accord avec tes propos sur ce magnifique western de Robert Parrish où tout (mise en scène, scénario, interprétation, paysages) est remarquable. Au passage, bonne année avec un peu
de retard mon cher Fred ;)

Fred Jay Walk 13/01/2013 23:20



A toi aussi !



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens