Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 18:27

VERACRUZDes gringos sans foi ni loi plongés dans la révolution mexicaine pour le seul appât du gain, des trognes burinées et mal rasées, un ‘bad guy’ sympathique tout de noir vêtu, un duel VERACRUZ (1)final en forme de happening. Sans oublier Charles Bronson jouant de l’harmonica… « VERA CRUZ » a tout, vraiment tout du ‘spaghetti western’, à part le fait d’être sorti dix bonnes années AVANT l’éclosion du genre.VERACRUZ (3) Et d'être tout ce qu'il y a d'Américain. 

Premier gros budget alloué à Robert Aldrich, première grosse production de Burt Lancaster, ce western haut-en-couleurs, amoral et spectaculaire fut dit-on improvisé au jour le jour. Cela se ressent parfois dans la construction en boule de neige du scénario et dans des détails comme le rôle d’Ernest Borgnine dont on ne sait jamais très bien s’il n’est qu’un simple figurant ou un personnage secondaire important.

La principale attraction du film est bien sûr le face à face entre deux générations de stars : Gary Cooper vieillissant mais toujours droit dans ses bottes et Lancaster, qui s’est taillé la part du lion dans un rôle flamboyant de fripouille n’écoutant que ses pulsions animales. Ils VERACRUZ (2)s’estiment et s’amusent de leur complémentarité, tout en se méfiant constamment l’un de l’autre. Ils sont complices, mais toujours prêts à se tirer dans le dos. Cette « amitié » instable et périlleuse constitue le cœur de « VERA CRUZ ». Cooper fait de louables efforts pour paraître aussi cynique que son partenaire, mais il a tant d’années de droiture et d’héroïsme derrière lui, que sa volte-face finale ne crée aucune surprise. ‘Coop’ n’allait tout de même pas devenir une crapule sans cœur d’un seul coup ! D’autant qu'il y a des « petites gens » (les pauvres ‘chicanos’ opprimés par l’empereur Maximilien) à défendre. On ne se refait pas… En vieuxVERACRUZ (4) ‘pro’, il choisit l’extrême sobriété pour résister au cabotinage exultant d’un Burt qui bouffe littéralement la pellicule.

Magnifiquement photographié dans des extérieurs grandioses de ruines aztèques ou de palais luxuriants, truffé de répliques à double-sens, de batailles épiques, « VERA CRUZ » c’est du pur Aldrich : cadrages dynamiques en contre-plongées, montage ‘cut’ parfois abrupt, absence totale de sentimentalité, c'est un film qui ne vieillit absolument pas. Sans doute parce qu'il était très en avance sur son époque.

À l’ombre du duo de stars, les rôles féminins sont écrits avec une franche misogynie, Henry Brandon est excellent en officier français arrogant et odieux et le trio infernal Borgnine, Bronson et Jack Elam occupe l’espace dans de tout petits rôles sans grand relief.

Beaucoup tentèrent d’imiter « VERA CRUZ » par la suite, et Aldrich lui-même s’y essaya plusieurs fois, mais sans jamais y parvenir. On appelle cela l’alchimie. Et c'est inexplicable, heureusement.

VERACRUZ (5)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

VAL 17/04/2012 19:28

Je viens de revoir "Vera Cruz" tout de suite après "La Vallée des Géants". Ces deux films n'ont à priori rien en commun, mais, voir Douglas puis Lancaster jouer des rôles de fripouilles
charismatiques est quasiment jouissif.

Evidement, j'avais depuis longtemps oublié le western de Feist, tout comme son réalisateur, mais l'extraordinaire film d'Aldrich est d'une autre trempe !

"Vera Cruz", un film qu'on prends un grand plaisir à revoir car il ne vieillira jamais...

valcogne.over-blog.com 29/12/2011 22:32

Les hommes libres sont en général de drôles de numéros !

Dino Barran 29/12/2011 14:29

Damned, encore un point de convergence avec Monsieur Eddy, cher Fred !
Mais chut...

Fred Jay Walk 29/12/2011 15:20



Pour paraphraser Patrick McGoohan : "JE NE SUIS PAS M. EDDY ! JE SUIS UN HOMME LIBRE !!!".


 


Ooooh Daniela... (oups !)



valcogne.over-blog.com 29/12/2011 12:01

Dire de Vera Cruz que c'est un chef d'oeuvre relève du pléonasme. Mais c'est la réalité. Eddy Mitchell disait que c'était son film préféré. C'est dire. Le duo Lancaster/Cooper est magnifique, la
femme est crédible, les paysages authentiques, les Français infects...et absolument pas Français,malheureusement. La scène des chandeliers a du indirectement inspirer Leone pour les tirs sur
l'armure d'El Indio et l'hommme sans nom. C'est dire.

lemmy 19/01/2011 00:13


Burt lancaster dans Vera Cruz : le sourire le plus hallucinant de l'histoire du cinéma.


Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens