Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 18:25

AFFAIRE CAPONE (3)L’idée d’avoir accordé à Roger Corman un budget à peu près décent n’était peut-être pas si heureuse que cela. Habitué au système D et aux tournages de quelques jours, le AFFAIRE CAPONEproducteur-réalisateur semble perdre toute inventivité avec cette « AFFAIRE AL CAPONE ».

Au mieux on dirait un très long épisode des « INCORRUPTIBLES » en CinémaScope, sans l’énergie de la série, ni sa beauté plastique. Relatant le fameux AFFAIRE CAPONE (2)massacre de la Saint-Valentin, le scénario tente de monter une mayonnaise sur ce qui n’est au fond qu’une tuerie banale et très peu cinégénique : sept gus alignés contre le mur d’un garage et mitraillés jusqu'à ce que mort s’ensuive par des ‘torpedoes’. Une minute de détonations, du sang, des flammes et… C'est tout. Impossible de ne pas penser « Tout ça pour ça ? », quand la séquence s’achève. L’évènement aurait à peine rempli quelques minutes dans un biopic sur Capone.

C'est tout le problème de ce film qui demeure complètement anecdotique, s’attarde sur des personnages secondaires sans aucune épaisseur et finit en queue de poisson. Mais là n’est pas la pire erreur de Corman : elle réside dans le casting du rôle-titre. Distribuer l’élégant et cultivé (et filiforme) Jason Robards dans le rôle du gros, vicieux et bestial Al Capone tient quasiment de la faute professionnelle. Impossible de croire au personnage une seconde et l’acteur, complètement déphasé, ne peut que grimacer, mâchouiller ses cigares et beugler ses répliques sans conviction. Autour de lui, George Segal n’est pas mieux servi en flingueur odieux et on reconnaît des trognes familières, souvent vues d'ailleurs dans « LES INCORRUPTIBLES », parmi lesquelles on distingue très fugitivement un jeune Jack Nicholson en tueur enroué. Quand on lui demande ce qu'il fait avec ses balles, il répond : « Je les trempe dans l’ail. Si la balle ne tue pas le gars, il meurt d’un empoisonnement du sang ».

Une vraie déception donc, surtout si on se souvient du classique du film de gangster que le même Corman avait réalisé une décade plus tôt : « MITRAILLETTE KELLY ».AFFAIRE CAPONE (1)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens