Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 17:46

CASANOVA (2)Soyons clair : « CASANOVA LE PETIT » n’existe que pour, par et à travers Gary Cooper. Sans lui, le film n’aurait aucune raison d’être et chaque réplique, chaque situation semble avoir été inventée pour lui.

Casanova Brown, c'est le M. Deeds de Capra avec quelques années de plus et un altruisme très émoussé. Un grand benêt séduisant malgré lui, au caractère bien trempé, mais ayant leCASANOVA chic pour se mettre dans des imbroglios inextricables, la plupart du temps dû à des jeunes femmes énamourées.

Le scénario de Nunnally Johnson est extrêmement bien construit en vaudeville, le dialogue est pétillant et le tout est charmant sans jamais être « mignon ». Cooper se retrouve quasiment bigame, père sans le savoir et bientôt pratiquement maman idéale, sans jamais rien maîtriser, jamais rien vouloir. Il faut avoir vu cet enchaînement de séquences inouï où, embêté parce qu'il fume dans une maison sans cendrier, il met littéralement le feu à l’endroit ! C'est du très grand ‘Coop’ à l’état brut. Peu de comédiens arriveraient à en faire autant dans un simple plan large sans dialogue. Le dernier tiers du film le montrant enfermé dans sa chambre d’hôtel avec le bébé qu'il a « kidnappé » et dont il s’occupe comme s’il s’agissait d’un produit inflammable hautement instable, est un délice. À ses côtés, les personnages secondaires comme la femme de ménage de l’hôtel ou le liftier sont formidables, Frank Morgan est irrésistible en vieux ronchon avaricieux. Seule la larmoyante Teresa Wright semble appartenir à un autre univers. Heureusement, on la voit peu.

« CASANOVA LE PETIT » (encore un titre français à pleurer) est un opus méconnu de la filmo éclectique du grand ‘Coop’ et un régal absolu qu'il est urgent de redécouvrir. Pourquoi est-il si rare en DVD ?

Notons pour donner un autre son de cloche, que le film est totalement descendu en flammes dans la bio de Cooper signée Jeffrey Meyers, qui trouve le scénario nul et le film atrocement mal réalisé. Les goûts et les couleurs... 

CASANOVA (1)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE GARY COOPER
commenter cet article

commentaires

Julien Morvan 01/05/2011 14:20


Ah ? Moi je l'avais vraiment adorée dans VAINQUEUR DU DESTIN, elle était absolument magnifique, l'égale d'une Paulette Godddard. Et je ne me souviens plus d'elle dans L'IDEALISTE de Coppola donc
difficile de juger pour moi ...


lemmy 01/05/2011 02:11


Tu es peut-être un peu dur avec cet homme de studio qu'était Sam Wood. Tout ce qu'on dit autour de lui semble le dégager de toute réussite de ses bons films. Je sais que Groucho Marx a dit de lui
comme épitaphe : "un fasciste...", référence probable aux opinions de Wood et à son attitude pendant la chasse aux sorcières et/ou au fait qu'il s'est très mal entendu avec les Marx Brothers qu'il
voulait recadrer, or il a quand même été l'auteur de ce qui est un de leurs chefs d'oeuvre : "Une nuit à l'opéra", dont on dit que la réussite en revient à son producteur, Thalberg...

Sinon, j'aimerais beaucoup voir ce Casanova...


Julien Morvan 01/05/2011 01:06


Teresa Wright était très dur envers ce film aussi, qu'elle trouvait mauvais, malgré un scénario inétressant. La faute peut-être au réalisateur Sam Wood, honnête tâcheron de Hollywood (VAINQUEUR DU
DESTIN, POUR QUI SONNE LE GLAS avec Cooper également), qui avait beaucoup de mal à briller sans son directeur artistique et ami Cameron Menzies.
Je n'ai pas vu ce film malheureusement.


Fred Jay Walk 01/05/2011 07:52



En attendant, Miss Wright est ce qu'il y a de pire dans le film... Tout est relatif.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens