Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 08:22

MOONTIDE (1)Commencé par Fritz Lang, fini par Archie Mayo, « LA PÉNICHE DE L’AMOUR » (que dire de l’affligeant titre français ?) est un produit excessivement bizarre, un télescopage de styles et de cultures qui part en tous sens et finit par trouver une certaine cohérence. Celle duMOONTIDE chaos ?

Monté pour lancer la carrière U.S. de Jean Gabin alors exilé aux États-Unis, c'est un mélange de ‘film noir’ sordide et de « réalisme poétique » à la Carné-Prévert, un genre qui fit la gloire de l’acteur français. L’impression est renforcée par un tournage entièrement en studio, aux décors artificiels. Même la séquence de soûlerie au début a été storyboardée par… Salvador Dali !

C'est dire que « LA PÉNICHE DE L’AMOUR » est un drôle d’objet. Gabin – qui se débrouille étonnamment bien en MOONTIDE (2)anglais – joue un vagabond alcoolique flanqué d’un immonde maître-chanteur visiblement fou amoureux de lui (Thomas Mitchell à contremploi), qui sauve la vie d’une jeune femme suicidaire. Ils vont s’installer ensemble dans une bicoque et envisager un avenir. Mais la fatalité les poursuit en la personne de Mitchell, bien décidé à gâcher ce bonheur dont il est exclu.

Contre toute attente, Gabin s’intègre parfaitement dans cet univers fabriqué de toutes pièces, trimbalant sa mythologie de ‘loser’ hanté par le passé qui a très bien traversé les continents. Face à lui, Ida Lupino n’a jamais été plus jolie et touchante, laissant deviner le passé d’humiliations de son personnage, sans qu'il ne soit jamais rien précisé. Claude Rains tient un rôle curieux d’ange-gardien malicieux. La séquence où, le jour de son mariage, il explique à Lupino qu'elle doit se comporter comme une prostituée à la maison, pour garder son mari, est complètement hallucinante !

Des images restent gravées dans la mémoire, comme cette confrontation finale sur la jetée plongée dans le brouillard, entre Gabin et Mitchell. Ou cette séquence glauque et malsaine entre le même Mitchell et Lupino, sous les aboiements du chien. « LA PÉNICHE DE L’AMOUR », œuvre oubliée du parcours étonnant de l’acteur français le plus emblématique de l’Histoire, vaut le coup d’œil pour son mélange de genres décomplexé, sa folie rampante et la poésie frelatée qu'il dégage. Une vraie curiosité…

MOONTIDE (3)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article

commentaires

eddy 18/09/2015 18:56

merci

daniel 21/07/2011 21:57


Une carrière américaine pour Jean Gabin qui aurait pu finir en beauté puisque selon l acteur André Pousse,Sergio Leone,lors des esquisses du projet"Il était une fois en Amérique" proposa a Gabin de
jouer le role de Max vieux(joué finalement par James Woods) et souhaitait Depardieu pour les jeunes années de Max.Contre toute attente Gabin accepta a condition de ne pas faire de voyages en
avion.Leone accepta le deal.Finir une carrière phénoménale sur ce role plutot que le navet "L année sainte"ca aurait eu de la "gueule" pour parodier le grand Jean Gabin.


lemmy 20/07/2011 22:12


Heureux d'apprendre autant de choses. Il y a donc un zone 1 copieux de ce film ?

Marlene Dietrich aura été le point commun entre Gabin (qui a été avec Ginger Rogers ?!), Lang et Wayne (qu'elle fréquentait également à l'époque).


Fred Jay Walk 20/07/2011 23:10



Et sous-titré, ce qui est rarissime chez Fox.



Dino Barran 20/07/2011 21:29


En fait, c'est même le seul film 100% américain de la filmo de Gabin vu que L'IMPOSTEUR a été réalisé par Duvivier.
Cher Fred, ta chronique donne à penser que sa prestation était tout-à-fait convaincante et qu'il est passé à côté d'une carrière hollywoodienne. Au prix d'une carrière militaire où il aura pris
plus de risque et qui s'est avérée plus qu'honorable. Que regretter ?
Sympa de nous avoir fait découvrir cette curiosité.


Fred Jay Walk 20/07/2011 23:12



Oui, il est vraiment bien là-dedans. Même s'il s'appelle "Bobo".



daniel 20/07/2011 20:00


C est curieux puisque Gabin vivait avec Dietrich depuis un an deja et que sa breve relation avec Rogers datait de 1940.Mais bon..l essentiel est que ce casting surprenant"Gabin lupino"donne envie
de connaitre ce film.


Fred Jay Walk 20/07/2011 20:19



Exactement !


Pour le reste, je transmets ce que disent les "historiens" sur le DVD U.S. Mais après tout... Ils n'y étaient pas !



daniel 20/07/2011 16:50


En fait Lang aurait eu une liaison avec Marlene Dietrich,alors compagne de Gabin et celui ci aurait demandé a Lang de quitter le tournage.En tous cas c est la version de Lang mais comme il etait
connu pour etre d une extrème mauvaise foi comme lorsqu il dit ne jamais avoir voulu faire ce film;explication donnée pour justifier l échec commercial du film.En fait on ne sait pas combien de
temps il a travaillé sur ce film.


Fred Jay Walk 20/07/2011 17:37



D'après les suppléments du DVD zone 1, c'est encore plus compliqué que ça, puisque Gabin vivait alors avec Ginger Rogers. Mais les deux hommes ne s'aimaient pas, c'est clair !


Tous les participants parlent de deux semaines de présence de Lang sur le plateau.



lemmy 20/07/2011 10:53


Etonnant ! Je n'en ai jamais entendu parler. Il est vrai que la carrière américaine de Gabin n'est pas très exposée. En plus, le film a été commencé par Lang ?!


Fred Jay Walk 20/07/2011 11:06



Lang a tourné deux semaines et s'est retiré pour cause de "différends artistiques" avec Gabin.


On trouve le DVD en zone 1 avec sous-titres français.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens