Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 19:19

Notre ami ‘Marc’ nous ayant donné envie d’en savoir plus sur « DEUX GRANDES2 GG GUEULES », une coproduction italo-française de 1974, réalisée par le très inégal Sergio Corbucci, « WWW » s’est penché sur la question.

Le film raconte l’histoire de deux copains camionneurs, un napolitain et un milanais qui décident de s’associer pour devenir leurs propres patrons. S’ensuit une série d’aventures à la mode ‘road movie’ qui leur fera traverser l’Europe.

Écrit par les célèbres duettistes Sergio Donati et Luciano Vincenzoni, oui : ceux de « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST », le film dure 1 H 40 et il est interprété par un tandem peu assorti : Giancarlo Giannini alors porte-drapeau d’un cinéma plus politisé et aujourd'hui acteur international et Michel Constantin, ex-sportif reconverti dans les rôles de durs-à-cuire plus ou moins comiques en France et ailleurs. À leurs côtés Giuseppe Maffioli, la belle Dalila Di Lazzaro, Enzo Fiermonte, Philippe Hersent.

La photo était signée Giuseppe Rotunno et la BO était l’œuvre de Guido & Maurizio De Angelis.

Le film a plutôt bonne réputation et donne bien envie d’y jeter un coup d’œil.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article

commentaires

Marc Provencher 24/02/2013 21:40

« Giancarlo Giannini alors porte-drapeau d’un cinéma plus politisé... »

Hum, tu écris sans doute ça en raison de sa longue alliance avec Lina Wertmüller, mais c'est plus ou moins juste. Giannini "première manière" était d'abord un comique, révélé par l'hilarant 'Drame
de la jalousie' d'Ettore Scola aux côtés de Mastroianni et Vitti. Il était en 1970 LA nouvelle star de comédie satirique capable de prendre la suite du star-system Gassman-Manfredi-Sordi-Tognazzi.
Et la comédie à l'italienne a cette vertu d'être enracinée en septembre 43 plutôt qu'en mai 68, donc la devise soixante-huitarde "tout est politique" ne lui convient guère. Alors quand le genre
aborde un sujet politique, Giannini est politique ('Film d'amour et d'anarchie', 1973) et quand elle ne l'est vraiment pas, il ne l'est vraiment pas ('Sexe fou', 1973).

Pour ma part son indéniable virtuosité à l'époque me laissait un peu froid, ses personnages étaient plus souvent des marionnettes - parfois très amusantes, mais auxquelles manquait la 'human touch'
de ses aînés. Toutefois en prenant de l'âge le pantin de Giannini s'est amélioré, il a appris à investir plus d'humanité dans ses personnages et son registre s'est élargi aux rôles dramatiques. Son
mafioso dans 'Palerme-Milan aller simple', par exemple, était vraiment réussi.

Fred Jay Walk 25/02/2013 07:57



Tu as certainement raison, Marc. Mais cette image "politisée" est celle qu'il avait, en tout cas en France, quand il a commencé à être connu.


Je l'avais bien aimé dans le méconnu "D'AMOUR ET DE SANG".



Patrick 24/02/2013 20:31

je suis curieux de le voir

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens