Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 07:57

Les miracles, même petits, en matière d’adaptation théâtrales et de coproductions multinationales sont suffisamment rares pour saluer avec reconnaissance des réussites comme « CARNAGE », dont – avouons-le – on n’attendait pas grand-chose.

Tiré d’une pièce de Yasmina Reza, tourné en studio et en décor unique en France, ce huis clos confronte deux couples new-yorkais autour de la bagarre qui a opposé leurs garçons de onze CARNAGEans. Ce qui démarre en face à face policé et civilisé entre personnes intelligentes et raisonnables, dégénère progressivement en bataille rangée. De quoi parle le texte exactement ? De mariage ? De machisme ? De snobisme ? De l’impossible entente entre les hommes et les femmes ? Il parle surtout de l’extrême minceur de notre vernis de civilisation et de la facilité avec laquelle on retombe dans nos pires instincts.

Si on ne retrouve pas le Polanski des grandes années, celui de « ROSEMARY’S BABY » ou « CHINATOWN », on se contente – et c'est déjà bien – de celui de « LA JEUNE FILLE ET LA MORT » : maîtrise de l’espace, direction d’acteurs au cordeau, mise en scène rigoureuse et invisible au service du thème. De fait, « CARNAGE » est un film de comédiens et ceux-ci sont tous au sommet de leur art : Jodie Foster, sèche, anguleuse, à fleur de peau, est tellement à cran et passive-agressive, qu'elle crée un authentique malaise à l’écran. Un exploit ! Son mari, un « beauf » confit dans sa médiocrité débonnaire est excellemment joué par John C. Reilly. L’autre couple n’est pas en reste : Christopher Waltz est tout bonnement fabuleux en avocat fielleux accro au portable. Chacune de ses interventions est un régal. Kate Winslet écope du personnage le moins caricatural, une snob frustrée et « au bord de la crise de nerfs », menaçant constamment d'un vomissement intempestif et dévastateur.

Court, compact, sans temps mort, « CARNAGE » vaut donc largement le coup d’œil pour qui aime les confrontations de grands acteurs et les satires sociales au vitriol. Personne n’en sort grandi, mais à bien y regarder, le miroir n’est peut-être pas aussi déformant que cela… Hélas !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrick 08/04/2012 20:19

D'habitude ce type de cinéma n'est pas ma tasse de thé mais étant donné que c'est réalisé par Polanski je suis allé le voir au cinéma et je me suis régalé.
Pour ma part je n'ai ressenti de misogynie dans ce film.

Fred Jay Walk 08/04/2012 20:52



Non, vraiment pas, tous comptes faits. Elles prennent même la défense du hamster !



Dino Barran 07/04/2012 20:40

Bonne surprise effectivement.
Le théâtre filmé suscite toujours une certaine méfiance, aggravée pour CARNAGE par le pitch sommaire du film. La bande-annonce elle non plus ne donnait pas envie.
Une remarque personnelle : le film m'a paru carrément misogyne. Les personnages féminins m'ont paru bien moins à leur avantage que les hommes.
Doit-on y voir le reflet du point de vue de Polanski ou cette orientation figurait-elle déjà dans la pièce de Madame Reza ?

Fred Jay Walk 07/04/2012 21:02



Pas vu/lu la pièce, mais je n'ai pas ressenti ce "favoritisme".


Les hommes sont quand même lamentables, le beauf décourageant et pleutre et le cynique. Les femmes sont hystériques certes, mais me semblent plus intelligentes... Mais bon ! L'ensemble est quand
même misanthrope au possible.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens