Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 17:40

DESPERATE (2)« DESPERATE » a tous les atours d’un ‘film noir’ et fut même tourné pendant l’âge d’or du genre, mais au fond, ce n’en est pas réellement un. Pourtant Anthony Mann, avant sa période western, signa quelques fleurons de ce sous-genre du polar pendant les années 40, mais le scénario de celui-ci tient plutôt de l’engrenage et du thriller traditionnel. Le DESPERATE (1)protagoniste n’est pas victime du destin, du moins pas très longtemps. La femme n’a rien de fatale, c'est une gentille épouse enceinte et plutôt un boulet qu’autre chose. Les méchants ne sont que des brutes imbéciles et comble des combles, on a même droit à une ‘happy end’ presque décevante de banalité.

C'est bien réalisé et surtout photographié, avec une belle maestria des clairs obscurs, le rythme est parfaitementDESPERATE soutenu, mais les péripéties semblent artificielles, les réactions des personnages ne sont pas toujours très logiques. Dans le rôle principal du jeune camionneur innocent fuyant la police et les gangsters, Steve Brodie, excellent second rôle, n’est pas très passionnant et manque du fatalisme d’un Mitchum ou de la hargne d’un Lancaster, figures de proue de ce genre de films ces années-là. Face à lui, Raymond Burr avec son visage encore mince et son corps déjà éléphantesque, compose un caïd malsain à souhait comme il savait si bien les incarner avant de devenir le « Mr Propre » des séries TV. À noter que le flic d’abord odieux, puis plus amical est campé par un certain… Jason Robards. Qui n’est autre que le père du futur ‘Cheyenne’ de « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST ».

« DESPERATE » est une série B plutôt bien fichue et produite, qui ne laissera probablement aucun souvenir marquant, hormis peut-être ce mariage tchèque tout à fait incongru en son milieu.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 08:49

LOI DES ARMESLa seule vraie surprise que réserve « LA LOI DES ARMES » est en fait la présence à son générique de Jeff Bridges. Celui-ci tourne beaucoup, mais s’est toujours montré exigeant et sélectif. Aussi, le retrouver dans une série B « tarantinienne » à jouer les caïds, dans un rôle qu’auraient pu/dû endosser Harvey Keitel ou Christopher Walken, peut-il intriguer.

Le film démarre plutôt bien par l’enlèvement d’un gangster (le ‘Dude’, donc…), ensuite il s’immobilise pendant une bonne heure à l’intérieur d’une fourgonnette où il est retenu sous la menace par un jeune chauffeur affolé. Parallèlement, on suit les négos entre l’associé du caïd et son kidnappeur et les allers et venues dans une épicerie voisine. Composé de longs tunnels dialogués, de clins d’œil inutiles (le jeune héros est vêtu du col roulé bleu-marine de McQueen dans « BULLITT ». So what ?), « LA LOI DES ARMES » connaît un sursaut d’intérêt sur la fin, par la résolution violente de l’imbroglio.

Ce genre de polar à petit budget a connu son apogée il y a dix ans. De nombreux réalisateurs débutants ont cru qu'il suffisait de trouver une situation originale et de faire parler leurs acteurs jusqu'à plus-soif, pour créer l’illusion. Même si on n’est pas fan de Tarantino, force est de reconnaître la cohérence et l’habileté de sa méthode. Les imitateurs ne font la plupart du temps que ramasser ses miettes.

LOI DES ARMES (1)

Alors oui, Bridges est plutôt bien dans un contremploi de salopard impassible et glacial. Noah Wyle, le gentil ‘Carter’ de « URGENCES » étonne un peu en porte-flingue ultra-pro. Mais le jeune Jon Abrahams est complètement invisible et Mädchen Amick joue l’épicière dont le morceau de bravoure est d’ôter sa culotte pour exciter son copain.

À réserver au complétiste méticuleux de la riche filmo de Jeff Bridges, donc.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 06:25

5 VICTIME (1)Fritz Lang est un des très grands noms de l’Histoire du cinéma et on ne va certainement pas revenir là-dessus. Ce qui n’empêche pas qu'il n’a pas toujours signé que des chefs-d’œuvre et qu'il s’est même parfois compromis – surtout dans sa période américaine – dans des 5 VICTIMEœuvrettes anonymes et sans personnalité. C'est le cas de « LA CINQUIÈME VICTIME », un film-charge sur le monde des médias mâtiné de chasse au serial killer à New York.

Le seul véritable intérêt est l’approche scénaristique qui est faite du tueur de femmes, le ‘lipstick killer’, très proche de ce que sera le fameux Étrangleur de Boston. Sorti des séquences purement policières, le film se traîne dans le décor d’un building multimédias façon fifties et tente de passionner avec la course à la promotion entre trois rédacteurs sans foi ni loi. C'est d’une mollesse inexorable, les scènes sont longues et bavardes. La photo extrêmement plate et moche, fait penser aux téléfilms de l’époque. Reste à retrouver quelques5 VICTIME (2) comédiens qu’on aime bien comme Ida Lupino en ‘columnist’ allumeuse en manteau de vison, Vincent Price en « fils de » visqueux et efféminé, Thomas Mitchell en vieux briscard des salles de rédaction (cigare aux lèvres, comme il se doit !). Le transparent Dana Andrews joue le héros, un journaliste-flic porté sur le whisky. À noter que la scène où il provoque délibérément le serial killer à la TV en le traitant de « fils à maman » et grosso-modo d’impuissant, a été très souvent reprise dans les polars des décennies suivantes.

Alors que retenir pour finir sur une note plus positive ? Une bonne course-poursuite dans le métro entre Dana et le tueur, la silhouette affolante de Rhonda Fleming et… c'est à peu près tout.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 08:31

Quand on pense Vincente Minnelli et mélodrame, on voit immédiatement le CinémaScope et le TechniColor. Pourtant, « LAME DE FOND » est en noir & blanc et en format carré. IlLAME FOND faut dire que c'est le premier mélo de l’icône absolue des cinéphiles français, et qu'il vient d’être édité en DVD zone 2.

Ce qui frappe d’abord dans « LAME DE FOND », ce sont ses nombreuses similitudes dramaturgiques avec « REBECCA » de LAME FOND (1)Daphné du Maurier : la jeune femme ingrate et solitaire qui épouse un mystérieux homme riche, la demeure familiale « hantée » par le passé, la personne disparue dont personne n’ose parler (ici le frère au lieu de la première femme), etc. Si le film démarre bien et s’avère assez intrigant, il est de plus en plus plombé par le jeu irritant et hors-contrôle de Katharine Hepburn. Bien trop âgée pour son rôle (elle avait presque 40 ans), la voix aiguë, le corps osseux, elle surjoue la moindre émotion et rend son héroïneLAME FOND (2) particulièrement exaspérante. Elle n’est pas aidée par Robert Taylor, acteur rigide et peu expressif. Heureusement, et même s’il est très mal casté, Robert Mitchum vient égayer les quelques séquences dans lesquelles il apparaît. Drôle d’idée de l’imaginer en poète musicien hypersensible, mais on est amusé de le découvrir si jeune, si mince et pas encore tout à fait réfugié derrière son cynisme de façade.

« LAME DE FOND » est donc une intéressante tentative de mélange de genres, mais à presque deux heures, il dure beaucoup trop longtemps, évente trop tôt son mystère et sombre hélas, dans le ridicule le plus achevé dans sa dernière partie. À découvrir malgré tout, pour le « complétiste » de Minnelli et le fan curieux de Mitchum.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 08:02

GRIFFE (1)Tout le monde adore Yul Brynner dans le rôle du robot-tueur dans « MONDWEST ». GRIFFESchwarzenegger a même affirmé s’être inspiré de son (non)jeu pour créer son Terminator. En fait, en revoyant ses anciens films, on se rend compte que Brynner a TOUJOURS joué comme un robot ! Et c'est d’autant plus flagrant dans « LA GRIFFE ».

Franklin J. Schaffner étant un bon réalisateur, il n’a pas cherché à affiner l’interprétation de sa vedette, mais l’a auGRIFFE (3) contraire accentuée et s’en est adroitement servi. Car dans ce genre de scénario où un héros est remplacé par un sosie censé lui voler sa vie, il y a généralement un bon et un méchant. Là, c'est plus compliqué : Dan Slater de la CIA est un « son of a bitch » antipathique et déplaisant. Il a abandonné son fils dans une pension suisse où il vient d’être victime d’un accident de ski suspect. Il soupçonne un de ses plus GRIFFE (2)vieux amis qu'il n’hésite pas à cogner, ne décroche pas un sourire de tout le film et a constamment l’air exaspéré. Aussi, quand un espion trafiqué par le bistouri prend-il sa place, on en vient presque à le trouver plus attachant que l’original ! C'est d'ailleurs ce qui le perdra… Quand il déclare « J’aimais mon fils », son ex-collègue sait immédiatement qu'il ne peut s’agir du vrai Slater. Pourquoi ? Parce que Slater – de son propre aveu – n’a jamais aimé rien ni personne de sa vie !

C'est LA bonne idée de ce film vieillot et beaucoup trop touristique, à la construction poussive et mécanique, au dialogue pauvret et aux personnages réduits à l’état de pantins sans âme. Mais pour le fan du Yul, c'est un bonheur sans pareil, puisqu’il en aura deux pour le prix d’un. Hélas, aucun des deux ne change une seule fois d’expression en 1 H 45. On ne peut pas tout avoir.

À noter que sur la jaquette du film récemment sorti chez Warner Archives, Elke Sommer est annoncée comme partenaire féminine de Brynner, alors qu'il s’agit de Britt Ekland… Encore un complot ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 07:29

Les histoires d’avocats durs à cuire confrontés à des clients pervers qui les manipulent ne sont pas neuves et ont déjà leurs classiques. On pense bien sûr à « À DOUBLE TRANCHANT », « PEUR PRIMALE » et au sous-estimé « JUSTE CAUSE ».

« LA DÉFENSE LINCOLN » s’inscrit dans ce sous-genre du ‘courtroom drama’, en promettant plus qu'il ne tient à l’arrivée. Alors que ce genre d’histoire tient par ses surprises et coups de théâtre successifs et surtout par son ambiguïté, ce suspense anémié abat trop LINCOLNrapidement ses cartes et s’appuie sur un cast sans épaisseur. Le pâle Matthew McConaughey, s’il évite d’exposer ses abdoms bodybuildés, s’il a les yeux cernés et le cheveu gras, demeure l’acteur superficiel qu'il a toujours été. Même chose pour Ryan Philipe, poupin et transparent en serial killer aussi peu convaincant que possible. Ce face à face étant déjà compromis, on a du mal à se passionner pour l’aventure. Ce n’est pourtant pas nul à proprement parler, c'est même plaisant et confortable comme de vieilles charentaises. On connaît le déroulement à l’avance, on sait comment cela va se terminer, on a déjà vu vingt fois ce couple d’avocats séparé mais toujours amoureux, cette mère richissime prête à tout pour son rejeton dégénéré. Alors on se laisse porter, comme devant un téléfilm en CinémaScope, en pensant à autre chose.

Parmi les points positifs, on pourra noter un casting de second plan assez solide : William H. Macy, arborant une étonnante crinière rousse, joue un enquêteur gay fort sympathique, Frances Fisher, Bob Gunton font honnêtement leur job et Marisa Tomei, toujours délicieuse fait tapisserie.

À sa sortie, la critique a été étonnamment indulgente envers « LA DÉFENSE LINCOLN » (le titre vient du fait que McConaughey a son bureau dans sa voiture, qui se trouve être… une Lincoln), qui sans être catastrophique n’est qu’un avatar proprement manufacturé d’un genre de films qu’on avait l’habitude de voir dans les années 90. Selon l’humeur et l’estime personnelle qu’on peut porter aux deux têtes d’affiche masculines.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 14:11

« BOSTON STREETS » est la v.f. (sic !) de « CE QUI NE TE TUE PAS… », un titre beaucoup plus nietzschéen et prétentieux. La matrice de ce genre de chronique autobiographique est bien sûr « MEAN STREETS » (d’où le titre en v.f. !) et de nombreuses copies plus ou moins passionnantes ont depuis vu le jour, comme le remarquable « LES BOSTON STANGES DE LA NUIT » ou le récent « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS LE QUEENS ».

« BOSTON STREETS » n’apporte rien de nouveau au genre qu'il illustre, hormis une évidente sincérité, une volonté aiguë de rédemption et un positivisme forcené. Côté réalisation, c'est parfois maladroit : l’auteur ne filme pas toujours ses acteurs comme il le devrait, monte beaucoup trop ‘cut’, donnant souvent une sensation de survoler son scénario et de ne pas aller au fond des choses. Il confond rapidité et précipitation. Certains personnages sont filmés de loin ou de dos, au point qu’on a du mal à les identifier au fil de l’histoire. Heureusement, Mark Ruffalo est formidable, comme toujours. Humain, sobre, poignant, il donne une réelle épaisseur à son personnage de ‘loser’ englué dans une vie qui le mène droit dans le mur. Face à lui, Ethan Hawke paraît plus artificiel en petite frappe sans état d’âme et on retrouve avec plaisir Amanda Peet, complètement déglamourisée en épouse accablée mais loyale.

Il ne restera sans doute pas beaucoup de souvenirs de ce « BOSTON STREETS » décousu. Jamais déplaisant et souvent même intéressant, le film laisse sur un sentiment de « déjà vu » (comme disent les anglo-saxons) un peu handicapant. Et l’épilogue, naïf et moralisateur, est franchement décevant. Pas par ce qu'il expose, mais par la manière dont il est amené.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 10:04

Même si on a l’étrange sensation que « MANIPULATION » provient d’une faille temporelle datant des années 80, il n’en demeure pas moins un thriller psychologique bien fichu et assez prenant.

Aucune surprise à attendre, aucune réelle originalité à espérer, dans ce MANIPULATIONquasi-remake de « BAD INFLUENCE », mais un vrai sens du cadrage et surtout du montage et une photo glacée et hypnotique de Dante Spinotti. Dommage que le dernier quart du scénario parte en quenouille (d’où la présence d’une « fin alternative » dans le DVD, aussi peu convaincante que la définitive) et laisse une impression d’arnaque et de bâclage.

C'est Ewan McGregor qui tient le suspense sur les épaules dans un rôle difficile d’introverti solitaire découvrant les joies d’un ‘sex club’ : on appelle sur une ligne privée, on tombe sur une inconnue à qui on demande simplement : « Êtes-vous libre, ce soir ? ». Ce qui lui permet des ‘one night stands’ avec Charlotte Rampling ou Natasha Henstridge. Mais aussi Michelle Williams, dont il tombe amoureux, tombant dans les griffes d’un voleur pervers joué par Hugh Jackman.

Et c'est là que le bât commence à blesser. Car s’il est tout à fait convaincant en mutant griffu, Jackman manque sérieusement de perversité et d’ambiguïté pour tenir ce genre de rôle sorti d’un Patricia Highsmith. Ses relations avec McGregor perdent en finesse et en profondeur. Dommage…

Dans un cast riche de bons comédiens, on retiendra la toujours excellente Lisa Gay Hamilton, sous-employée en fliquette suspicieuse.

Pas désagréable le temps qu'il dure, « MANIPULATION » laisse l’impression d’avoir été tripatouillé par trop de mains différentes. Il y a quinze ans, c'est probablement Michael Douglas qui aurait tenu le rôle de Jackman et le film aurait été plus à sa place dans l’espace-temps. Aujourd'hui, c'est un objet curieusement désuet, décalé. Quant aux grosses « surprises » et coups de théâtre de la dernière partie, ils font sourire, tant ils sont téléphonés. Selon l’humeur…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 14:23

JERRY TOM (1)Réalisé par l'acteur Canadien Saul Rubinek qui fut l'historien de « IMPITOYABLE »,  JERRY TOM« JERRY & TOM, VOLEURS DE VIES » est une étonnante et très plaisante surprise. Théâtral dans sa forme, le scénario fait penser à un film de Tarantino mâtiné du style de dialogue de David Mamet. La présence de comédiens fidèles à ce dernierJERRY TOM (3) comme Joe Mantegna, William H. Macy ou Sam Rockwell n'est probablement pas due au simple hasard.

Le thème du vieux tueur formant un disciple qui finit par le dépasser, n'est pas neuf et a été bien souvent rabâché depuis le film-étalon « LE FLINGUEUR ». Mais ce polar irréaliste, avançant par ellipses, baignant dans un humour froid, possède un ton bien à lui. Des personnages comme Charles Durning campant un vieux ‘hitman’ ayant à son actif la famille Kennedy et Elvis (sic !) sont irrésistibles. Mantegna trouve un de ses meilleurs rôles, en ‘mechanic’ calme et loyal, Rockwell est parfait en tête brûlée JERRY TOM (2)incontrôlable (il pense très sérieusement à buter son nourrisson qui pleure la nuit !) et Macy ne fait que passer en victime d'un « contrat ».

De bout en bout, « JERRY & TOM » est un film délectable, avec une vraie recherche dans les cadrages et dans les liaisons entre les séquences. Son meilleur atout est un dialogue au cordeau, sans effet superflu et une sorte de tendresse amusée pour des protagonistes monstrueux, mais non dénués de charme. C'est vraiment comme si Mamet s’était subitement découvert un sens de l’humour et du second degré.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 07:17

Grosso-modo, c'est un peu comme si James Bond s’était retiré dans une cabane sous la neige pour élever Nikita à la dure.

« HANNA » est un drôle de film, mélange contre-nature de ‘blockbuster’ façon « AU-REVOIR, À JAMAIS » et de conte de fées. On sent les influences scénaristiques de séries TV commeHANNA « LE CAMÉLÉON » ou la regrettée « DARK ANGEL » de James Cameron, mais s’il ressemble souvent à un ‘pilote’, « HANNA » demeure très inconsistant et plombé de longueurs fatales. Ainsi, tout l’épisode de la famille anglaise est-il interminable et répétitif.

Côté mise en scène, c'est inutilement chichiteux et truffé d’effets superflus (ralentis, caméras pivotantes), mais heureusement pour lui, le réalisateur a un atout considérable en la personne de Saoirse Ronan. C'est elle et elle seule qui tient le film sur les épaules. Elle compose avec une incroyable présence physique, un personnage de super-héroïne adolescente, véritable ‘lethal weapon’ au regard candide. Et on se prend bien souvent à regretter que les situations ne soient pas plus originales ou mieux développées. Face à la jeune actrice, Cate Blanchett tient un rôle de répertoire de méchante pernicieuse sortie d’une BD et le transparent Eric Bana continue de ne pas impressionner la pellicule.

Pour un premier quart intrigant et rondement mené, pour des séquences de « baston » joliment réglées, « HANNA » vaut un coup d’œil. Mais s’il faut le voir malgré tout, et en connaissance de cause, ce sera surtout et même uniquement pour Saoirse Ronan, future star de première grandeur à n’en pas douter.

Ah oui, au fait… Le prénom irlandais « Saoirse » se prononcerait « Sirsha ». Un peu comme « Siobhan » se prononce « Shevon », en somme…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens