Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 08:40

Qui a déjà entendu parler de « MY FATHER, RUA ALGUEM 5555 » ? Pas grand monde,MY FATHER parions-le. C'est pourtant le dernier film dans lequel apparut Charlton Heston avant sa retraite forcée et il y fait paraît-il, une performance étonnante dans le rôle de… Josef Mengele ! Un rôle qu'avait déjà brillamment tenu son ami Gregory Peck...

Production italienne tournée en Hongrie et au Brésil en 2003 par le peu connu Egidio Eronico, d'après un roman de Peter Schneider, le film conte le face à face entre un orphelin Thomas Kretschmann, qui retrouve la trace du père qu'il n’a jamais connu en Amérique du Sud et découvre qu'il s’agit du terrifiant médecin d’Auschwitz. Va-t-il s'attacher au vieil homme ou le dénoncer ?

Également au générique, F. Murray Abraham habitué des copros internationales et Thomas Heinze.

Un thème passionnant, la rencontre entre l’excellent acteur allemand du « PIANISTE » et le vieux ‘Chuck’ dans son chant du cygne… Étonnant que ce film soit aussi peu connu et diffusé.

C'est pourquoi une sortie DVD serait tout à fait bienvenue.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 14:07

Dans le dernier numéro de l’inestimable mensuel U.S. « VIDEO WATCHDOG », Mimsy TRAQUEFarmer au cours d’une longue interview portant sur l’ensemble de sa carrière, révèle que son film préféré est une production française : « LA TRAQUE », qu'elle tourna en 1975 sous la direction de Serge Leroy. Pour quelqu’un qui travailla avec Delmer Daves, Barbet Schroeder, les frères Taviani ou Dario Argento, le compliment prend tout de suite un certain poids.

Écrit par André G. Brunelin, ce suspense du terroir démarre comme un Chabrol, évolue comme un Boisset et s’achève comme du… Peckinpah.

Une jeune Anglaise cherchant à louer une maison dans la campagne française est agressée par des chasseurs. Elle tue un des hommes qui l’ont violée et prend la fuite, déclenchant une terrible partie de chasse dont elle est le gibier.

Autour de la blonde comédienne américaine, la fine-fleur du cinéma hexagonal de l’époque : Jean-Pierre Marielle, Michael Lonsdale, Michel Constantin, Michel Robin, Philippe Léotard, Jean-Luc Bideau, Paul Crauchet et Georges Géret. L’image était signée Claude Renoir.

« LA TRAQUE » est invisible depuis longtemps et il y a fort à parier qu'il ait très bien vieilli et fasse un DVD fort apprécié aujourd'hui. On attend !

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 11:29

HAMMERSMITH (1)On peine à l’imaginer, mais parmi les films que tournèrent ensemble Richard Burton et la récemment disparue Liz Taylor, il en est qui demeurent complètement inaccessibles et à peu près inconnus.

« HAMMERSMITH IS OUT » fait partie de ceux-là. Inspiré de la légende de Faust, ce film indépendant fut réalisé par Peter Ustinov au Mexique, en 1972. Burton y joue un cerveau criminel enfermé en HP, qui convainc un jeune infirmier (Beau Bridges) de le faire évader. Liz elle, affublée d’une perruque blonde est une serveuse malheureuse en amour.

Également au générique : Ustinov lui-même en psy, le revenant George Raft, Leon Askin et John Shuck. La BO était signée Dominic Frontiere.

Difficile de savoir ce que vaut réellement cette curiosité, invisible depuis 40 ans, mais peut-être que la disparition de Liz donnera l’idée à des éditeurs d’aller fouiller parmi les inédits de sa bizarroïde filmographie.

« HAMMERSMITH IS OUT » en tout cas, tourné dans la foulée de « UNE BELLE TIGRESSE » où l’actrice était à son top, donne envie d’avoir une bonne surprise…

HAMMERSMITH

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 11:23

CATTLE ANNIE« CATTLE ANNIE AND LITTLE BRITCHES » est le dernier western tourné par Burt Lancaster. La plupart de ses films étant disponibles en DVD d’un continent à l’autre, on s’étonne que celui-ci, datant de 1981, réalisé par le téléaste Lamont Johnson, soit encore introuvable.

Il a plutôt bonne réputation et offre au grand Burt le beau rôle du chef d’un gang de hors-la-loi, Bill Doolin (qui a réellement existé) accueillant dans sa bande deux adolescentes mal dégrossies qui sont les véritables héroïnes du film.

Les flingueuses sont campées par Diane Lane et Amanda Plummer. À leurs côtés, Rod Steiger joue un shérif, Scott Glenn est un des frères Dalton (non, pas Averell), John Savage, William Russ et John Quade sont des hors-la-loi.

La photo est signée Larry Pizer, qui collabora souvent avec James Ivory et le film est noté 6/10 sur IMDB.

Alors, pour voir une dernière fois Mr Lancaster sur un cheval, colts aux poings, on demande (poliment) la sortie de ce western oublié depuis bien des années…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 13:31

Adapté d'un roman d’Arthur Miller, « FOCUS » tourné il y a déjà dix ans, aurait amplementFOCUS mérité une sortie en salles et en DVD en France. Le sujet en est la vague d'antisémitisme aux U.S.A., en '43 (encore un « détail » dont l'Histoire américaine se vante rarement !), mais tout comme « M. KLEIN » de Losey, très proche par le thème, le film est beaucoup plus universel.

Quand un M. tout-le-monde est pris à tort, pour Juif à cause de ses nouvelles lunettes (sic !), sa vie bascule du tout au tout et il n'a nulle-part où se cacher. Pour retrouver sa dignité, il lui faudra endosser cette identité et ce combat. William H. Macy porte le film sur les épaules avec une finesse inouïe, sans tomber dans le pathos. Son personnage est terriblement « normal », mesquin, lâche, peu attractif, jusqu'au moment où les événements l'obligent à se révéler. Laura Dern n'a jamais été meilleure que dans ce rôle à facettes. Très bien filmé, avec un sens esthétique inattendu dans ce genre de production, des cadrages osés, un vrai sens de l'atmosphère (les scènes de bureau font parfois penser à « BRAZIL »), « FOCUS » mérite d'être plus connu. Une découverte, hélas seulement disponible en zone 1.

Que font les éditeurs français ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 06:46

TENNESSEE CHAMP (1)Personne n’a jamais entendu parler de « TENNESSEE CHAMP », une série B pourtant réalisée par Fred M. Wilcox (« PLANÈTE INTERDITE », quand même !) en 1954, et à peu près invisible depuis, que ce soit en vidéo ou en diffusions télé. Le film n’est même pas sorti en Europe.

Le héros du film est Dewey Martin, récemment révélé par Howard Hawks, qui joue un jeune boxeur qui s’est réfugié dans la BibleTENNESSEE CHAMP après avoir mis KO et peut-être même tué un voyou qui l’attaquait (Charles Bronson). Pris en main par un manager véreux (Keenan Wynn) et sa femme (Shelley Winters), Dewey va s’imposer sur le ring. Quand il devra affronter le champion ‘Sixty Jubel’, il découvrira que celui-ci n’est autre que le voyou qu'il pensait avoir tué jadis.

Un drôle de scénario, mais un casting qui donne sérieusement envie de découvrir la chose. Également dans la distribution : la charmante Yvette Duguay, Earl Holliman en soigneur joueur d’harmonica (tiens…) et Jack Kruschen.

C'est certainement le film le moins connu de la filmo de Bronson, qui n’y tient qu’un rôle épisodique et sa première rencontre avec Keenan Wynn qu'il retrouvera plusieurs fois à la TV ainsi que dans « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » et « LE FLINGUEUR ».

En voilà un qu’on aimerait bien voir ressurgir dans les « archives » de quelque éditeur (MGM, en l’occurrence).

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 14:05

BETSYLe réalisateur Daniel Petrie vient de la télé. Il fut même un des pionniers du média. Le BETSY (1)romancier Harold Robbins est un spécialiste du best-seller ‘trashy’ et ce genre de saga serait plus à sa place en minisérie TV. Alors pourquoi diable vouloir revoir « BETSY », pensum de deux heures tourné en 1978 et relatant les coups bas, les coucheries plus ou moins sordides et les vieilles rancœurs au sein d’une famille de constructeurs de voitures ?

Pour son casting, pardi ! Car il faut bien reconnaître que c'est un des plus brillants de cette époque : en tête le vétéran Laurence Olivier (qui tourne là sa première scène érotique à l’âge de… 71 ans !), la star qui monte Tommy Lee Jones (déjà buriné mais encore jeune premier) en pilote de courses, l’inamovible Robert Duvall en héritier fielleux, l’immense Joseph Wiseman, Edward Herrmann. Côté féminin, c'est tout aussi trié sur le volet : la bellissime Katharine Ross, l’excellente Jane Alexander, Lesley-Anne Down et Kathleen Beller.

Et pour pimenter le tout, la BO est signée de l’irremplaçable John Barry !

Alors en sachant bien qu'il ne s’agit pas là d’un chef-d’œuvre honteusement oublié, on aimerait bien remettre un jour la main sur « THE BETSY » autrement que dans l’antédiluvienne édition zone 1 en Pan & Scan.

 

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 10:23

La filmographie d’Alain Delon a été copieusement exploitée en DVD par le biais de diverses collections au fil des ans. Ses films, téléfilms, miniséries TV, ses ‘caméos’, tout est à peu près trouvable hormis quelques titres mineurs comme « DOUCEMENT LES BASSES », « TÉHÉRANINSOUMIS 1943 », « LES TUEURS DE SAN FRANCISCO » (qui fit l’objet d’une réclamation ici-même), « JEFF » (par le réalisateur de « ADIEU L’AMI ») ou « MADLY ».

Mais il est un film important, la première production de Delon, qui est complètement inédit, c'est « L’INSOUMIS » d’Alain Cavalier. Tourné en 1964, c'est l’histoire d’un légionnaire déserteur engagé par l’OAS pour surveiller une avocate kidnappée. Et l’histoire d’amour et de traque qui va s’ensuivre.

Coproduction franco-italienne, « L’INSOUMIS » est écrit par Jean Cau, éclairé en noir & blanc par Claude Renoir, musiqué par Georges Delerue. Autour de Delon dans un de ses meilleurs rôles, on retrouve Lea Massari, Georges Géret, Maurice Garrel, Robert Castel, la petite Camille de Casabianca.

Le film dure 115 minutes, mais a semble-t-il connu plusieurs montages, dus à la censure. Toujours est-il qu'il est unanimement reconnu comme une réussite et son absence en DVD commence à devenir aussi absurde que le fut longtemps celle de « BORSALINO », une autre production Delon.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 09:30

DVD connery (2)On commence juste à se faire à l’idée qu’on ne reverra plus Sean Connery sur un écran dans un nouveau film. L’Écossais a pris officiellement sa retraite après une série de mauvais DVD connery (1)films et d’échecs commerciaux, nous laissant sur une sensation d’inachevé. Comme s’il avait filé à l’anglaise… Un comble pour lui, le ‘scotsman’ militant !

Alors bien sûr, il reste ses grands films pour se consoler. La plupart sont trouvables en DVD, même certaines raretés comme « L'HOMME À LA TÊTE FÊLÉE » ou le téléfilm « ANNA KARENINA » en zone 1. Le fan complétiste trouvera même facilement ses nanars en chinant un peu sur le Web.DVD connery

Mais curieusement, deux films demeurent complètement inédits et introuvables, alors qu'ils ne manquent pas d’attiser la convoitise : « DEUX DES COMMANDOS », une comédie britannique de Cyril Frankel tournée juste un an avant le premier 007. Connery y partage l’affiche avec Alfred Lynch, jouant un petit escroc gitan enrôlé dans l’armée pendant la WW2 et s’efforçant d’éviter les combats tout en faisant de la contrebande.

Plus intéressant sans doute, « LA FEMME DE PAILLE » tourné trois ans plus tard par Basil Dearden, lui offre un rôle d’héritier assassin et manipulateur, aux côtés de Ralph Richardson et Gina Lollobrigida. Un suspense hitchcockien et un des rarissimes rôles de méchants pour le grand Sean.

Si « CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR » (le film) est disponible en DVD depuis des lustres, on se demande pourquoi ces deux films ne le sont pas !

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 11:04

Étonnant que les éditeurs DVD, habituellement si prompts à profiter du succès d’un acteurILE TRESOR pour ressortir ses vieux films relookés, n’aient pas pensé à exhumer « L’ÎLE AU TRÉSOR », une des innombrables adaptations de l’œuvre de R. L. Stevenson, réalisée en 1990 pour la télévision. C'est en effet Christian Bale qui incarne Jim Hawkins. Un Christian Bale de seize ans d'accord, mais un Christian Bale tout de même !

Le reste du casting est tout aussi – si ce n’est plus – alléchant : le vénérable Charlton Heston tient le rôle de Long John Silver, une sorte de contremploi qui attise la curiosité. Il est entouré de son vieux complice Richard Johnson (six films ou téléfilms ensemble !), de l’incontrôlable Oliver Reed et de l’increvable Christopher Lee irrésistibles sous leur maquillage d’affreux pirates. On a même droit à l’excellent et récemment disparu Pete Postlethwaite.

C'est Fraser Heston (fils de…) qui réalise, écrit et produit ce téléfilm de 2 H 11 qui semble tout à fait alléchant.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens