Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 12:09

Comme pour se rattraper du désastre que fut « LA KERMESSE DE L’OUEST », Lee Marvin enchaîna aussitôt après, avec « MONTE WALSH », un beau western réaliste, sur la vie des cowboys, et la fin du vieil Ouest. Il partageait l’affiche avec son vieil ami Jack Palance, ici à contremploi dans un rôle de vieux garçon-vacher rigolard mais fatigué, rêvant de devenir épicier, et… Jeanne Moreau, en prostituée tuberculeuse.

Le film n’était pas gai-gai, et tenait davantage de la chronique que du film d’action, mais il fut réalisé par William A. Fraker, un des meilleurs directeurs photo sur le marché, et la musique était signée John Barry. Parmi les seconds rôles d’époque, on peut trouver Richard Farnsworth (« UNE HISTOIRE VRAIE »), Jim Davis (« DALLAS ») et Mitchell Ryan, vieil habitué du genre. Cela fait tout de même pas mal d’excellentes raisons pour que « MONTE WALSH » sorte en DVD, non ? D’autant plus que son remake télé avec Tom Selleck et Keith Carradine, est disponible à peu près partout. On croit rêver…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE LEE MARVIN
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 14:33

« THE CRUCIBLE », épisode très atypique de la série familiale « BONANZA », joue avec des codes particuliers, proches du huis clos théâtral et traite d’une relation sadomasochiste entre deux hommes isolés dans la nature sauvage. Il serait facile de n’y voir que l’affrontement entre Bien et Mal, mais le scénario est suffisamment tordu pour qu’on puisse y déceler une homosexualité latente, une perversité plutôt dérangeante et des thèmes qui nous éloignent du western classique.

Un des fils Cartwright, Pernell Roberts, est attaqué par des bandits qui le laissent mourir dans le désert. En marchant, il finit par tomber sur le campement d’un prospecteur, Peter Kane, qui lui offre l’hospitalité en échange de quelques jours de travail dans sa mine. Ce qui débute comme un échange de bons procédés, évolue rapidement vers un esclavage odieux et une mise à l’épreuve. Rendu fou par la solitude, le chercheur d'or veut prouver à Cartwright qu'il n’est pas si « civilisé » qu'il l'affirme et qu'il serait capable de tuer Kane, s’il en avait l'opportunité. Reste à trouver sa limite. Traité en bête de somme, humilié et insulté, le brave garçon va avoir du mal à préserver sa dignité et ses principes, face à son bourreau qui l'assoiffe et l'affame et abat sa propre mule pour empêcher toute tentative d'évasion.

C'est un face à face à peine entrecoupé de saynettes montrant les recherches organisées par la famille et cet épisode serait depuis longtemps oublié, s’il n’avait pour « guest star », l’immense Lee Marvin. Dans le rôle de Kane, celui-ci s’en donne à cœur-joie dans le sadisme rigolard et joue comme personne de sa silhouette dégingandée, de son adresse avec les armes à feu et de son élégance dépravée. La grande question qui obsède Kane est « Qui est l’animal, à présent ? » et son but sera finalement de se suicider par Cartwright interposé. Marvin vaut vraiment le détour dans ce petit film entièrement centré sur sa performance d’acteur. Face à lui, Roberts qui fut lui aussi, le héros d’un film de Budd Boetticher (« LA CHEVAUCHÉE DE LA VENGEANCE »), parvient à lui tenir à peu près tête.

En bref, un drôle d’épisode de « BONANZA », pratiquement sans petit frangin, sans le gros Hoss ni « p’pa », qui n’apparaissent qu’à la fin, et très brièvement. Un scénario existentiel, assez glauque, surtout quand on pense au public visé par la série et le plaisir toujours renouvelé de retrouver Lee Marvin dans ses œuvres.

 

À NOTER : « THE CRUCIBLE » est visible dans le volume 2 de « BONANZA », récemment sorti en France, sous le titre « L’EXPÉRIENCE ». Et coup de chance, l’épisode étant resté inédit à la télé française, il n’a jamais été doublé, et est présenté en v.o., alors que la plupart des autres épisodes du coffret sont en v.f. uniquement. Car Lee Marvin sans sa voix, ce n’est plus tout à fait Lee Marvin…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE LEE MARVIN
commenter cet article
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 07:30

"THE GRAVE", western d'une vingtaine de minutes tourné en 1961, est un épisode de la légendaire série de Rod Serling, "THE TWILIGHT ZONE".
Réalisé et écrit par Montgomery Pittman, c'est un quasi huis clos réunissant un magnifique casting de grandes gueules : Lee Marvin, Lee Van Cleef, James Best et Strother Martin.
Marvin, portant un cache-poussière prémonitoire, campe un "lawman" arrivant dans une petite ville-fantôme, pour apprendre que l'homme qu'il traquait est déjà mort. Van Cleef, joueur cynique (et glabre, c'est assez rare pour le noter !), lui lance un défi : oser visiter la tombe du défunt par cette nuit de tempête et y planter son couteau. Du gâteau, s'il n'y avait pas cette tempête, si on ne croyait pas aux fantômes et si la malchance ne s'en mêlait pas...
C'est simple et rudimentaire, mais le trio Marvin-Van Cleef-Martin (bientôt reformé pour "L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE") vaut largement le coup d'oeil et le mélange western-horreur est suffisamment rare pour qu'on se prive de ce plaisir.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens