Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 09:27

James Arness, géant de deux mètres, au visage buriné, est connu pour plusieurs raisons : d’abord, pour avoir incarné l’entité extra-terrestre, visible dans quelques plans de « LA CHOSE D’UN AUTRE MONDE », ensuite pour avoir tenu le même rôle – celui du marshal Matt Dillon dans la série « GUNSMOKE » – pendant vingt ans, puis pour avoir été un protégé de John Wayne, qui lui signa un contrat d’exclusivité, et finalement pour être le frère aîné de l’acteur Peter Graves, le célèbre chef de la série « MISSION : IMPOSSIBLE ».

« GUNSMOKE » étant inédite en France, Arness est donc beaucoup moins populaire en dehors de ses frontières, même s’il a joué quelques autres westerns : il est un méchant dans « LE CONVOI DES BRAVES » et « WYOMING TRAIL », un homme de main dans « CAVALRY SCOUT », un ex-soldat nommé shérif-adjoint dans « LE TRAÎTRE DU TEXAS », un scout de l’armée dans « HONDO, L'HOMME DU DÉSERT », on le voit également dans « L’AVENTURE FANTASTIQUE », en « bad guy » amoureux de Ginger Rogers dans « LA VRP DE CHOC », en hors-la-loi trahi par son gang dans « GUN THE MAN DOWN ».


Arness apparaît non-mentionné au générique, dans son rôle de Dillon dans « ALIAS JESSE JAMES ». Puis pendant des années, il ne fait qu’enchaîner les… 617 épisodes de « GUNSMOKE », devenant l’acteur préféré du public U.S. Il tourne ensuite le téléfilm « THE MACAHANS », qui devient la série « LA CONQUÊTE DE L’OUEST », dans laquelle Arness arbore un look moustachu et hirsute d’homme des bois. On le revoit dans le rôle de Jim Bowie dans le téléfilm « THE ALAMO : 13 DAYS TO GLORY », il reprend le rôle de son « mentor » John Wayne, dans un remake télé de « LA RIVIÈRE ROUGE », puis entre 1990 et ’94, il remet l’étoile de shérif de Matt Dillon, le temps de quatre téléfilms tardifs.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 10:19

Geoffrey Lewis est connu pour deux raisons : il a très souvent tourné aux côtés de, ou pour Clint Eastwood et il est le père de la sulfureuse Juliette Lewis.

Second rôle pittoresque jouant volontiers les abrutis sympathiques, Lewis n’a jamais cessé de tourner et sa filmo de plus de 200 titres est là pour en témoigner.

Il apparaît dans « BONANZA » et « CHAPARRAL », joue un cowboy querelleur dans « LA POUSSIÈRE, LA SUEUR ET LA POUDRE », un hors-la-loi dans « BAD COMPANY », un des bandits cherchant à se venger des villageois dans « L'HOMME DES HAUTES PLAINES ». Il est le chef de la Horde Sauvage dans « MON NOM EST PERSONNE » (même si on ne voit son visage qu’à la toute fin du film, sans que ce ne soit vraiment justifié par le scénario), il est trappeur dans « LE RETOUR D’UN HOMME NOMMÉ CHEVAL » et « LA PORTE DU PARADIS » (où il a une scène très amusante avec Mickey Rourke, dont il attrape la langue), shérif dans la minisérie « COLORADO », joue le procureur qui fait condamner McQueen dans « TOM HORN ».


Il incarne le célèbre braqueur de banques Cole Younger dans un épisode de « LA PETITE MAISON DANS LA PRAIRIE », joue un comanchero dans le téléfilm « THE SHADOW RIDERS », un des bandits pour rire de « LUST IN THE DUST », le banquier malhonnête  (oui, ça existe...) de « MAVERICK ». On le voit même dans le film français « BLUEBERRY ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 17:15

Comédien intelligent et élégant des années 60 et 70, Robert Culp a surtout fait carrière à la TV, où ses séries comme « LES ESPIONS » ou « THE GREATEST AMERICAN HERO » ont fait de lui une figure familière du public U.S.

Dans le domaine du western, Culp se fait connaître grâce au rôle du Texas Ranger Hoby Gilman dans la série TV « TRACKDOWN », en partie réalisée par Sam Peckinpah. Il participe également à « THE WESTERNER » du même réalisateur.

On le revoit dans un « RAWHIDE », en ex-soldat accro à la morphine, il joue les « guests » dans des séries comme « ZANE GREY THEATER » (où il crée d'ailleurs le personnage de Gilman), « LA GRANDE CARAVANE » ou « BONANZA », joue Wild Bill Hickock dans « LES TÉMÉRAIRES ».

Il trouve son meilleur rôle dans « UN COLT POUR TROIS SALOPARDS », où il incarne Thomas Luther Price, un chasseur de primes sage et taiseux, portant des lunettes, et une barbe de professeur. Il est un politicien véreux dans « UN COWBOY EN COLÈRE », joue Cornelius Farnsworth dans la série tirée de « LONESOME DOVE ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 17:07

Cet acteur de second plan, qui débuta dans les années 30, vit sa carrière brisée net par la commission McCarthy, qui le poussa à l’exil, pour ses sympathies communistes.

Caractérisé par son physique massif, sa voix rocailleuse, et son œil à demi-clos, Lionel Stander tourna donc de nombreux films en Europe, particulièrement en Italie, quelques classiques comme « CUL-DE-SAC » (Roman Polanski parle d'ailleurs de lui de façon très peu flatteuse dans ses mémoires), et parmi ceux-ci des westerns. Il trouva le succès sur le tard (71 ans !) grâce à son rôle de chauffeur de maître, dans la série TV « POUR L’AMOUR DU RISQUE ».

On le voit en bandit dans « IN OLD SACRAMENTO », puis en Italie dans « PAS DE PITIÉ POUR LES SALOPARDS » où il joue un hors-la-loi trop âpre au gain, « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST », où son personnage de barman intarissable et cauteleux, est dans toutes les mémoires.

Il est directeur du cirque et M. Loyal dans « LA COLLINE DES BOTTES », il apparaît dans le très inconnu « MISS DYNAMITE », joue le rôle du patriarche d’un clan d’arnaqueurs de l'Ouest dans « TEDEUM », où il se nomme… Stinky Manure (« Fumier puant » !), tient le premier rôle de « HALLELUJAH VERA CRUZ ! », joue un médecin dans « ROYAL MOUNTED POLICE », un prêtre dans « WHO’S AFRAID OF ZORRO ? ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 13:40

Acteur de second plan, au physique rugueux, souvent moustachu et ombrageux, Victor French est surtout connu pour son amitié à la vie à la mort avec Michael Landon, aux côtés duquel il tourna les séries à succès « LA PETITE MAISON DANS LA PRAIRIE » et « LES ROUTES DU PARADIS » (où les deux hommes jouent… des anges !), sans compter quelques apparitions ponctuelles dans « BONANZA ».

Acteur assidu du western, Victor French joue le méchant dans « CHARRO ! » face à Elvis, il est un gardien de bagne dans « LE REPTILE », un villageois vindicatif dans « UNE POIGNÉE DE PLOMB », un des adversaire malmenés du Duke dans « RIO LOBO », le shérif dans « DEUX HOMMES DANS L’OUEST », un des poursuivants malheureux dans « LES COLLINES DE LA TERREUR », il fait au fil des années, 18 apparitions dans la série « GUNSMOKE », incarne un shérif des temps modernes dans la sitcom « CARTER COUNTRY », dont il tient la vedette.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 14:40

« Beau gosse » par excellence, grand, athlétique, les yeux bleus, Jeffrey Hunter a plutôt joué de malchance dans sa carrière. Il fut un Jésus au physique de « marines » dans « LE ROI DES ROIS », tourna plusieurs films avec John Ford, sans en tirer réellement bénéfice, à chaque fois éclipsé par les vedettes en titre, et faillit jouer le capitaine Kirk dans la série « STAR TREK », avant d’être remplacé par William Shatner, à l’issue d’un « pilote » jamais diffusé.

Hunter n’était pourtant pas un mauvais comédien, mais manquait certainement de personnalité, pour sortir du rang.

Il attaque un train pour empêcher son père de le faire, dans « THREE YOUNG TEXANS », joue un chef Indien dans « LE DERNIER CHEYENNE », le fils de l’abolitionniste John Brown dans « SEVEN ANGRY MEN ». Il trouve son rôle le plus mémorable dans « LA PRISONNIÈRE DU DÉSERT », en métis entêté, accompagnant John Wayne dans sa quête obsessionnelle. Il est un cowboy qui retrouve l'homme qui tua son père dans « LE SHÉRIF », un employé du chemin de fer dans « L’INFERNALE POURSUITE », un jeune homme haïssant la violence, et passant pour lâche dans « FRÈRES ENNEMIS », Frank James dans « LE BRIGAND BIEN-AIMÉ », le lieutenant intègre dans « LE SERGENT NOIR ».
À la TV, il tient le rôle-titre de la série « TEMPLE HOUSTON », où il est un avocat dans l'Ouest. On le revoit en peone mexicain (sic !) dans « MURIETA », il apparaît en capitaine dans « CUSTER, L'HOMME DE L’OUEST », joue un ex-soldat confédéré dans le western italien « RINGO, CHERCHE UNE PLACE POUR MOURIR », un marshal dans « SUPER COLT 38 ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 14:55

Le nom de Randolph Scott, est depuis ses débuts comme figurant à la fin des années 20, étroitement lié au western, pour lequel il était prédestiné. Grand, mince, le visage long et impassible à la William S. Hart, l’attitude distante, l’humour parcimonieux, il est devenu à la cinquantaine une figure hiératique du genre, grâce à sa fructueuse collaboration avec le réalisateur Budd Boetticher, qui lui offrit ses plus beaux rôles.

Après de très nombreuses séries B en vedette, une prestation remarquée dans le rôle de Hawkeye dans « LE DERNIER DES MOHICANS », un rôle de marshal dans « LE BRIGAND BIEN-AIMÉ », Randolph Scott s’installe progressivement dans un emploi qui se situerait entre le monolithisme d’un John Wayne, et l’élégance nonchalante d’un Gary Cooper. Il incarne Wyatt Earp dans « L’AIGLE DES FRONTIÈRES », un Sudiste irréductible dans « LA CARAVANE HÉROÏQUE », un avocat dans « LES DALTON ARRIVENT », il joue même un méchant suave mais retors dans « LES ÉCUMEURS ».

Il est un pistolero repenti dans « LA VALLÉE MAUDITE », il venge sa fiancée dans « TON HEURE A SONNÉ », incarne le célèbre Bat Masterson dans « DU SANG SUR LA PISTE », un shérif dans « FAR WEST-89 », un VRP en revolver dans « COLT. 45 », un petit rancher spolié dans « LE CAVALIER DE LA MORT », un major sudiste dans « LE RELAIS DE L’OR MAUDIT » et « LA TAVERNE DES RÉVOLTÉS », un espion dans « LES MASSACREURS DU KANSAS », un officier sympathisant sudiste dans « LA TRAHISON DU CAPITAINE PORTER », un chasseur de primes dans « CHASSEUR D’HOMMES », un garde de diligences dans « LE CAVALIER TRAQUÉ », un rancher dans « 10 HOMMES À ABATTRE », un shérif inquiet dans « VILLE SANS LOI ».


Son association avec Boetticher (Scott est également producteur), donne plusieurs œuvres majeures comme « LA CHEVAUCHÉE DE LA VENGEANCE », « L'HOMME DE L’ARIZONA », « COMANCHE STATION », « 7 HOMMES À ABATTRE », et de bons films comme « L’AVENTURIER DU TEXAS » ou « LE COURRIER DE L’OR ». Scott y incarne systématiquement des héros meurtris, taciturnes, quasi désincarnés, cherchant à venger leur femme, ou leur famille. Une épure, qui – s’il laisse à ses partenaires l’opportunité de lui voler parfois la vedette – l’installe définitivement dans l’imaginaire du public, dans un archétype immuable.

C'est avec Sam Peckinpah que Randolph Scott tourne son dernier film, le classique « COUPS DE FEU DANS LA SIERRA », où il est un vieux pistolero sans scrupules, confronté à un dilemme moral. Un rôle ironique et ambigu, à cent lieux de son image habituelle, et qui clôt sa carrière en beauté.
Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 12:41

Comédien formé au théâtre, au visage inquiétant, à la diction parfaite, au regard de glace, Anthony Zerbe s’est rendu inoubliable, en jouant le leader des mutants dans le film de SF « LE SURVIVANT ».
Il s’est généralement spécialisé dans les rôles de méchants vicieux et sadiques, et a tourné beaucoup de westerns, souvent pour la télévision.

Il apparaît dans « LA GRANDE VALLÉE », en bûcheron haineux « LES MYSTÈRES DE L’OUEST », « LE VIRGINIEN », trouve un rôle sympathique dans « WILL PENNY, LE SOLITAIRE » où il est un des compagnons de Charlton Heston, il apparaît très brièvement en arnaqueur dans « JUGE ET HORS-LA-LOI », joue un métis dans « UNE BIBLE ET UN FUSIL », un épouvantable « bad guy » dans la série « LA CONQUÊTE DE L’OUEST », un acteur shakespearien dans la minisérie « COLORADO », un médecin dans « LA PETITE MAISON DANS LA PRAIRIE », il incarne Bill Williams dans la minisérie « DREAM WEST », rien moins que Ulysse S. Grant dans « NORD ET SUD », un chasseur dans une soixantaine d’épisodes de « YOUNG RIDERS ».
Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 09:54

De ses origines texanes, à son faciès buriné et abimé, en passant par sa personnalité abrasive et taciturne, Tommy Lee Jones avait tous les attributs d’une star de western. Seul petit obstacle : il a émergé à une époque – les années 70 – où le genre entamait son lent déclin. L’acteur s’est donc fait connaître par ses rôles de marshals modernes (« LE FUGITIF »), ou de flics de SF (« MEN IN BLACK »), ce qui ne l’a pas empêché de revenir du côté du vieil Ouest, dès que l’occasion s’en présentait. Quitte à réaliser les films lui-même.

Dans le téléfilm « STRANGER ON MY LAND », Jones incarne un vétéran du Vietnam, installé dans son ranch d’où l’U.S. Air Force veut le déloger. Il retrouve alors les réflexes d’autodéfense des pionniers d’antan. Il frappe ensuite un grand coup, avec le rôle du capitaine Call, le vieux cowboy de la minisérie « LONESOME DOVE », où grimé pour paraître vingt ans de plus que son âge (il remplaçait Charles Bronson au pied-levé), Jones créait un tandem inoubliable avec Robert Duvall.

Tommy Lee Jones réalise « THE GOOD OLD BOYS » pour la télé, où il se donne le rôle d’un cowboy des temps modernes, obligé de choisir entre sa vie de liberté et sa famille. Il est le plus jeune (le moins âgé, disons) des « SPACE COWBOYS » de Clint Eastwood, un des cosmonautes archaïques, ressortis de la naphtaline.

Il trouve un de ses meilleurs rôles dans le sous-estimé « LES DISPARUES », un blanc à ce point intégré à l’univers des Indiens, qu'il en oublie ses racines. Ridé, buriné, tanné, Jones ressemble dans ce film, aux vieilles photos de « Natives », prises pendant la conquête de l'Ouest.


Il réalise ensuite « TROIS ENTERREMENTS », sorte de remake de « APPORTEZ-MOI LA TÊTE D’ALFREDO GARCIA », où il joue un vieux cowboy forçant un flic assassin, à faire un trip initiatique.

« NO COUNTRY FOR OLD MEN » est un western contemporain des frères Coen, où Jones incarne un shérif écœuré par la violence qui l’entoure.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 13:28

S’il fut une véritable institution aux U.S.A., grâce au rôle de Chester Goode, l’adjoint boiteux et pas bien fûté du marshal dans la série « GUNSMOKE », Dennis Weaver est connu en Europe, pour avoir tenu la vedette de « DUEL », le premier film de Steven Spielberg, où il est poursuivi par un poids-lourd, et joué pendant sept saisons, le shérif des temps modernes Sam McCloud dans « UN SHÉRIF À NEW YORK », inspiré du succès de Don Siegel.

Avec sa longue silhouette de jeune premier, Weaver a souvent basculé dans la grosse comédie (le gardien de nuit dans « LA SOIF DU MAL »), et a tourné énormément de westerns : il est un Sudiste insoumis dans « LE TRAÎTRE DU TEXAS », un voyou dans « LA BELLE ROUSSE DU WYOMING », un hors-la-loi dans « VICTIME DU DESTIN » et « QUAND LA POUDRE PARLE », un des rebelles dans « LE DÉSERTEUR DE FORT ALAMO », un capitaine dans « L'HOMME DU NEBRASKA ».

Il est surprenant en Indien Seminole dans « À L’ASSAUT DU FORT CLARK », en Mexicain dans « L’HÉROÏQUE LIEUTENANT », joue le shérif de « 10 HOMMES À ABATTRE », le commandant dans « LE GRAND CHEF ». « GUNSMOKE » l’occupe le temps de… 228 épisodes. Il se montre excellent en commerçant dont la femme est kidnappée par les Indiens dans « LA BATAILLE DE LA VALLÉE DU DIABLE », joue un des braqueurs dans « UN NOMMÉ SLEDGE », et apparaît en homme d’affaires dans la minisérie « COLORADO ».

Il tient le rôle de Buffalo Bill dans la série tirée de « LONESOME DOVE », reprend le rôle créé par Lon Chaney, Jr. dans le remake TV du « TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS », et joue le méchant dans un autre remake, celui du « VIRGINIEN ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens