Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 19:11

ELAM (1)Il est paradoxal de penser que c’est une apparition de quelques minutes dans un film italien, « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » qui a gravé à jamais Jack Elam dans laELAM (2) mémoire du public. Il y incarne en effet un des trois tueurs en cache-poussière qui attendent ‘Harmonica’ à la gare. Celui qui a des soucis avec une mouche !

Avec sa trogne de gargouille, son strabisme divergent et ses dents chevalines, Elam est une des têtes les plus familières du western et du polar des fifties, parfois dans des figurations, parfois dans de vrais seconds rôles étoffés. Il a un rôle important de bandit libidineux dans « L’ATTAQUE DE LA MALLE-POSTE » où il est formidable. Il est un ivrogne en cellule dans « LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS », un malfrat dans « LE QUATRIÈME HOMME », un des sbires d’Anthony Quinn dans « VAQUERO ! », un des mercenaires dans « VERA CRUZ », un pirate dans « LES CONTREBANDIERS DE MOONFLEET », un portre-flingue talonnant Mike Hammer dans « EN QUATRIÈME VITESSE », un vagabond au couteau facile dans « L'HOMME QUI N’A PAS D’ÉTOILE ».

Il est un tueur russe dans « ARTISTES ET MODÈLES », un trafiquant renégat dans « AU ELAM (5)MÉPRIS DES LOIS », le shérif-adjoint ripou de « JE SUIS UN AVENTURIER », un employé de ranch dans « L’HOMME DE NULLE-PART », un gangster qui apprend les bonnes manières dans « MILLIARDAIRE POUR UN JOUR », un des ‘bad guys’ de « RÉGLEMENTS DE COMPTES À OK-CORRAL », un des « COMANCHÉROS », un voleur de bétail dans « EL PERDIDO », un des bandits de « 4 DU TEXAS » (tué avant le générique !), un des « 5 HORS-LA-LOI ».

Jack Elam reparaît (souvent barbu) en ‘gunman’ dangereux dans « LE PISTOLÉRO DE LA RIVIÈRE ROUGE », « LA ROUTE DE L’OUEST » en prêcheur, « UN COLT POUR TROIS SALOPARDS » dans le rôle d’un des trois frères dégénérés, il est un tueur dans le ‘spaghettiELAM (3) western’ « SARTANA NE PARDONNE PAS », apparaît dans « PAT GARRETT & BILLY THE KID » en hors-la-loi nommé adjoint et abattu en duel, « CACTUS JACK » en banquier, « LAST REBEL » en compagnon de route du héros sudiste, « L’ÉQUIPÉE DU CANNONBALL » en proctologue drogué et complètement fou, « LA FLAMBEUSE DE LAS VEGAS », en vieux fêlé.

Elam trouve son rôle le plus important dans « RIO LOBO » où il joue un fermier chassé de ses terres, dans un numéro à la Walter Brennan. Il reparaît au début des nineties en vieillard démoniaque (et en vedette, s’il-vous-plaît !) dans « UNINVITED ».

Burt Kennedy les lui offre des rôles amusants dans ses deux films jumeaux : « NE TIREZ PAS SUR LE SHÉRIF ! » où Elam cabotine comme un fou dans un rôle de ramasseur de crottin promu adjoint et surtout « SUPPORT LOCAL GUNFIGHTER » où il est un va-nu-pieds se faisant passer pour un tueur à gages. Il faut l’avoir vu à la fin du film parler ELAM (4)directement à la caméra et déclarer qu’il est devenu une star du ‘spaghetti western’ !

À la TV, il est un des shérifs adjoints de la série « THE DAKOTAS », le marshal de « TEMPLE HOUSTON », un malfrat dans « LES INCORRUPTIBLES », un chasseur de trésor dans « LES MYSTÈRES DE L’OUEST », divers méchants dans « GUNSMOKE », puis il joue Bitterroot, le vieil acolyte du patriarche de « THE DAUGHTERS OF JOSHUA CABE » et sa sequel « THE NEW DAUGHTERS OF JOSHUA CABE », il joue ‘The King’ dans « HUCKLEBERRY FINN », le beau-père radoteur dans « THE RED PONY », le monstre de Frankenstein dans la sitcom « STRUCK BY LIGHTNING », un père veuf et flemmard dans une autre sitcom : « THE TEXAS WHEELERS », un SDF hébergé dans « UNE VRAIE VIE DE RÊVE ! », un vieux briscard dans la série « LUCKY LUKE ».

ELAM

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 06:16

STOWE (1)Ils sont nombreux les aficionados de la brune Madeleine Stowe, qui ont craqué en la « matant » en voyeur à travers les jumelles des flics de « ÉTROITE SURVEILLANCE ». Le film y révélait sa beauté exotique, sa sensualité frémissante et son intelligence aiguë, dansSTOWE (2) un rôle pourtant conventionnel. Elle reparaîtra non mentionnée au générique, dans la sequel « INDISCRÉTION ASSURÉE ».

On apprécie Madeleine en romancière kidnappée et torturée dans « CLOSET LAND », dans le rôle d’une des trois femmes séduites par un escroc dans « WORTH WINNING », en épouse adultère du mafieux STOWE (3)de « REVENGE », en veuve joyeuse dans « THE TWO JAKES », en enseignante parano dans « OBSESSION FATALE » et surtout en égérie de Nathaniel dans « LE DERNIER DES MOHICANS » où elle frise le sublime.

Elle joue la femme trompée du flic à moto dans « SHORT CUTS », la violoniste aveugle de « BLINK », une cowgirl dure-à-cuire dans « BELLES DE L’OUEST » et une femme fatale des plus convaincantes dans « LUNE ROUGE », la psy de « L’ARMÉE DES 12 SINGES ».

Après une éclipse due à la maternité, Madeleine reparaît curieusement évanescente en STOWE (4)romancière féministe des années 30 dans « LA PROPOSITION », en épouse infidèle dans « LA CARTE DU CŒUR », en enquêtrice spécialiste du viol dans « LE DÉSHONNEUR D’ELISABETH CAMPBELL » où son rôle est très écourté au montage, en médecin (ou en androïde ?) dans « IMPOSTOR », en fille de mafieux dans « AVENGING ANGELO ». Elle apparaît dans le rôle de la femme du héros de guerre dans « NOUS ÉTIONS SOLDATS », un peu… modifiée.

À la TV, on la voit dans le rôle de… la Vierge Marie dans « THE NATIVITY », en aveugle dans un épisode de « LA PETITE MAISON DANS LA PRAIRIE » et en émigrée amie des ours dans « THE DEERSLAYER » déjà inspiré de Fenimore Cooper. Elle est une héritière violée dans « BLOOD AND ORCHIDS » et la femme du flic dans la série « THE GANGSTER CHRONICLES ». Elle retrouve le succès avec la série « REVENGE » (oui, encore !) où elle campe une femme riche et dominatrice avec force.

Aujourd'hui, elle fête ses 54 ans. Happy birthday, Madeleine.

STOWE

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 11:43

BARKINRévélation de la fin des années 80, Ellen Barkin imposa de film en film son physique inhabituel de pin-up blonde au sourire oblique, jouant à merveille de son corps félin et de son regard frondeur. Elle est remarquable en jeune mariée désemparée dans « DINER », en fille paumée d’une star de la ‘country’ dans « TENDRE BONHEUR », en tantine délurée BARKIN (1)dans « DESERT BLOOM », en fiancée exaspérée de Tom Waits au début de « DOWN BY LAW » et trouve son emploi idéal dans « THE BIG EASY » où elle incarne un procureur déterminée mais gaffeuse avec un humour, une gaucherie uniques.

On la revoit en cascadeuse fantomatique dans « SIESTA » qu’elle tient sur ses épaules avec une rare présence, en tueuse punkoïde dans « JOHNNY BELLE GUEULE », en playboy réincarné en pin-up dans « DANS LA PEAU D’UNE BLONDE », en cantatrice timide dans l’exécrable « MAN TROUBLE », en mère de famille remariée dans « BLESSURES SECRÈTES », en Gitane dans « LE CHEVAL VENU DE LA MER ».

BARKIN (3)

Elle est idéalement distribuée en ‘Calamity Jane’ dans « WILD BILL » même si elle est trop peu utilisée. Mais son meilleur rôle demeure celui de la suspecte sensuelle et inquiétante de « SEA OF LOVE » où Barkin vole la vedette à un Al Pacino pourtant en pleine forme.

Sa carrière piétine à cause de trop nombreux petits rôles ou de personnages ineptes : la BARKIN (2)garagiste dans une séquence de « MADE IN HEAVEN » ou l’intello juive de « MAC », l’agent secret ambiguë de « BAD COMPANY », la journaliste radio spécialisée dans le baseball dans « LE FAN », la poule à gangster de « MAD DOGS ».

Barkin apparaît brièvement en serveuse agressive dans « LAS VEGAS PARANO » et oublie tout glamour pour jouer la mère pocharde dans « BELLES À MOURIR » où elle finit avec un crochet façon pirate. Elle court après ses succès d’antan en jouant la fliquette sexy du faiblard « AMOURS MORTELLES », apparaît en prostituée (faussement) aveugle dans « WHITE RIVER », en animatrice de talk show dans « ATTRACTION ANIMALE », en businessBARKIN (4) woman dans « SHE HATE ME », en éditrice lesbienne dans « CHASSÉ-CROISÉ À MANHATTAN », en responsable de la sécurité dans « OCEAN’S THIRTEEN », en agent du FBI dans « L’ÉLITE DE BROOKLYN ».

Elle retrouve un rôle à sa mesure dans « ANOTHER HAPPY DAY » en paumée déchirée, mal-aimée, rejetée par sa mère, et s’y montre formidable.

À la TV, elle s’occupe de son vieux boxeur de père James Cagney, dans « THE TERRIBLE JOE MORAN », joue une call-girl mère d’une fillette dans « CLINTON & NADINE » et une allumeuse qui pousse son mari au crime dans « ACT OF VENGEANCE ». Elle tient le rôle-titre du conte de fées « THE PRINCESS WHO NEVER LAUGHED ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 05:45

BOGART (1)Si la postérité a gardé de ‘Bogie’ l’image du privé au chapeau mou et imper mastic, la carrière du comédien Humphrey Bogart fut aussi longue que variée. Il débute en bellâtre BOGART (4)gominé dans les années 30, avant que son rôle de ‘Duke Mantee’, gangster évadé de « LA FORÊT PÉTRIFIÉE » ne fasse de lui un tough guy incontournable. Sa composition hagarde,BOGART (2) un pied dans la tombe était, il est vrai, absolument saisissante.

Avec son air blasé, son rictus exaspéré et sa voix légèrement zézayante, il créa –outre une collection impressionnante de caïds mal embouchés, à l’ombre des grandes stars de l’époque – quelques personnages marquants : le tueur qui revient mourir sur les lieux de sa jeunesse dans « RUE SANS ISSUE », le BOGART (3)laborantin zombie dans « LE RETOUR DU DR. X », le camionneur de « UNE FEMME DANGEREUSE », le caïd lessivé de « HIGH SIERRA ».

Le succès vient à la quarantaine, avec le rôle de ‘Sam Spade’, privé cynique dans « LE FAUCON MALTAIS » et se confirme avec ‘Rick’, patron de bar romantique et amer de « CASABLANCA ». Que des personnages refusés par des stars de plus grande envergure qui n’en avaient pas senti le potentiel !

Bogart est un autre privé dans « LE GRAND SOMMEIL », un résistant (français !) désespéré dans « PASSAGE TO MARSEILLE », un baroudeur au cœur d’or dans « LE PORT DE L’ANGOISSE », qui marque sa rencontre avec la jeune Lauren Bacall avec laquelle il formera un couple mythique.

Il est un militaire démobilisé dans « EN MARGE DE L’ENQUÊTE », l’ex-colonel de « KEY BOGART (6)LARGO », le malfrat au visage refait dans « LES PASSAGERS DE LA NUIT », le trafiquant de « SIROCCO », l’officier de « SAHARA ».

Ses traits se burinent et peu à peu, Bogart varie ses emplois et se révèle extraordinaireBOGART (5) acteur de composition : le vieux marin ivrogne dans « L’ODYSSÉE DE L’AFRICAN QUEEN » (qui lui vaut l’Oscar), le scénariste parano dans « LE VIOLENT » (peut-être sa plus profonde interprétation), le chercheur d’or fêlé dans « LE TRÉSOR DE LA SIERRA MADRE », l’avocat idéaliste dans « LES RUELLES DU MALHEUR », le procureur obstiné de « LA FEMME À ABATTRE », le réalisateur humain de « LA COMTESSE AUX PIEDS NUS », le business man coincé de « SABRINA », l’aventurier blasé de « PLUS FORT QUE LE DIABLE », le leader des forçats dans « LA CUISINE DES ANGES », le capitaine névrotique de « OURAGAN SUR LE CAINE », le malfrat amer de « LA MAISON DES OTAGES », le reporter de « BAS LES MASQUES ! », le journaliste sportif de « PLUS DURE SERA LA CHUTE ».

BOGART

Woody Allen a fait apparaître son fantôme dans « TOMBE LES FILLES ET TAIS-TOI », son sosie est le héros de la comédie « DÉTECTIVE COMME BOGART », Peter Falk l’imite dans « UN CADAVRE AU DESSERT », il conseille le flic dans un épisode de « MR. GUNN » et fait même un comeback en images de synthèse dans un épisode de « CONTES DE LA CRYPTE » en… ‘95 !

Non, apparemment le mythe qui a vraiment pris naissance au sein des campus américains dans les années 60, n’est vraiment pas près de mourir.

À la TV, Bogart n’est apparu que dans le remake de « LA FORÊT PÉTRIFIÉE », toujours dans le rôle de Mantee, au côté cette fois de Lauren Bacall.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 10:09

BOZZUFFI (1)

Marcel Bozzuffi, s’il débuta de façon tout à fait traditionnelle dans le cinéma français des années 50, se distingua rapidement par un emploi bâtard oscillant d'un film à l'autre entre BOZZUFFI (2)le second rôle lambda catalogué voyou et/ou flic et le ‘leading man’ « à tronche » dans des œuvres plus confidentielles. Son évident charisme, sa voix grave, son jeu intériorisé à l’américaine lui ont ouvert les portes d’un cinéma international, d’abord italien puis anglo-saxon dans les seventies. Il figure au premier plan de la célébrissime affiche de « FRENCH CONNECTION ».

On l’aperçoit d’abord dans plusieurs films aux côtés de Gabin : « RAZZIA SUR LABOZZUFFI (3) CHNOUF » en gigolo raflé par les flics, « GAS-OIL » en routier, « LE ROUGE EST MIS » en jeune frère de la star, « MAIGRET VOIT ROUGE » en inspecteur et « DU RIFIFI À PANAME » en malfrat.

« Bozzu » joue un méchant grec dans « TINTIN ET LE MYSTÈRE DE LA TOISON D’OR », un ignoble flic collabo dans « LE JOUR ET L’HEURE » (d'ailleurs, il s’appelle ‘Lerat’ !), un capitaine de marine dans « LE CIEL SUR LA TÊTE », il est un des truands à éliminer dans « LE DEUXIÈME SOUFFLE ».

BOZZUFFI (4)

En 1969, Bozzuffi réalise un joli film d’auteur « L’AMÉRICAIN », où il tient lui-même un second rôle de footballeur ringard. On le revoit en flic sympathique dans « LA VIE, L’AMOUR, LA MORT ». « Z » lui offre un de ses meilleurs rôles : l’assassin d’Yves Montand, une crapule souriante et amorale, attirée par les jeunes garçons : extraordinaire numéro d’acteur ! Il tient la vedette de « VERTIGE POUR UN TUEUR » en porte-flingue traqué. « FRENCH CONNECTION » où il joue l'homme de main d’un gros narcotrafiquant, le BOZZUFFI (5)catapulte dans des rôles plus proéminents. Il est l’amant fantasmé de Susannah York dans « IMAGES » de Robert Altman, joue un tueur corse dans « LE FILS », il se montre inhabituellement drôle en faux caïd mytho dans « 3 MILLIARDS SANS ASCENSEUR », joue un contrebandier dans « LES HOMMES », un flingueur dans « MARSEILLE CONTRAT ».

Il tourne un ‘spaghetti western’ : « CHINO », face à Charles Bronson, un acteur qu'il a souvent post-synchronisé dans les v.f. de ses films. « LA GRANDE BOURGEOISE » lui redonne un grand rôle de juge puritain, il est flic dans « LE GITAN » et « SECTION DE CHOC », joue un ex-militaire rouquin dans « LE JUGE FAYARD, DIT LE SHÉRIF », un lieutenant dans « IL ÉTAIT UNE FOIS… LA LÉGION », un résistantBOZZUFFI basque dans « PASSEUR D’HOMMES », un ‘narco’ marseillais dans « LA GUERRE DES GANGS ».

Il n’apparaît que très fugitivement dans « UN HOMME QUI ME PLAÎT » en mari trompé, « LIÉS PAR LE SANG » en mafieux, « CADAVRES EXQUIS » en chômeur et « IDENTIFICATION D’UNE FEMME » dans des ‘caméos’.

On le revoit en flic dans « LA CAGE AUX FOLLES 2 » avant qu'il ne se tourne vers la TV au début des années 80, média où ses rôles sont plus variés et moins monolithiques : il joue le rôle-titre de « UNE SAISON DANS LA VIE DE FEDOR DOSTOÏEVSKI » et incarne le ministre dans « L’AFFAIRE CAILLAUX ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 08:15

STANWYCK (2)Née dans la pauvreté, habituée très jeune à se débrouiller toute seule, Barbara Stanwyck débuta comme danseuse de « burlesque », avant de démarrer à 20 ans, une carrière de jeune première, qu'elle sut mener avec intelligence et brio, jusqu'à devenir une « Grande STANWYCK (1)Dame ». Elle régna sur Hollywood, au même titre que Joan Crawford et Bette Davis, mais contrairement à ses consœurs, elle fut aimée et respectée des équipes techniques et de ses partenaires, qui la surnommèrent ‘The Queen’. À revoir ses films avec le recul des années, son style de jeu est sans doute celui qui a le moins vieilli, de toutes les starsSTANWYCK (5) féminines qui furent ses contemporaines.

 Elle débute à l’écran en ingénue dans « THE LOCKED DOOR », joue une infirmière novice dans « L’ANGE BLANC », marque des points en incarnant l’évangéliste-escroc dans « THE MIRACLE WOMAN », l’arriviste amorale de « LILIANE » où elle est stupéfiante. Elle vit une love story compliquée avec un général chinois dans « LA GRANDE MURAILLE », joue la tireuse d’élite Annie Oakley dans « LA GLOIRE DU CIRQUE », la ménagère réticente dans « CAROLYN VEUT DIVORCER ».

Barbara acquiert définitivement ses galons avec le rôle-titre de « STELLA DALLAS », qui suit le destin d’une femme jusqu'à sa déchéance ultime. Peu de stars de l’époque auraient STANWYCK (3)accepté de se montrer grossie, vieillie et enlaidie à ce point. L’actrice est délectable dans la comédie comme le prouvent « MISS MANTON EST FOLLE » et surtout « BOULE DE FEU » où son duo avec Gary Cooper est d’une sensualité inouïe. Elle retrouve celui-ci pour le classique « L'HOMME DE LA RUE » où elle joue une reporter sans scrupule.

« ASSURANCE SUR LA MORT » l’installe dans le panthéon des icônes du ‘film noir’. Elle y joue une mante-religieuse manipulatrice avec une morgue inimitable. On la retrouve en chroniqueuse amorale dans « CHRISTMAS IN CONNECTICUT », en veuve de guerre dans « LE DROIT D’AIMER ».

Elle est une héritière clouée au lit dans « RACCROCHEZ, C'EST UNE ERREUR », puis celle d’un gros ranch dans « LES FURIES », elle revient dans sa ville natale dans « LE DÉMON S’ÉVEILLE LA NUIT », se sort du naufrage dans « TITANIC ».
Miss Stanwyck mûrit avec grâce, changeant progressivement d’emploi, tout en gardant cette sensualité vénéneuse qui l’a toujours caractérisée. Elle s’impose dans le western avec « LA STANWYCK (4)REINE DE LA PRAIRIE », « LE SOUFFLE DE LA VIOLENCE », « LA HORDE SAUVAGE » ou « 40 TUEURS » dans un emploi de dure-à-cuire autoritaire et indomptable.

Elle est prête à tuer pour échapper à son milieu dans « MEURTRIÈRE AMBITION ».

À partir de la fin des années 50, Barbara Stanwyck commence à beaucoup tourner pour la TV, pérennisant ainsi son statut de star, avant qu'il ne décline au cinéma. Elle est ainsi la vedette de la collection « THE BARBARA STANWYCK SHOW » lui offrant chaque semaine des rôles différents dans des téléfilms de 26 minutes. Elle apparaît en enquêtrice dans deux épisodes des « INCORRUPTIBLES », tourne quatre films pour la série « LA GRANDE CARAVANE » et connaît un regain de popularité au milieu des sixties avec la série « LA GRANDE VALLÉE » qui développe intelligemment son rôle de femme de l'Ouest. Elle y joue ‘Victoria Barkley’, matriarche d’un ranch et mère de quatre enfants.

STANWYCK-copie-1

Elle tourne jusque dans les années 80 où on peut la voir, toujours d’attaque dans la minisérie « LES OISEAUX SE CACHENT POUR MOURIR » et en milliardaire dans « LES COLBYS », ‘spin-off’ de « DYNASTIE ».

Ce qu’on appelle communément une « sacrée bonne femme ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 09:39

BOONE (2)Authentique descendant du légendaire Daniel, Richard Boone est d’abord et surtout connu aux U.S.A. pour les séries TV dont il a été la vedette depuis le début des fifties, avec son inhabituel physique de ‘tough guy’ au visage couturé et viril, sa diction raffinée, son BOONE (1)sens de l’humour parfois cruel. Ce choix de carrière l’a probablement empêché de devenir l’énorme star qu'il aurait dû logiquement être, par la variété de ses talents et la richesse de sa personnalité.

Au cinéma, Boone brille surtout dans le western : il est l’homme de main sadique de « L’HOMME QUI N’A PAS D’ÉTOILE », le bandit cynique de « L’HOMME DE L’ARIZONA » (un de ses plus beaux rôles), le tueur à gages condamné à mort dansBOONE (3) « LA CORDE EST PRÊTE », l’officier amer de « TONNERRE APACHE », le tueur d’Indiens obsessionnel de « RIO CONCHOS », le hors-la-loi pervers de « HOMBRE », le kidnappeur cynique de « BIG JAKE » et le général Houston de « ALAMO » où dans un ‘caméo’, il est inoubliable. Il retrouvera John Wayne une dernière fois pour tenter de le tuer dans « LE DERNIER DES GÉANTS ».

Richard Boone joue également le colonel dans « OKINAWA », le chef des pompiers de « DUEL DANS LA FORÊT », Ponce-Pilate dans « LA TUNIQUE », un officier de marine dans BOONE (4)« BRISANTS HUMAINS », le caïd de « RACKET DANS LA COUTURE », le garde du corps de Charlton Heston dans « LE SEIGNEUR DE LA GUERRE » et il trouve peut-être son meilleur rôle dans « L’ARRANGEMENT », en père grec mourant mais pénible de Kirk Douglas.

Boone est un surprenant espion blond platine dans « LA LETTRE DU KREMLIN », un kidnappeur sans pitié dans « LA NUIT DU LENDEMAIN », un capitaine de bateau qui veut venger sa fille dans « KONA COAST », un comploteur dans « WINTER KILLS », un pistoléro qui protège une nonne dans « MADRON », un chasseur de fauves dans « LE DERNIER DINOSAURE » et un tueur au pied plâtré dans le remake du « GRAND SOMMEIL ».

On l’aperçoit dans un petit rôle de shérif de ‘spaghetti western’ dans « LES IMPITOYABLES ».

À noter que Boone prête sa voix ‘off’ au film de son ami Robert Aldrich, « LE GRAND COUTEAU ».

BOONE

À la TV, il est chirurgien dans « MEDIC », incarne ‘Paladin’ le pistoléro érudit dans « HAVE GUN – WILL TRAVEL », son rôle le plus marquant sur le grand public et le marshal féru de méthodes scientifiques dans « HEC RAMSEY ». Professeur d’art dramatique, il produit et dirige une série anthologique « THE RICHARD BOONE SHOW », entouré d’une troupe de comédiens dont il était proche.

Boone joue un vieux baroudeur dans « THE GREAT NIAGARA », un acteur devenu aveugle dans « IN BROAD DAYLIGHT ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 10:28

BORGNINE (1)

 

Originellement publié en janvier 2011.

 

D’origine italienne, typé par un surprenant physique de batracien, Ernest Borgnine a tendance à ses débuts à se voir catalogué dans des emplois de machos stupides se faisant casser la figure par le héros du film après l’avoir provoqué. C’est ainsi qu’Ernest se fait rosser par Gary Cooper dans « VERA CRUZ », Sterling Hayden dans « JOHNNY GUITARE »BORGNINE et Spencer Tracy dans « UN HOMME EST PASSÉ » dans des scènes curieusement similaires.

Le rôle-titre de « MARTY » où il est un boucher célibataire et complexé, lui rapporte l’Oscar. Un an plus tard, Borgnine reparaît (artificiellement vieilli pour être le mari de… Bette Davis) dans un film écrit par le même auteur Paddy Chayefsky : « LE REPAS DE NOCES » où il incarne un taxi mariant sa fille. Depuis, il a toujours alterné les rôles de brutes épaisses comme le sadique sergent ‘Gras-double’ de « TANT QU’IL Y AURA DES HOMMES », avec les personnages plus attachants auxquels il prête sa rondeur rigolarde : l’officier soupçonné de communisme de « 3 BRAVE MEN ».

Bob Aldrich le fait beaucoup tourner : le bandit soupçonneux de « VERA CRUZ » donc, mais aussi un des passagers dans « LE VOL DU PHÉNIX », le général bon-enfant de « 12 SALOPARDS », le mogul dans « LE DÉMON DES FEMMES », le commissaire de « LA CITÉ DES DANGERS » et le chef de train bestial de « L’EMPEREUR DU NORD ».

Parmi ses rôles marquants : le caïd de « DANS LA GUEULE DU LOUP », l’entraîneur dans BORGNINE (2)« LES GLADIATEURS », le bandit dans « LES MASSACREURS DU KANSAS », le fermier Amish qui tue Lee Marvin d’un coup de fourche dans « LES INCONNUS DANS LA VILLE », l’acolyte d’Alan Ladd dans « L’OR DU HOLLANDAIS », le rancher jaloux de « L’HOMME DE NULLE-PART », le chef braillard dans « LES VIKINGS » où il se jette dans une fosse aux loups avec un entrain inimitable, le père de famille obsédé par son travail dans « THE RABBIT TRAP », le flic honnête de « LA MAFIA », le père de Tony Franciosa dans « VOLUPTÉ », un des premiers Chrétiens de « BARABBAS », le patron du studio dans « LA STATUETTE EN OR MASSIF », le sergent dévoué corps et âme à son supérieur dans « CHUKA LE REDOUTABLE ».

Sam Peckinpah offre à Borgnine son plus beau rôle avec Dutch, le second dévoué de William Holden dans « LA HORDE SAUVAGE » où l’acteur est à la fois humain et d’une violence sans pardon. L’acteur retrouve Peckinpah pour le moins enthousiasmant « CONVOI » où il est un shérif tenace.

BORGNINE (3)

On le revoit en flic marié à une prostituée dans « L’AVENTURE DU POSÉIDON », en rancher mexicain haineux dans le ‘spaghetti western’ « LES 4 DESPERADOS », en boss qui finit grignoté par les rats dans « WILLARD », dans le rôle comique d’un des frères dégénérés de « UN COLT POUR 3 SALOPARDS », en voleur de bourses dans « THE PRINCE AND THE PAUPER », en détrousseur de cadavres dans « LA POURSUITE SAUVAGE ».

Il est le démon cornu de « LA PLUIE DU DIABLE », le coiffeur justicier de « L’ORDRE ET LA LOI », le taxi collant de « NEW YORK 1997 », un des cosmonautes dans « LE TROU NOIR », le plouc dangereux de « LA FERME DE LA TERREUR », le commanditaire des mercenaires dans « NOM DE CODE : OIES SAUVAGES », le flic aveugle dans « LE JOUR DE LA FIN DU MONDE », il joue le parrain de « SPIKE OF BENSONHURST ». À ce propos, il est intéressant de savoir que lorsque « LE PARRAIN » fut mis en chantier, Borgnine fut envisagé dans le rôle de Don Corleone, d’autant qu’il était le choix des mafiosi questionnésBORGNINE (4) à ce sujet…

Borgnine apparaît dans deux ‘caméos’ non-mentionnés au générique : dans « HOLLYWOOD MISTRESS » où il tient son propre rôle puis en amiral dans « McHALE’S NAVY » tiré de la série TV dont il fut le héros trente ans plus tôt.

À noter qu’on revoit un Borgnine octogénaire, en ami de la tortue dans « MEL » et en homme de ménage dans « BIENVENUE À GATTACA » où son rôle a pratiquement disparu au montage. Le même réalisateur lui offre une apparition clin d'œil (en photo dans l’ordinateur, parmi les composantes de… la femme idéale !) dans « S1MØNE ».

Il prête sa voix à… un chien, dans le cartoon « ALL DOGS GO TO HEAVEN 2 » puis à un des jouets-mercenaires de « SMALL SOLDIERS ».

Ernest Borgnine apparaît en veuf dans le sketch de « 11/09/01 », réalisé par Sean Penn, en shérif infirme dans le film français « BLUEBERRY – L’EXPÉRIENCE SECRÈTE », il est l’archiviste de « RED ».

Tout compris, il compte plus de 500 titres à son palmarès.

À la TV, Borgnine est un officier de marine hilare dans la série « McHALE’S NAVY », un Basque dans « LA GRANDE CARAVANE », un shérif raciste se prenant d’amitié pour un Noir BORGNINE (5)dans « THE TRACKERS », un vagabond nommé shérif dans « SAM HILL : WHO KILLED THE MYSTERIOUS MR. FOSTER ? », le vieux soldat dans le remake de « À L’OUEST, RIEN DE NOUVEAU », le capitaine fantôme dans « THE GHOST OF FLIGHT 401 », un ermite – mais peut-être Dieu lui-même ! – dans « LA PETITE MAISON DANS LA PRAIRIE », l’ex-catcheur dans « MAGNUM », le coéquipier du pilote dans la série « SUPERCOPTER ». Il reprend le rôle du général Worden créé dans « 12 SALOPARDS », dans la sequel « THE DIRTY DOZEN : THE NEXT MISSION », puis dans quelques téléfilms. Il apparaît dans le rôle de… Ernie, dans la copro française « LA MONTAGNE DE DIAMANTS ». À plus de 85 ans, on voit Borgnine en caïd sortant de prison dans un « DEMAIN À LA UNE », en mari d’une malade en phase terminale dans « URGENCES », en papy dans « UN GRAND-PÈRE POUR NOËL ».

Il est mort à l'âge de 95 ans, après une carrière et une vie bien remplies...

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 18:16

SUSAN GEORGE (2) Susan George fut une des comédiennes anglaises les plus ouvertement « érotiques » du cinéma des années 70, affirmant dès ses 18 ans, une personnalité provocante et libérée, pas très éloignée de celle d’une Bardot avec un zeste de fantaisie évoquant l’américaine SUSAN GEORGEGoldie Hawn. D'ailleurs, Sam Peckinpah ne s’y est pas trompé en ouvrant son mythique « CHIENS DE PAILLE » par un gros-plan de la poitrine de la jeune actrice, évoluant librement sous un pull-over moulant.

Susan George débute dans « LA CRÉATURE INVISIBLE », une série B avec Boris Karloff, on la revoit en Russe dans « UN CERVEAU D’UN MILLIARD DE DOLLARS », mais on la découvre vraiment dans « L’ANGE ET LESUSAN GEORGE (3) DÉMON » où elle crève l’écran en collégienne délurée épousant un romancier de porno quadragénaire qui avait en plus, la trombine de Charles Bronson. Sa ‘Twinky’ a marqué tous ceux qui ont vu ce film pourtant très oubliable.

Elle est la grande sœur protectrice dans « LES INCONNUS DE MALTE », elle apparaît en ‘guest star’ dans un épisode de « AMICALEMENT VÔTRE » avant de trouver le rôle de sa SUSAN GEORGE (1)vie, celui d’Amy dans « LES CHIENS DE PAILLE » où mariée avec un matheux peu viril, elle va par son attitude infantile et ambiguë déchaîner la violence. La scène du viol – commentée jusqu'à aujourd'hui encore – doit beaucoup à la comédienne qui a osé passer le mur du ‘politiquement correct’.

On la revoit en baby-sitter (également violée !) dans « FRIGHT », en hors-la-loi de l'Ouest dans le ‘spaghetti western’ « FAR-WEST STORY » où elle forme un couple avec Tomás Milian, elle joue une prostituée dans une version musicale de « DOCTEUR JEKYLL & MISTER HYDE » au côté de Kirk Douglas.

Susan tente sa chance aux U.S.A. : elle est une coureuse automobile qui vire desperadaSUSAN GEORGE (4) dans « LARRY LE DINGUE, MARY LA GARCE », une héritière de plantation perverse dans « MANDINGO » (elle y est génialement haïssable), la copine d’un ex-taulard dans « LA VENGEANCE AUX TRIPES », la fiancée d’un business man qui pousse celui-ci à la folie dans « TOMORROW NEVER COMES ».

Elle revient en Angleterre pour jouer les nounous dans « VENIN », apparaît dans de mauvais films comme « LA MAISON DES SPECTRES » et « LA TAUPE » et se consacre à la télévision en tournant des miniséries depuis les années 90.

Oubliée aujourd'hui, Susan George fut le fruit (délicieux !) de son époque et a connu un parcours bien plus riche qu'il ne paraît au premier abord.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 10:30

WIDMARK (1)Rarement dans l’Histoire du cinéma, acteur aura été à ce point marqué par sa première apparition à l’écran. Dans « CARREFOUR DE LA MORT », Richard Widmark incarne WIDMARK (3)Tommy Udo, odieux tueur au rire de hyène avec un tel réalisme que la scène où il pousse une infirme en fauteuil roulant dans un escalier, hante encore les mémoires et les articles consacrés au comédien.

Il opte pour des rôles plus positifs et devient vedette à part entière, sans jamais égaler cet impact initial. Il est un officier luttant contre la peste dans « PANIQUE DANS LA RUE », un capitaine accro aux calmants dans « OKINAWA », un pompier amnésique dans « DUEL DANS LA FORÊT », un magouilleur dans « LES FORBANS DE LA NUIT », un pickpocket dans « LE PORT DE LA DROGUE », un hors-la-loi dans « LA VILLE ABANDONNÉE », le psy de « LA TOILE D’ARAIGNÉE », leWIDMARK (2) justicier confronté à son père dans « COUP DE FOUET EN RETOUR », le métis de « LA DERNIÈRE CARAVANE », un ex-voyou nommé shérif dans « L’HOMME AUX COLTS D’OR », le célèbre Jim Bowie dans « ALAMO » où Widmark est à la fois mythique et très humain.

Il joue le monarque givré de WIDMARK« SAINTE JEANNE » (numéro hallucinant préfigurant ceux d’un Klaus Kinski), l’officier dans « LES DEUX CAVALIERS », le capitaine névrosé de « AUX POSTES DE COMBAT ! », l’avocat militaire de « JUGEMENT À NÜREMBERG », le Viking dans « LES DRAKKARS », le capitaine de cavalerie dans « LES CHEYENNES », le Sudiste borgne de « ALVAREZ KELLY », un flic désabusé dans « POLICE SUR LA VILLE », le pionnier dans « LA ROUTE DE L’OUEST », le vieux cowboy dans « QUAND MEURENT LES LÉGENDES ».

Ennemi des liftings, Widmark vieillit avec noblesse et revient aux seconds rôles de prestige sur sa fin de carrière : l’ex-criminel assassiné dans « LE CRIME DE L’ORIENT EXPRESS », le chef des comploteurs de « LA THÉORIE DES DOMINOS », le directeur de clinique ripou de « MORTS SUSPECTES ». Dans « CONTRE TOUTE ATTENTE », il n’a qu’un rôle minuscule d’homme d’affaires et il se montre excellent en sénateur atteint de la maladie d’Alzheimer dans « TRUE COLORS ».

WIDMARK (4)

À la TV, il reprend le rôle du flic de « POLICE SUR LA VILLE » dans la courte série « MADIGAN », il est un guide dans « MR. HORN », un flic retraité dans « BROCK’S LAST CASE » et « BLACKOUT », un shérif dans « COLÈRE EN LOUISIANE » puis « ONCE UPON A TEXAS TRAIN ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens