Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 11:10

Il y a quelques jours, Leonard ‘Spock’ Nimoy annonçait par voie de presse qu'il prenait sa retraite. Rien d’extraordinaire, vu son âge avancé.

NIMOY retraite

Mais à bien y regarder, c'est un phénomène relativement récent chez les stars. Jadis, les comédiens se retiraient en douceur comme Cary Grant ou bien sûr Garbo, ou mouraient jeunes (Steve McQueen) ou très jeunes (James Dean) ou à la tâche, entre deux projets (John Wayne) ou carrément pendant un tournage (Tyrone Power) ou juste avant (Bogart).

Aujourd'hui, avec la prolongation de la durée de vie, les acteurs ont le temps d’arriver à un âge où ils prennent la décision de se retirer de la vie publique, pour savourer une retraite bien méritée. Comme tout le monde.

À 80 ans, Sean Connery et Gene Hackman ont ainsi annoncé qu'ils ne reparaîtraient plus devant une caméra.

Fort heureusement, des « cas » comme Clint Eastwood ou son copain Eli Wallach sont encore là pour démentir cette tendance !

« Le monde se divise en deux, mon ami. Ceux qui prennent leur retraite et... »

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 17:44

En 1954, Paul Newman avait déjà quelques petits rôles dans des ‘dramatiques’ télé tournées en live à son actif. Mais sa première apparition à l’écran, il la fit dans « LE CALICE D’ARGENT » très étrange péplum au décor conceptuel tourné en CinémaScope. Un film tellement mauvais que Newman passa tout le reste de sa vie à le renier. Jouant un sculpteur grec sexy, il apparaît en toge, l’air boudeur à la Brando et pose pensivement la main sur un buste. Pas vraiment ce qu’on appelle une entrée fracassante, mais bon…

NEMWAN hello goodbye

51 ans, 70 films, quelques milliers de pop corns et de sauces vinaigrettes plus tard, Paul Newman faisait son ultime apparition dans un téléfilm : « EMPIRE FALLS ». Dans un rôle de pépé indigne et égrillard, il est assis dans la voiture de son fiston Ed Harris et taquine sa petite-fille au sujet de ses boy-friends.

NEMWAN hello goodbye (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 13:48

En 1936, un jeune comédien mexicain de 21 ans apparaît pour la première fois sur un écran de cinéma. C'était pour un film policier intitulé « PAROLE ». On le voit une trentaine de secondes juste après le générique-début. Il est assis avec d’autres prisonniers, balance une réplique et… se prend un coup de couteau dans le dos qui met fin à son rôle !

QUINN hello goodbye

66 ans, 168 films et deux Oscars plus tard, ce même Anthony Quinn vieilli, usé, quasiment aphone fait une ultime apparition dans « MAFIA LOVE » aux côtés de Sylvester Stallone. Dans un rôle de caïd mafieux abattu dans un restaurant, au bout de dix minutes de film. Au flingueur qui s'apprête à l’abattre et qui lui demande s’il a une dernière parole, Quinn répond : « Tu devrais essayer les palourdes, elles sont fabuleuses ! ». Et… Rideau.

Un début et une fin étonnamment similaires !

QUINN hello goodbye (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 12:29

La première fois que Steve McQueen apparut sur un écran de cinéma (si on excepte sa figuration dans une série B intitulée « GIRL ON THE RUN » en ’53), ce fut dans « MARQUÉ PAR LA HAINE ».

« Alors, Fidel ! Qu'est-ce que tu me racontes ? », lui lance Paul Newman. Surpris alors qu'il jouait au billard, Steve se retourne en sortant son cran d’arrêt, dans un mouvement si vif qu’on le voit à peine. « Rocky ! » s’exclame-t-il tout heureux, en reconnaissant son pote.

MCQUEEN before after

24 ans, une petite quarantaine de films et une série télé plus tard, Steve McQueen devenu entretemps une indémodable icône, tournait son dernier film : « LE CHASSEUR ». Dans le dernier plan, il tient son fils qui vient de naître dans ses bras. Le bébé éternue et Steve improvise un « God bless you », qui sera figé dans un arrêt sur image. Son ultime apparition à l’écran puisqu’il mourut à 50 ans, quelques mois plus tard.

MCQUEEN before after (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 18:40

Les toutes premières apparitions de John Wayne à l’image, alors qu'il n’était qu’accessoiriste de plateau furent des figurations, des passages invisibles à l’arrière-plan, parfois de dos. Aussi ne sont-elles pas répertoriées, d’autant que certains de ces films ont été détruits.

Sa première vraie apparition à l’écran, c'est dans un film de John Ford que le jeune homme la fera. Dans « LA MAISON DU BOURREAU », le solide gaillard de 21 ans apparaît plusieurs fois au milieu d’une foule enthousiaste, lors d’une course de chevaux. Plus qu’une figuration cette fois : une silhouette ! La vedette du film était Victor McLaglen, qui sera bien plus tard un second rôle à l’ombre de… John Wayne.

WAYNE hello goodbye

48 ans et 169 films et des tonnes de cigarettes et de whiskies plus tard, devenu une icône de l’Amérique, un trésor national, John Wayne apparaîtra dans « LE DERNIER DES GÉANTS » de Don Siegel. Son dernier plan : rongé par le cancer (le même qui l’emportera peu après dans la réalité), abattu par ses ennemis, son cadavre étendu sur le plancher du saloon est recouvert d’une veste par le jeune Ron Howard. Le gentil Ron qui tournera en tant que réalisateur l’excellent « LES DISPARUES », bien des années plus tard.

Un parcours qui force le respect et qui s’est achevé exactement comme il le devait.

WAYNE hello goodbye (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 14:38

BOOTS italQuand il tourne dans « LA CHARGE FANTASTIQUE » en 1941, Anthony Quinn est à peu près inconnu, spécialiste des petits rôles de gangsters gominés ou de guerriers emplumés. Il a 26 ans quand il apparaît dans le film de Raoul Walsh consacré à la vie – et la mort – du général Custer, présenté sous un jour plutôt favorable : évidemment, c'est Errol Flynn qui l’incarne ! À ses côtés Olivia De Havilland, Arthur Kennedy et… sixième au générique le jeune Quinn dans le rôle du chef Crazy Horse.

En 1953, Quinn tourne en Italie « CAVALLERIA RUSTICANA » suivi l’année suivante de « LA STRADA » de Fellini. Le voilà donc catapulté star transalpine. Les distributeurs se mirent alors à fouiller leurs archives en quête d’anciens films de la vedette à ressortir. Et ils tombèrent sur « LA STORIA DEL GENERALE CUSTER » (titre italien du film de Walsh). Ni une, ni deux : on refait les affiches, on place Anthony Quinn en première place au générique, on plaque son visage bien identifiable sur le matériel publicitaire et le tour est joué !

C'est ainsi que le discret chef Crazy Horse devient la star n°1 de « LA CHARGE FANTASTIQUE » quinze ans après son tournage. Pourquoi se gêner ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 10:39

En 1957, James Coburn a 29 ans et se fait appeler ‘Jim’. Il apparaît pour la toute première fois devant une caméra pour la série TV « STUDIO ONE » dans l’épisode « THE NIGHT AMERICA TREMBLED », une fiction basée sur l’émission de radio d’Orson Welles qui créa une panique dans tout le pays.

Coburn y joue un jeune époux s'apprêtant à sortir avec Madame (« J'ai faim ! » est sa première réplique) et attend la baby sitter. Dans le même téléfilm débutaient également Warren Beatty et Warren Oates.

COBURN hello goodbye

45 ans et plus de 180 films plus tard, Coburn sortait de scène avec « AMERICAN GUN », un remarquable film psychologique qui lui offrait un de ses meilleurs rôles, celui d’un homme faisant face à la mort de sa fille unique. Nous en reparlerons certainement ici. Sa dernière image : un gros-plan, un regard presque droit dans l’objectif de la caméra, un face à face avec lui-même. Une conclusion parfaite à une belle carrière.

COBURN hello goodbye (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 13:38

KINSKI hello goodbye (1)La première fois que Klaus Kinski apparut sur un écran, ce fut pour « MORITURI » un film de guerre allemand, en 1948. Il avait donc 22 ans et l’air (déjà) halluciné. Dans un rôle minuscule, il interprétait un « prisonnier hollandais ». À peine mieux qu’une figuration.

41 ans et 136 films plus tard, il réalisait ce « PAGANINI » qu'il annonçait depuis des années. Un drôle de film, presque entièrement filmé au ralenti, totalement insondable, alternant les séquences quasi « hard » aux plans d’agneaux égorgés. En un mot, un film très… kinskien. Ce fut un cuisant échec et sa dernière apparition à l’image avant sa mort, deux ans plus tard. Le dernier plan de son film le montrait d'ailleurs en cadavre, pleuré par son (vrai) fils.

KINSKI hello goodbye

Entre ces deux photos, des navets innommables, des chefs-d’œuvre indiscutables, des crises de nerfs, et finalement une légende qui ne cesse de grandir.

 

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 12:49

Étonnant comme le parcours de Lee Van Cleef paraît symétrique, étonnamment logique : il apparaît dans le tout premier plan de son premier film. Il s’agit du « TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS » dans lequel Van Cleef tient un rôle muet de pistolero joueur d’harmonica, prémonitoire des emplois qui feront son succès dans le ‘spaghetti western’.

VAN CLEEF hello goodbye

Quelques 38 ans et 227 films et téléfilms plus tard, l’acteur apparaît brièvement dans son dernier film : le navet « THIEVES OF FORTUNE » dans lequel il incarne un riche ‘ranchero’ qui meurt au bout d’un quart-d’heure d’un infarctus. Ce même mal qui emportera réellement Van Cleef quelques semaines après le dernier tour de manivelle.

VAN CLEEF hello goodbye (1)

Dans l’intervalle séparant ces deux images, beaucoup de nanars, quelques chefs-d’œuvre, des séries B, des petîts rôles dans de grands films, des grands rôles dans de petits films, pas mal de voyages à travers le monde. Et un œil d’aigle qui n’a pas fini de hanter les amateurs de westerns.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 09:02

KERMESSE bisDans une interview accordée à la sympathique revue « MAD MOVIES » pour son excellent numéro hors-série « L’ÂGE D’OR DU CINÉMA DE GENRE ITALIEN » sorti en 2003, Franco Nero révèle que lorsqu’il tournait le musical « CAMELOT », sous la direction de Joshua Logan, Clint Eastwood vint rendre visite à celui-ci sur le tournage.

Là, Logan annonça à Clint qu'il allait bientôt enchaîner sur « LA KERMESSE DE L’OUEST » un autre musical tiré d'un succès de Broadway, pour lequel il allait réembaucher Franco Nero dans le rôle d’un jeune Mexicain nommé ‘Pardner’ aux côtés de James Stewart en prospecteur ronchon et Natalie Wood.

Au bout du compte, et après quelques mois de tractations diverses, le destin en décida autrement, et c'est Eastwood qui hérita du personnage de ‘Pardner’ (qui pour le coup en oublia d’être mexicain !), Lee Marvin prit la place de Jimmy (son vieil ennemi de « L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE ») et Natalie Wood fut remplacée par la non moins ravissante Jean Seberg.

Le film aurait-il été meilleur avec le cast d’origine ? Aurait-il mieux marché commercialement ? Peut-être… Pas sûr… Mais le monde aurait dans ce cas été privé de « I was born under a wanderin’ star » chanté par Marvin. Alors c'est sans regret…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens