Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 12:20

C'est Noël ! Et « WWW » a réservé un joli cadeau à ses visiteurs/visiteuses Bronsonophiles : MACHINE GUN CB« l’uomo » avec sa mitraillette.

On sait qu'il trouva un de ses rôles les plus spectaculaires dans « MITRAILLETTE KELLY » où il brandissait la célèbre ‘sulfateuse’ de la grande époque de la Prohibition pour tirer sur les ‘G-Men’. Mais si c'est l’image la plus célèbre de Charley avec une arme de ce genre, ce n’est pas la seule. Loin de là ! C'est une mitraillette au poing qu'il se fait descendre lors d’un raid dans « LA PROIE DES VAUTOURS », c'est également son arme de service dans son épisode de « TWILIGHT ZONE ». Il massacrait allègrement des nazis avec la même arme dans « 12 SALOPARDS » et passait au modèle supérieur – la mitrailleuse – dans « PANCHO VILLA ».

Il faut attendre quelques années pour que Charley reprenne goût à ce style de flingue : dans « LE JUSTICIER DE NEW YORK » et « LE JUSTICIER BRAQUE LES DEALERS », il sulfate à la mitrailleuse antique et au PM plus moderne. Même chose dans « PROTECTION RAPPROCHÉE ».

Mais la cerise sur le gâteau, le vrai cadeau de Noël, cela reste tout de même ce poster japonais des « BAROUDEURS » où Charley est non seulement torse-poil, mais où il brandit pas moins de DEUX sulfateuses !!!

Merry Christmas à tous.

MACHINE GUN CB (2)

MACHINE GUN CB (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 06:11

C'est notre ami ‘Lemmy’ qui a suggéré cette nouvelle piste d’exploration de notre mascotte préférée, Charles Bronson : les coiffures de Bronson ! Ses « hairdos’ comme on dit chez lui.

Cela n’a l’air de rien, mais cela a beaucoup compté dans sa carrière d’acteur et a même pratiquement déterminé ses emplois. À ses débuts, dans les années 50, il arbore grosso-modo un seul style : la brosse. Plus ou moins drue selon les films. À l’exception de « VERA CRUZ » où il a les cheveux mi-longs. Clairement pas une coupe de jeune premier.

CB HAIR (2)

Pendant les sixties, Bronson se lâche un peu. Si la nuque reste dégagée, les cheveux s’allongent nettement, lui tombent dans la figure (« LA GRANDE ÉVASION »). Sauf dans « 12 SALOPARDS » où il est coiffé à ras (mais pas en brosse, attention !). Leone lui fait arborer une tignasse épaisse à frange et tombant presque aux épaules.

Les seventies sont peut-être la meilleure période capillaire de Charley : cheveux mi-longs, favoris plutôt fournis lui donnant un look « sauvage ». Cela évolue vers une coupe franchement longue dans « SOLEIL ROUGE », « LES COLLINES DE LA TERREUR » ou « LE FLINGUEUR ».

CB HAIR

La seconde moitié de la décennie est moins convaincante : la tignasse grisonne, la frange lui cache les yeux (« LE SOLITAIRE DE FORT HUMBOLDT »). Heureusement, la coupe « au bol » du « BAGARREUR » vient aérer tout cela !

CB HAIR (1)

À partir des années 80, Bronson adopte définitivement une coupe « entre deux », plutôt courte, oreilles dégagées, nuque apparente. Mais il achève son parcours avec les cheveux blancs et curieusement ondulés.

Mais bon… Ne coupons pas les cheveux en quatre pour autant.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 09:14

CB TIEQuand on pense à Charles Bronson, on le voit généralement en tenue de ‘westerner’, qu'il s’agisse de la chemise de jeans bleue-ciel des « 7 MERCENAIRES », du sweater rouge-sang de « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST », voire du gilet sans manche couvert de médailles dans « L’AIGLE SOLITAIRE ».

Ou alors, on se souvient de l'iconique T-shirt noir de « DE LA PART DES COPAINS ». D’autres ne le revoient que « torse-poil » !

Pourtant et même si cela ne saute pas immédiatement aux yeux, Charley était un homme à cravates. Qu'elles soient sobres pendant les années 50, bariolées dans les seventies, style ficelle façon Far-West ou carrément nœud-pap, il a tout essayé. L’une d'elles a même déclenché une bagarre dans « LA LOI DE MURPHY », quand un collègue a raillé les taches qui la maculaient.

Voici donc, amis de « WWW », afin d’égayer élégamment ce jour pluvieux d’avant l’Armageddon maya, un florilège des cravates portées par notre mascotte vénérée.

CB TIE (3)

CB TIE (4)

CB TIE (1)

CB TIE (2)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 14:21

Voilà un moment que « WWW » n’avait pas salué sa mascotte n°1, l’ami Charley Bronson. Faisons-le donc au travers de l’analyse de cette affiche italienne glanée sur le Web et qui vaut son pesant de cacahuètes.

« L'HOMME VENU AVEC LA PLUIE » est bien sûr la traduction approximative du « PASSAGER DE LA PLUIE ». Jusqu'ici, ça va !

PIOGGIA modifié-1

Ensuite, ça se corse : la photo de Bronson qui sert de base à l’illustration est tirée de « ADIEU L’AMI ». Le peintre lui a juste rajouté un imper, qu'il ne porte d'ailleurs pas dans le film de Clément ! La fille en culotte, plaquée contre une page du Herald Tribune est encore plus mystérieuse : ce n’est manifestement pas Marlène Jobert et le film se passant en France, on n’y trouve aucune trace de ce quotidien américain. On notera au passage un gros-titre tout à fait lisible consacré à… Nixon, sans aucun rapport avec rien !

Donc on peut dire que cette affiche a été confectionnée sans le moindre matériel ayant une relation quelconque avec « LE PASSAGER DE LA PLUIE ». Bel exploit…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 13:33

Si pour Charles Bronson, la question de la moustache est extrêmement simple (rien jusqu'en 1968 et ensuite moustache inamovible à de rares exceptions près), c'est tout à faitLEE MOUSTACHE (2) différent chez son compère – et autre mascotte principale de « WWW » – Lee Marvin.

Le gaillard est hirsute de nature. Ou du moins, il semble l’être. Car en fait, il n’a pas été si souvent moustachu ou barbu que cela à l’écran. Il est à peine mal rasé de quelques jours dans « L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE » ou « L’EMPEREUR DU NORD », par exemple. Par contre, il aimait modifier son apparence capillaire à l’intérieur d’un même film : dans « OURAGAN SUR LE CAINE », « MONTE WALSH » et « DUEL DANS LE PACIFIQUE », barbe et moustaches vont et viennent au gré des séquences.

Par contre, quand Lee arborait des « bacchantes », on les voyait : celles de « DU SANG DANS LA POUSSIÈRE » ou « PAROLE D’HOMMES » sont franchement monstrueuses ! Ce qui rend encore plus déconcertante la pauvre ombre de poils blancs qu'il arbore dans « L'HOMME DU KLAN ».

Il n’hésitait pas non plus à se coller des postiches comme dans « CAT BALLOU » et pas mal de téléfilms.

On l’a vu carrément barbu dans « LA KERMESSE DE L’OUEST » et très mal rasé dans « L’ÉQUIPÉE SAUVAGE ».

Mais dans ses rôles les plus emblématiques – et à notre grande surprise – il était impeccablement rasé, que ce soit chez Aldrich, Siegel ou Boorman. On peut donc conclure, après ce survol rapide du problème, que Lee Marvin était le seul acteur qui semblait être mal rasé alors qu'il ne l’était pas.

LEE MOUSTACHE (1)

LEE MOUSTACHE (3)

LEE MOUSTACHE

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 10:51

CB COP (2)Les rôles de flics ont toujours été privilégiés par les ‘tough guys’, comme équivalents modernes des justiciers de western. Clint Eastwood par exemple, a trouvé rapidement son emploi archétypique avec ‘Dirty’ Harry Callahan, ce qui ne l’a pas empêché, malgré les sequels, de tenir d’autres personnages de policiers au fil des ans.

Curieusement, Charles Bronson a tardivement sacrifié à cet emploi quasi-obligatoire et qui plus est, à un âge où la plupart des vrais flics commencent à penser à leur retraite ou l’ont prise depuis longtemps.

CB COP

On l’a aperçu à la TV dans « TREASURY MEN IN ACTION » en infiltré, « ALFRED HITCHCOCK PRESENTS » en enquêteur de la Crim’ ou « LE FUGITIF » en limier opiniâtre. Mais son premier vrai personnage de « poulet », Bronson le trouve dans « LE CERCLE NOIR » où il s’attaque à la mafia. Il ne rempile pas avant quelques années pour « AVEC LES COMPLIMENTS DE… CHARLIE » où il part en mission en Suisse, devient flic frontalier dans « CHICANOS – CHASSEURS DE TÊTES », lieutenant peu regardant sur la déontologie dans « LE JUSTICIER DE MINUIT ».

Il est toujours efficace malgré son alcoolisme dans « LA LOI DE MURPHY », s’avère légèrement raciste sur les bords dans « KINJITE », se retrouve sous les ordres de sa propre fille dans le téléfilm « DONATO & DAUGHTER ». Bronson achèvera sa carrière avec une trilogie de polars pour la télé : « FAMILY OF COPS », où déjà bien âgé, il incarne le patriarche d’une famille de policiers.

CB COP (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 08:43

CB GANGSTAL’exploration thème par thème de la carrière de notre mascotte Charles Bronson a révélé quelques surprises, des récurrences amusantes, des ‘TOC’ inattendus, a mis en lumière ses emplois les plus fréquents : boxeur, ‘Native’, cowboy, soldat, taulard, etc. Aussi en s’intéressant aujourd'hui aux rôles de gangsters de Charley, on s’attend à une liste imposante. Eh bien… pas du tout !

Bien sûr, il a campé énormément de voyous, de tueurs, d’évadés, de psychopathes, mais des gangsters dans le sens premier du terme (membre d’un gang de malfaiteurs) pas autant qu’on aurait pu l’imaginer.

À ses débuts, il endosse le costard et le chapeau règlementaires pour jouer le racketteur dans « MADEMOISELLE GAGNE-TOUT » et l'homme de main dans « BLOOHOUNDS OF BROADWAY ». Il a également toute la panoplie – sulfateuse comprise ! – dans « MITRAILLETTE KELLY » un de ses meilleurs rôles, où il est cette fois promu chef du gang et incarne un individu ayant réellement existé.

Quelques années plus tard, c'est à la TV que Bronson redevient ‘gangsta’ dans un épisode de la série « LES INCORRUPTIBLES » : avec son costume à rayures, son chapeau blanc, ses robes-de-chambre de soie et ses cheveux brillantinés, il est ‘Janoš Kolescu’ un trafiquant de whisky de Chicago à la solde d’Al Capone.

CB GANGSTA (1)

Mais c'est dans « COSA NOSTRA » que Bronson a incarné son gangster le plus connu : ‘Joe Valachi’, un tueur de la mafia, qui brisa l’omerta au début des années 60, en révélant à ses juges les rouages de la pègre italienne.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 08:11

CB FOTOSAujourd'hui, dans son exhaustive exploration des récurrences bronsoniennes dans la carrière de sa mascotte n°1, « WWW » s’essaie à la mise en abyme. Autrement dit, il a choisi pour thématique du jour des photos de photos de Charles Bronson !

Car il ne faut pas croire, mais même à l’intérieur de ses films, Bronson est photographié. On le voit sur des fiches de police, des clichés anthropométriques, des dossiers pénitentiaires, mais aussi dans des articles de journaux et évidemment, sur des posters ‘wanted’ dans ses westerns.

D'ailleurs que fait Tony Curtis quand il tourne avec Charley ? Il le photographie.

CB FOTOS (1)

CB FOTOS (2)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 18:51

Un petit cadeau comme ça, en passant, aux visiteurs clintophiles et/ou bronsonophiles de « WWW » (ce qui englobe à peu près tout le monde !) : les deux rencontres au sommet entre les ‘tough guys’ !

CLINT CB

D'accord, c'est un cadeau un peu flou et pas très lisible, mais c'est tout ce qu’on a pu trouver. La petite photo noir & blanc est issue de l’épisode de « RAWHIDE » que les deux hommes tournèrent ensemble en 1965. C'est l’unique plan du film où ils apparaissent ensemble à l’image ! La grande photo couleurs a été prise 21 ans plus tard pour « CLINT EASTWOOD ALL STAR PARTY », une émission-hommage à « l'homme sans nom ».

Les deux action stars ont échangé à l’occasion des répliques immortelles : « Hello, Charles » et « How are you doing ? ». On notera à gauche, l’indispensable présence de Jill Ireland.

Bon week-end.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 18:37

CB ARMY (2)Pendant la WW2, Charles Bronson alors ‘caporal Charles D. Buchinski’ fut mitrailleur à bord d’un B-29. Et – pour une fois ! – ce n’est pas une invention d’attaché de presse hollywoodien cherchant à viriliser un comédien en mal de pub !

CB ARMY

Comme son copain Lee Marvin, Bronson a réellement combattu les ‘Japs’, ce qui le rend tout à fait crédible en soldat à l’écran. Et il eut plusieurs fois l’occasion de le prouver : il est troufion dans « BATTLE ZONE », « LA BELLE DU PACIFIQUE », « TONNERRE APACHE » (dans la Cavalerie) ou « WHEN HELL BROKE LOOSE », sergent dans « 10 POUR L’ENFER » et « LA PROIE DES VAUTOURS », il porte un uniforme bizarre dans « TWILIGHT ZONE », joue un caporal peu motivé dans « COMBAT ! », un commandant dans « LA BATAILLE DES ARDENNES ». Il est un ex-colonel dans « LES BAROUDEURS », il garde le même grade mais sans uniforme dans « LE PASSAGER DE LA PLUIE » et il est légionnaire dans « ADIEU L’AMI ». Il est un des salopards dégradés d'Aldrich et un ex-pilote de la RAF chez Sturges. Est-il nécessaire de citer les titres ?

CB ARMY (1)

CB ARMY (3)

Sans oublier que son premier rôle fut un ‘marine’ bagarreur dans « LA MARINE EST DANS LE LAC ».

Sir ! Yes, Sir !!!

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens