Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 14:38

Même si elle est un peu oubliée aujourd'hui, Daryl Hannah avait fait forte impression dans les années 80 avec son rôle de ‘réplicante’ punkoïde dans « BLADE RUNNER » et surtout de sirène sexy dans « SPLASH ! ». Elle s’était en plus, révélée bonne comédienne dans « POTINS DE FEMMES ».

HANNAH dur

À 18 ans, elle débutait dans « FURIE » de Brian DePalma et faut de bons yeux pour la repérer : elle est une des élèves de l’institut pour enfants surdoués et apparaît dans quelques plans pour glousser d’un air bête. C'est elle là, à gauche…

Repost 0
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 06:11

Apparue dans les années 80, Melissa Leo est l’exemple-type de ce que les anglo-saxons appellent une ‘late bloomer’ (qui éclot sur le tard).

À la quarantaine bien tassée et après des années de petits rôles, elle éclate en prostituée dans « TROIS ENTERREMENTS », en passeuse endurcie par la vie dans « FROZEN RIVER », elle est magnifique dans « WELCOME TO THE RILEYS » et en mère du boxeur dans « FIGHTER ».
À la TV, elle fut flic dans la série « HOMICIDE », joua une des héroïnes de la série western « THE YOUNG RIDERS » et plus récemment dans « TREME » et la minisérie « MILDRED PIERCE ».

Aujourd'hui, elle fête ses 52 ans. Happy birthday, Melissa.

LEO

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 17:48

8 H (1)« HUIT HEURES DE SURSIS » est, toutes époques confondues, un des très grands classiques du cinéma britannique. Débutant comme un ‘film noir’ profondément ancré dans une réalité historique précise (l’IRA, nommée ici « l’Organisation »), le film prend rapidement des chemins de traverse inattendus et rappelle de plus en plus le « réalisme poétique » cher à Prévert-Carné, floutant progressivement la frontière entre le monde réel et le délire enfiévré du héros agonisant.

Car le film de Carol Reed, comme le sera plus tard le « DEAD MAN » de Jarmush, n’est que l’interminable chemin de croix d’un homme blessé, se vidant de son sang et ne cessant de8 H marcher, de ramper, de se traîner vers la seule issue possible, voire souhaitable pour lui : une mort honorable. Pendant son périple, il croise la route de ce que l’Humanité peut offrir de pire et de plus répugnant : des délateurs, des ivrognes, des traîtres de tous poils, des « salauds de pauvres » comme échappés de « LA TRAVERSÉE DE PARIS », avec çà et là, quelques lueurs de rédemption glanées chez les êtres les plus improbables : ce flic aux allures d’officier nazi, ce faux médecin vivant avec les clochards.

Le film doit beaucoup à la performance de James Mason, qui vit son calvaire avec une telle intensité, que le voir jouer devient presque une souffrance. Blême, trempé jusqu'aux os, titubant, exsangue, il marche et marche encore, dans une nuit sans fin, balayée par les vents de neige. Face à lui, Kathleen Ryan est très émouvante en amoureuse jusqu’au-boutiste, dont la sobriété fait pardonner les excès un brin pénibles de quelques seconds rôles cabotinant sans retenue.

« HUIT HEURES DE SURSIS » se voit comme un cauchemar éveillé, on le traverse comme un long tunnel de douleur et d’angoisse, laissant sur un malaise tangible et une certaine hébétude.

À se demander si ‘Johnny McQueen’ n’est finalement pas mort au début du film et que les deux heures suivantes ne sont que les errances affolées de son âme en perdition. Grand film, oui.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans MADE IN UK
commenter cet article
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 09:45

Puisque c'est son anniversaire aujourd'hui, rappelons qu’avant de casser la gueule à Robert Conrad ou de malmener Roger Moore, Richard Kiel – malgré sa taille monumentale – a lui aussi, commencé petit.

KIEL dur

Ainsi dans le classique « DOCTEUR JERRY ET MISTER LOVE », apparaît-il à peu près trente secondes, dans une salle d’entraînement. Il fait quelques pas et croise Jerry dans une embrasure de porte. La caméra se fixe alors sur celui-ci (normal, il réalise aussi le film !) et ne montre plus qu’un morceau du torse du futur ‘Jaws’. Quelques grimaces et… c'est fini.

Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 05:34

Richard Kiel est un géant au faciès cabossé, rendu célèbre dans les seventies par le rôle de ‘Jaws’ l’homme de main au dentier chromé dans deux 007 : « L’ESPION QUI M’AIMAIT » et « MOONRAKER ».

Il ne fait que passer dans le gymnase de « DOCTEUR JERRY ET MISTER LOVE », déambule dans « L’OURAGAN VIENT DE NAVARONE » en résistant, « PALE RIDER » en méchant repenti et en pilote irradié dans « L’HUMANOÏDE ».

À la TV, il joue l’extraterrestre cannibale de « TO SERVE MAN » épisode-culte de « TWILIGHT ZONE », tient le rôle de ‘Voltaire’, le bras-droit de l’infâme Loveless dans « LES MYSTÈRES DE L’OUEST », incarne Moose dans la série « THE BARBARY COAST ».

Aujourd'hui, il fête ses 73 ans. Happy birthday, Richard.

KIEL

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 17:27

SECTION (2)« SECTION DE CHOC » est un des quelques polars que Marcel Bozzuffi tourna en vedette en Italie, à la suite de son succès international dans « FRENCH CONNECTION ». Le scénario puise son inspiration dans la ‘franchise’ des aventures de Dirty Harry : comme SECTIONScorpio rançonnait San Francisco en abattant des habitants, le méchant (un français surnommé « le Marseillais » !) pose des bombes dans Turin pour exercer le même chantage. Quant au commissaire Bozzuffi, à laSECTION (3) suite du meurtre de sa femme, il monte une section « spéciale » évoquant plus ou moins l’escadron de la mort de « MAGNUM FORCE ».

Malgré un abus très dommageable de poursuites en voiture, le film fonctionne étonnamment bien, tout en laissant le spectateur complètement extérieur. Impossible en effet, de s’attacher au flic-en-chef, puisque Bozzuffi opte pour une interprétation glaciale et dépourvue de toute humanité. Il ne s’appuie que sur son indéniable présence physique, sans chercher à se rendre attachant. Autour de lui, les seconds rôles ne sont pas aidés par SECTION (1)des coiffures « d’époque » et de petites moustaches d’acteurs porno. Seul sort du rang le malsain Ivan Rassimov, jouant le fameux ‘marsigliese’. À noter la courte présence de Grace Jones, qui chante dans une boîte de nuit, le temps d’une séquence.

Pour la petite histoire, dans une scène, Bozzuffi flic turinois donc, interroge un suspect français à l’hôpital, qui parle dans sa langue natale que semble ne pas comprendre le commissaire. Ce qui prête pour le moins à confusion !

Parsemé de quelques plans ‘gore’, de scènes assez réussies, comme la bombe explosant au marché réalisée comme un reportage d’actualité, « SECTION DE CHOC » est un film très typique des seventies, qui se laisse regarder sans passion, mais sans trop d’ennui non plus. Seul vrai regret, que Massimo Dallamano n’ait utilisé que 30% du potentiel de Bozzuffi, qui malgré sa première place au générique, a du mal à vraiment émerger comme le véritable protagoniste.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 05:36

Joe Pantoliano est un second rôle new-yorkais au style nerveux et hâbleur, à l’accent du Bronx prononcé et jouant selon les films, avec crâne dégarni ou moumoute, ce qui change radicalement ses emplois.

On l’aperçoit en imprésario pressé dans « LA BAMBA », en photographe de presse dans « UN ÉTÉ POURRI », en rédac-chef dans « EDDIE & THE CRUISERS », en proxo dans « RISKY BUSINESS », en acolyte soumis de John Malkovich dans « L’EMPIRE DU SOLEIL ».

Pantoliano trouve son premier rôle marquant, le patron hystérique de De Niro, dans « MIDNIGHT RUN » où il électrise littéralement l’écran par ses vociférations intempestives.

Il apparaît en savant fêlé dans « GOLDIGGERS » et joue un des flics du « FUGITIF », rôle qu’il retrouve dans « U.S. MARSHALS ». Puis il est le rital dragueur de « 4 NEW YORKAISES », part sur la trace du morveux dans « BÉBÉ PART EN VADROUILLE », joue le supérieur des héros de « BAD BOYS » et sa sequel, un autre flic sympa dans « ICE », un traître dans « MATRIX », un ripou dans « MEMENTO ». Pantoliano est extraordinaire dans « BOUND » en mafieux survolté. Mais il a besoin d’être dirigé, comme le prouve sa calamiteuse prestation dans « FAUX FRÈRES, VRAIS JUMEAUX » où il est insupportable en avocat hystérique.

PANTS

À la TV on le voit en voisin dans la sitcom « FREE COUNTRY », dans le rôle de Roy Cohn dans « ROBERT KENNEDY AND HIS TIMES », dans celui de Maggio le G.I. (créé par Frank Sinatra en ’53), dans le remake de « TANT QU’IL Y AURA DES HOMMES » et en médecin dans « HIGHLANDER », en balance dans « NYPD BLUE », en malfrat cocaïné dans « LES SOPRANO ».

Aujourd'hui, il fête ses 61 ans. Happy birthday, Joe.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:22

Le plaisir qu’on peut prendre à la vision de « AVENGERS » dépend de pas mal de facteurs et d’une bonne dose de patience. D’abord, il faut absolument avoir vu auparavant « IRON-MAN », « THOR » (surtout) et « CAPTAIN AMERICA » pour à peu près tout comprendre. Ensuite, il faut passer le cap d’une première heure languissante, bavarde et platement AVENGERSsolennelle. Surtout ne pas lâcher en route ! Car passé ce long tunnel, le film passe subitement à la vitesse supérieure avec l’attaque du vaisseau du SHIELD puis celle de New York, pour ne plus ralentir, jusqu'au final apocalyptique.

Bien sûr, ça ne raconte pas grand-chose, à part la formation d’un groupe de superhéros hétéroclite, qui s’associe pour combattre les invasions extra-terrestres, sous l’égide d’un Samuel L. Jackson borgne et mal embouché. L’essentiel est occupé par des bastons homériques entre mutants semi-numériques, des explosions en cascades, des fusillades à filer le tournis et – fort heureusement ! – quelques traits d’humour, dus pour la plupart au personnage de Hulk. Ainsi la façon dont il « casse la gueule » au méchant Loki provoque-t-elle un énorme éclat de rire : on se croirait dans un Tex Avery ! Et il faut l'avoir vu « ressusciter » Tony Stark en lui beuglant dessus. Délectable !

Ce n’est pas exactement un film « live », pas encore un jeu vidéo, cela tient un peu du film d’animation et du manga et pour peu qu’on en attende rien d’autre, « AVENGERS » fait passer deux (copieuses) heures de détente et de lavage de cerveau assez plaisantes. Du groupe d’acteurs en costumes ridicules se détache nettement le toujours parfait Mark Ruffalo en Bruce Banner/Hulk auquel il apporte une réelle humanité. À noter aussi la très courte apparition du cher Harry Dean Stanton, dans un rôle de témoin flegmatique.

Les familiers de l’univers Marvel savent que tous les films se terminent par un petit épilogue situé après le générique-fin. Ici, la séquence muette du « shawarma » est absolument géniale. Grand moment !

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HORREUR - SF ET FANTASTIQUE
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 05:46

Comédienne piquante au jeu survolté, Amy Madigan apparaît dans « ALAMO BAY » en fille de pêcheur, « LOVE LETTERS » en copine de Jamie Lee Curtis, « SOLEIL D’AUTOMNE » en fille révoltée, « LOVE CHILD ».en prisonnière qui lutte pour garder son enfant.

Elle trouve son meilleur rôle dans « JUSQU’AU BOUT DU RÊVE » en épouse tolérante, emploi qu’elle retrouve plus ou moins dans « LA PART DES TÉNÈBRES ». Elle est la veuve traquée du ‘marine’ de « NOWHERE TO HIDE », la girl friend exaspérée de John Candy dans « ONCLE BUCK ».

Elle est méconnaissable dans le rôle de Peggy Guggenheim dans « POLLOCK », réalisé par son mari Ed Harris et reparaît à ses côtés dans « GONE BABY, GONE », en tante anxieuse.

MADIGAN

Son interprétation la plus mémorable demeure celle de McCoy le « soldat » qui épaule le héros dans « LES RUES DE FEU » où Madigan vole la vedette à tous ses partenaires.

À la TV, elle est enceinte dans « LE JOUR D’APRÈS », avocate dans « ROE VS. WADE », elle joue la sœur du curé dans la série « LA CARAVANE DE L’ÉTRANGE », un médecin dans quelques « GREY’S ANATOMY ».

Aujourd'hui, elle fête ses 62 ans. Happy birthday, Amy.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 19:15

Sorti trois ans après « SOUPÇONS » d’Alfred Hitchcock, « ÉTRANGE MARIAGE » reprend exactement le même principe de suspense, en suivant les traces d’une jeune mariée qui BETRAYED (1)découvre peu à peu que son mari – qu'elle connaît à peine – est peut-être un assassin. Tout pousse à le croire, elle penche d’un côté de la balance, puis de l’autre, jusqu'au ‘twist’ final assez imprévisible et fort bien amené.

Réalisé par le pittoresque William Castle, le film pâtit un peu d’un budget de série B, qui oblige à des prouesses amusantes (la visite de New York composée de fondus-enchaînés en surimpression sur les visages ravis des mariés), mais s’il n’a pas du tout l’élégance glacée de ‘Hitch’, Castle fait tout de même preuve d’inventivité, cherchant toujours le petit détail qui frappe, que ce soit dans l’éclairage, l’utilisation des décors ou des mini-coups de théâtre de dernière minute.

Là où Hitchcock aurait casté Cary Grant, on n’a droit qu’à Dean Jagger, certes un solide second rôle, mais manquant du charme et de l’ambiguïté indispensables à ce genre de personnage mystérieux et inquiétant. Beaucoup trop âgé pour ce rôle, il rend incompréhensible la fascination qu'il exerce sur sa jeune épouse. Celle-ci est campée par Kim Hunter, comédienne généralement sobre et fiable, qui minaude beaucoup. La cerise sur le gâteau, c'est la présence du jeune Robert Mitchum, mince et décontracté, campant – du moins pendant les trois-quarts du film – un de ces personnages de « bons copains » souvent alloués à Joseph Cotten. À noter la courte présence à la fin du film de Rhonda Fleming, en jeune mariée excitée comme une puce.

BETRAYED

Emballé sur à peine plus d’une heure, dans quelques décors, « ÉTRANGE MARIAGE » vaut donc le coup d’œil pour les idées visuelles qui le parsèment et certaines ambiances de pénombre qui ne sont pas sans évoquer Jacques Tourneur.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens