Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 11:58

Clin d’œil complice à l’ami Clint, pour signaler une étrange coïncidence dans sa filmographie.

Plus de vingt ans avant « PALE RIDER », le western fantastique qu'il réalisa lui-même en 1985, un épisode de la 5ème saison de la série « RAWHIDE » dont il était un des acteurs, s’intitulait déjà « INCIDENT OF THE PALE RIDER ».

PALERIDER

Le film était réalisé par Christian Nyby et la ‘guest’ principale en était Albert Salmi. Un an plus tard, Eastwood partait pour l'Espagne, rejoindre Sergio Leone... 

That’s all, folks !

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE CLINT EASTWOOD
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 05:48

Il fut et reste un des plus grands directeurs de la photo de l’Histoire du 7ème Art. L’Anglais Jack Cardiff a signé l’image de plus de 80 films parmi lesquels de nombreux classiques comme « LES CHAUSSONS ROUGES », « PANDORA », « L’ODYSSÉE DE L’AFRICAN QUEEN », « LA COMTESSE AUX PIEDS NUS », le glorieux « LES VIKINGS » et même… « RAMBO 2 : LA MISSION » !

Il a également réalisé 15 films comme « LES DRAKKARS », « LE JEUNE CASSIDY » (coréalisé par John Ford) et « LE DERNIER TRAIN DU KATANGA », avec un peu moins de bonheur.

Aujourd'hui, il aurait fêté ses 98 ans. Happy birthday, Sir.

CARDIFF

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 16:59

ITS MY TURN (3)À l’heure des comédies romantiques aseptisées, ultra-calibrées, gentiment bébêtes et tous-publics, « C'EST MA CHANCE ! » datant de plus de 30 ans, fait figure à la fois d’ancêtre du genre et de souffle d’air frais. Car à la différence de ce qui se fait depuis « QUAND ITS MY TURN (1)HARRY RENCONTRE SALLY… », c'est une œuvre intelligente, adulte, sans fioriture, focalisée sur les relations de personnes mûres et meurtries par la vie, confrontées à l’amour et à ses conséquences.

Sans scénario très construit, le film met en présence au mariage de leurs parentsITS MY TURN (2) respectifs, un joueur de baseball has-been et une prof de maths en mal d’amour vrai. C'est le coup de foudre, mais au lieu de le romantiser, de l’idéaliser, Claudia Weill s’efforce de rester toujours terre-à-terre, concrète, de montrer les choses comme elles sont. Parfois charmantes, parfois triviales. Et c'est ce qui permet au film de ne s’être pas démodé et de garder une belle acuité.

Jill Clayburgh, LA femme des seventies, trouve un personnage à sa mesure, dans la lignée directe de « LA FEMME LIBRE ». Elle a de très belles scènes avec Michael Douglas, dont leur ITS MY TURNpremière nuit à l’hôtel, où ils se demandent combien ils sont dans le lit : leurs parents, leurs ‘ex’, leurs enfants, etc. Vraiment très bien écrit. Ressemblant à s’y méprendre à son père dans « ULYSSE », Douglas, Jr. n’a peut-être jamais été aussi naturel et charismatique. Viril sans machisme, charmant sans frime, intelligent sans être cérébral. Impeccable ! Leur couple fonctionne à plein régime et même leur dernière scène ne cède pas au mélo hollywoodien.

Ils sont extrêmement bien entourés par le gratin des seconds rôles de l’époque : Steven Hill en père cardiaque, la toujours touchante Dianne Wiest et un tout jeune Daniel Stern très drôle en matheux obsessionnel. Et surtout Charles Grodin, excellentissime en « jules » de Clayburgh, qui oblitère toute implication sentimentale derrière un humour caustique non-stop. Et quel plaisir de voir que ce personnage n’a pas été traité de façon caricaturale, en repoussoir !

Description étape par étape de l’éclosion d’une relation amoureuse, « C'EST MA CHANCE ! » est un film rare et délicat, à redécouvrir.

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 10:27

Le fan inconsolable des « SOPRANO » se souvient que dans la série, la psy Lorraine Bracco était elle-même suivie par un collègue – également son ‘ex’ – incarné par le réalisateur Peter Bogdanovich.

C'est sans doute en clin d’œil à la mythique série mafieuse, que les deux comédiens apparaissent côte à côte dans une séquence de « BURNING DOWN THE HOUSE », un épisode de la 2ème saison de « RIZZOLI & ISLES ». Vieux suspect libidineux amateur de femmes de ménages grassouillettes, il fait les yeux doux à la maman de l’héroïne (Angie Harmon, à droite).

BRACCO

Bien sûr, leur rencontre dans la cafète du commissariat est inutile au scénario et semble complètement plaquée, mais on est bien content de les revoir ensemble, dix ans après leur premier face à face sur un divan d’analyse. Joli clin d’œil.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 09:44

David Huddleston est un corpulent acteur débonnaire des seventies, qu’on aperçoit en dentiste dans « RIO LOBO », en maire dans « L’HOMME DU KLAN », en voleur de grands chemins dans « BAD COMPANY », en notable dans « LE SHÉRIF EST EN PRISON », en politicien intraitable dans « CAPRICORNE ONE », en docteur assassiné dans « LE SOLITAIRE DE FORT HUMBOLDT ».

À noter qu'il apparaît deux fois aux côtés des Italiens Hill & Spencer dans « DEUX SUPER FLICS », où il est leur supérieur et « QUAND FAUT Y ALLER, FAUT Y ALLER ! » où il est le boss de la CIA

Il tient la vedette de « SANTA CLAUS : THE MOVIE » dans le rôle du Père Noël, joue en médecin ivre dans « FRANTIC », un roi du gâteau dans « LIFE WITH MIKEY », le patron perruqué de « JOE’S APPARTMENT », le business man paraplégique, homonyme de Jeff Bridges dans « THE BIG LEBOWSKI ».

David Huddleston apparaît, non-mentionné au générique de « AMOUR ET MENSONGES », dans un rôle d’avocat spécialisé dans les divorces.

HUDDLESTON

À la TV, on le voit dans « GUNSMOKE », il joue un maire dans « HIZZONNER », le procureur de la série « HAWKINS », possède une pompe à essence dans « THE KALLIKAS », campe le flic local de « PETROCCELLI », un policier dans « SHERLOCK HOLMES IN NEW YORK » et dans la sitcom « TENAFLY », un maire dans « COLUMBO ». Il est un sénateur ‘redneck’ dans « À LA MAISON BLANCHE ».

Aujourd'hui, il fête ses 82 ans. Happy birthday, David.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 07:56

La 2ème saison de la série « RIZZOLI & ISLES », un peu plus conséquente que la première, confirme le bien qu’on en pensait déjà, mais persiste et signe dans ses défauts également. Dans la colonne des « plus », l’incroyable complicité entre les deux comédiennes-en-titre : RIZZOLIAngie Harmon et Sasha Alexander, aussi vives, futées, pétillantes et sexy l’une que l’autre, dans des emplois radicalement opposés. Un vrai plaisir de les regarder bouger, d’écouter leurs voix, de les voir échanger des vacheries, se chamailler. Celui ou celle qui a eu l’idée de les réunir a eu un coup de génie !

Dans la colonne des « moins » : des intrigues policières excessivement simplistes dont il est trop aisé de dénouer les fils. Les enquêtes font vraiment figure de prétexte à mettre les héroïnes en valeur, mais pas davantage. D’où un diffus sentiment de déjà-vu et de bâclage. On peut aussi déplorer le disparition soudaine du personnage du père (Chazz Palminteri dans la saison précédente), dont on apprend le « départ pour la Floride », alors que rien ne le laissait prévoir. Sans compter la pénible Lorraine Bracco, catapultée serveuse à la cantine du commissariat (sic !), au jeu toujours plus lourdingue et peu amusant.

Mais malgré tout cela, la série demeure très attachante et sympathique. Les ‘guests’ sont de qualité : Jacqueline Bisset en maman snob, Michael Massee qui reprend son rôle de serial killer, Richard Thomas en prof violeur, Peter Bogdanovich en suspect égrillard, etc.

Une fois ses scories améliorées, « RIZZOLI & ISLES » a de bonnes chances de s’installer comme une excellente série policière discrètement féministe. À suivre.

Repost 0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 14:09

On ne présente plus Lauren Bacall. On n’ose pas raconter ses débuts dans « LE PORT DE L’ANGOISSE » ni sa rencontre avec son premier époux qu’on hésite à nommer, tant l’histoire a été écrite, réécrite, mythifiée.

Après quelques œuvres anthologiques, Miss Bacall a poursuivi une carrière inégale mais exceptionnellement longue. Elle s’est même offert le luxe de se prendre un gnon d’un des gangsters dans un épisode des « SOPRANO ».

Alors, respect et joyeux 88ème anniversaire, ‘Betty’.

BACALL

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 11:04

Quand on tombe sur une « bio » de Charles Bronson, on peut souvent lire qu'il fut un « spécialiste des rôles d’Indiens ». À force, à la longue, on a fini par croire qu'il n’a pratiquement joué que cela avant d’accéder au vedettariat. Pourtant, rien n’est plus faux ! Qu'il fut marquant dans cet emploi, c'est un fait, mais il n’en joua en réalité pas spécialement beaucoup.

CB INDIAN (1)

Au cinéma, il tint des petits rôles dans « BRONCO APACHE » et « LE JUGEMENT DES FLÈCHES », se montra extraordinaire dans « L’AIGLE SOLITAIRE ». Il incarne un ‘Navajo’ dans « LA PROIE DES VAUTOURS », sans que rien n’indique qu'il le soit ni dans le patronyme, ni dans le maquillage. À la TV, il fut un ‘native’ dans « LARAMIE », « BONANZA » et « HAVE GUN – WILL TRAVEL » (un shérif indien, même !).

CB INDIAN

Bronson incarna également trois métis : dans « LA BATAILLE DE SAN SEBASTIAN », « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » (et encore, on ne le sait que parce que Leone le mentionna en interview, ce n’est jamais indiqué au cours du film) et « LES COLLINES DE LA TERREUR » où il a – hormis la moustache ! – plus l’air 100% Apache que « sang-mêlé ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 11:45

Acteur rigolard typé ‘latino’, Henry Darrow fut révélé par la série western « LE GRAND CHAPARRAL » où il joue l’inénarrable Manolito.

Au grand écran, dans une filmo de 160 titres, on le voit en caïd dangereux dans « POLICE CONNECTION », en shérif à la gâchette sensible dans « HITCHER ». Il figure brièvement en joueur de poker dans « MAVERICK » et n’a qu’une silhouette à peine visible dans « LE MAÎTRE DU JEU ».

À la TV, on le voit dans le rôle de Montenez dans la sitcom « THE NEW DICK VAN DYKE SHOW », en adjoint de Richard Widmark dans « BROCK’S LAST CASE » en inspecteur dans la série « HARRY-O » et dans la série « ZORRO & SON » où il incarne le père du héros, en amiral dans un « STAR TREK : LA NOUVELLE GÉNÉRATION ».

Aujourd'hui, il fête ses 79 ans. Happy birthday, Manolito. 

DARROW

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 10:41

CB KISS (3)Dans la série de ses dossiers brûlants sur sa mascotte Charley Bronson, « WWW » a étudié ses dons de danseur, d’amant quelque peu brutal, de narcisse post-coïtal, mais n’a pas encore abordé le sujet principal : le baiser à l’écran.

Comme Lino Ventura, son pendantCB KISS (4) français, Bronson a toujours déclaré détester les scènes d’amour pendant les tournages. Et même les simples baisers. Le plus drôle est que les deux hommes se sont pourtant embrassés à pleine bouche dans « COSA NOSTRA » ! Et en gros-plan, s'il vous plaît ! Pas d’affolement, il ne s’agissait pas d’une scène d’amour enfiévrée, mais d’un « baiser de la mort » mafieux. Mais cela reste tout de même savoureux.

Hormis ce petit moment-culte, qu’y a-t-il à retenir de la carrière de « kisseur » de l’ami Charley ? Un gros patin forcé à Sarita Montiel dans « VERA CRUZ », des éteintes furtives dans « WHEN HELL BROKE LOOSE » ou « LE CALIFORNIEN », un vrai baiser par contre dans « L’ANGE ET LE DÉMON », un faux (pour rendre jalouse… Jill Ireland !) dans « LE PASSAGER DE LA PLUIE », de nombreuses embrassades conjugales avec Jill de film en film et de chastes bisous avec Ellen Burstyn ou Hope Lange.

CB KISS

CB KISS (1)

CB KISS (2)

Et pour finir, quelques gentils instants amoureux avec sa troisième épouse Kim Weeks dans les trois « FAMILY OF COPS ». Pas si mal, finalement.

CBK3

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens