Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 06:35

Marvin J. Chomsky est un efficace téléaste qui n’a tourné que deux modestes longs-métrages pour le cinéma.

On lui doit pas mal d’épisodes de séries à succès des sixties et des téléfilms marquants comme le ‘film noir’ « MONGO’S BACK IN TOWN », « VICTOIRE À ENTEBBE » tourné en quelques jours, les mythiques miniséries « RACINES » et « HOLOCAUSTE » ou encore « EVITA PERON » avec Faye Dunaway.
Aujourd’hui, il fête ses 84 ans. Happy birthday, Marvin.

CHOMSKY

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 06:28

2 COMMANDOSLa première chose qu’on puisse dire en voyant « DEUX DES COMMANDOS », c'est que Sean Connery a eu beaucoup de chance d’être choisi pour jouer l’agent 007 l’année suivante, évitant de finir sa carrière dans ce genre de nanar.2 COMMANDOS (2)

Il est possible que ce style de comédie troupière ait fait rigoler nos amis anglais à l’époque (même si on se demande bien pourquoi…), mais aujourd'hui c'est absolument irregardable. En gros, c'est l'histoire d’un tire-au-flanc cockney enrôlé de force dans l’armée. Il s’y fait un bon copain, un gitan joué par Connery et se met à faire du marché noir, tout en esquivant les zones de combat. C'est du comique de caserne où tout le monde beugle et grimace sans retenue. Alfred Lynch en fait des mégatonnes dans ce rôle de grenouilleur sans foi ni loi. Là encore, son style a peut-être rencontré un écho dans le public briton, mais sorti de là, c'est la consternation. Le pauvre Sean s’en sort un peu mieux dans un rôle à contremploi de benêt naïf et gaffeur, en admiration béate devant son 2 COMMANDOS (1)acolyte qu'il suit comme un toutou. Affublé d’une drôle de perruque frisottée (pour faire plus « gitan » ?), l’Écossais semble très décontracté, n’essaie pas de tirer la couverture à lui et se contente de sourire niaisement et d’exposer son physique avantageux. Parmi les seconds rôles, l’américain Alan King que Connery recroisera plusieurs fois par la suite, au cours de sa carrière.

Que dire de plus qui ne serait redondant ? C'est laid, jamais drôle, ce qui tient lieu de scénario se délite dès les premières séquences et on a même droit à une sinistre bataille de tartes à la crème. Effarant ! À réserver donc, au complétiste méticuleux – et légèrement maso – de Sir Sean, en se disant vraiment, qu'il revient de loin…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans MADE IN UK
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 06:34

À ne pas confondre avec notre Michel Constantin national, Michael Constantine est un second rôle américain d’origines grecques des années 50 et 60, qui a accumulé plus de 175 films et téléfilms.

On l’aperçoit en prisonnier dans « LA RAFALE DE LA DERNIÈRE CHANCE », dans le rôle de ‘Big John’ dans « L’ARNAQUEUR », il joue pas moins de cinq gangsters différents dans des épisodes des « INCORRUPTIBLES », campe un marin dans « HAWAÏ », le juge dans « LA JURÉE » et incarne ‘Gus’ dans « MARIAGE À LA GRECQUE », un rôle qu'il reprend le temps d’une brève série TV.

Aujourd'hui, il fête ses 86 ans. Happy birthday, Michael.

CONSTANTINE

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 06:24

HAVEGUN lvc2 (2)« FACE OF A SHADOW » est le tout dernier épisode de la série western « HAVE GUN – WILL TRAVEL » après six années d’existence. Et il est réalisé comme bon nombre de films de la série par Andrew V. McLaglen.

Un rancher est assassiné et son argent dérobé. Une caravane de Roms campant dans la région est soupçonnée. Avant qu'ils ne soient lynchés, ‘Paladin’ demande à enquêter parmiHAVEGUN lvc2 eux. Connaissant bien leurs coutumes, il va s’intégrer au groupe et découvrir que le vrai coupable est plutôt du côté des « amis » du défunt.

La vision des mœurs gitanes par Hollywood est assez croquignolette et il faut avoir vu Richard Boone, plus macho que jamais, danser avec la brûlante Enid Jaynes. Ce sympathique ‘whodunit’ exotique vaut pour cette incursion inhabituelle chez les nomades – dont notre héros connaît évidemment la  langue – et pour quelques ‘guests’ qu’on aime comme Harry Carey, Jr., Rayford Barnes, Nestor Paiva et surtout Lee Van Cleef qui incarne ‘Golias’ le chef des Roms, un personnage pour une fois pas trop antipathique et qui ne finit pas le film avec une balle ou une lame dans l’estomac. C'est assez rare pour le noter ! C'est le second épisode de cette 6ème saison auquel participe le grand Lee.

HAVEGUN lvc2 (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE LEE VAN CLEEF
commenter cet article
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 07:00

« CERTAINS SECRETS DOIVENT RESTER ENFOUIS » affirme solennellement la ‘tagline’ sur le DVD. Très juste ! Le secret de l’existence de « DEAD MINE », par exemple. En voilà un qui n’aurait jamais dû être exhumé.

Vendu comme une sorte d’avatar de « THE DESCENT » à la sauce indonésienne, ce film fourre-tout glane ses maigres idées dans « ALIENS » (comme d'hab), « PREDATOR » etDEADMINE autres classiques du ‘survival’ en jungle et en sous-sol, pour aboutir à une bouillie totalement sidérante.

Ça commence comme une chasse au trésor dans un ancien bunker japonais de la WW2, puis cela devient une espèce de course-poursuite molle quasiment pas scénarisée : une demi-douzaine de personnages errent au hasard dans des décors hideux, trop éclairés, sans aucun mystère en braquant des armes et découvrent des zombies génétiquement modifiés portant des muselières à la Hannibal Lecter. Mais ce n’est pas tout ! Car au fond, les zombies ne sont pas les vraies menaces (attendez ! Ne partez pas !), pas plus que l’officier japonais centenaire qui ignore que la guerre est finie (sic !). Non, la VRAIE menace, c'est une garde impériale formée de samouraïs auxquels on a injecté de l’or fondu. Enfin, plus ou moins…. Grosso-modo… Pas sûr d’avoir tout pigé…

Voilà. « DEAD MINE » est un vrai, un gros, un pur nanar. Laid, mal photographié, joué de façon abyssale par des acteurs qu’on espère amateurs, soporifique de la première à la dernière image. Pas même le genre de série Z dont on peut se gausser entre amis lors d’une soirée arrosée. De quoi faire passer la sequel de « THE DESCENT » pour du Kubrick !

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans INCURSIONS ASIATIQUES
commenter cet article
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 06:03

TEXAS2 (1)Il était objectivement difficile de faire une suite au remake de « MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE », étant  donné que tout le monde ou presque était mort à la fin. Vu le succès du film, il fallait pourtant trouver une idée pour produire un remake du remake. Aussi la prequel s’imposa-t-elle. C'est donc avec une joie mêlée d’émotion qu’on assiste à la naissance de ‘Tommy’ dans la bouillasse sanglante d’un abattoir, son abandon dans une poubelle puante, puis qu’on voit sa gentille famille d’adoption débuter dans le cannibalisme.

« MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE : LE COMMENCEMENT » est un peu moins stylé que son prédécesseur, beaucoup moins surprenant dans ses excès d’horreur, maisTEXAS2 finalement tout aussi efficace. Seul problème : l’absence totale de suspense, vu qu’on sait dès la première image que les « djeuns » sont tous condamnés et qu'il n’arrivera presque rien de grave – ou si peu – à la bande de dégénérés. Les auteurs se contentent donc de renouer les fils de la saga, en expliquant très sérieusement comment le tonton a perdu ses jambes, comment le frérot est devenu shérif, comment il a perdu ses dents, pourquoi Tommy aime tant taillader la barbaque, etc.

C'est une véritable orgie de ‘gore’, les corps sont coupés en deux à la tronçonneuse, les visages découpés au couteau, on patauge dans des hectolitres de sang et de matière organique. Et ça n’arrête pas de hurler. Il y a de quoi, me direz-vous !

Si on a aimé le premier film, aucune raison de ne pas apprécier celui-ci. C'est rigoureusement la même chose. Avec un petit plus : le numéro de R. Lee Ermey, déchaîné qui enrichit son personnage de nuances exquises et délicates. Il faut l’avoir vu pasticher son rôle dans « FULL METAL JACKET » en torturant un des malheureux prisonniers.

À ne pas mettre entre toutes les mains, donc. À ne surtout pas montrer à sa fiancée en annonçant : « Tu vas voir, c'est fun ! ». À savourer dans la foulée du film de 2003, avec éventuellement un sac-vomi à portée de main…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FRANCHISES
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 06:10

Apparu dans les fifties, tout d'abord prénommé ‘Al’, David Hedison joue le savant métamorphosé en insecte dans « LA MOUCHE NOIRE », il est lieutenant dans « TORPILLES SOUS L’ATLANTIQUE », joue le rôle-titre de « THE SON OF ROBIN HOOD », Philippe dans « LA PLUS GRANDE HISTOIRE JAMAIS CONTÉE » et plus tard le responsable de la plate-forme dans « LES LOUPS DE HAUTE MER ».

À noter qu’il est le seul acteur (du moins, jusqu'à Jeffrey Wright, récemment) à avoir joué deux fois l’ami de la CIA de 007 dans « VIVRE ET LAISSER MOURIR » (avec Roger Moore) et des années plus tard « PERMIS DE TUER » (avec Timothy Dalton) où il a la jambe gobée par un requin.

À la TV, Hedison est un espion antirouges dans la série « 5 FINGERS » et le second à bord du sous-marin de la série « VOYAGES AU FOND DES MERS ».

Aujourd'hui, il fête ses 86 ans. Happy birthday, David.

HEDISON

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 06:09

Dans la 3ème saison de « BREAKING BAD », le personnage de ‘Walt White’ gravit pas mal d’échelons dans la criminalité assumée et passe de l’amateurisme éclairé au professionnalisme industriel. Mais plus les enjeux augmentent, plus le danger et les dommages collatéraux deviennent énormes. Finies, les « demi-mesures » pour paraphraser le titre d’un des épisodes.

Outre la passionnante mutation du personnage campé magistralement par Bryan Cranston et celle plus erratique de son co-équipier Aaron Paul, cette saison se focalise sur une galerie deBB3 « méchants » (oui évidemment, tout est relatif !) à faire froid dans le dos : il y a ces jumeaux mexicains au crâne rasé, aussi sensibles qu’un tandem de terminators, qui effectuent leurs contrats à la hache, il y a aussi ce « nettoyeur » implacable mais courtois, génialement interprété par l’inquiétant Jonathan Banks. Mais surtout, celui qui pique la vedette à tout le monde : Giancarlo Esposito, époustouflant dans un rôle de boss du trafic de dope, un monstre de froideur, soigneusement caché derrière un masque impassible d’honnête commerçant et de citoyen modèle. Ses face à face avec Cranston font penser à un combat de scorpions, aussi calculateurs, intelligents et dangereux l’un que l’autre. Chacun à sa façon.

Magnifique portrait du flic de la DEA également, proposé par l’excellent Dean Norris, qui se fissure d’épisode en épisode jusqu'à l’effondrement moral et physique. Seul petit bémol, le personnage de l’épouse de Walt dont l’évolution ne convainc – et ne passionne – guère. Et le scénario de l’épisode « FLY », huis clos excessivement bavard et introspectif, qui tourne étonnamment en rond.

Mais cela demeure de l’exceptionnelle télévision. Et l’occasion unique de voir Danny ‘Machete’ Trejo décapité… à la machette !

Repost 0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 06:26

TEXAS (1)Trente ans après le classique de Tobe Hooper, « MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE » nouvelle version parvient sans peine à faire oublier son prédécesseur et – c'était peut-êtreTEXAS encore plus difficile – à trouver son identité propre. Si l’original fleurait bon le ‘snuff movie’ mal dégrossi, le remake lorgne plutôt vers le conte de fées complètement perverti et dégénéré. En fait, à bien y regarder, on pense souvent à une « Alice au pays des horreurs ». La façon de filmer les extérieurs et tout particulièrement les sous-bois avec ces éclairages surnaturels, renforce cette sensation.

Ici pas de psychologie, pratiquement pas de scénario : on lâche quelques « djeuns » bien crétins dans l’Amérique profonde et on les confronte à la lie de la population : des ploucs consanguins, sans doute cannibales et nécrophiles. Et vogue le navire ! Pour un film à gros budget, ce « MASSACRE » ne lésine pas sur le ‘gore’ : on nage dans des mares de sang, dans la cervelle explosée, la barbaque, la morve, les dents fracassées, les membres mutilés, c'est un véritable festival d’ignominies ! Mais c'est très bien filmé et photographié avec classe, le suspense est viscéral, la trouille ne se relâche jamais, aussi – quoi qu’on pense de ce genre de cinéma – est-il à peu près impossible de détourner le TEXAS (2)regard de l’écran une seule seconde. Le gros garçon-boucher avec sa tronçonneuse fait très peur et son frérot, l’affreux shérif R. Lee Ermey n’a rien de rassurant non plus.

On assiste donc effaré et content à ce Grand-8 atroce et poisseux, qui entraîne aux fins-fonds du cauchemar éveillé sans autre souci que de nous terroriser. Bon esprit ! Tout ceci fait donc passer un excellent moment, d’autant que l’héroïne, la jeune Jessica Biel est très loin d’être déplaisante à regarder et qu’en bons commerçants, les producteurs ne l’ont vêtue que d’un T-shirt blanc constamment mouillé. À condition de mettre son cerveau en mode « pause » et de s’assurer d’avoir un défibrillateur à portée de main, on passera donc un excellent moment…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FRANCHISES
commenter cet article
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 05:55

C'est sous le nom d’Herman Brix qu'il se fait connaître grâce au ‘serial’ « LES NOUVELLES AVENTURES DE TARZAN » en 1935.

Sous le pseudonyme de Bruce Bennett, cet acteur athlétique et anguleux tourna plus de 140 films et téléfilms au cours d’une longue carrière. On l’aperçoit dans « LES PASSAGERS DE LA NUIT » et « LE TRÉSOR DE LA SIERRA MADRE » aux côtés de Bogart, il est général dans « LE HÉROS D’IWO JIMA ».

Il est mort centenaire et aurait aujourd'hui fêté ses 107 ans. Happy birthday, Bruce.

BBENNETT

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens