Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 09:54

Étonnant qu’un réalisateur typiquement américain, et même new-yorkais, ait si souvent tourné des films intrinsèquement anglais, comme « EQUUS », « THE OFFENCE » (peut-être son chef-d’œuvre), « LE CRIME DE L’ORIENT-EXPRESS » et ce « M15 DEMANDE PROTECTION »  (« LIAISON MORTELLE », en v.o. !).

Avec ce film, Sidney Lumet explore l’univers glauque de John LeCarré, ses espions semi-retraités, son Londres glacé et pluvieux, ses embrouilles inextricables, ses trahisons feutrées, et y nage comme un poisson dans l’eau. Dire que « M15 DEMANDE PROTECTION » est un film très excitant, serait exagéré, on s’y ennuie même, de temps en temps, mais il est remarquablement interprété par James Mason, en vieil espion grugé, fragilisé par sa jeune épouse nymphomane, et sa relation père-fils avec une  barbouze « venue du froid ».

Les personnages secondaires sont très bien dessinés, comme Harry Andrews en flic amorti, mais redoutablement efficace quand il le faut, et Simone Signoret en rescapée des camps nazis, au comportement des plus ambigus. On aperçoit même David Warner (non-mentionné au générique) sur la scène de la Royal Shakespeare Company, en pleine représentation.

Anti-James Bond parfait, « M15 DEMANDE PROTECTION » est une bonne illustration de l’œuvre du romancier, et l’occasion de voir James Mason dans un « vrai » rôle, loin de ses habituels « caméos » dans ces copros internationales, qu'il enchaînait à la fin de sa carrière.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans MADE IN UK
commenter cet article
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 19:04

Quatorze ans après la sortie du film « HONDO, L'HOMME DU DÉSERT », produit et interprété par John Wayne, celui-ci – au travers de sa société Batjac – tenta de ressusciter ce héros, via une série, diffusée par la chaîne ABC.

Malgré la haute qualité du produit, « HONDO » ne dura qu’une unique saison de 17 épisodes, et curieusement son excellent interprète Ralph Taeger, ne profita nullement de cette occasion pour faire une belle carrière.


« HONDO » contait les aventures d’un scout dur à cuire, travaillant pour l’Armée, escorté de son ami Buffalo (Noah Beery, Jr.) et du chien Sam, dont il refusait de devenir « officiellement » le maître : « Non, il n’est pas à moi. Pourquoi ? Vous le voulez ? ».

Parmi les acteurs qui participèrent à cette courte aventure télévisuelle, notons : Michael Pate (reprenant son rôle de chef Indien du long-métrage, pour plusieurs épisodes), Robert Taylor, l’incorruptible Abel Fernández, Charles McGraw, Jim Davis, Ricky Nelson (dans le rôle de Jesse James), James McArthur, Forrest Tucker, L.Q. Jones, Claude Akins, Jack Elam et Annette Funicello.

Un petit coffret gentiment restauré serait, ma foi, bienvenu…

Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 18:08

Parce que nous débattons rarement des mérites du cinéma français, dans ces pages (et pour cause), c'est avec d’autant plus de plaisir que nous signalons la sortie DVD d’un film déjà ancien, et multi-rediffusé, mais qui surprend. En bien !

« LE GRAND PARDON », tourné en 1982, fut à juste titre comparé au « PARRAIN », dont il reprenait le schéma général, mais depuis, beaucoup d’autres se sont alignés sur le modèle du chef-d’œuvre de Coppola, et la filiation paraît moins incommodante.

Nous ne nous appesantirons pas sur un casting très inégal, des clichés pas suffisamment esquivés, pour nous réjouir du numéro sans filet de Roger Hanin, dans le rôle de sa vie, de Jean-Louis Trintignant, fabuleux en flic handicapé et antisémite, de Bernard Giraudeau en traître sans Dieu ni maître, de Jean-Pierre Bacri ignoble à souhait et grand voleur de scènes, et des seconds rôles presque tous devenus têtes d’affiche entretemps.

C'est bien dialogué, ambitieux, populaire, le milieu pied-noir est décrit sous une lumière inédite, et le DVD récemment sorti en coffret avec la sequel et « LE GRAND CARNAVAL », autre film d'Alexandre Arcady, est idéalement restauré.

On est bien loin du Far West (quoique… on y trouve des règlements de comptes, des guerres entre ethnies, des porte-flingues et un shérif), mais le soin apporté à cette édition valait bien qu’on la signale.

Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 14:19

« EMPIRE » est une série western contemporaine – c'est à dire située dans les années 60 – EMPIREV2créée par Kathleen Hite, grande spécialiste du western, et qui ne connut qu’une saison de 32 épisodes, en 1963.

Annonçant de futurs « soaps » comme « DALLAS » ou « DYNASTIE », « EMPIRE » se déroulait dans le ranch des Garrett au Nouveau-Mexique, de puissants pétroliers, et le héros, Jim Redigo, incarné par Richard Egan en était le viril contremaître.

Aujourd'hui la série peut susciter une légitime curiosité par la présence du débutant Ryan O’Neal en fils de famille et celle plus irrégulière de Charles Bronson, dans le rôle de Paul Moreno, un des employés du ranch.

Le pilote de « EMPIRE », réalisé par Arthur Hiller, sortit en salles sous le titre « THIS RUGGED LAND », mettant Moreno en vedette : accusé du meurtre d’une fillette, il devait encaisser la haine de ses collègues, et même de sévères punitions physiques (ligoté avec du fil barbelé !), avant que Redigo ne parvienne à l’innocenter. Bronson revint plusieurs mois après ce film, pour plusieurs épisodes, dont l’un décrit son histoire d’amour déchirante avec une jeune femme (la remarquable Joan Hackett) en route pour le couvent.

Parmi les « guests », on retiendra : Richard Jordan, Keir Dullea, Robert Culp, Robert Vaughn (dans quelle série n’est-il pas apparu ?), Barbara Bain, L.Q. Jones, Telly Savalas, Harry Dean Stanton, Claude Akins et Inger Stevens.

« EMPIRE » connut une sorte de 2ème saison, centrée uniquement sur Egan, et intitulée « REDIGO », dont il fut cette fois la seule vedette, le temps de 15 épisodes sans grand succès.

On peut trouver l’intégrale de la série en DVD-R sur certains sites américains, mais dans des copies difficilement regardables tant elles sont dégradées. Reste à espérer une édition officielle, car sans être inoubliable, « EMPIRE » mérite l’attention.

Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 10:49

Elle a beau n’avoir tourné qu’un seul western, « VILLE SANS LOI », cela ne nous empêchera pas de fêter à Angela Lansbury un excellent anniversaire pour ses 84 ans. Actrice anglaise qui fit carrière aux U.S.A., souvent dans des personnages plus âgés qu'elle ne l’était réellement, Lansbury a trouvé le succès avec la série « ARABESQUE » où elle incarnait la pénible romancière-enquêtrice Jessica Fletcher.


Nous préfèrerons nous souvenir d'elle dans « UN CRIME DANS LA TÊTE », où à 37 ans, elle jouait la mère castratrice et plus ou moins incestueuse d’un Laurence Harvey de… 34 ans.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 09:58

Alors que des films des fifties dans lesquels Clint Eastwood n’avait que des rôles minuscules (« TARENTULA », « ESCADRILLE LAFAYETTE », « BRISANTS HUMAINS ») sont à présent disponibles en zone 2, il est surprenant que les deux westerns de cette période, qu'il tourna avant le tunnel de sept dans que fut la série « RAWHIDE », et dans lesquels il tient des rôles centraux, soient encore inédits en DVD.

Nous avons déjà parlé de « AMBUSH AT CIMARRON PASS », mais qu’en est-il de « THE FIRST TRAVELING SALESLADY », tourné par Arthur Lubin, en 1956 ? Aux côtés de Ginger Rogers, James Arness, Carol Channing et David Janssen, Eastwood y incarne Jack Rice, un lieutenant des Rangers, amateur de jolies filles. Le film, une comédie « coquine » sur une vendeuse de lingerie fine dans l'Ouest, n’a pas la réputation d’être un chef-d’œuvre, et Clint lui-même doit y être croquignolet, mais la curiosité est indéniablement titillée !

 

À NOTER : le film fut diffusé, il y a bien longtemps à la télévision française, sous le titre « LA VRP DE CHOC ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE CLINT EASTWOOD
commenter cet article
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 09:02

Énième variation sur le vieux thème de Jack l’Éventreur, « THE LODGER » a tout du premier film : réalisation à effets appuyés, clins d’œil maladroits à Hitchcock, direction d’acteurs flottante, et scénario tellement retourné en tous sens, qu'il en perd toute épaisseur. C'est une succession de fausses pistes, de chausse-trappes, de coups de théâtre, dont certains tellement tirés par les cheveux, qu'ils en deviennent incompréhensibles.

Pourtant, le concept de base, de lâcher un « copycat » du tueur de Londres, dans un quartier de L.A. appelé « Whitechapel » en valait bien un autre, mais il aurait fallu l’aborder de façon plus stylée, plus esthétique. Dans « THE LODGER », tout est extrêmement rudimentaire, frisant même souvent l’amateurisme.

Le casting est inégal : Alfred Molina, bon acteur anglais, est horriblement mal distribué en superflic américain obsessionnel (un peu comme si Peter Lorre avait joué Dirty Harry…), Simon Baker (héros de la série « THE MENTALIST ») est plus intrigant, en possible éventreur, et il faut tout le talent de l’excellente Hope Davis, pour maintenir un semblant d’intérêt jusqu'à la fin. Shane West, Rachael Leigh Cook ou Rebecca Pidgeon, l'égérie de David Mamet, n’ont pas grand-chose à faire.

C'est de la série B, que son évidente ambition de départ rend d’autant plus agaçante. À tout prendre, si l’on tient absolument à voir un film sur Jack l’Éventreur dans l’Amérique moderne, mieux vaut revoir le délicieux quoiqu’un peu désuet « C'ÉTAIT DEMAIN », beaucoup plus ludique.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 19:28

James Bond 007 au Far West ? L’idée en a tenté plus d’un, mais seule la série « LES MYSTÈRES DE L’OUEST » est allée jusqu'au bout de la logique, même de façon très détournée. Il faut dire que les deux univers n’ont peu très peu de points de rencontre.

Par contre, la plupart des interprètes de James Bond – et cela commence à faire quelques uns ! – ont tâté du western, pour des résultats pour le moins inégaux. Barry Nelson, le tout premier Bond de l’Histoire (dans un « CASINO ROYALE » tourné pour la TV) apparaît dans « LA VRP DE CHOC », et un « ZANE GREY THEATER », Sean Connery s’est vautré dans le tristement célèbre « SHALAKO ». George Lazenby a joué le brigadier-général Pettigrew dans la minisérie « GETTYSBURG ». Roger Moore a fait plusieurs tentatives : il est un chercheur d’or dans la série « THE ALASKANS », un trappeur (on aimerait bien voir ça !) dans « LE TRÉSOR DES 7 COLLINES », le cousin anglais de James Garner qu'il remplaça dans une quinzaine d’épisodes de « MAVERICK ».

Timothy Dalton a eu un rôle central dans la minisérie « COLORADO », il a (quand même !) repris le personnage mythique de Rhett Butler à la TV dans « SCARLETT », joue le détective Pinkerton dans « AMERICAN OUTLAWS ».

Pierce Brosnan est également familier du genre : il apparaît dans le téléfilm « THE BROKEN CHAIN », tente de se faire passer pour Indien dans le désolant « GREY OWL », et il est excellent dans « SERAPHIM FALLS », en ex-officier traqué, prêt à tout pour survivre.


Même s’il a un physique parfaitement adéquat pour les grandes plaines, l’excellent Daniel Craig n’a pas encore émigré à l'Ouest, hormis un rôle de lieutenant, dans un épisode des « NOUVELLES AVENTURES DE ZORRO ». Bientôt ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LA MYTHOLOGIE DU WEST
commenter cet article
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 09:27

Le scénariste à la mode de « BABEL » ou « 21 GRAMMES », qui avait flirté avec le néo-western dans « TROIS ENTERREMENTS », se lance dans la réalisation, sans rien changer à ses méthodes d’écriture, qu’on pourrait à la longue, trouver quelque peu systématiques : scénario éclaté entre passé et présent, destins qui se croisent, puzzle qui se reconstitue progressivement, passé inavouable pesant sur le présent, etc. Le moins que l’on puisse dire, est que Guillermo Arriaga est fidèle à ses thèmes.

« LOIN DE LA TERRE BRÛLÉE »  (inexplicablement devenu « TERRE BRÛLÉE » pour sa sortie DVD !) semble un peu moins artificiel et "à l'épate" que les films pré-cités, car le « mystère » entourant l’héroïne est aisément résolu, et l’essentiel se trouve dans l’humain. Les deux comédiennes sont formidables : Charlize Theron, à fleur de peau, dans un rôle de nympho suicidaire, rongée de culpabilité, et Kim Basinger très émouvante, dans un personnage fragile et abimé par la vie. On a rarement vu comédienne de cette génération vieillir avec autant de grâce.

Film sombre et âpre, « LOIN DE LA TERRE BRÛLÉE » évolue dans des décors sinistres et désolés, que ce soit à Portland ou au Mexique, les amours qu'il décrit n’ont rien de romantique, mais la fin ouverte (le film s'arrête pile où il doit s'arrêter !) laisse sur une note sinon positive, du moins sur un vague espoir.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 17:15

Comédien intelligent et élégant des années 60 et 70, Robert Culp a surtout fait carrière à la TV, où ses séries comme « LES ESPIONS » ou « THE GREATEST AMERICAN HERO » ont fait de lui une figure familière du public U.S.

Dans le domaine du western, Culp se fait connaître grâce au rôle du Texas Ranger Hoby Gilman dans la série TV « TRACKDOWN », en partie réalisée par Sam Peckinpah. Il participe également à « THE WESTERNER » du même réalisateur.

On le revoit dans un « RAWHIDE », en ex-soldat accro à la morphine, il joue les « guests » dans des séries comme « ZANE GREY THEATER » (où il crée d'ailleurs le personnage de Gilman), « LA GRANDE CARAVANE » ou « BONANZA », joue Wild Bill Hickock dans « LES TÉMÉRAIRES ».

Il trouve son meilleur rôle dans « UN COLT POUR TROIS SALOPARDS », où il incarne Thomas Luther Price, un chasseur de primes sage et taiseux, portant des lunettes, et une barbe de professeur. Il est un politicien véreux dans « UN COWBOY EN COLÈRE », joue Cornelius Farnsworth dans la série tirée de « LONESOME DOVE ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens