Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 09:18

À la fin de son autobiographie « LE FILS DU CHIFFONNIER », Issur Danielovich Demsky, dit « Kirk Douglas », s’étonnait d’avoir atteint les 70 ans. Ce qui laisse à supposer qu'il doit être vraiment TRÈS étonné de fêter aujourd'hui ses 93 printemps !

Il a été un grand producteur, un westerner de légende, un aventurier du cinéma hors du commun. Happy birthday, Mr. Douglas…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 20:38

Tourné en 1962, « MAN IN THE MIDDLE » est un épisode de la 3ème saison des « INCORRUPTIBLES », et suit le destin d’un « petit homme », un ex-caïd spolié par ses associés, et qui vit aujourd'hui avec ses deux rats en cage, qu'il a nommés comme ses pires ennemis, et qu'il aime à tourmenter. Mais aussi avec sa femme amère et rancunière, qui ne cesse de lui rappeler ses promesses non-tenues.

L'homme – Martin Balsam – va organiser une manipulation experte, dresser ses ennemis l’un contre l’autre, et en ramasser les fruits. Mais c'est son talon d’Achille, sa femme, qui le perdra.


L’épisode, assez anodin, sans réel suspense, vaut surtout pour ses « guests » : Balsam d’abord, idéalement casté avec son physique passe-partout, et sa bonne bouille, Cloris Leachman en « poule » idiote et ingrate. On a du mal à reconnaître en cette jolie blonde, celle qui sera quelques années plus tard, la monstrueuse Frau Blücher (celle qui fait hennir les chevaux) de « FRANKENSTEIN JUNIOR » ! On voit également Gavin McLeod, le capitaine de « LA CROISIÈRE S’AMUSE », et le géant Mike Mazurki, vu dans tant de films noirs.

À l’issue de quelques poursuites et exécutions sommaires, « MAN IN THE MIDDLE » s’avèrera n’être au fond que l’histoire d’un amour raté, « La femme et le pantin » version Chicago…

Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 17:06

« SIX FACES OF SATAN » est un des meilleurs épisodes de la série « MAN WITH A CAMERA », que tourna Charles Bronson en 1958. Réalisé par le talentueux Boris Sagal, le film parle tout simplement de lynchage, de l’horreur des mouvements de foule, de la folie homicide qui s’empare parfois des hommes, quand il fait chaud. Un thème westernien en diable !

Traînant dans un quartier populaire, un soir de canicule, le photographe Mike Kovac est témoin d’une scène : une jeune femme affirme avoir été agressée par un homme dans une ruelle. Kovac sait qu'elle ment, mais personne ne l’écoute. Peu à peu, tout le monde s’échauffe, et on accuse un minable racketteur du quartier. Bientôt, les habitants surexcités, s'apprêtent à rendre justice eux-mêmes. Bronson-Kovac saura les arrêter, en leur plaçant sous le nez, des photos qu'il vient de prendre, montrant leurs visages déformés par la haine.

« SIX FACES OF SATAN » est remarquable à plus d'un titre. D’abord son scénario, sans manichéisme, qui montre Bronson prendre la défense d’un individu qu'il méprise, mais qu'il sait innocent. C'est l’épisode qui utilise le mieux les talents de Kovac : ici il n’a rien d’un pseudo-flic ou « privé », c'est bien un photographe, qui se bat avec ses armes à lui.


Au côté de Bronson très en verve, retrouvant des attitudes d’ancien gosse des rues, quelques visages familiers, parmi lesquels Harry Dean Stanton, jouant le frère de la (fausse) victime.

« MAN WITH A CAMERA » fut une série sympathique mais inégale, et cet épisode pourrait être en quelque sorte le témoin de ce qu'elle aurait toujours dû être.

Repost 0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 13:59

Et voilà !!!
À la suite de notre « appel du 18 juin », un visiteur nommé « Claude » a levé le mystère qui planait sur l’identité du chef de gare de « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST ». Le vieux monsieur édenté, comique, revu dans « MON NOM EST PERSONNE », s’appellerait Rafael López Somoza !

IMDB nous le confirme : il est donc espagnol, et avait déjà 68 ans, quand il a tenté de vendre ses tickets à Jack Elam. Hormis ses trois films avec Leone, le señor Somoza n’est apparu que dans une petite trentaine de films de son pays natal, avant de décéder en 1977.


La news a été reprise par le site spécialisé "WESTERN MOVIES" et... démentie ! L'acteur ci-dessus serait en fait un retraité anglais installé en Espagne, qui serait apparu dans quelques films là-bas. Quant à son nom... Mystère !

Ce chef de gare est décidément en passe de devenir une légende urbaine.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS WESTERN
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 09:59

Avalanche d’anniversaires, aujourd'hui ! Kim Basinger, la seule comédienne qui embellisse en vieillissant, vient d’avoir 56 ans, et à chaque film se révèle en plus, en net progrès. Un cas !


Le vétéran de la scène et du second rôle, Lee J. Cobb aurait eu 98 ans, s’il n’était décédé en 1976.

Et David Carradine, mort il y a six mois, dans d’étranges circonstances, aurait eu 73 ans.

Sans oublier le réalisateur Richard Fleischer, qui aurait fêté ses 93 ans.

Une belle affiche, à qui nous souhaitons un happy birthday groupé…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 08:19

Il est des films qu’on est bien content de découvrir tardivement. Ainsi « LE TERRITOIRE DES MORTS », énième film de zombies de l’initiateur du genre, George Romero, prend-il une saveur toute particulière, cinq ans après sa réalisation. Si en 2005, ce mélange de SF et d’horreur « gore », mix décomplexé de « NEW YORK 1997 » et « MAD MAX », avait dû sembler gentiment subversif, il prend une tout autre résonnance, en ces années de crise mondiale. Il pourrait même être le film emblématique des années 2010 !

Dans « LE TERRITOIRE DES MORTS », la terre grouille de zombies, les très riches se sont réfugiés dans des tours de luxe imprenables, les pauvres croupissent dans des bidonvilles insalubres, et les zombies qu’on est bien obligé de voir comme un nouveau Tiers-Monde, se font systématiquement massacrer. Jusqu'à ce que l’un d’eux, un colosse noir, semble s’éveiller à une forme de conscience, puis forcément, de révolte. Et mène ses troupes en décomposition à l’assaut des tours.

Romero a visiblement plus de moyens que d’habitude, et la facture de son film s’en ressent. C'est très bien photographié, monté avec rythme, rarement ridicule (hormis ces plans obligatoires et superflus de zombies se bâfrant d’entrailles fumantes), et les personnages sont bien typés. Simon Baker (vedette de l’excellente série TV « THE MENTALIST ») est un héros sympathique, mais il ne fait pas le poids, face à des partenaires peu connus pour leur sobriété comme Dennis Hopper, Asia Argento ou John Leguizamo.

« LE TERRITOIRE DES MORTS », sans atteindre la forme de perfection du remake de Romero « L’ARMÉE DES MORTS » de la même période, est un des films les plus accomplis de son auteur, dont le message passe cinq sur cinq. Et comme pour le film de Barry Levinson « DES HOMMES D’INFLUENCE » (qui avait « deviné » la guerre en Irak, le MonicaGate), bravo pour le sens prémonitoire !

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HORREUR - SF ET FANTASTIQUE
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 20:05

« INCIDENT OF THE MISPLACED INDIANS » fait partie des bons épisodes de la 1ère saison de « RAWHIDE », car bénéficiant déjà d’une « guest » de choix : Kim Hunter, qui fut la sensuelle Stella de « UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR », et se fera (hélas ?) connaître sous le masque de la guenon Zira dans la franchise de « LA PLANÈTE DES SINGES ». Entièrement centré sur elle, l’épisode lui offre le rôle d’une veuve de missionnaire, rendue folle par la peur et la solitude, qui empoisonne des Indiens pacifiques, avant d’être recueillie par nos cowboys préférés. En bonne paranoïaque manipulatrice, elle jette son dévolu sur Rowdy, dont le talon d’Achille a toujours été les dames, et le dresse contre ses compagnons de route.


Kim Hunter est absolument remarquable, jouant jusqu'au bout de l’ambiguïté de son personnage, dont on ne saura jamais vraiment à quel point elle simulait la folie et l’amnésie. Face à elle, Clint Eastwood trouve l’occasion d’approfondir son rôle, laissant apparaître ses failles et faiblesses, et… son intelligence quelque peu limitée. Le personnage de l’Indien Delaware, vêtu en croque-mort, un chapeau dissimulant sa coiffure « Iroquois », est assez effrayant. Comme la Mort qui poursuit Amelia, attendant son heure.

Quelques 38 ans plus tard, Eastwood devenu le réalisateur que l’on connaît, offrira un petit rôle à Kim Hunter dans son « MINUIT DANS LE JARDIN DU BIEN ET DU MAL ».
 

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE CLINT EASTWOOD
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 16:46

Sam Elliott et son épouse Katharine Ross, ont tourné sept films ensemble, dont cinq westerns. La personnalité rugueuse de Monsieur, alliée à sa voix caverneuse, et sa généreuse pilosité, contrastait idéalement avec la douceur de Madame, ses traits délicats et sa silhouette gracile.

En 1978, alors que le cinéma cherchait encore à capitaliser sur le succès de « L’EXORCISTE », ils sont partis pour l’Angleterre, tourner « PSYCHOSE PHASE 3 » (fabuleux titre français, qui n’a rien à voir avec rien !), sous la direction d’un bon réalisateur, Richard Marquand, qui signera « LE RETOUR DU JEDI », et l’excellent thriller « À DOUBLE TRANCHANT ».

Hélas, le scénario ne laissait guère de chance à quiconque de briller. C'est une sorte de « DIX PETITS NÈGRES », mâtiné de démonologie, tourné en huis clos dans une magnifique demeure, dans laquelle quelques cabots brittons comme Charles Gray ou Hildegard Neil et même le chanteur Roger Daltrey, sont venus payer leurs impôts. On peut au début, se laisser prendre par la claustrophobie de l’ambiance, surtout lors du passage où le couple vole une Rolls pour s’enfuir, et que toutes les routes qu'ils empruntent, les ramènent systématiquement à la maison maudite. Une vraie logique de cauchemar, assez stressante.


Pour le reste, on suit passivement une succession de meurtres méthodiques et peu imaginatifs, en attendant la résolution finale d’une énigme qui… ne vient jamais. Le méchant disciple de Satan moribond, se devait de tuer tout le monde, sauf son héritière. Voilà tout !

Sam Elliott, qui paraît déguisé sans son stetson et ses colts, fait ce qu'il peut d’un rôle inepte de « fiancé » bougon, et le seul vrai point positif du film, c'est encore le plaisir de revoir Katharine Ross, la « Sundance woman », plus ravissante que jamais, et qui a bien du mérite d’avoir gardé son sérieux, pendant quelques séquences impossibles à jouer.

« PSYCHOSE PHASE 3 » est une série B de son époque, mais vu le talent des artistes impliqués, on eût aimé qu'ils se rencontrent en meilleure occasion.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HORREUR - SF ET FANTASTIQUE
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 10:45

Nous apprenons le décès, à la fin novembre, du comédien de second rôle Warren Vanders, âgé de 79 ans, et aperçu dans bon nombre de westerns, essentiellement à la télévision.

Il fut un personnage récurrent de la série « EMPIRE », on l’a vu dans « LA GRANDE VALLÉE », « BONANZA », dans douze « GUNSMOKE », et au cinéma dans « VIOLENCE À JERICHO » et « UNE BIBLE ET UN FUSIL », « LA POURSUITE SAUVAGE ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LE CARNET NOIR
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 09:46

Alors qu'il s’est toujours proclamé acteur de théâtre avant tout, Eli Wallach n’a jamais cessé de tourner, tout et n'importe quoi, avec un entrain jamais pris en défaut, voltigeant du plateau d’un Elia Kazan à celui d’un Gérard Oury, en passant par Sergio Leone et Francis Coppola. Nous avons souvent dit tout le bien que nous pensions de l'homme et de l’acteur, dont deux « bandidos » mexicains ont définitivement marqué l’Histoire du western : le mécréant Calvera des « 7 MERCENAIRES », et Tuco, le génial voleur de poules du « BON, LA BRUTE, LE TRUAND ».

Aujourd'hui, Eli Wallach fête ses 94 ans, il est annoncé dans « L'HOMME DE L’OMBRE », le dernier film de Polanski.
Happy birthday, Mr. Wallach…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens