Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 06:55

C'était une bombe, mais une bombe douce et sensuelle, au charme délicat. Elle a illuminé quelques westerns comme « LE MASQUE DE ZORRO » et surtout « LA POURSUITE INFERNALE » où elle jouait ‘Chihuahua’ l’entraîneuse folle d’amour pour Doc Holliday.

Elle est morte très jeune, à l’âge de 42 ans. Aujourd'hui, Linda Darnell aurait fêté ses 87 ans. Happy birthday, Chihuahua…

DARNELL anniv

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 18:58

Très joli générique pour « THE BLOOD LINE », un épisode de la série « BONANZA », tourné en 1960. Il est réalisé par Lewis Allen l'homme qui fit débuter Burt Lancaster dans « LA FURIE DU DÉSERT » et le rôle principal est tenu par Jan Sterling, inoubliable en épouse sans cœur dans « LE GOUFFRE AUX CHIMÈRES ».

Lorne Greene est obligé d’abattre un ivrogne querelleur. Mais son fils adolescent débarque en ville et jure de le venger, épaulé par une entraîneuse, maîtresse de son père. Par sa patience, Greene saura faire changer d’avis le rancunier teenager.

BONANZA van cleef

Dans le cadre bien balisé de la série, l’épisode tient par le jeu intense et émouvant de Jan Sterling, crédible en fille de saloon mûrissante, refusant d’abord d’admettre qu'elle aimait passionnément un vaurien. Et il vaut bien sûr le coup d’œil pour la présence de Lee Van Cleef.

Tout vêtu de noir – détail qui deviendra sa marque de fabrique pendant son vedettariat italien – l’acteur campe un tueur à gages, un « flingueur à deux balles » comme l’appellent deux des protagonistes. Un profiteur cynique, qui tente de se faire payer pour descendre Lorne Greene. Devinez quoi ? Il échouera ! Certes pas le rôle de sa vie, mais c'est toujours un ineffable plaisir de le voir grimacer en prenant une balle dans le ventre, même si on l’a déjà vu faire exactement la même chose dans des dizaines de westerns.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE LEE VAN CLEEF
commenter cet article
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 16:45

TOPBLOG 653

Charley, une des mascottes de « WWW » vient de prendre un coup au cœur : le blog vient de (re)perdre 18 places au classement du Top des Blogs d’Overblog, passant de 635 à 653.

Pas de quoi faire un infarctus, certes, mais après sa récente déculottée, les nerfs sont encore à fleur de peau. Charley s’est donc étendu parterre, attendant que sa tension baisse à nouveau. Il prendra sa revanche…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans ACTU DU BLOG
commenter cet article
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 10:25

Pour John Ford, elle fut patronne de saloon dans « LA POURSUITE INFERNALE » et surtout la mère idéale, martyre et endurante dans « LES RAISINS DE LA COLÈRE ».

On a revu Jane Darwell, sorte de Raimu américaine version féminine en lyncheuse dans « L’ÉTRANGE INCIDENT ». Elle a achevé son long parcours de plus de 200 films dans un petit rôle dans « MARY POPPINS ».

Aujourd'hui, elle aurait fêté ses 131 ans. Happy birthday, Ma’.

DARWELL anniv

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 08:01

GREENFINGERS (1)À première vue et si on se fie au matériel publicitaire, « JARDINAGE À L’ANGLAISE » avec sa bande de taulards jardiniers et une « vieille dame » distinguée à leur tête, fait GREENFINGERSpenser aux comédies anglaises des fifties dans la lignée de « TUEURS DE DAMES ». En fait, il n’en est rien.

Mal vendu, le film est surtout le portrait d’un jeune type taiseux (Clive Owen) qui a passé la moitié de sa vie en prison et qui trouve sa voie vers la rédemption grâce au jardinage.

Malgré la modestie du propos, Owen a rarement été plus subtil que dans ce rôle complexe et introverti. Sa relation avec le vieux prisonnier malade joué par David Kelly est ce qu'il y a de plus attachant dans le film. La mise en avant de la grande Helen Mirren en tête d’affiche estGREENFINGERS (2) très exagérée, puisqu’elle n’apparaît que sporadiquement dans un rôle caricatural de « papesse » du jardinage à l’Anglaise qui semble sortie d’un roman d’Agatha Christie. Presque un ‘caméo’. On peut par contre sourire d’un plan où la future interprète d’Elizabeth II s'adresse à une toile représentant « the Queen ».

Inconsistant mais constamment plaisant et agréable, « JARDINAGE À L’ANGLAISE » est un spectacle inoffensif et léger, un passe-temps joliment filmé, pas vraiment une comédie, pas tout à fait un mélodrame. Le portrait doux-amer d’un homme qui s’arrache à sa condition et accepte d’enterrer son passé.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS D'HELEN MIRREN
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 19:29

PLAN SIMPLE (1)Et si « UN PLAN SIMPLE » était le meilleur film de Sam Raimi ?

La filiation avec le cinéma des frères Coen (complices de longue date du réalisateur) est évidente. On retrouve l’ambiance enneigée de « FARGO », l'humour en moins, l'émotion en PLAN SIMPLEplus. Des images comme ces omniprésents corbeaux noirs se détachant des paysages immaculés, symboles de la mort qui rôde, sont obsédantes. Ici, c'est un gros sac de dollars qui fait tout imploser : la cellule familiale, la fratrie, l’amitié, l’humanité.PLAN SIMPLE (2) Comment de braves gens sans histoire deviennent des monstres en un clin d’œil.

Bill Paxton et Billy Bob Thornton, déjà partenaires dans le remarquable « ONE FALSE MOVE » (scénarisé par le second), sont magnifiques. Surtout Thornton qui s'est façonné une tête d'abruti pathétique, de laissé-pour-compte, de brave type lent d'esprit sans jamais céder à la caricature. Une sorte de continuation du demeuré bouleversant de son sublime « SLING BLADE ». Bridget Fonda tire le maximum d'un rôle PLAN SIMPLE (3)ingrat de femme douce, métamorphosée par l'appât du gain. Dans certains gros-plans, elle en devient carrément hideuse. Du grand art. Au fait, que devient-elle, Bridget ?

« UN PLAN SIMPLE » est totalement maîtrisé, depuis son scénario plein de chausse-trappes jusqu'à la direction d’acteurs, mais ne cède à aucun effet racoleur. La mise en scène est invisible, les cadrages sont subtilement oppressants. Même Danny Elfman s'est fendu d'une BO qui ne ressemble pas à du Elfman recyclé.

En somme, « SPIDER-MAN » c'est très bien, ça rapporte des tonnes de dollars, mais il est heureux que de temps à autres, Raimi revienne à des œuvres personnelles comme ce film noir se passant dans le blanc, ou le marquant « INTUITIONS ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 17:35

CRITTERS (1)Premier opus d’une franchise de quatre films, « CRITTERS » se veut un anti « E.T. » (une poupée à l’effigie du petit héros de Spielberg est mise en pièces) et un condisciple deCRITTERS « GREMLINS ». Les intentions sont bonnes. Mais le budget misérable et un scénario infantile tuent dans l’œuf toute dimension aussi bien fantastique que satirique.

Situé dans une petite ville du Kansas et surtout dans le périmètre d’une ferme, « CRITTERS » étire interminablement des séquences vues et revues, s’essaie à CRITTERS (2)un comique pachydermique (l’alcoolique mythomane que personne ne croit alors qu'il a réellement vu les aliens débarquer) et propose des extra-terrestres à peu près aussi convaincants que les Ewoks : de grosses boules de peluches noires aux yeux rouges et aux dents de piranha.

Ne parlons même pas du prologue situé sur une planète d’un lointain système solaire, il y aurait trop à dire.

On passe le temps à reconnaître quelques visages familiers de la série B des années 80 comme Dee Wallace-Stone la maman de « E.T. » justement et de « CUJO » où elle affrontait déjà un alien et une grosse bête poilue. M. Emmet Walsh en shérif mou et suant, Billy ‘Green’ Bush en père plouc du jeune héros ou encore un tout jeune Billy Zane en citadin à catogan rapidement bouloté par les peluches.

Il faut plus que de l’indulgence pour voir jusqu'au bout ce navet qui paraît aujourd'hui encore plus vieillot que les séries Z noir & blanc des années 50. Cela nécessite beaucoup de curiosité cinéphilique et d’abnégation.

 

À NOTER : l’intégrale de la franchise « CRITTERS » est récemment sortie en zone 1 dans un double DVD avec des sous-titres uniquement anglais.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HORREUR - SF ET FANTASTIQUE
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 11:51

Un riche avocat apprend qu'il n’a au mieux qu’un an ou deux à vivre. Profitant de ses derniers moments, il prend la route et décide de faire tout ce qu'il n’a pas encore accompli dans sa vie.

C'est le curieux ‘pitch’ de la série TV « MATCH CONTRE LA VIE », qui connut trois saisons entre 1965 et ’68. Pendant 86 épisodes, Ben Gazzara alias Paul Bryan, allait faire des rencontres, se mêler de la vie des autres, tomber amoureux, se trouver en danger. Si « LE FUGITIF » avait la police aux basques, Bryan lui, avait plus abstraitement… La mort aux trousses, comme dirait Alfred.MATCH CONTRE LA VIE

Parmi les réalisateurs : Michael Ritchie, Stuart Rosenberg, Leo Penn, Alf Kjellin et Gazzara lui-même qui en tourna trois épisodes.

La série accueillit quelques ‘guests’ de renom : Katharine Ross, Celeste Holm, Tippi Hedren (en parlant d’Alfred…), Telly Savalas, Henry Silva, James Whitmore, Ina Balin, Howard Keel, Gena Rowlands (que Gazzara allait retrouver dans un film de Cassavetes), Rossano Brazzi, Carol Lynley, Sal Mineo, Leslie Nielsen, Lesley Ann Warren, John Ireland, Jack Palance, Joan Collins, Peter Graves, Michael ‘Miguelito Loveless’ Dunn, Elizabeth Ashley (avec laquelle Gazzara tournera la scène d’amour la plus déprimante de l’Histoire dans « HAPPINESS », 30 ans plus tard), Bruce Dern, Ossie Davis, Ernest Borgnine, Cloris Leachman, Aldo Ray, Slim Pickens, Harry Carey, Jr., Karen Black, Rita Moreno, Ralph Bellamy, Don Stroud, Julie Harris, Robert Duvall (y a-t-il une série des sixties où il n’aurait pas joué ?), Tom Skerritt, Barbara Hershey, Eric Braeden, Janice Rule, Kim Darby, etc.

Cela fait pas mal d’excellentes raisons de rêver qu’un jour un éditeur avisé s’amuse à exhumer cette bonne série dans la lignée de « ROUTE 66 ».

Repost 0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 09:59

Pour les très rares visiteurs de « WWW » qui n’auraient jamais vu « LE FLINGUEUR », qui n’auraient jamais pensé à acheter le DVD pour une poignée d’€ et qui ne seraient pas très familiers avec la carrière de Charley Bronson, signalons la diffusion ce soir de cet excellent polar à l’ambiance glauque et cauchemardesque sur RTL9.

FLINGUEUR RTL9

Un des meilleurs films de Michael Winner et le rôle le plus sexuellement ambigu de ‘Harmonica’.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans ACTU DU WEST
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 07:08

Formé à la TV en direct des années 50, Robert Webber excellent acteur au physique de business man fut un des « 12 HOMMES EN COLÈRE ». Il apparaît dans un nombre incalculable de séries et joue un général déplaisant dans « 12 SALOPARDS », un tueur à gages gay dans « « APPORTEZ-MOI LA TÊTE D’ALFREDO GARCIA » » et s’est montré extraordinairement drôle en attaché de presse trouillard et incontinent dans « S.O.B. ». La scène où il vomit sur la tête de Richard Mulligan est totalement indélébile.

À noter que Webber a curieusement participé à des séries Z comiques françaises comme « SOLDAT DUROC, ÇA VA ÊTRE TA FÊTE » et des choses comme « TOUS VEDETTES » ou « MADAME CLAUDE ».

Aujourd'hui, il aurait fêté ses 86 ans. Happy birthday, Bob.

WEBBER anniv

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens