Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 16:34

BEST BADMEN (2)Ce qui fascine dans certains westerns de série B, c'est l’accumulation hallucinante de péripéties tassée en si peu de temps. « PLUS FORT QUE LA LOI » en est un parfait exemple. En moins de 90 minutes, le héros Robert Ryan passe d’officier intègre à chef d’un gang de hors-la-loi, pour finir justicier amoureux. Les seconds rôles se nomment Cole Younger, Frank et Jesse James, toute la bande de Quantrill utilisés ici comme toile de fond BEST BADMENet menaces potentielles. Ça n’arrête pas une seconde, au détriment de toute vraisemblance (ou réalité historique, cela va sans dire !), mais force est de reconnaître qu’on ne s’ennuie jamais et que le film ressemble par moments à une sorte de ‘best of’ du genre tout entier.

Ryan a fière allure dans un personnage sans complication d’honnête homme tenté par le Mal, mais revenant vite au droit chemin pour les beaux yeux de Claire Trevor, qui comme toujours, semble un peu âgée pour son rôle. On sent l’effort fait pour ‘sex-symboliser’ l’acteur, qui apparaît tous muscles dehors. Le reste du casting est un catalogue des meilleurs comédiens de composition de l’époque : Walter Brennan – qui assure également la voix ‘off’ – dans son rôle habituel de vieux râleur-protecteur faussement gâteux, Bruce Cabot, Lawrence Tierney qui joue un Jesse James plus proche de Dillinger que de l’image qu’en donnait généralement Hollywood, Robert Preston en sous-Pinkerton odieux, Robert J. Wilke, etc.

Assez proche dans l’esprit des vieux ‘serials’, « PLUS FORT QUE LA LOI » se laisse voir avec son regard d’enfant. À noter que les cascades sont particulièrement bien filmées et que Ryan ou Preston par exemple en exécutent la plupart eux-mêmes.

BEST BADMEN (1)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE ROBERT RYAN
commenter cet article
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 10:57

EXECUTIVE SUITE (1)« LA TOUR DES AMBITIEUX » (enfin un titre français bien meilleur que l’original !) est EXECUTIVE SUITE (2)un véritable « cours de capitalisme pour les nuls » et plonge tête la première dans une grosse société de meubles, en crise après la mort inopinée de son directeur.

Robert Wise, un des réalisateurs les plus éclectiques d’Hollywood filme sans enjolivure (hormis un effet de caméra subjective du début), brosse un portrait sans fard de crabes enEXECUTIVE SUITE costard-cravate s'agitant dans leur panier, pour prendre la succession et n'épargne pas grand-monde. Même les femmes, épouses opportunistes, secrétaires arrivistes, actionnaires à demi folles, ne sortent pas grandies de l'affaire : Barbara Stanwyck, Shelley Winters, June Allyson et Nina Foch font au moins jeu égal avec les mâles dans ce jeu de massacre.

Face à la froideur et au pragmatisme sans âme d'un Fredric March obnubilé par le profit, Wise oppose la créativité, le respect du client et la saine ambition d'un William Holden censé symboliser un capitalisme « moralisé », sujet actuel s'il en fut. Pourquoi a-t-on du mal à croire à la réalité de ce personnage-là ? Quant au spéculateur sans foi ni loi Louis Calhern, il aura sa juste punition, la seule qui fasse vraiment mal : PAS D'ARGENT !

À l'image du monde qu'il décrit, « LA TOUR DES AMBITIEUX » est un film froid et mécanique, mais qui fonctionne encore parfaitement un demi-siècle plus tard. Était-ce une œuvre prémonitoire ou notre société est-elle simplement montée en boucle ?

Repost 0
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 06:25

« PLUNDER AT HAWK’S GROVE » est un épisode de la 2ème saison de « LA GRANDE VALLÉE », réalisé par Richard Long, interprète de l’aîné des Barkley, qui n’apparaît d'ailleurs pas du tout dans le film. Pas un adepte du four et du moulin, apparemment.

Il s’agit en fait d’un film-catastrophe… sans catastrophe. Une ville est menacée d’inondation car à la suite d’un orage, un barrage risque de céder. Lee Majors est envoyé pour empêcher les pillages et rejoint trois types assermentés. Sur place, il tombe sur une entraîneuse et sa servante indienne muette (sic !). Les choses tournent vinaigre quand les adjoints décident de devenir pilleurs.

BIG VALLEY hopper

Le suspense est minime (on sait bien qu’avec un budget de télé, on ne risque pas de voir la ville engloutie par les eaux déchaînées !), mais on retrouve deux acteurs qu’on aime : Dennis Hopper, jouant un cul-terreux vaguement psychopathe qui ne cesse de provoquer son frère trop honnête à son goût et surtout Cloris Leachman. Cette grande comédienne connue pour ses rôles chez Mel Brooks (« Frau Blücher ! ») est excellente dans ce personnage touchant de grande gueule désabusée au cœur d’or. Lors de l’épilogue, elle nous régale d’une chanson sous l’œil de toute la famille Barkley réunie. Enfin – hormis le réalisateur. Miss Stanwyck ne fait que passer lors du prologue et de l’épilogue.

Repost 0
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 05:42

George Tobias fait partie de cette grande confrérie des comédiens que tout le monde connaît sans savoir comment ils s’appellent. S’il est surtout connu aujourd'hui pour avoir joué le voisin à l’épouse trop curieuse dans la sitcom « MA SORCIÈRE BIEN-AIMÉE », on s’en souvient en soldat dans « SERGENT YORK » et « AVENTURES EN BIRMANIE », en bagnard dans « PASSAGE TO MARSEILLE », en manager pourri dans « NOUS AVONS GAGNÉ CE SOIR » et dans 90 autres films et téléfilms où fleurissait son bagout new-yorkais.

Aujourd'hui, il aurait fêté ses 110 ans. Happy birthday, George.

TOBIAS anniv

 

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 10:41

Alors que « CITÉ DE LA VIOLENCE » est annoncé pour le mois d’août en Blu-ray dans son Italie natale, plusieurs compilations de Charles Bronson arrivent en DVD aux U.S.A., preuves que la popularité post-mortem de notre ami Charley est plus vivace que jamais, défiant tous les pronostics.

Outre un double-programme contenant « ADIEU L’AMI » et « LE PASSAGER DE LA PLUIE », on peut trouver des coffrets avec ses polars Cannon, des mélanges de films du domaine public et d’épisodes de « MAN WITH A CAMERA » et aussi un best-of de cette même série, déjà éditée en intégrale il y a quelques années.

La pérennité de cet acteur pourtant controversé et à la fin de carrière désolante est en train de devenir un véritable cas d’école ! Tant mieux…

CHARLEY DVD 2011

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES SORTIES DVD
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 10:00

BABY FACEConnu et reconnu pour ses films avec Clint Eastwood, apprécié pour ses polars ‘hard boiled’ comme « À BOUT PORTANT » ou « TUEZ CHARLEY VARRICK », Don Siegel a encore pas mal de films inédits en DVD.

Si on ne râlera pas trop pour acquérir ses derniers (et très ratés) films « LE LION SORT SES GRIFFES » avec Burt Reynolds et surtout l’affreux « LA FLAMBEUSE DE LAS VEGAS » avec Bette Midler, on peut s’étonner que « LES RÉVOLTÉS DE LA CELLULE 11 » et « LE SECRET DU GRAND CANYON » soient introuvables, par exemple.

Mais s’il en est un qui est excessivement rare, c'est bien « L’ENNEMI PUBLIC », un ‘biopic’ du gangster Baby Face Nelson, tourné en 1957.

C'est Mickey Rooney qui campe le tueur court sur pattes, entouré de l’inimitable Carolyn Jones, de Cedric Hardwicke et d’une brochette de « trognes » comme on n’en fait plus comme Anthony Caruso, Jack Elam, Elisha Cook, Jr., Ted de Corsia, Dabbs Greer, Emile Meyer et l’inquiétant Leo Gordon dans le rôle de Dillinger.

C'est en noir & blanc, ça dure 1 H 25 et on veut ABSOLUMENT le voir !

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 07:53

Qu'est-ce qui attire quotidiennement de nouveaux visiteurs sur « WWW » ? Bien sûr, depuis la création du blog, il y a plus de deux ans, des noms comme Charles Bronson, le consensuel Clint Eastwood, le sergent Garcia, les rubriques « LES CHEFS-D’ŒUVRE DU WESTERN » ou curieusement « LES ACTRICES WESTERN » reviennent fréquemment en tête.

Mais dernièrement, il est un nom qui aimante de plus en plus de fans de par chez nous, et ce nom c'est… Jeanne Cooper ! Vous avez bien lu : pas GARY Cooper... Jeanne !

J.COOPER actu

Eh oui, une (par ailleurs excellente) actrice de 83 ans, œuvrant depuis près de 40 ans dans le ‘soap’ « LES FEUX DE L’AMOUR » est en tête des articles les plus assidument fréquentés de « WWW ».

Il était normal de lui rendre un petit hommage.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans ACTU DU BLOG
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 06:00

Si Harrison Ford ne fait pas souvent l’actu sur « WWW », c'est probablement parce qu'il n’a jamais fait partie des acteurs-cultes du blogueur-en-chef. Pour un Indiana Jones indiscutable, un « FRANTIC » intensément joué et un « APPARENCES » pas génial mais au moins à contremploi, combien a-t-on dû subir de prestations décevantes (dans le pourtant sublime « BLADE RUNNER ») ? Paresseuses (les aventures de Jack Ryan de la CIA) ? ou carrément absentes (le calamiteux remake de « SABRINA », le président de « AIR FORCE ONE ») ?

Ses choix de fin de carrière sont bizarres, sa personnalité de plus en plus bougonne, mais son rôle dans « COWBOYS ET ENVAHISSEURS » attise la curiosité et même un regain de sympathie. Allez, Harrison… Sans rancune ! Et happy birthday : le monsieur a 69 ans, aujourd'hui.

HFORD anniv

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 19:29

Puisque aujourd'hui s’est avéré être – et de façon parfaitement arbitraire – une journée Warren Oates, finissons avec cette hilarante apparition de l’acteur dans « INCIDENT OF THE DANCING DEATH », un épisode de 1960 de la série « RAWHIDE ».

OATES dur

Face à un Clint Eastwood très visiblement consterné, Warren joue un gitan du Far-West. Il porte une tenue improbable de pirate greco-étrusque, fixe l’horizon comme un Sioux et… se fait descendre après vingt secondes de présence à l’écran. Pas rancunier, Warren tournera encore trois épisodes de la série.

Repost 0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 16:18

OATES (1)Dix ans après sa mort, des étudiants en cinéma ont tourné un documentaire sur la carrière de Warren Oates : « WARREN OATES : ACROSS THE BORDER » clamant qu’il était « l’unique être humain d’Hollywood » et le seul à avoir créé de véritables antihéros sans OATESconcession au box-office ou au glamour. Dans sa bible annuelle « MOVIE & VIDEO GUIDE » Leonard Maltin va jusqu’à affirmer que la prestation de l’acteur dans « MACADAM À DEUX VOIES » est : « Une des plus grandes qu’il soit donné de voir à l’écran ». Rien de moins… Avec sa calvitie naissante, sa dentition anarchique et ses tics nerveux dans les yeux, Oates n’a rien du héros traditionnel et ses prestations ont toujours été empreintes de naturalisme et d’humanité. Sam Peckinpah lui offre ses meilleurs rôles : un des frères ravagés de « COUPS DE FEU DANS LA SIERRA », un déserteur exécuté dans « MAJOR DUNDEE », un des hors-la-loi de « LA HORDE SAUVAGE » (le plus bête !) et surtout Benny le gringo englué dans un Mexique de cauchemar dans « APPORTEZ-MOI LA TÊTE D’ALFREDO GARCIA », où Oates s’était fait le look du réalisateur pour une magnifique performance. On aperçoit Warren Oates en frèreOATES (4) boiteux dans « LE DOMPTEUR DE FEMMES », en corsaire dans « HERO’S ISLAND », en OATES (5)mercenaire taiseux (et son frère jumeau) dans « LA MORT TRAGIQUE DE LELAND DRUM », en pistoléro amateur de chiquitas dans « LE RETOUR DES 7 », en shérif-adjoint voyeur dans « DANS LA CHALEUR DE LA NUIT », en forçat à moitié demeuré dans « LE REPTILE », en bandit drogué dans « BARQUERO », en flic des assurances dans « LE VOLEUR QUI VIENT DÎNER », en conducteur errant dans « MACADAM À DEUX VOIES », en chasseur de baleines dans « THE WHITE DAWN », en OATES (2)pistoléro retiré dans « CHINA 9, LIBERTY 37 » et « L’HOMME SANS FRONTIÈRE ». Oates brille dans deux monologues « tours-de-force » dans « TÊTES VIDES CHERCHENT COFFRE PLEIN », joue des officiers dans « TONNERRE DE FEU », « POLICE FRONTIÈRE » et « 1941 » où il hurle de rire de façon inoubliable. Parmi ses quelques films en vedette, les rôles-titre de « DILLINGER » où il est étonnant de crédibilité et évoque Bogart et « CHANDLER » dans un rôle de privé amoureux. Il a aussi le premier rôle de films de cascades fauchés tels que « DIXIE DYNAMITE » ou « COURSE CONTRE L’ENFER ». À noter que son rôle dans « LES PRAIRIES DE L’HONNEUR » a complètement disparu au montage. Il apparaît non-mentionné au générique dans « RANCHO DELUXE », jouant de l’harmonica sur scène. En 2009, paraît une excellente biographie, « A WILD LIFE », prouvant que Oates est loin d’avoir été oublié. À la TV, Oates reprend des rôles créés par de glorieux aînés : Alnutt dans « THE AFRICAN QUEEN », le père de l’ado dans « À L’EST D’ÉDEN » et Cogburn dans une sequel à « 100 $ POUR UN SHÉRIF », « ROOSTER COGBURN : A FURTHER ADVENTURE ». On le voit en ‘guest’ dans d’innombrables séries : cinq épisodes de « AU NOM DE LA LOI » et « GUNSMOKE », « AU-DELÀ DU RÉEL » en mutant, « SUR LA PISTE DU CRIME » en seul survivant d’un casse, « LE FUGITIF » en ex-repris de justice boîteux, « LA GRANDE VALLÉE » en braqueur improvisé. Il apparaît dans « L’HOMME À LA CARABINE » écrit par le débutant Sam Peckinpah.

OATES (3)

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens