Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 16:27

2 RIVALES (3)Le titre original est « LES INDIFFÉRENTS » qui colle parfaitement au film tiré de l’œuvre de Moravia. En français, cela donne « LES DEUX RIVALES », ce qui n’a RIEN à voir avec2 RIVALES (2) le contenu de l’histoire ! Bref… 

Réminiscent de certains Ingmar Bergman, ce drame en quasi-huis clos met en scène un homme d’affaires rapace qui prend littéralement 2 RIVALESpossession d’une vieille famille romaine ruinée. Amant de la mère, il convoite la fille et finit par l’attirer dans son lit. La jeune femme se laisse faire parce qu'elle a déjà compris qu'elle n’avait pas le choix. Pour l’argent, le confort, elle surmontera son dégoût de cet homme cauteleux et beaucoup plus âgé qu'elle. Son frère qui semblait plus idéaliste, cèdera quant à lui à la meilleure amie de sa mère, oubliant ses grands principes.

« LES DEUX RIVALES » est un film d’une lucidité frôlant l’amertume et le cynisme. Il décrit des individus méprisables, confits dans leur ennui et leur apathie. La mise en scène très rigoureuse colle aux comédiens dans des gros-plans en clair-obscur. Il n’y a pratiquement pas de plans larges de tout le film. Même dans les extérieurs, le réalisateur reste glué aux visages.

Et tout est concentré sur un remarquable quintet d’acteurs internationaux : en tête Rod 2 RIVALES (1)Steiger, aussi peu ragoûtant que possible en prédateur gras et morose. Il couche avec la mère, puis la fille. Ce qu'il refera exactement de la même façon l’année suivante dans « DOCTEUR JIVAGO » ! Paulette Goddard, décatie, à fleur de peau, presque friable, est extraordinaire en bourgeoise au bord du gouffre. Les jeunes Claudia Cardinale et Tomás Milian sont parfaits dans la molle rébellion et l’indifférence. Et Shelley Winters a rarement été meilleure qu’en parasite passif-agressif, fauteuse de trouble professionnelle.

Ces « monstres » se croisent, se désirent, se haïssent, se déçoivent, mais passent leur vie ensemble. L’enfer, c'est les autres, n'est-ce pas ? Un film inconfortable et incontestablement hypnotique.

2 RIVALES

Repost 0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 07:44

Charley, la mascotte et porte-parole de « WWW » est au chômage technique depuis quelque temps. Non, ce n’est pas un effet de la Crise économique. En fait, Overblog connaît de gros problèmes techniques depuis quelque temps et les résultats bimensuels du classement sont indisponibles.

OVERBLOG problem

Charley est donc parti en vacances sur son yacht. Toujours « pro », il reste en contact-radio et intervient aujourd'hui pour prévenir les visiteurs qu’un autre souci s’est ajouté : l’impossibilité de laisser des messages !

Voilà, c'est dit. Il ne reste maintenant qu’à attendre tranquillement que tout rentre dans l’ordre, ce qui ne saurait tarder. À bientôt. Terminé !

 

Bonne nouvelle : on peut apparemment re-laisser des messages ! Ne vous privez donc pas...

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans ACTU DU BLOG
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 06:37

Inoubliable Dana Scully dans la série « X-FILES », Gillian Anderson s’est depuis exilée en Angleterre et a mis sa carrière en sourdine. Cela ne l’a heureusement pas empêchée d’être étonnante dans la minisérie « BLEAK HOUSE » et carrément stupéfiante en vengeresse haineuse dans « STRAIGHTHEADS ». On aimerait bien la revoir dans d’autres personnages à sa dimension de temps en temps…

Aujourd'hui, elle fête ses 43 ans. Happy birthday, Scully.

GANDERSON anniv

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 17:49

MISS MANTON-copie-1Première des trois rencontres de Barbara Stanwyck et Henry Fonda à l’écran, « MISS MANTON EST FOLLE » est un surprenant mélange de ‘whodunit’ policier et de ‘screwball comedy’ mené tambour-battant. L’héroïne est une sorte de Paris Hilton est années 30, qui après avoir découvert un cadavre, mène elle-même l’enquête quand il disparaît, la faisant passer pour une mytho. Elle ne circule que flanquée de son « gang », une demi-douzaine d’idiotes en manteau de vison qui sont à la fois ses clones et ses boulets. MISS MANTON (1)

Tout cela semble friser le n'importe quoi, et c'est le cas, mais il règne dans ce film une telle bonne humeur, une si évidente joie de vivre, qu’on le suit avec plaisir, le sourire aux lèvres. Le rythme est maintenu du début à la fin, les gags s’enchaînent avec bonheur et tous les personnages, jusqu'au plus modeste, sont écrits avec verve. Fonda est étonnamment drôle en journaliste amoureux. La scène où il feint d’agoniser pour faire parler Stanwyck est un pur régal. Sam Levene – redoutable voleur de scènes – est excellent en flic new-yorkais miné par des ulcères, que la seule vue de la belle mondaine rend carrément fou de rage. Quant à l’ineffable Hattie McDaniel (la future mamie de « AUTANT EN EMPORTE LE VENT »), elle tient ce même rôle dont elle devait avoir le copyright, de gouvernante-esclave râleuse et maugréante.

MISS MANTON (2)

« MISS MANTON EST FOLLE » est une des meilleures comédies de Barbara Stanwyck qui y fait preuve de son timing parfait et de sa séduction singulière. Un vrai bon moment de détente. À savourer comme un cocktail au champagne.

 

À NOTER : comme d'habitude, Miss Stanwyck n’est absolument pas ressemblante sur l’affiche U.S. du film. Un grand mystère que cette impossibilité généralisée des illustrateurs de l’époque à la « choper ».

Repost 0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 11:20

NANNY (2)Cherchant à faire perdurer le comeback tout à fait inespéré de Bette Davis, figure de sorcière moderne récemment (re)créée par Robert Aldrich dans « QU’EST-IL ARRIVÉ À NANNY (1)BABY JANE ? », la firme anglaise Hammer spécialisée dans l'horreur, lui compose un écrin sur-mesure avec « CONFESSION À UN CADAVRE » (titre français non seulement rébarbatif, mais remarquablement hors-sujet !).

Le thème du film pourrait se résumerNANNY à « il ne faut pas se fier aux apparences », car le scénario est suffisamment malin pour présenter le petit Joey comme une peste, une odieuse tête-à-claques et la pauvre et stoïque nounou comme une sainte martyre, prête à aider avec la patience d'un ange. La réalité sera évidemment tout autre... Sinon, entre nous, à quoi bon engager Bette Davis ?

Étrangement grimée avec ses sourcils peints à la Groucho Marx (les mêmes que dans les premières scènes de « UNE FEMME CHERCHE SON DESTIN » ?) qui lui font un masque grotesque et effrayant, Bette Davis se révèle franchement angoissante dans la NANNY (3)dernière partie et lors des flash-backs, rendant même le film plus complexe qu'il n’aurait dû être. Un savant mélange de cabotinage calibré et de subtilité sous-jacente. Notons par contre la faiblesse des seconds rôles qui surjouent éhontément. Quelques séquences sont très réussies (la mort de la fillette, l'agonie de la tante qu'on dirait sortie d'un Joseph Losey de la bonne époque), mais l'ensemble reste paresseux et simpliste.

Après ses deux films avec Aldrich, ce petit suspense s'ajoute au tableau de chasse d'une Miss Davis vieillissante qui a su habilement rebondir, à plus de 50 ans.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE BETTE DAVIS
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 08:22

BETTE ERNIEQuel rapport peut-il bien exister entre Bette Davis, grande star de la Warner depuis les années 30, célèbre pour ses rôles ‘over the top’ et sa personnalité abrasive d’emmerdeuse haut-de-gamme et Ernest Borgnine, second rôle des années 50, spécialisé dans les rôles de grosses brutesBETTE ERNIE (1) sanguines ? Apparemment aucun. Et pourtant, ce couple improbable s’estimait beaucoup et a tourné deux films ensemble. Deux films complètement inédits en DVD.

Un an après avoir obtenu l’Oscar pour « MARTY », Borgnine écopait d’un autre film écrit par Gore Vidal, d'après Paddy Chayefsky : « LE REPAS DE NOCES », où il jouait un ‘taxi driver’ de Brooklyn organisant le mariage de sa fille. Sa femme était jouée par Miss Davis, malgré une petite différence d’âge. Richard Brooks réalisait la chose et avait réuni autour d’eux des noms comme Debbie Reynolds, Barry Fitzgerald, Rod Taylor, Madge Kennedy. La BO était signée André Previn.

En 1971, quinze ans plus tard donc, les deux acteurs se retrouvent pour « BUNNY O’HARE » une comédie policière de Gerd Oswald. Bette y joue une vieille femme ruinée qui, pour nourrir sa famille, commet des braquages de banque en compagnie d’un ex-voleur rangé des voitures, joué par ‘Ernie’. Et ils opèrent à moto, déguisés… en hippies ! Autour d’eux : Jack Cassidy, Jay Robinson et John Astin. Le film a moins bonne presse que le précédent, cela va sans dire…

Néanmoins, voilà un petit diptyque qu’on aimerait bien découvrir un jour ou l’autre, car ce tandem est extrêmement intrigant et dans ses mémoires, Borgnine se répandait en compliments sur la dame. Alors ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES RECLAMATIONS !
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 06:30

Son physique de business man ‘middle class’, son sourire « dents blanches » n’incitent certes pas aux rôles fantaisistes et de fait, Richard Anderson a mené une carrière en demi-teintes mais riche de plus de 180 films.

Au cinéma, il ne brille guère : le gendre falot dans « LE PEUPLE ACCUSE O’HARA », l’officier de cavalerie de « FORT BRAVO », le capitaine lèche-bottes dans « LES SENTIERS DE LA GLOIRE », le fils de famille dans « LES FEUX DE L’ÉTÉ », le frère aîné d’un des assassins dans « LE GÉNIE DU MAL », le chirurgien esthétique de « L’OPÉRATION DIABOLIQUE », un gradé du Pentagone dans « 7 JOURS EN MAI ».

Sur ses vieux jours et avec un œil de verre, on revoit l’inusable Anderson promu général dans « MA PEAU EST MON MALHEUR ».

ANDERSON anniv

À la TV, il marque avec le personnage d’Oscar, supérieur des héros bioniques de « L’HOMME QUI VALAIT 3 MILLIARDS » et « SUPER JAIMIE ». Il tient le même emploi de représentant de l’Establishment dans les séries « THE LIEUTENANT » en colonel, « UN ESPION MODÈLE » et « DAN AUGUST ». Il apparaît dans le rôle de l’ami farceur de Don Diego dans quelques « ZORRO », campe le beau-frère soupçonné, dans le final du « FUGITIF » et l’avocat dans la série tirée de « ARRÊT D’AUTOBUS », un inspecteur pendant une saison de « PERRY MASON ». Une certaine ressemblance physique lui vaut de jouer plusieurs fois le général McArthur dans des téléfilms ou épisodes de séries.

Aujourd'hui, il fête ses 85 ans. Happy birthday, Richard.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 20:24

TUEUR (1)Comment résister ? Un titre-choc : « LE TUEUR » ! Le vieux de la vieille Denys de la Patellière à la caméra, un face à face (de plus) Gabin-Blier jouant des flics, un acteur de ‘spaghetti western’ Fabio Testi dans le rôle du méchant et les « usual suspects » habituelsTUEUR (2) du polar français de l’époque avec leur accent de titi parisien et leurs pattes bien fournies. NeTUEUR manque qu’Audiard au générique, remplacé par Pascal Jardin.

On le sait le cinoche policier hexagonal vieillit vite. Si quelques grosses productions tiennent le choc, si un Melville a atteint l’intemporalité, la plupart sont aujourd'hui difficiles à suivre en gardant son sérieux. « LE TUEUR » prête souvent à sourire : si Gabin représente la vieille garde des poulets de terrain maniant les indics en orfèvre, Blier est censé symboliser la police « moderne ». Avec ses ordinateurs (ceux des années 70 !) et ses méthodes scientifiques. Leurs affrontements mollassons à coups de répliques réactionnaires valent leur pesant de cacahuètes.

Disons-le tout net, côté rythme et esthétique, on est plus proche de « DERRICK » que de « HEAT ». Le film est poussif, dénué de vie et laborieux, les vedettes font leur vieux TUEUR (3)numéro sans conviction, l’œil las et la moue agacée. Les séquences d’action sont faiblardes. Seul le passage où Testi devient une bête traquée, seule au monde, est encore à peu près intéressant. D'ailleurs l’acteur italien (doublé, comme il se doit) est très bien avec son look de Clark Gable napolitain et son jeu nerveux et physique. À part bien sûr, qu'il n’a pas du tout une tête à s’appeler ‘Georges Gassot’. Mais… Coproduction oblige !

Parmi les seconds rôles, le débutant Gérard Depardieu joue une « balance » trop cordiale pour être honnête.

Un cinéma disparu, dont « LE TUEUR » est un représentant déjà tardif. Mieux vaut revoir « LE PACHA », c'est la même chose, mais en plus soigné.

Repost 0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 11:53

WHITMAN dur

Après quelques figurations, « ALL I DESIRE » le mélo de Douglas Sirk, marquait le premier vrai rôle d’un jeune Stuart Whitman de 25 ans. C'était bien avant de partager la vedette des « COMANCHEROS » avec John Wayne ou de jouer l'amant de Simone Signoret dans « LE JOUR ET L’HEURE ».

En fait de « vrai rôle », Stuart un peu joufflu et le sourcil épilé, apparaît fugitivement dans une pièce amateur sur la scène de son lycée, puis – et c'est là que ça se corse ! – prend la jeune première Lori Anderson dans ses bras, pour une des danses sautillantes les plus grotesques de mémoire de cinéphile. Pas toujours facile de faire son trou…

Repost 0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 09:15

ALL I DESIRE (1)Qu'est-ce qui différencie un film comme « ALL I DESIRE » d’un vulgaire ‘soap’ télévisuel ? Ce n’est pas tant dans le sujet qu'il faut chercher que dans la signature de Douglas Sirk. Roi ALL I DESIRE2du mélodrame flamboyant, celui-ci prend son scénario à bras-le-corps et en assume les excès, le ridicule, pour transcenderALL I DESIRE (2) son matériau. Avec une rigueur, un soin extraordinaire dans la mise en scène, généralement consacrés à des œuvres plus ambitieuses, Sirk parvient à faire naître l’émotion d’un scénario improbable et de personnages peu attachants. Il tente même d’insuffler un peu d’humour avec la cuisinière allemande truculente, ce qui ne semble pas être son fort…

Barbara Stanwyck dans tout l’éclat de sa quarantaine, joue une chanteuse de music-hall à la carrière lamentable, qui revient après dix ans dans la ville qu'elle a quittée, abandonnant son mari et ses trois enfants. Elle va tout faire pour être acceptée de tous, mais son vieil amant ressurgit…

Sous couvert de mélo familial, Sirk parle d’intolérance, de castes sociales, d’hypocrisie. Et si les portraits de femmes ne sont pas toujours charitables, les hommes quant à eux, sont franchement pathétiques : qu'il s’agisse du mari complaisant et lâche ou de l’ex-amant ALL I DESIRE (3)obsédé sexuel, le tableau n’est guère reluisant. Entourée de partenaires pas toujours à la hauteur (les jeunes comédiennes jouant ses filles sont particulièrement agaçantes), Stanwyck occupe le terrain avec une force peu commune, même si son personnage n’est pas très clair, passant de la danseuse de baltringue vulgaire du début à la « grande dame » digne et élégante qu'elle devient dès son arrivée en ville.

Parmi les petits rôles, on reconnaît deux futurs grands noms du petit écran : Stuart Whitman jouant un acteur dans la pièce amateur et Guy ‘Zorro’ Williams qui fait de la figuration en étudiant souriant lors d’une party. À noter que Richard Long, qui joue le soupirant de la fille aînée de Barbara Stanwyck, jouera le fils de celle-ci dix ans plus tard dans la série « LA GRANDE VALLÉE ».

Repost 0

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens