Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 06:00

FILLE DESERTHuit ans après avoir tourné le classique « HIGH SIERRA », Raoul Walsh en signe un remake adapté à l’univers du western. Le scénario est extrêmement proche, mais débarrassé de détails secondaires comme le pied-bot de la jeune femme idéalisée et le chien porte-poisse, heureusement absents.

« LA FILLE DU DÉSERT » (un bien beau titre sans aucun rapport avec l’histoire !) est fort bien réalisé, énergiquement monté et s’enracine dans une ambiance mortuaire : la planqueFILLE DESERT (1) des hors-la-loi est une ville-fantôme, le héros se réfugie à la fin dans les ruines d’un village indien troglodyte en compagnie d’un squelette et sous l’œil d’un vautour et quand il rêve, c'est d’une femme morte depuis longtemps. Dommage alors que ce personnage qui a littéralement un pied dans la tombe, soit campé par Joel McCrea, comédien estimable mais manquant totalement de charisme ou d’expressivité. Il ne possède nullement la fragilité amère d’un Bogart ou la puissance autodestructrice d’un Jack Palance (qui tiendra le même rôle dans un autre remake en ’55). Il se laisse donc voler la vedette par Virginia Mayo, excellente en métisse farouche et sensuelle et même par Dorothy Malone dans un rôle plus secondaire de traîtresse tête-à-claques. C'est un peu dommageable, car privés de la fascination que devrait exercer ce loser magnifique, on ne ressent guère d’empathie pour lui et on demeure extérieur au récit. Il faut tout le métier de Walsh – et Dieu sait qu'il en a ! – pour rester accroché à ce scénario dont on connaît par cœur tous les tenants et aboutissants pour peu qu’on ait déjà vu les autres versions.

À voir donc pour son splendide noir & blanc, pour la maestria avec laquelle est filmée l’attaque du train et pour une fin aussi brutale que rapide, qui n’est pas sans annoncer celle de « BONNIE & CLYDE ».

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans WESTERNS U.S. ET ITALIENS
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 07:01

Peut-être faut-il se procurer le roman de Roger Vailland et s’en servir comme mode d’emploi pour piger quelque chose à « LA TRUITE » ? Toujours est-il que l’adaptation qu’en a fait Joseph Losey frise l’abstraction et découragerait l’esprit cinéphilique le plus aventureux. De quoi s’agit-il ? D’Isabelle Huppert dont le job consiste à extraire le sperme de poissonsTRUITE vivants et qui a juré gamine de « tout obtenir des hommes sans jamais rien leur donner ». De fait, ce personnage languide, vaguement insolent, froid et indifférent à tout, sied bien à l’opacité naturelle de l’actrice, mais a du mal à passionner. Alors on la suit passivement de la province française à Tokyo, ainsi que dans des flash-backs incompréhensibles (du moins – encore plus que le reste du scénario !), profitant de la belle photo d’Henri Alekan et d’apparitions incongrues comme celle de l’ex-star hollywoodienne Alexis Smith en voisine d’hôtel nostalgique de ses orgasmes passés.

Pour le reste, le début rappelle de loin un univers chabrolien enveloppé dans une musique disco fatigante, les comédiens – Jeanne Moreau en tête – errent d’un décor à l’autre, jouent au bowling, refoulent leurs passions homosexuelles et finissent par se tuer à coups de bûche sur le crâne.

On a parfois envie de sourire devant tant d’hermétisme, mais c'est si long, si lent et si empesé, qu’on renonce à ce projet insensé pour s’assoupir gentiment en attendant la fin. Dommage parce qu’envers et contre tout, on aurait espéré davantage de la rencontre somme toute assez logique entre Losey et Huppert.

Repost 0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 06:34

Depuis les années 50, Claudia Cardinale a tourné des chefs-d’œuvre, du « GUÉPARD » à « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST », des classiques du western comme « LES PROFESSIONNELS », des polars français, des films politiques italiens, elle fut la partenaire de John Wayne et Lino Ventura.

Aujourd'hui, elle fête ses 73 ans. Happy birthday, Madame.

CARDINALE

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 06:45

PIOVRATrente ans après sa sortie, voici enfin éditée en DVD en France la 1ère saison de la série « LA PIOVRA », véritable saga sur la mafia qui dura pas moins de deux décennies.

Réalisés par Damiano Damiani récemment disparu, les six premiers épisodes suivent les fracassants débuts du commissaire Michele Placido en Sicile et son héroïsme légèrement naïf qui provoquera des catastrophes jusque dans sa vie privée. Le scénario est parfaitement calibré, tout semble réaliste et crédible et le mélange entre le « policier » et l’intimisme se fait harmonieusement. À peine pourra-t-on parfois grincer des dents devant une facture rudimentaire (photo pas très raffinée, musique redondante et assommante, passages d’une séquence à l’autre abrupts et peu élégants), mais on finit par s’y habituer. On plonge avec effarement dans ce panier de crabes où tous les coups sont permis et où toute tentative de changement semble vouée à l’échec ou à la mort violente. Placido est un héros inhabituel : obstiné, peu souriant, à peine sympathique, ilPIOVRA (1) conduit sa croisade solitaire envers et contre tous, mettant les siens en danger. L’acteur en fait incarne plus un symbole qu’un individu de chair et de sang. À ses côtés, quelques formidables comédiens sortent du rang : François Périer génial en avocat pourri jusqu'à l’os, passant en virtuose de la bonhommie à la franche menace. Florinda Bolkan, sublime en comtesse mafieuse au cœur sensible ou Angelo Infanti excellent en dealer odieux « protégé en haut-lieu ».

Les fins d’épisodes obligent à voir la suite au plus vite, les relations entre personnages (le commissaire et son bras-droit, par exemple) sont finement évolutives et l’ensemble se laisse voir avec intérêt, comme un avatar réussi des films politiques des seventies à la Rosi ou Gavras.

 

À NOTER : la série fut diffusée en France sous le titre explicite et sans ambiguïté de « LA MAFIA ».

Repost 0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 06:23

HOMMEBERLIN (2)Dans la continuation directe, thématique et visuelle de ses deux classiques « LE TROISIÈME HOMME » et « HUIT HEURES DE SURSIS », Carol Reed signe avec « L'HOMME DE BERLIN » un ‘film noir’ situé en Allemagne pendant la Guerre Froide et brosse le portraitHOMMEBERLIN (1) d’un individu déchiré et privé de tout repère moral ou affectif, à l’image de son pays dévasté.

Ce qui frappe avant tout, c'est la beauté des décors et des cadres : la photo en clair-obscur est envoûtante, la caméra légèrement penchée HOMMEBERLIN (3)dans les séquences d’action ou de suspense, crée un malaise discret mais constant. Tout le film est empreint d’une terrible paranoïa, d’une sensation d’étouffement, dues en partie à ces extérieurs de ruines et de misère. Mais si le film fascine encore autant, c'est certainement grâce à la performance de James Mason. Roi de l’ambiguïté, empereur de l’ambivalence, l’acteur – qui maintient un accent allemand tout à fait convaincant tout du long – compose un personnage à deux visages, aussi séduisant qu'il est répugnant, aussi fascinant que repoussant. C'est tout le génie de Mason d’arriver à demeurer attachant, alors que la seule justification à ses actes infâmes, est qu'il fut traumatisé pendant la guerre. Pas parce qu'il a subi, mais… parce ce qu'il fut contraint de faire !

HOMMEBERLIN

Face à lui, la jeune et ravissante Claire Bloom joue les ingénues avec finesse, une « candide » qu’on voit progressivement contaminée par le vénéneux séducteur. Hildegarde Neff est également excellente en femme hantée par les spectres du passé.

Le scénario met lentement ses éléments en place, fait monter la pression et consacre son dernier quart à une chasse à l'homme (et à la femme !) dans la nuit berlinoise, où chaque visage est une menace, chaque recoin recèle un piège.

On n’est pas près d’oublier l’image récurrente de ce gamin à vélo, qui arpente inlassablement la ville, passant de l’Est à l'Ouest comme un messager de mort.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans MADE IN UK
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 05:27

« WWW » s’aventure à nouveau dans ce monde alternatif, cette dimension parallèle où en 1968, après son tournage avec Sergio Leone, Charles Bronson décida de s’installer à Rome et de devenir une star de ‘spaghetti western’ à part entière. Sa rencontre avec un autreGRINGO CATTIVO Sergio, le mythique dottore Confuzione à la tête d’une filmographie de déjà 245 titres, allait aboutir à une série de westerns entrés dans les annales du genre.

Tourné fin ’68 et sorti l’année suivante, « GRINGO CATTIVO ! » offre à Bronson le rôle de « l’Étranger », un mystérieux chasseur de primes qui hante le Nouveau Mexique à la recherche de ‘Cactus Helmut’ (Klaus Kinski) un hors-la-loi drogué jusqu'à l’os, qui a massacré sa famille et kidnappé son fils. En s’infiltrant dans la bande, l’Étranger découvre que son bambin a changé de sexe et qu'il s’appelle aujourd'hui ‘Conchita’ et surtout qu'il dirige les braqueurs de banque dans l’ombre d’Helmut. Un duel freudien opposera père et fils… enfin, fille – à la fin du film.

Une œuvre âpre et violente dans laquelle Bronson inhabituellement bavard, prononce six répliques. Ses face à face avec Kinski sont anthologiques (la scène-culte où celui-ci réclame du yaourt aux cerises à ses hommes, en plein désert a marqué bien des esprits) et la musique, démarquage mexicain du générique du « MANÈGE ENCHANTÉ », fait partie des grands classiques du western italien.

Édité en France dans sa version mutilée de 2 heures, le film est trouvable en Italie dans son intégralité (7 heures 48), mais en v.o. uniquement.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 05:55

WINTERSMort du comique américain Jonathan Winters à l’âge de 88 ans, connu pour ses shows et sitcoms à la TV et qu’on aperçoit au cinéma dans « UN MONDE FOU, FOU, FOU, FOU » ou « LES RUSSES ARRIVENT ! LES RUSSES ARRIVENT ! ».

Il est pilote d’hélico dans « LES AVENTURES DE ROCKY ET BULLWINKLE ».  Il a également prêté sa voix à de nombreux dessins animés. R.I.P.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LE CARNET NOIR
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 05:55

Agostina Belli n’a tourné qu’une cinquantaine de films depuis ses premiers succès dans les années 70, mais son visage de madone et ses yeux bleus translucides ont marqué les mémoires.

Elle est une des épouses de « BARBE-BLEUE », la femme kidnappée d’Oliver Reed dans « LA POURSUITE IMPLACABLE », l’amoureuse malmenée par Gassman dans « PARFUM DE FEMME », elle tient le rôle-titre de « LA CARRIÈRE D’UNE FEMME DE CHAMBRE », apparaît dans « LE TAXI MAUVE » et « HOLOCAUSTE 2000 ».

Aujourd'hui, elle fête ses 66 ans. Happy birthday, Agostina bella.

BELLI

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 05:45

À première vue, « MARCHANDS D’ILLUSIONS » peut apparaître comme un ancêtre de la série « MAD MEN », puisqu’il se passe dans l’univers de la publicité et décrit les magouilles et servitudes d’une profession où tous les coups sont permis. On peut aussi y déceler l’influence du « FOUNTAINHEAD » d’Ayn Rand.HUCKSTERS (1)

Vétéran de la WW2, Clark Gable replonge dans la vie active en se faisant engager dans une grosse boîte de pub. Sa nonchalance et son culot lui font vite grimper les échelons, mais bientôt cet homme libre et désinvolte, va apprendre à trahir ses amis, à donner des coups-bas et va – comme tout le monde – connaître la trouille de perdre son emploi. C'est une fable sur le Pouvoir qui corrompt inéluctablement tous ceux qui s’en approchent, sur la perte des valeurs, sur la trahison de soi. C'est très bien écrit et surtout dialogué, parfois très acide et abrasif. Le scénario s’octroie des digressions, mais ne perd jamais de vue son personnage central dont il décrit minutieusement l’évolution. Dommage alors que ce soit Gable qui l’incarne, car la subtilité n’a jamais été son fort et il est beaucoup trop âgé pour son personnage.

Le reste du casting est heureusement exceptionnel : Deborah Kerr et Ava Gardner toute jeunes, campent déjà parfaitement leur emploi. La seconde encore un peu gauche est particulièrement émouvante en starlette enjouée, mais ses face à face avec « The King » n’ont pas encore la saveur de ceux à venir de « MOGAMBO ». Sidney Greenstreet est formidable en ‘mogul’ épouvantable, sûr de son pouvoir. À sa première apparition, il lâche un énorme mollard sur son bureau ! Keenan Wynn est drôle en ‘stand-up comedian’ ringard et inopérant et on aperçoit Marie Windsor trois secondes dans un train, à moitié cachée par une porte.

HUCKSTERS

Un film surprenant donc, une sorte de fable sur l’argent et sur un monde nouveau qui fait surface à peine deux ans après la fin de la guerre et dans lequel nous vivons encore aujourd'hui, avec les mêmes questionnements, les mêmes pièges.

Repost 0
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 06:07

CB SARTANAÀ la suite de la sortie d’un coffret DVD allemand illustré par un photomontage évocateur, « WWW » s’est demandé ce qui se serait passé si Charles Bronson, après avoir tourné « IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L’OUEST » en 1968, avait choisi la même voie que son compatriote Lee Van Cleef et s’il avait décidé de capitaliser sur son succès dans le western européen en demeurant en Italie.

Ainsi, cette affiche de « ADDIO, SARTANA ! », concoctée par votre blog préféré n’est pas vraiment un « fake » un « hoax », que sais-je encore… Non, c'est un authentique ‘spaghetti western’ tourné dans la foulée du Leone, à Almeria et dans lequel Bronson incarne le justicier ‘Sartana’ en lieu et place de Gianni Garko.

Ne vous y trompez pas, amigos, ce film existe bel et bien ! On peut le visionner à loisir, il va même sortir en Blu-ray incessamment dans sa version intégrale réclamée par les fans depuis bien longtemps. Le seul petit problème, c'est qu'il n’est disponible que dans un univers parallèle, pas très facile d’accès. Un monde alternatif où Bronson n’aurait pas accepté le scénario du « PASSAGER DE LA PLUIE », où il ne serait jamais rentré aux U.S.A. pour tourner avec Michael Winner.

Il ne reste qu’à en trouver la porte d’entrée…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans BRONSON & MARVIN ARCHIVES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens