Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 06:19

Malgré son nom français, Lucien Ballard est un directeur de la photographie tout ce qu'il y a d’américain. Il est principalement célèbre pour ses collaborations régulières avec Tom Gries et surtout Sam Peckinpah dans « COUPS DE FEU DANS LA SIERRA » ou « LA HORDE SAUVAGE ».

On lui doit également les magnifiques images de « 100 DOLLARS POUR UN SHÉRIF » et « NEVADA SMITH » de Hathaway, dans une carrière de plus de 140 films.

Aujourd'hui, il aurait fêté ses 109 ans. Happy birthday, Lucien.

BALLARD

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 19:41

Nous apprenons la mort à l’âge de 87 ans, de l’actrice italienne Rossella Falk, qui n’avait tourné que 27 films au cours d’une carrière commencée dans les années 60.

RFALK

On la voit tout de même dans « HUIT ET DEMI », « LA TARENTULE AU VENTRE NOIR ». Elle tourne avec des réalisateurs américains comme Joseph Losey pour « MODESTY BLAISE » et Robert Aldrich dans « LE DÉMON DES FEMMES ». R.I.P.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LE CARNET NOIR
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 06:16

Revoir « MADAME CLAUDE » aujourd'hui, c'est comme retrouver un vieil exemplaire du magazine « LUI » dans un grenier, tout corné et jauni. Érotique, plus vraiment, mais on peut y trouver un charme désuet et un peu ridicule assez touchant.MME CLAUDE

Le scénario d’André Brunelin, qui signa les intéressants « LA TRAQUE » et « LE DÉSERT DES TARTARES » mêle des éléments « policiers » inspirés de faits réels à des séquences purement « de charme » et le mélange ne se fait pas très harmonieusement. C'est même le moins qu’on puisse dire ! Il y a un vague discours sur les relations entre prostitution de luxe et hautes sphères du pouvoir, mais c'est noyé dans une terrible approximation générale : nullité de la post-synchro de non-acteurs comme Dayle Haddon ou Murray Head (épouvantable en paparazzo maître-chanteur), musique d’ascenseur hululée par Jane Birkin, scènes érotiques à mourir de rire et voyeurisme tous-publics.

Il faut reconnaître à Just Jaeckin le tour-de-force d’avoir réuni un tel casting pour un tel pudding : Françoise Fabian, belle, digne et glacée dans le rôle-titre ou Maurice Ronet en virtuose chaud-lapin semblent échappés d’un autre film. Klaus Kinski gominé et en nœud-pap’ joue les milliardaires partouzeurs avec une sorte d’exaspération douloureuse. Sa grande scène où il demande à une « fille » de déniaiser son fiston joué par Pascal Greggory, vaut son pesant de cacahuètes. Le vétéran Robert Webber apparaît brièvement en barbouze U.S. Le seul à faire un travail à peu près honorable est encore le toujours fiable François Perrot dans un rôle presque intéressant de flic blasé et tireur de ficelles.

MME CLAUDE (1)

Seul intérêt à jeter un coup d’œil à « MADAME CLAUDE », de belles filles filiformes, des décors kitsch à souhait et une distribution surqualifiée venue s’offrir des vacances de luxe sûrement très grassement rémunérées. Comment leur en vouloir ?

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE KLAUS KINSKI
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 06:12

Will Hutchins est un sympathique acteur de TV des années 50, dont le principal titre de gloire est d’avoir tenu la vedette de la série western « SUGARFOOT » où il jouait un antihéros non-violent.

Il fut aviateur dans « BOMBARDIER B-52 » et « LAFAYETTE ESCADRILLE », G.I. dans « LES MARAUDEURS ATTAQUENT » et tient un des rôles principaux de « LA MORT TRAGIQUE DE LELAND DRUM ».

Aujourd'hui, il fête ses 83 ans. Happy birthday, Will.

HUTCHINS

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 06:51

Il ne faut pas s’attendre à énormément de surprises scénaristiques dans « MAMA », surtout si on a déjà vu un ou deux films de fantômes nippons. Les ficelles des films de maisons hantées et de crimes non-résolus réclamant réparation sont devenues monnaie courante et il est difficile de se renouveler éternellement. C'est plutôt dans le style qu'il faut chercher son bonheur et là, on est bien récompensé de nos efforts.MAMA

« MAMA » est extrêmement bien conçu et filmé, il parvient à susciter des frissons « intelligents », à créer des images très angoissantes, comme cette créature rampant le long des murs ou ce recyclage du mythe de l’enfant sauvage. De plus, les effets numériques sont la plupart du temps utilisés en pénombre, ce qui les rend moins ostensibles et donc plus crédibles. Si le fantôme – la ‘Mama’ du titre – est particulièrement effrayant, il le devient moins à partir du moment où on le distingue plus clairement et la toute fin sombre dans le Grand-Guignol habituel, qu’avaient si bien réussi à esquiver les auteurs jusque-là. Mais ce n’est pas très grave : le film a de la chair, du style, de l’émotion à revendre, les petites comédiennes sont excellentes et on admire une fois encore la versatilité de Jessica Chastain tout à fait méconnaissable dans un rôle de rockeuse brune et tatouée.

S’il ne sort jamais des sentiers battus, « MAMA » vaut un coup d’œil pour la précision de sa facture, pour une jolie maîtrise des effets de peur traditionnels et pour plusieurs plans du spectre lui-même, qui risquent de hanter bien des cauchemars (Mama accrochée au sommier de l’héroïne, la découverte des deux fillettes retournées à l’état sauvage dans la cabane au fond des bois, etc.). À savourer en gourmet donc, sans en attendre une quelconque révolution du genre.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HORREUR - SF ET FANTASTIQUE
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 06:24

Luther Adler est un grand acteur de théâtre, qui tourna une soixantaine de films et téléfilms, souvent dans des emplois de traîtres visqueux et de planches pourries.

Il joue… Hitler dans « LE RENARD DU DÉSERT », plusieurs gangsters dans la série « LES INCORRUPTIBLES », un mafioso dans « LES FRÈRES SICILIENS », un professeur dans « LE VOYAGE DES DAMNÉS ».

Aujourd'hui, il aurait fêté ses 110 ans. Happy birthday, Luther.

ADLER

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 06:02

AIGLE (1)Depuis la signature de John Sturges, jusqu'au casting en passant par la BO de Lalo Schifrin, tout incite à se jeter goulument sur « L’AIGLE S’EST ENVOLÉ ». Pourtant, si on retrouve intacts le savoir-faire du réalisateur, son sens du cadrage en Scope, force est de reconnaître qu’un certain malaise s’installe rapidement : on a l’étrange sensation que le film fut tourné quinze ans plus tôt, d’une facture tellement empesée et désuète, qu'il en devient anachronique.AIGLE

Si on a le temps de se rendre compte de ses manques, c'est surtout la faute d’un scénario – tiré d’un roman – qui n’arrive jamais à décoller (contrairement à l’aigle du titre en v.f., l’anglais signifiant exactement l’inverse !) et qui décrit en fait une situation d’enlisement dans un AIGLE (2)petit village anglais, dont le film lui-même finit par être victime. L’idée du kidnapping de Churchill par un commando allemand en valait une autre, mais à force de personnages improbables, de voltefaces ridicules, de fusillades cacochymes, l’histoire piétine et finit par s’immobiliser totalement.

À la base, on a déjà du mal à prendre fait et cause pour ces « héros » commandités par Hitler en personne, même s’il est tout fait pour les rendre sympathiques. Sans parler du traître irlandais joué par Donald Sutherland, AIGLE (3)une infâme raclure censée vivre une émouvante histoire d’amour. Les acteurs ont visiblement du mal avec les accents : Robert Duvall est le seul « allemand » à en avoir un ! Et surtout avec leurs rôles sans épaisseur. En chef du commando, Michael Caine a une première scène-prétexte où il tente de sauver une jeune femme juive (sic !), lourdement écrite pour nous prouver quel type formidable il est. Hélas ! C'est ce qu'il aura de plus passionnant à accomplir de tout le film. On est content de retrouver la jolie Jenny Agutter, certes, navré de voir Larry Hagman faire le clown en colonel U.S. incompétent, mais le seul à faire un travail vraiment notable est encore Donald Pleasence, tout à fait convaincant en Himmler souriant, mais clairement givré.

Vieillot, beaucoup trop long, pas très bien construit, « L’AIGLE S’EST ENVOLÉ » semble être la triste preuve que les belles années du grand Sturges étaient derrière lui. Vu les moyens mis à sa disposition et la richesse de sa distribution, c'est assez rageant…

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE MICHAEL CAINE
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 05:49

Loredana Nusciak est une actrice italienne des années 60, qui apparaît dans quelques péplums comme « LA REINE DES AMAZONES » ou « LES 7 GLADIATEURS », tourne des ‘spaghetti westerns’ comme « GRINGO JOUE SUR LE ROUGE » et tient un petit rôle de fille maltraitée dans « BIG GUNS ».

Mais c'est son rôle de prostituée au destin tragique qui l’immortalise dans le « DJANGO » original où sa ‘Maria’ est restée dans toutes les mémoires.

Aujourd'hui, elle fête ses 71 ans. Happy birthday, Loredana.

NUSCIAK

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 06:15

Ce n’est certes pas avec ses titres en v.o. et en v.f., ni avec ses diverses affiches qu’on peut se faire une idée précise de ce qu’est « TOURISTES ». Qu'est-ce, exactement ? Imaginons un film « social » de Mike Leigh avec ses laissés-pour-compte de la working class qui auraient trop regardé « TUEURS NÉS » et qu’on lâcherait dans la nature pour des vacances en caravane qui tournent au carnage.TOURISTES

On entre tout doucement dans le film, en s’attachant à ce couple « normal », ni jeune, ni vieux, ni beau ni moche, pas spécialement intelligent ou intéressant. Du moins jusqu'à ce que le monsieur commette un premier meurtre totalement gratuit, pour passer ses nerfs. Avec une espèce de détachement impavide, l’auteur décrit la montée de la folie meurtrière de ses deux « beaufs », réussissant même à nous faire comprendre leur logique interne. C'est tellement monstrueux que ça en devient (parfois) drôle et c'est avec une fascination mêlée d’horreur qu’on suit ce périple infernal dans une Angleterre grisâtre, torchée de pluie et de boue.

On retrouve l’étrangeté du premier film du réalisateur, « KILL LIST », mais celui-ci partait en quenouille sur la fin. Ici pas du tout, le scénario suit son bonhomme de chemin, s’attachant à décortiquer la progression du Mal et sa propagation. Les deux comédiens sont absolument formidables, particulièrement Alice Lowe qu’on voit évoluer de la fille-à-maman abrutie de médiocrité à la serial killeuse décomplexée. Le dernier plan laisse abasourdi.

Si on attend d’un film qu'il nous surprenne, nous « cueille », nous emmène là où on n’aurait jamais pensé aller, qu'il nous horrifie en nous faisant rire et qu'il délaisse les sentiers battus, alors il faut voir « TOURISTES » et profiter du voyage.

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans MADE IN UK
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 05:56

Lance LeGault est un second rôle des seventies, au visage en lame de couteau, au regard glaçant, qui a tourné une centaine de films et téléfilms.

On l’aperçoit en danseur dans « SWEET CHARITY », en tueur dans « MORTS SUSPECTES », en colonel dans « LES BLEUS » ainsi que dans 20 épisodes de la série « AGENCE TOUS RISQUES » et 10 de « MAGNUM » (le grade lui convient apparemment bien). Il joue un dieu dans « MORTAL KOMBAT : ANNIHILATION ».

Aujourd'hui, il aurait fêté ses 78 ans. Happy birthday, Lance.

LEGAULT

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens