Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 09:58

Z (1)À sa sortie, « Z » était un chant d’amour pour la Grèce martyrisée et un cri de révolte contre la dictature des colonels, poussé par Costa-Gavras, réalisateur exilé en France. ZAujourd'hui, alors que la plupart des films « politiques » ont terriblement vieilli ou perdent parfois jusqu'à leur raison d’être, « Z » demeure un thriller viscéral et puissant, foisonnant de personnages bien brossés, de comédiens exceptionnels et portéZ (2) par une BO obsédante de Mikis Theodorakis, écrite depuis sa prison. Gavras avait été critiqué à l’époque pour ce mélange des genres. Le temps lui a donc donné raison. « L’AVEU » par exemple, film beaucoup plus respecté par la critique, n’a finalement pas connu une telle pérennité.

Malgré une durée tout à fait raisonnable, « Z » parvient à épouser le point de vue de plusieurs protagonistes : un petit journaliste opportuniste (Jacques Perrin, également producteur), des militants opprimés et surtout un juge. Personnage terne, parfaitement Z (4)intégré au système, au physique passe-muraille, ce dernier va peu à peu ouvrir les yeux et basculer du côté des victimes. C'est un des meilleurs rôles de Jean-Louis Trintignant d’une rigueur sans défaut, dans un rôle-symbole auquel il parvient à donner du relief par quelques réactions infimes, des esquisses de sourires, des inflexions de voix. Du grand art !

La construction du scénario est elle aussi d’une modernité étonnante, intégrant un principe de flash-backs « menteurs », d’illustrations d’évènements racontés en voix ‘off’, évitant le manichéisme hormis pour ce qui est des militaires, présentés comme des fantoches malfaisants et magnifiquement incarnés par Pierre Dux ou Julien Guiomar délectables d’infamie impunie.

Palpitant, direct, pulsant dans son rythme, « Z » est – nous l’avons dit – un festival de comédiens : Yves Montand incarne brièvement le député assassiné, mais sa présence hante tout le film, Irène Papas dans le rôle de sa veuve, symbolise à elle seule la tragédie de laZ (3) Grèce, introduisant par sa seule présence les auteurs antiques. Charles Denner est formidable en militant fiévreux et vibrant de révolte et Marcel Bozzuffi trouve son meilleur rôle en voyou amoral à l’inquiétante jovialité. Son face à face avec Trintignant dans le bureau du juge est un régal dont on ne se lasse pas. Sans oublier Jean Bouise, Georges Géret, Bernard Fresson, Magali Noël, Renato Salvatori ou François Périer grandiose en préfet onctueux et faux-jeton.

Porté par une profonde révolte, « Z » a miraculeusement traversé les décennies et éblouit encore par son efficacité sans ostentation et la force de son message.

À noter que les éditions Criterion ont récemment réédité le film aux U.S.A. dans une copie immaculée.

Partager cet article

Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS-CULTE DE "WWW"
commenter cet article

commentaires

luigi 27/11/2010 22:40


Voir aussi le sujet publié sur ce blog (je me permets!Merci)sur "le jour et l'heure"(1963)on l'on retrouve le duo Pierre Dux et Marcel Bozzuffi en je cite "ignobles flics collabos" qui pourraient
ressembler à leurs personnages dans "Z",du reste l'assistant-réalisateur sur le film de René Clément n'était autre que....Costa-Gavras.
Le seul score non original de la BO de "Z" est Café Rock,la scène où Marcel Bozzuffi quitte la rédaction de presse pour le café au "flipper" ,originalement titré Psyche Rock,musique très connue de
Pierre Henry et Michel Colombier pour Maurice Béjart ballet:Messe pour le temps présent et parfois adaptée pour des spots publicitaires,des émissions télévisées,voir remixée....par Fat Boy Slim
pour info.
Et dans "La dame dans l'auto..." il y a aussi Oliver Reed
Bonne séance du samedi soir à tous.


Fred Jay Walk 28/11/2010 08:00



Merci pour les précisions (toujours très bienvenues !) ami Luigi.



Dino Barran 27/11/2010 17:08


Sur Costa-Gavras, j'ajouterais volontiers MUSIC BOX et LE COUPERET au coffret...
On peut d'ailleurs considérer qu'il s'agit de films politiques.
LE COUPERET est tiré d'un roman de notre ami Westlake, bien servi décidément par les cinéastes français.


Fred Jay Walk 27/11/2010 19:39



Bons films aussi (surtout "MUSIC BOX"), oui. Mais pas inédits, heureusement.


Ce qui me fait penser qu'il y en a un autre inédit : "HANNA K" avec Jill Clayburgh et... Jean Yanne. Jamais vu, celui-là.
Mais que font les éditeurs ???



claude kilbert 27/11/2010 12:54


"Compartiment tueurs" c'est une découverte mémorable pour moi! Etant fans de jeux de rôle dans une autre vie, j'ai été impressionné par les personnages écrits solidement par japrisot. Le personnage
du commissaire Graziani incarné par Montand est solidement écrit! Gavras pour son 1er filme n'a pas rien raté il a tout compris au "Filme noire" et ses mécanismes, il y a peu de "Gialo" aussi le
personnage de jaques Perrin est très inquiétant, Montand a la solution des crimes devant son bureau!
Bonne journée à tous!


Dino Barran 26/11/2010 23:33


Fred, il te reste à chroniquer COMPARTIMENT TUEURS, qui fait le lien entre Costa-Gavras et Sébastien Japrisot...
La suite logique pourrait être LA DAME DANS L'AUTO AVEC DES LUNETTES ET UN FUSIL, adaptation décevante de l'excellent roman à suspense de celui-ci, dans laquelle notre ami Marcel Bozzuffi jouait un
petit rôle !


Fred Jay Walk 27/11/2010 09:20



Dès qu'ils seront dispo en DVD, je m'empresserai de chroniquer ces deux films. J'essaie de ne pas me fier à d'anciens souvenirs, mais de revoir systématiquement les films chroniqués. La mémoire
est traître, parfois...


Et puis, dans "LA DAME DANS L'AUTO..." il y a Samantha Eggar. Alors...



claude kilbert 26/11/2010 13:43


J'aime beaucoup aussi Costa_ Gavras, je l'ai déjà exprimé sur ton blog. "Un homme de trop" qui est une sorte de western proche, de ceux de sergio Solima. ce filme n'existe toujours pas en DVD!!!
Dans "Z" il y a la BO de Mikis Théodorakis inoubliable! Bonne journées à tous


F.J. Walk 27/11/2010 09:23



Vu le nombre d'inédits de Gavras : "SECTION SPECIALE", "L'AVEU", "COMPARTIMENT TUEURS", "UN HOMME DE TROP", rien que de bons films, un coffret s'impose. Et pas posthume, s'il vous plaît !


La partie moins policière ou moins politique de l'auteur me semble aussi moins essentielle...



Dino Barran 24/11/2010 23:56


Une fois de plus, Fred a quasiment tout dit...
Je me permets d'ajouter que la réussite est d'autant plus remarquable que le film a été particulièrement compliqué à monter. Costa-Gavras sortait à peine de l'échec commercial (immérité) d'UN HOMME
DE TROP. Le scénario faisant intervenir une multitude de personnage à l'identité compliquée (Vago et Iago...) et décourageait les producteurs.
Il a fallu le flair et le courage de Jacques Perrin et le soutien des acteurs au premier rang desquels Yves Montand pour monter cette production.
Sur le plan de l'interprétation, Pierre Dux me paraît mériter un hommage particulier en général fasciste. Avec son interprétation de l'ignoble Emmerich dans TROIS HOMMES À ABATTRE, je crois qu'il
réussit une des meilleures compositions de sa carrière cinématographique.


Fred Jay Walk 25/11/2010 08:31



Dux est génial, c'est vrai. Son laïus sur le mildiou au début est fabuleux.


"Z" a été tourné en Algérie, avec des seconds rôles locaux, que Gavras n'a même pas doublé. Certains ont un accent, d'autres pas.
Et ça passe !



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens