Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 06:16

Depuis les stades olympiques jusqu'aux plateaux de ‘spaghetti westerns’ espagnols, de Cecil B. DeMille à Coppola en passant par Kubrick et Leone, la carrière de Woody Strode s’étend sur une bonne partie du 20ème siècle.

John Ford lui a offert le rôle-titre de son « SERGENT NOIR ». On se demande pourquoi personne n’a pensé à écrire un ‘biopic’ sur sa vie extraordinaire…

Aujourd'hui, il aurait fêté ses 97 ans. Happy birthday, Mr Strode.

STRODE anniv

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans HAPPY BIRTHDAY
commenter cet article

commentaires

daniel 31/07/2011 20:44


Très bonne analyse,Dino.Ford a effectivement évolué avec le temps et s est démarqué de l opinion de ses amis habituels il est simplement dommage que cela ait pris autant de temps pour quelqu un qui
connaissait très bien la culture indienne et ce dès ses premiers films.Il avait d ailleurs de très bonnes relations avec ses figurants indiens d ou le paradoxe.Tout ca vu dans un formidable
documentaire sur Arte sur les indiens au cinéma.Encore merci;Dino;pour la justesse de ton propos.


Dino Barran 29/07/2011 22:55


Cher Daniel, je crois qu’il faut se défier des jugements trop catégoriques et des condamnations trop rapides.
Sans être un spécialiste de Ford, je considère qu’il convient d’être plus nuancé dans l’appréciation de son œuvre.
Celle-ci couvre près de six décennies. Sur une durée aussi longue, peut-être pouvons-nous concéder que les idées et les positions d’un auteur peuvent évoluer et qu’en l’espèce les westerns des
années cinquante, soixante et suivantes véhiculent une idéologie différente de ceux tournés vingt ou trente ans auparavant.
En l’occurrence, comment nier le profond humanisme dont est empreint LES CHEYENNES, dernier western de Ford, "qui s'inscrit dans le contexte de la renaissance de l'identité indienne et du regain
des revendications des différents Native Americans" (Wikipédia) ?
Comment nier que Ford avait pris une dizaine d’années plus tôt un tournant anti-manichéen avec LA PRISONNIÈRE DU DÉSERT et LES DEUX CAVALIERS qui abordent la question des guerres indiennes ?
Comment nier que Ford avait assumé dès 1950 des positions «progressistes» en soutenant Mankiewicz contre DeMille et les McCarthystes qui voulaient s’emparer de la présidence de la Screen Director’s
Guild ?
Deux citations de l’intéressé à propos des Indiens pour finir :
"Soyons juste. Nous les avons mal traités. C'est une véritable tache dans notre histoire. Nous les avons roulés, volés, tués, assassinés, massacrés, et, si parfois, ils tuaient un homme blanc, on
leur expédiait l'armée"
« C'est un peuple très digne — même lorsqu'il a été battu. Naturellement, ce n'est pas très populaire aux États-Unis. Le public aime voir les Indiens être tués. Il ne les considère pas comme des
êtres humains, possédant une culture profonde, différente de la nôtre. Si vous regardez les choses en détail, vous découvrez pourtant que leur religion ressemble en beaucoup de points à la nôtre. »


daniel 27/07/2011 21:03


Dans les films de Ford soit l indien est cruel soit il est a la solde des blancs,le schéma est simple et trouver ca logique me parait etre dénué de bon sens.John Ford a pourtant reconnu le génocide
indien et a dit etre en désaccord avec les idées de son ami John Wayne mais son oeuvre ne peut pas etre taxé d objectivité.Racisme est un grand mot mais l homme est ambigue et on ne sait s il faut
croire ses films ou ses paroles j avoue que je ne sais quoi penser mais il a fait beaucoup de mal a la culture indienne a l instar de John Wayne.Souvenez vous de sa réaction dans le couloir des
Oscars lors de la remise du prix a une indienne envoyée par Marlon Brando.


lemmy 26/07/2011 21:56


Sinon, je ne vois pas en quoi les films de Ford sont suspects de racisme...


lemmy 26/07/2011 21:54


Vous êtes complètement fous...


Fred Jay Walk 27/07/2011 08:06



Fous... Fous... C'est vite dit ! Un peu givrés obsessionnels, éventuellement ?



Marc Provencher 26/07/2011 20:59


C'est encore moi, pour rappeler bien sûr qu'il ME FAUT CE ZURLINI AVEC WOODY STRODE ! 'Assis à sa droite', ça passait à la télé de Radio-Canada dans le temps, mais avant l'ère du VHS... J'ai FAILLI
mettre la main dessus il y a quelques mois car il était en vente sur YESASIA.COM (sic) et je l'ai commandé en même temps que le suspense bancaire JUBAKU (1999, avec Nakadai évidemment dans le rôle
du méchant PDG de la banque - d'ailleurs il boit du vin français), mais YESASIA m'a appris qu'ils venaient de vendre leur dernier exemplaire de 'Sedutto alla sua destra'. Argh ! Je suis passé à ÇA
de mettre la main dessus ! Puisque j'apprends qu'en France vous fêtez des annivs et non des anniversaires, je dirai donc en bon québécois ; je suis fru !


Fred Jay Walk 26/07/2011 21:13



Je l'ai trouvé sur Amazon UK !!! Je devrais le recevoir incessamment !!!



daniel 26/07/2011 17:14


En fait il est le contraire de Sidney Poitier qui refusait tous les roles stéréotypés et on peut deviner ce que ca a pu lui couter a cette époque là.Strode est un bon artisan et le fait que Ford n
insiste pas pour qu il soit sur l affiche est très surprenant d autant plus qu ils étaient de bons amis et que Ford ne voulait pas faire un film qui ait un rapport avec le racisme et la aussi on
peut en dire des choses car certains de ses films sont assez suspects dans le genre.C est quand meme grace a lui que toute une génération de spectateurs a pensé que l indien était vraiment méchant
alors qu il a été l un des premiers a faire travailler de vrais indiens.Très contradictoire tout ca et ses amitiés ne vont pas dans le bon sens(Wayne,Bond et d autres).En meme temps..quel talent.


FJ Walk 26/07/2011 17:58



En même temps, Strode n'a jamais cédé au stéréotype façon Oncle Sam comme les Noirs de "GONE WITH THE WIND". Il a toujours
maintenu sa diginité. C'était un peu sa marque.



daniel 25/07/2011 17:52


L égal d un Wayne ou d un Eastwood,j avoue que ca me laisse perplexe...Et pour citer un grand comédien de couleur le nom de Denzel Washington me parait évident.Strode est plus un acteur de
complément talentueux qu une star de cinéma et vu sa carrière hétéroclite et quelques roles assez ridicules il serait interessant de connaitre son point de vue sur sa carrière.


Fred Jay Walk 25/07/2011 21:08



Woody Strode fut la plupart du temps un acteur de second plan, oui. Mais il s'est imposé comme "action hero" bien avant que les acteurs noirs n'aient accès à ce genre de rôles. Et il était
souvent filmé comme une star "sexuée" et non un figurant "de couleur" comme c'était alors de rigueur.


Quand on voit que son nom ne figure pas sur l'affiche du "SERGENT NOIR" (alors qu'il tient le rôle-titre), ni sur celle
des "PROFESSIONNELS" alors qu'il joue un des quatre héros du film, on se dit que la route n'a pas dû être facile.



claude kilbert 25/07/2011 10:35


Enfin voici la statut du commandeur! Strode est le plus grand de western de tout le temps! "Le sergent noire" est un des plus beau filme de john Ford, un des plus humanistes c'est la tragédie
antique revue par un irlandais avec toutes ses contradictions. Strode est légal d'un "Duke" Wayne ou d'un Clint Eastwood en plus intence dans ses rôles. Sa façon de se déplacé dans l'espace est
tout simplement beau! Aucuns acteur noir n'est arrivé à l'égalé depuis, c'est dommage, mais bon peut-être un jour un hériter apparaitra sur nos écran de rêve et de cauchemar.


Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens