Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 16:09

WHERE DANGER LIVES (1)« VOYAGE SANS RETOUR » est un ‘film noir’ stylisé, fort bien réalisé par John Farrow, bâti sur un scénario un peu tiré par les cheveux et émaillé de détails frisant l’absurde et de personnages secondaires déconcertants. WHERE DANGER LIVES

L’histoire de ce jeune médecin (Robert Mitchum) laissant tout tomber pour fuir avec une WHERE DANGER LIVES (2)belle schizophrène (Faith Domergue) dont il pense avoir tué le mari (Claude Rains), ne tient pas debout et le comportement du héros ne se justifie que parce qu'il est censé avoir pris un coup sur la tête qui l’empêche de penser clairement. Cette commotion bien pratique, justifie également le jeu de Mitchum qui semble ivre-mort pendant toute l’action et finit le film en titubant, à moitié paralysé ! La très étrange Domergue intrigue dans ce personnage ‘borderline’ à l’œil tout aussi endormi que son partenaire. Rains lui, égal à lui-même, n’apparaît que dans une séquence. Maureen O’Sullivan, ex-Jane de Tarzan et épouse du réalisateur est souvent cachée derrière son masque d'infirmière.

Commençant en mélodrame (on pense à « POUR QUE VIVENT LES HOMMES » que WHERE DANGER LIVES (3)Mitchum tournera cinq ans plus tard), évoluant en ‘road movie’, « VOYAGE SANS RETOUR » se laisse pourtant regarder sans ennui et même parfois avec un plaisir incrédule : la séquence où le couple s'arrête dans une petite ville peuplée de barbus déguisés en cowboys qui les marient de force (sic !) est totalement aberrante. Certains personnages épisodiques comme le vendeur de voitures d’occase sont très bien croqués. Et que dire du numéro de music hall hallucinant, où une grosse dame boudinée dans une tenue sexy chante dans un théâtre miteux, devant quinze pécores ?

Cette excentricité qui sous-tend tout le film finit par lui donner un style et une originalité. « VOYAGE SANS RETOUR » demeure donc sur l’équilibre très instable entre le nanar et le classique du polar noir. Une sorte de rareté…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article

commentaires

P3i 25/07/2015 21:45

Bons arguments pour une critique qui passe à côté du film. Ces arguments positivés auraient pu aboutir à la conclusion que ce film était à la foi un exercice de style réussi du genre "noir" et un film original dans ses détails scénaristiques.

Fred Jay Walk 31/07/2015 21:17

N’est-ce pas valable pour toutes les critiques (subjectives forcément) qu’on peut faire sur un film ou toute autre forme d’art ?

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens