Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 17:01

VIGILANTE FORCE (2)À bien y regarder, les polars ‘redneck’ des seventies ressemblent au physique de leurs stars : « MISTER MAJESTYK » est court, musclé et pas causant, « JUSTICE SAUVAGE » est VIGILANTE FORCEun peu gras, brutal et peu glamour, « GATOR » est décontracté et bourré de cascades à l’image de (respectivement) Charles Bronson, Joe Don Baker et Burt Reynolds.

« VIGILANTE FORCE », c'est pareil : le film est cool, très mince et languide, comme Kris Kristofferson. Le film démarreVIGILANTE FORCE comme « LES 7 MERCENAIRES » (et la présence de Brad Dexter en maire pusillanime n’est certainement pas due au hasard) : des ouvriers font régner la terreur dans un bled tranquille. On enrôle un ex du Vietnam natif du coin, qui lui-même engage d’autres vétérans.

Mais le scénario bifurque rapidement vers une autre direction, d'ailleurs tout à fait intéressante : au lieu de protéger les citoyens, les ‘vets’ prennent le pouvoir et décident de s’enrichir, quitte à descendre le premier qui se met sur leur route. Le jeune frère de Kris, Jan-Michael Vincent montera à son tour sa propre armée de ‘vigilantes’, composée d’honnêtes commerçants et de vieillards, pour anéantir les dangers publics.

Écrit comme ça, « VIGILANTE FORCE » semble bien juteux. Hélas, le film met une heure à démarrer vraiment. Le scénario est d’une mollesse invraisemblable et la mise en scène sans aucune poigne. S’il vaut quand même la peine d’être vu, ce sera pour quelques moments VIGILANTE FORCE (1)surprenants : Kristofferson abattant froidement Victoria Principal d’une balle dans le dos, par exemple, inattendu et choquant. Bernadette Peters est comme toujours excentrique et délectable en prostituée chantant comme une casserole.

Sans être une réussite, le film s’inscrit dans cette lignée de polars ruraux des années 70 qui avaient tous ce même look un peu ‘cheap’, cette photo pâlichonne et ces seconds rôles savoureux. Sa seule véritable originalité tient dans le revirement de situation qui présente le « héros » comme un sauveur à la John Wayne pour le faire rapidement évoluer en profiteur sans scrupule.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens