Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 07:01

VENOM« VENIN » fait partie de ces films dont on aurait rêvé de voir un ‘making-of’ et qui ne parvient jamais à égaler les promesses implicitement contenues dans son sujet et son VENOM (1)affiche. Il a certainement fallu beaucoup de courage et/ou d’inconscience pour réunir sur un même plateau deux fauteurs de troubles portés sur la bouteille comme Sterling Hayden et Oliver Reed, une bombe à mèche courte comme Klaus Kinski et des reptiles venimeux.

C'est en fait son casting qui fait tout l’intérêt de « VENIN », puisqu’on y retrouve également les belles Sarah Miles en spécialiste des serpents, Susan George en bonniche nymphomane, le toujours fiable Nicol Williamson dansVENOM (3) un rôle de flic mollasson et l’inévitable Michael Gough.

Passé la première bonne idée de départ (un petit garçon commande un serpent inoffensif, mais reçoit par erreur un mamba extrêmement venimeux qui prend la fuite dans sa maison) le scénario n’est qu’une banale tentative de kidnapping d’enfant qui tourne mal, une sorte de « MAISON DES OTAGES » en huis clos pimentée par la présence d’un serpent noir menaçant filmé au grand-VENOM (4)angle, qui surgit de sous les tapis de temps à autres pour éliminer (libérer ?) un membre du casting.

C'est tourné de façon académique, comme un téléfilm BBC, la lumière est sans relief et il est hélas, très peu demandé aux vedettes qui se contentent de rouler des yeux et de transpirer en abondance. Hayden en roue-libre, joue un papy alcoolisé et hagard avec ce look barbu-débraillé qu'il arborait à la fin de sa carrière, Kinski est presque sobre en chef de bande autoritaire et sans pitié. On a tout de même droit à un « Klaus moment » à la fin, alors qu'il se fait mordre parVENOM (2) le mamba au ralenti. Ça vaut presque le voyage ! Reed lui, n’a qu’un rôle ingrat de chauffeur corrompu et chaud-lapin.

Pas vraiment polar, pas tout à fait film d’angoisse, trop aseptisé pour être apprécié au second degré par l’amateur de curiosités, jamais assez glauque pour s’aligner avec d’autres « Klaus classics » comme « FOU À TUER », « VENIN » est donc une occasion manquée, une réunion de monstres sacrés à qui on a limé les crocs et qui se contentent ici d’une routine qu'ils connaissent tous par cœur et qu'ils répètent sans passion, ni humour.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE KLAUS KINSKI
commenter cet article

commentaires

Patrick 06/03/2011 21:59


Venin est plutôt sympa à regarder, un scénario assez abracadantesque mais je trouve que le film tient la route

un lien pour le voir
http://lesintrouvables.blogspot.com/2011/02/venin.html


claude kilbert 19/11/2010 14:33


"He ben?!" existse-il un cd de "Venom"?


claude kilbert 18/11/2010 12:22


Pour moi c'est bon souvenir de filme" du samedi soir". C'est vrai qu' il y avait de la BBC Touch dans la mise en scène, mais moi j'aime! Londres et ses mystères un zeste "Holmsiens". Qui a composé
la BO? Bonne journée à tous


Fred Jay Walk 18/11/2010 21:05



Rien moins que Michael Kamen.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens