Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 16:44

TONNERRE APACHE (1)Écrit par J.W. Bellah, le scénariste des films de garnison de John Ford, réalisé par un honnête faiseur et interprété par des comédiens de séries TV et de jeunes premiers à la TONNERRE APACHEmode, « TONNERRE APACHE » est un film d’une banalité absolue. Il n’est resté dans les annales du genre que par son insistance à décrire la réalité quotidienne des guerres indiennes : le film s’ouvre sur un massacre atroce sous les yeux d’une fillette choquée à vie, les cadavres se décomposent au soleil dans une puanteur insupportable obligeant les « troopers » à porter un foulard sur le visage, les soldats dépensent leur paie en whisky qu'ils boivent jusqu'à l’hébétude, etc. C'est la vraieTONNERRE APACHE (2) différence avec les films de Ford qui avait tendance à gommer les détails déplaisants pour glorifier l'homme de l'Ouest et son épopée, à créer une geste héroïque du Far-West.

Sorti de cela, le CinémaScope de « TONNERRE APACHE » n’est pas très bien utilisé, le scénario se perd en à-côtés à peine dignes d’un mauvais ‘soap opera’ et les séquences d’action n’ont rien de très spectaculaire. TONNERRE APACHE suiteÀ peine retiendra-t-on quelques plans généraux au milieu d’immenses cactus. Oui, c'est peu…

Le buriné Richard Boone tient un rôle qui aurait parfaitement pu être joué par John Wayne. Grand second rôle, Boone n’a pas vraiment l’aura d’une tête d’affiche et traverse le film en bougonnant. Il n’est guère aidé il est vrai, par George Hamilton, acteur transparent et gauche. C'est parmi les seconds rôles qu'il faut chercher quelques petits plaisirs fugaces : la poupine Luana Patten, Richard Chamberlain débutant en lieutenant propre sur lui, Slim Pickens en trouffion et surtout Charles Bronson amusant en soldat chaud-lapin et insolent, qui assure la meilleure séquence du film : la bagarre avec Hamilton (enfin… sa doublure !) dans l’étable. C'est un personnage périphérique, mais avec sa façon de mâcher sa chique, de cracher à tout bout de champ et son étrange petit ricanement aigu, Bronson compose une silhouette inhabituelle, la seule un tant soit peu fantaisiste du film.

TONNERRE APACHE (3) 

À NOTER : le film vient d’être édité aux U.S.A. dans la collection « Warner Archives », dénué comme d'habitude du moindre sous-titre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dino Barran 27/11/2010 08:52


Dans l'ouvrage collectif "Le western" (10/18), on trouve une autre raison de s'intéresser à ce film banal : chronologiquement, ce serait l'un des derniers westerns à mettre en avant le rôle
"pacificateur" de l'armée.
Ceci alors que le tournant pro-indien avait été pris dès 1950 par D. Daves avec LA FLÈCHE BRISÉE et par Walsh avec LA FILLE DU DÉSERT.
Tournant pro-indien qui allait trouver son apogée dans les années 60-70 avec LES CHEYENNES et LITTLE BIG MAN entre autres.
Par ailleurs, le souci de la véracité des détails quotidiens dont tu parles est également illustré par certains éléments du dialogue. Ainsi l'ordre donné par le sergent : "Deux hommes mariés pour
la toilette des mortes !"
Finalement ce "petit" western n'est pas totalement dénué d'intérêt...


Fred Jay Walk 27/11/2010 09:24



Hélas, les côtés "soap" l'emportent haut la main sur tout ce qui aurait pu donner une certaine grandeur au film. Et Hamilton, franchement...



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens