Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 10:00

STALLONEIl est passé par tous les stades de la célébrité : du porno-soft aux figurations coupées au montage, des panouilles à la cérémonie des Oscars, de la gloire à l’oubli, il a tâté de la téléréalité et a même réussi à renaître de ses cendres à l’âge où d’autres préparent leur STALLONE (1)retraite. Est-ce pour cela qu’envers et contre tout, on aime toujours Sylvester Stallone ? Acteur limité ne serait-ce que par son physique, sa diction pâteuse, son regard éteint, il demeure étonnamment attachant malgré les navets, le ridicule qui le guette souvent.

À ses débuts, on l’aperçoit dans de petits rôles : un agresseur de petites vieilles dans « BANANAS », un soi-disant pickpocket dans « LE PRISONNIER DE LA SECONDE AVENUE », le voyou chaud-lapin de « ADIEU MA JOLIE », Frank Nitti dans « CAPONE », le concurrent vicieux dans « LES SEIGNEURS DE LA ROUTE », le glandeur abruti dans « LES MAINS DANS LES POCHES ». Il tient la vedette de la série B « REBEL » dans un rôle de terroriste hippie.

Le succès vient du jour au lendemain, avec « ROCKY » qu’il écrit et interprète lui-même, dans un rôle de boxeur analphabète retrouvant sa dignité. Stallone manage sa carrière enSTALLONE (2) réalisant une partie de ses véhicules : « LA TAVERNE DE L’ENFER » où il joue un magouilleur des rues, ainsi que trois « ROCKY » où son rôle évolue de façon intéressante, en fonction de la vie privée de son créateur.

‘Sly’ connaît des échecs dans ses rôles moins stéréotypés, tel le syndicaliste à la Hoffa dans « F.I.S.T. », le taxi apprenti chanteur de « RHINESTONE », le footballeur de « À NOUS LA VICTOIRE ! », le flic barbu dans « LES FAUCONS DE LA NUIT ». Il ne retrouve le vrai succès populaire que dans « RAMBO » en ex-béret vert désorienté, mais véritable bête de guerre qu’il ridiculise dans des sequels « RAMBO 2 : LA MISSION » et « RAMBO 3 », transformant le personnage en une invincible montagne de muscles huilés, capable d’anéantir des armées à lui seul. La trilogie deviendra une sorte de symbole caricatural des « années Reagan », le président ayant même cité le héros dans un discours.

Sly perd de sa crédibilité : il est grotesque en superflic en cache-poussière dans « COBRA », en innocent jeté au bagne dans « HAUTE SÉCURITÉ », en champion de « BRAS-DE-FER » et s’essaie à la comédie : il est affligeant en flic intello (il porte des lunettes, c’est dire !) dans « TANGO & CASH », mais amuse en caïd repenti dans « L’EMBROUILLE EST DANS LE SAC » et en inspecteur flanqué d’une môman pénible dans « ARRÊTE OU MA MÈRE VA TIRER ! » où il vaut mieux malgré tout, que les films eux-mêmes.

STALLONE (3)

Le succès de « CLIFFHANGER » où il est un guide de montagne traumatisé, le remet en selle. On le retrouve en flic du futur dans « DÉMOLITION MAN » où il est drôle dans STALLONE (5)l’humour pince-sans-rire, puis dans le rôle-titre de « JUGE DREDD », en roi des explosifs dans « L’EXPERT », en sauveteur dans « DAYLIGHT ».

C'est dans le sous-estimé « ASSASSINS » que Stallone dans un rôle de tueur à gages solitaire, retrouve enfin la recette du charisme cool de ses modèles des sixties, tel Steve McQueen. En ‘97, il crée la surprise en prenant quinze kilos pour camper un flic de province mollasson et à moitié sourd dans « COP LAND » où il tient tête à Keitel et De Niro.

Après une surprenante éclipse, Sly revient en champion de formule 1 dans l’affligeant « DRIVEN » (dont il signe également le scénario), « COMPTE À REBOURS MORTEL » en flic du FBI dépressif et en malfrat barbichu cherchant à venger son frère dans le triste remake U.S. deSTALLONE (4) « GET CARTER ». Il joue le ‘villain’ démultiplié de « SPY KIDS 3 », le champion de poker légendaire dans « LES MAÎTRES DU JEU ».

À noter qu’il apparaît le temps d’un clin d'œil non-mentionné au générique du film français « TAXI 3 ». Stallone tient également son propre rôle dans « BURN HOLLYWOOD, BURN ».

Quelques années plus tard il ressuscite ses personnages-fétiche dans « ROCKY BALBOA » et « JOHN RAMBO » qu'il réalise lui-même à plus de 60 ans, et redore son blason, en signant des films étonnamment intéressants. Il confirme l’essai avec la nouvelle ‘franchise’ « THE EXPENDABLES » réunissant sous sa houlette tous les ‘tough guys’ des années 80 pour jouer des mercenaires durs-à-cuire.

À la TV, on le voit à ses débuts en patrouilleur dans « KOJAK », en malfrat dans « POLICE STORY » et dans une apparition clin d’œil dans un « DREAM ON ». Plus récemment, il fait une apparition dans la série "LAS VEGAS".

STALLONE (6)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES ACTEURS CULTE DE "WWW"
commenter cet article

commentaires

lemmy 06/03/2013 21:58

Petite déception pour "Du plomb dans la tête", le nouveau film de Stallone réalisé par (?) Walter Hill - qui n'a pas dû avoir son mot à dire sur le scénario, sa patte ne s'y sent pas. On sent le
montage et le remontage d'urgence. Le partenaire de Stallone dans le film est totalement évanescent.

Fred Jay Walk 07/03/2013 07:56



Cela ne m'étonne pas... On ne peut pas être et avoir été.



lemmy 16/10/2012 12:23

Exactement. Sa prestation dans le premier Rocky aurait pu le mener vers une carrière à la Pacino. Ce n'est que mon avis.

J'ai longtemps suivi avidement Stallone comme les ados de l'époque pour Rambo 2, et Rocky 4 et 5. Mais dès "Cobra" j'ai lâché ; tous mes potes étaient enthousiastes en sortant, mais moi je me
souviens avoir dit "Oui, mais c'est pas terrible" : je suis sûr que je l'aimerais en le voyant maintenant... J'ai snobé Stallone pour Arnold pour la suite, notamment à l'époque de ses comédies. Je
l'ai de nouveau aimé quand il était au fond du trou, notamment avec son apparition dans "Les maîtres du jeu" et évidemment Copland. Et ai suivi avidement son come-back quand il a entrepris Rocky VI
sous les moqueries. Et "Rocky Balboa" est devenu un de mes films préférés, "John rambo" n'est pas loin... Un des come-back les plus fracassants et intéressants de l'histoire du cinéma.

valcogne.over-blog.com 16/10/2012 09:18

Un acteur qui entre dans mon panthéon personnel et que j'apprécie car n'ayant manifestement pas fait de "Grandes écoles", il a trouvé son chemin malgré que beaucoup l'ai presque considéré comme
idiot et rien que pour cela je l'apprécie encore plus...

Fred Jay Walk 16/10/2012 11:17



Stallone a prouvé à au moins deux ou trois reprises qu'il pouvait être un bon comédien, à la différence des autres "gros bras" de sa génération.



larcheau 14/10/2012 21:12

Il est apparu aussi dans un épisode de la saison deux de Las Vegas

Fred Jay Walk 15/10/2012 08:04



Merci.



Val 14/10/2012 19:01

Bon, ben moi, je l'adore Stallone dans "Rambo" et dans..."Arrête ou ma mère va tirer" (gloups !)
Pour le reste, son regard "Droopy" et sa voix (française, doit-je préciser ?) me font mourir de rire (j'ai trop regardé "Les Guignols", aussi)...

...Sauf que j'ai été bluffée par "Cop Land" et j'ai vu très récement la fin de "Rocky V" où son combat dans la rue m'a scotchée. Alors ? Ben...Un jour, je m'interesserais à Stallone. En VO.

DANIEL 14/10/2012 17:34

Justement je pensais le contraire au sujet de ce film qui n est d ailleurs pas mauvais;je pensais que Stallone en faisait un peu trop dans le style détaché mais je peux me tromper..Mais comparer le
jeu d un Stallone a celui de McQueen excuse moi d insister mais fallait le faire..Cela dit je ne jette pas la pierre,il se peut très bien que moi aussi par un temps de pluie et a voir les feuilles
qui tombent je serais bien capable de comparer le charisme de Justin Bieber a celui d Elvis Presley..Si,si..je pourrais le faire...quitte a me flageller ensuite..

Fred Jay Walk 14/10/2012 18:28



Il fallait le faire ? Eh bien... "WWW" L'A FAIT !!!!!! (salve d'applaudissements suivie d'une standing
ovation).


 


Quant à ta comparaison avec Justien Bieber, je ne saisis pas bien... Il a beaucoup plus de charisme qu'Elvis, non ?



DANIEL 14/10/2012 17:10

Alors comparer Stallone,surtout dans un film,a McQueen,faut oser,vraiment oser!La cool attitude de Stallone ne m a jamais sauté aux yeux et je me demande si quelqu un n est pas en train de tomber
de son nuage a la lecture de ce post!J ai moi meme failli glisser de ma chaise;en dehors de ça,tu as parfaitement résumé sa carrière faite de hauts(mais pas très haut quand meme)de bas et de très
bas!Curieusement c est lorsqu il change de registre(La taverne de l enfer,Fist ou encore l excellent Copland)que je le trouve vraiment bon;un acteur capable de tout en somme et qui a appris a se
ficher totalement de son image!

Fred Jay Walk 14/10/2012 17:16



"ASSASSINS" vaut ce qu'il vaut, mais je trouve que c'est le seul film où Stallone ne joue pas le "cool", mais l'est réellement.


Maintenant, on n'est pas obligé d'être d'accord !



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens