Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 18:54

ROCKY BLU RAYLa saga de « ROCKY » ressort en Blu-Ray dans son intégralité de six films. C'est l’occasion ROCKY BLU RAY (1)de revenir sur un parcours quasi-autobiographique de son auteur-interprète (et réalisateur par quatre fois) : Sylvester Stallone.

Parti de rien, arrivé au sommet du jour au lendemain, pourri gâté par la gloire et revenu à pas grand-chose, Rocky Balboa est le jumeau de son créateur qui a suivi un cheminement étonnamment identique à Hollywood. De film en film, on le voit évoluer physiquement, se modifier, se métamorphoser, comme une sorte de pantin de pâte à modeler en perpétuelle mutation.

Le premier « ROCKY » datant de 35 ans, est devenu un vrai classique américain, pas si éloigné dans sa construction de « SUR LES QUAIS », et glorifiant un héros prolétaire, à peu près illettré, pas très malin, mais débordant de courage et de générosité. Les personnages frisent la caricature (la fiancée vieille fille sortie de « MARTY », le beauf geignard, le coach bourru au cœur d’or, l’adversaire fier-à-bras), mais le film fonctionne par le regard posé sur les petites gens, et l’American Dream (« Only in America »).

« ROCKY 2 : LA REVANCHE », réalisé par Stallone est une autre paire de manches : capitalisant sur la réussite du premier, il ressasse les mêmes idées, s’étale complaisamment dans des impros interminables, sombre dans le « soap » le plus rébarbatif (la looooongue séquence de coma d’Adrian), et finit par une victoire sans surprise ni saveur.

« ROCKY 3 – L’ŒIL DU TIGRE » change radicalement de style : très inspiré par le clip, Stallone adopte un système de narration résolument visuelle, au montage encore efficaceROCKY BLU RAY (2) aujourd'hui. Il joue sur le viscéral, le premier degré à outrance. Si le scénario est simplet, l’exécution est bluffante, et certaines répliques sont encore dans les mémoires (« I pity the fool »). Le combat final est un authentique morceau de bravoure cinématographique, et fait pardonner l’impardonnable : la course des deux culturistes huilés sur la plage, finissant par une danse au ralenti.

« ROCKY 4 » reste dans le même registre, mais se vautre en envoyant Balboa se battre en URSS contre un boxeur-robotisé. Les « russkies » sont présentés comme des nazis de série B, un peu comme dans l’hilarant « TOP SECRET ! », et le discours final de Stallone devant toute la Russie en larmes, atteint des cimes dans le comique involontaire. Dolph Lundgren emporte le morceau en Frankenstein anabolisé auquel un protège-dents noir donne l’air d’un zombie.

« ROCKY 5 » permet de retrouver John Avildsen, réalisateur du premier film. S’il a été très décrié à sa sortie, le film tient plutôt bien la distance. Ce retour aux sources est certes quelque peu déprimant (qui a envie de suivre un héros dans sa lente chute jusqu'à l’anonymat ?), mais le scénario est moins crétin, les personnages plus compliqués, et le final en anti-apothéose a quelque chose de rafraîchissant. Malgré tout, un sixième film ne s’imposait pas…

ROCKY BLU RAY (3)Et pourtant, tourné plus de quinze ans après le 5ème film, « ROCKY BALBOA » dont personne n’espérait rien, que tout le monde attendait plutôt en se frottant les mains, la moquerie au bord des lèvres, fut une vraie surprise. Le film, émouvant, voire pathétique par moments, a « cueilli » les détracteurs, a redonné une seconde jeunesse à Stallone, qui s’exposant sans pudeur, avec ses 60 ans, son corps fatigué, son visage botoxé, sa détresse, a forcé le respect général. Ce n’est pas un grand film, comme a pu l’être le similaire « THE WRESTLER », mais l’Étalon Italien qui a réussi un improbable doublé avec « RAMBO 4 », semble être reparti pour quelques années de gros biceps et de testostérone.

On ne va quand même pas s’en plaindre…

Tous les films du coffret « ANTHOLOGIE » sont bien sûr au format respecté, en 16/9 mais dans des transferts inégaux. Ainsi, le moins bon des « ROCKY » (le second) a-t-il également la plus vilaine copie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FRANCHISES
commenter cet article

commentaires

lemmy 14/02/2015 14:36

Je suis en train de revoir tous les Rocky en blu-ray. Il fallait commencer par le premier et le dernier qui sont superbes (et très beaux en blu-ray, on a l'impression de redécouvrir le premier). Puis le 2 qui tient vraiment la route malgré ses côtés mélos etc. Venant de revoir le 3, il est particulièrement atroce, mal écrit et mal joué, et oublie toute la matière du premier, il est vrai que la scène sur la plage, très crypto (et reprise dans un OSS 117) est assez incroyable, bonjour les années 80. Et le personnage de Mister T. est loupé, sans possibilité d'avoir une once d'empathie pour lui alors qu'il y avait de quoi faire. Vivement ce soir pour le IV, péché un peu mignon. Quant au V, je ne l'ai pas revu depuis une éternité.

Stallone vient de commencer le tournage de 'Creed' où va évidemment revenir son personnage, toujours plus usé et probablement toujours à vouloir retrouver l'oeil du tigre d'une manière ou d'une autre avant de disparaître.

lemmy 16/02/2015 22:19

"Rocky V" est effectivement pas mal du tout. Le personnage et son environnement y reviennent au premier plan. A la sortie de "Rocky Balboa", Stallone a déclaré que ce "Rocky V" était nul et qu'il avait voulu faire ce VI pour rattraper ça, bref Rocky devait aller sur le ring. Si "Rocky V" avait eu du succès, il n'aurait probablement pas dit ça. Il est vrai que "Rocky Balboa" reprend les thèmes du 5 et que ce 5 est déjà très sentimental, Stallone doutant déjà de sa carrière. La blague finale du 5 ( à propos des marches et de Picasso) est excellente et m'a beaucoup fait rire.

Je pense même que ce sera une première pour un acteur d'interpréter aussi longtemps un même personnage au cours de films réguliers : 40 ans ! J'espère que la fin de Rocky Balboa où Rocky retrouve un semblant de paix ne sera pas gâchée. Je sais que ma compagne et moi seront les premiers en ligne pour ce "Creed" qui sortirait en novembre prochain.

J'en ôte les personnages de soap opera brésiliens ou autres :-) Je crois qu'il n'y aura que Léonard Nimoy qui aura interprété Spock de 1966 à... 2013.

(Et la série des Phantasm a duré de 1979 à 2015 où sortira Phantasm V avec les mêmes personnages que le premier, ce qui accroît la fascination de ces films)

Fred Jay Walk 15/02/2015 19:53

J’aime cette idée relativement nouvelle, due à l’allongement de l’espérance de vie, des héros qui vieillissent avec leurs interprètes au fil des décennies...

lemmy 16/02/2010 00:50


Pour finir, un petit hommage au comédien eu au doubleur Serge Sauvion, qui vient de s'éteindre. Il a été bien entendu été l'inoubliable voix française de "Columbo", mais aussi - entre beaucoup
d'autres - la non moins inoubliable voix de Paulie, le beau-frère de Rocky interprété par Burt Young, dans les 6 épisodes de la saga. Quel plaisir d'entendre Alain Dorval et Serge Sauvion dans
"Rocky Balboa" !


lemmy 16/02/2010 00:42


Quant à "Rocky Balboa", je pense qu'il est tout simplement mon film préféré pour pleins de raisons. Je n'ai pas dit le meilleur film, mais mon film préféré, ce qui est encore mieux. Stallone a
signé là son testament cinématographique, son "Gran Torino", son "Dernier des géants", en réfléchissant sur son statut, en donnant un sens cinématographique à sa future fin, en disant au revoir. Et
signant pour beaucoup un au revoir à leur adolescence.

Ce qui en signifie pas qu'il ne fera plus de ciné, car ce film l'a miraculeusement remis en selle. Vivement "The Expendables" !


Fred Jay Walk 16/02/2010 09:39


Le dernier plan, où il disparaît de l'image comme dans un rêve, est effectivement très émouvante.


lemmy 16/02/2010 00:33


J'ai revu "Rocky" il y a une petite dizaine de jours. Un petit conseil, il faut essayer la vo qui permet de découvrir un tout autre film, mais attention la vf est... inoubliable. J'ai énormément
d'amour pour ce film, qui pour moi est un grand film d'amour, racontant une belle histoire entre quelques égarés et empêchés de la vie. Stallone aurait pu être un Pacino, mais finalement y perd-on
au change ?


Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens