Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 19:28

BIG HEAT« RÈGLEMENT DE COMPTES » est un classique du ‘film noir’ sur lequel tout a été dit et répété. Ce qui n’ôte rien à sa force et son efficacité, revu avec des yeux d’aujourd'hui. Le BIG HEAT (1)film apparaît comme l’évident point de départ de toute une mouvance du polar américain (voire italien) qui transgresse les règles manichéennes habituelles et plonge dans la corruption. Fritz Lang n’hésite pas à mouiller des policiers haut-placés, des politiciens avec d’infâmes gangsters, ce qui n’était pas si courant à l’époque, et à présenter un héros calciné de l’intérieur, pour lequel – et malgré ses malheurs – il est difficile d’éprouver beaucoup d’empathie.

Le flic joué par Glenn Ford rend sa plaque pour assouvir une vengeance personnelle et ne doit qu’au sacrifice d’une « poule à gangsters » de se sortir du guêpier les mains propres. Un coup de chance, rien de plus.

Tout n’est qu’ambiguïté, refus du cliché : la veuve d’un ripou, malgré son physique de ménagère, est encore plus corrompue que son mari. La « mauvaise fille » défigurée ne rêve que de respectabilité et de rédemption. Quant aux malfrats, ce sont de richissimes notables ou des bêtes humaines. Gloria Grahame est fabuleuse dans le rôle de Debby, au visage atrocement brûlé par son amant. Celui-ci est campé par Lee Marvin, qui fait preuve d’une extraordinaire assurance, surtout si on considère qu'il s’agit là de son premier rôle important. Le cheveu gras, la lippe pendante, flottant dans ses costumes trop grands pour lui, il crève l’écran et fait de Vince Stone un psychopathe parfaitement haïssable.

BIG HEAT (2)

« RÈGLEMENT DE COMPTES » a vieilli par certains aspects, comme ces décors de studio qui semblent trop inhabités ou des seconds rôles exagérément simplistes comme l’épouse idéale de Ford sortie d’une sitcom ou le gros garagiste suant et fumant le cigare. Ceci mis à part, il règne pendant tout le film une vraie noirceur, une tension extrême qui ne se relâche jamais.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE LEE MARVIN
commenter cet article

commentaires

lemmy 25/05/2010 11:10


Lang est un de mes cinéastes préférés. Il est vrai que les films de sa période allemande sont démesurés et assez hallucinants, films dont Lang avait alors tout contrôle pour la réalisation.
L'acteur allemand Rudolf Klein-Rogge (que je viens de revoir dans l'extraordinaire "Dr Mabuse, le joueur") mériterait sa place dans le bestiaire de WWW.Pour sa période dite américaine (qaprès une
courte période française), Lang a sans doute eu moins de gros budget et moins de contrôle (ciné d'auteur et ciné commercial...)mais autant de génie.


Eeguab 24/05/2010 19:06


Le cinéma américain de Fritz Lang est encore un tout petit peu mésestimé.Mais dans le noir il excelle vraiment.


lemmy 16/04/2010 02:46


Un très grand film, tout simplement.

Je note que tu as trouvé une photo réunissant Ford et Marvin dans laquelle Marvin fait preuve de sa grande et expressive photogénie. Je t'en remercie.


Fred Jay Walk 16/04/2010 08:05



Ce cher vieux Lee avait un certain talent pour capter l'attention...



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens