Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 08:55

PATTERNS (1)Adapté d’une « dramatique » diffusée l’année précédente, « PATTERNS », écrit par le mythique Rod Serling, est un petit bijou d’une noirceur absolue, qui avec un bon demi-PATTERNSsiècle d’avance tend à notre société d’aujourd'hui, un miroir nauséeux et sans complaisance.

Situé dans une grosse entreprise, le film parle d’une société déshumanisée, où règnent le profit et la loi du plus fort. IlPATTERNS (2) parle aussi et surtout de harcèlement. Le PDG rapace pousse son sous-directeur vieillissant et malade vers le tombeau, en l’humiliant jour après jour, en niant son existence, en le poussant à la faute. Cet affrontement feutré – dont la finalité est la démission du malheureux – se déroule sous l’œil du nouveau venu (Van Heflin) qui découvre peu à peu qu'il sera bientôt le remplaçant de la victime désignée.

« PATTERNS » est une œuvre froide et implacable, parce que totalement honnête et réaliste. Si le patron, Everett Sloane, génial avec son physique de petit rapace cruel abat ses cartes et ne se cherche aucune excuse, le « héros » Heflin tente de garder un semblant d’humanité et d’intégrité. Partagé entre son ambition (et celle de sa femme !) et sa compassion, il va assister à la mise à mort programmée en protestant mollement. Et il PATTERNS (3)finira par rentrer dans le rang, persuadé qu'il saura faire la différence et combattre le système pied à pied, alors qu'il est plus que probable qu'il connaîtra le même sort que son prédécesseur, dans quelques années.

Une œuvre impitoyable donc, qui parlera à tous ceux qui souffrent sur leur lieu de travail, car si voitures et costumes sont démodés, tout le reste est d’une hallucinante actualité. Et ce qui semblait être une fable un peu excessive en 1956, apparaît aujourd'hui d’une acuité terrible. L’apanage des grands auteurs ?

La réalisation est soignée, parsemée d’excellentes idées comme cet infarctus filmé de façon « subjective » et le casting exemplaire, tout particulièrement Ed Begley dans le rôle du vieil employé sacrifié et Beatrice Straight en épouse aux dents longues sous ses airs de gentille ménagère de moins de 50 ans.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans POLAR - FILM NOIR ET ACTION
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens