Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 07:37

Woody Allen tourne un film par an, avec une régularité de métronome. Depuis 1998, son œuvre déçoit les plus fidèles de ses admirateurs qui désespèrent de voir revenir un jour l’auteur de « ANNIE HALL » ou « UNE AUTRE FEMME ».

« MARIS ET FEMMES » est un de ses derniers grands films. Et aussi le dernier qu'il tourna avec Mia Farrow, après 15 ans de collaboration. Ce qui n’est guère étonnant au vu du portrait qu'il trace d'elle à travers son rôle. L’émerveillement des premiers opus, les MARIScompositions finement ciselées, les scénarios écrits autour d'elle, tout cela est bien fini. Son personnage de « passive-agressive » est décrit avec une cruauté, une désillusion terribles. Désillusion qui déteint d'ailleurs sur l’ensemble du film.

Les relations hommes-femmes ont hanté toute la filmo de Woody Allen. Mais c'est la première fois qu'il fait preuve d’une telle amertume. Dans « MARIS ET FEMMES », les couples restent ensemble parce que c'est pratique et confortable, par peur de la solitude. Ils vivent sur des « arrangements » permanents, dans une ronronnante médiocrité. Et quand ils ont l’opportunité de refaire leur vie avec des femmes plus jeunes, ils se dégonflent lamentablement après un simple « baiser volé ».

Les femmes sont montrées comme des hystériques cérébrales, frigides, insupportables, les hommes comme des lâches inconséquents et infantiles. C'est parfois drôle, grâce au rythme du dialogue, au talent des comédiens, mais le tout laisse un arrière-goût extrêmement déprimant.

Film de ‘midlife crisis’ par excellence, « MARIS ET FEMMES » doit beaucoup à ses interprètes : Judy Davis, géniale en femme abandonnée, constamment à cran, cassante. La scène où elle doit sortir à l’Opéra avec un collègue est un pur délice ! Sydney Pollack est également formidable de veulerie assumée. Le couple formé par Allen et Farrow met presque mal à l'aise, tant la réalité paraît transpirer dans la fiction. Un jeune Liam Neeson apparaît en soupirant maladroit.

Curieusement réalisé en caméra à l’épaule, dans un style délibérément « sale » : coupes dans le plan, décadrages, son parfois inaudible, rythmé par des interviews face caméra des protagonistes nullement justifiées (un ‘gimmick’ emprunté à Bergman), « MARIS ET FEMMES » est un film qui donne à réfléchir, qui touchera certainement la corde sensible d’une partie du public, mais dont on n’est pas obligé d’aimer le pessimisme foncier.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens