Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 07:46

PAT MIKE (3)« MADEMOISELLE GAGNE-TOUT » (saluons une fois de plus l’exquise subtilité du titre PAT MIKE (1)français !) est une comédie située dans le monde du sport. Signé George Cukor ce film est essentiellement monté pour reformer le couple Katharine Hepburn-Spencer Tracy à l’écran.PAT MIKE (2)

Bien sûr, il faut accepter le fait qu'elle se lance dans une carrière multisports à l’âge où les athlètes prennent généralement leur retraite, mais une fois le postulat « avalé », le film ne manque pas de charme ni de fantaisie, Cukor se permettant même de petits dérapages burlesques très amusants, comme cette séquence où Tracy croit voir le visage de sa protégée sur la tête d’un cheval qu'il câline tendrement ! Les deux stars s’en donnent visiblement à cœur-joie, elle en célibataire candide mais déterminée, lui en manager grenouilleur, plus ou moins honnête (plutôt moins, d'ailleurs), qui va se réformer par amour pour elle. Le petit sous-texte féministe est PAT MIKE (4)bienvenu : à plusieurs reprises, c'est la femme qui sort l'homme du pétrin, s’avérant beaucoup plus forte que lui. Même physiquement !

« MADEMOISELLE GAGNE-TOUT » est donc un festival du duo mythique, mais laisse exister les comparses : Aldo Ray très drôle en boxeur demeuré mais enthousiaste et le jeune Charles Bronson qui apparaît tard, mais marque les scènes où il apparaît de son empreinte en campant Hank Tasling, un des deux racketteurs qui font affaire avec Tracy. Cukor joue de la petite taille de Bronson  (Hepburn l’appelle « the little fellow »), et lui fait PAT MIKEjouer ce vaurien adepte du passage à tabac avec un sens inné de la parodie : « On se fiche de celui qui va gagner, du moment qu’on le sait à l’avance », dit Tasling avec une franchise qui frise l’honnêteté. Bronson se fait démolir par Katharine Hepburn en quelques prises de judo et embarqué au commissariat, se refait taper dessus lors de la reconstitution des faits. Il faut l’avoir vu avec son borsalino, ses jarretières à chaussettes et son air scandalisé, terrorisé par la championne. À ses côtés débute l’ex-footballeur Chuck Connors, qui connaîtra lui aussi une longue carrière dans le film d’action et les séries télé (« L'HOMME À LA CARABINE »).

Bien ancrée dans les fifties, cette petite comédie où apparaissent de véritables stars du sport dans leur propre rôle, ne fait pas partie des œuvres de référence du long parcours de Cukor, mais sa bonne humeur contagieuse et l’œil ironique qu'il porte sur les rapports homme-femme peuvent encore séduire aujourd'hui.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

VAL 22/10/2011 12:42


Commencer sa carrière en se faisant battre par Katharine Hepburn et la finir castré par Kathleen Wilhoite (n'est-ce pas, Lemmy ? ;-))c'est pas banal...qui a dit que Charlie était "macho" ?


Fred Jay Walk 22/10/2011 14:41



Bien dit !



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens