Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 15:41

INCONNUS VILLE (2)« LES INCONNUS DANS LA VILLE » est un très curieux film qui télescope deux univers à priori irréconciliables : le ‘film noir’ et le ‘soap opera’ provincial. Autrement dit, c'est une INCONNUS VILLEsorte de fusion contre-nature entre un épisode de « PEYTON PLACE » et « ULTIMEINCONNUS VILLE (1) RAZZIA » !

Technicien hors-pair, Richard Fleischer manie le (récent) format CinémaScope en maestro, dans un style qui n’est pas sans évoquer celui de « UN HOMME EST PASSÉ ». Le scénario et la réalisation créent une mosaïque de personnages, qui se croisent pendant les trois-quarts de l’action, pour tous se retrouver au même endroit au dénouement.

C'est brillamment filmé et monté, ce qui aide à avaler les aspects vieillots de l’entreprise : des personnages taillés dans le cliché le plus total (la petite ville grouille littéralement de kleptos, de nymphos, de voyeurs, d’ivrognes), une conclusion platement mélodramatique. Mais Fleischer n’a pas son pareil pour typer ses personnages en quelques plans et il ose des idées de casting surprenantes. Victor Mature et Richard Egan héros de péplums musculeux, INCONNUS VILLE (3)jouent de simples entrepreneurs de province, le ‘bad guy’ Ernest Borgnine se retrouve transformé en Amish pacifique et passif, la vénérable Sylvia Sidney est une bibliothécaire fielleuse, le costaud Brad Dexter campe un bellâtre joueur de golf.

Seul Lee Marvin n’apparaît pas à contremploi et c'est lui qui sort du rang. Il joue un des trois malfrats venus braquer la banque de la ville. Accro au… spray nasal, tourmenté par de constantes allergies, il crée une curieuse silhouette de flingueur frimeur et bas-du-front. Il a une excellente scène où, en pyjama rayé, il parle de sa vie maritale avec son complice Stephen McNally. Du grand Marvin !

Bâti comme un film-catastrophe avant la lettre (le braquage remplaçant le cataclysme des films des seventies), « LES INCONNUS DANS LA VILLE » n’a pas la portée universelle de « UN HOMME EST PASSÉ » tourné la même année, mais on retrouve la même ambiance, quelques comédiens communs et une aussi belle utilisation du Scope.

INCONNUS VILLE (4)-copie-1

Quant à la morale du film, elle est sans surprise : les seuls à mourir sont les gangsters et… la nymphomane et le gentil Amish finit par se rendre à l’évidence : on ne règle rien à l’amiable en ce bas-monde. Il finit donc par embrocher un des bandits avec sa fourche d’honnête homme et demande pardon au Seigneur. Amen…

 

À NOTER : le film est récemment sorti en zone 1, mais la 20Th Century-Fox n’a curieusement trouvé qu’un transfert en 4/3 (particulièrement dommageable avec le format CinémaScope) à proposer. Dommage…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE LEE MARVIN
commenter cet article

commentaires

Kinskiklaus 08/04/2013 20:22

Non, je ne me transforme pas en VRP ce soir...LES INCONNUS DANS LA VILLE débarque en DVD et BLU RAY, en version restaurée. Amoureux de Lee, vous devrez attendre le...Ah bah non, il est disponible
depuis déjà quelques jours!

Fred Jay Walk 08/04/2013 21:15



Heureux jour. La version DVD sortie en zone 1 était minable, en 4/3.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens