Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 16:50

CORDOBA (1)« LES CANONS DE CORDOBA » fait partie de ces productions américaines de la fin des sixties, dont on ne sait plus très bien de quelle nationalité elles sont. Empruntant copieusement au ‘spaghetti western’ (la sueur, les cigarillos, les ponchos, les décors), ce CORDOBAfilm est surtout un mélange scénaristique bizarroïde entre « LES CANONS DE NAVARONE » et « LES PROFESSIONNELS ». Du film de guerre de J. Lee-Thompson, on retrouve la mission elle-même, un personnage grec (?), ainsi que l’antagonisme entre le héros et son bras-droit qui a juré d’avoir sa peau quand toutCORDOBA (2) sera fini. Le démarquage est grossier. Du chef-d’œuvre de Richard Brooks on a droit à l’attaque du fort, pratiquement telle quelle, le groupe d'aventuriers.

Il pèse sur « LES CANONS DE CORDOBA » une inertie terrible. Quelque chose qui ne fonctionne pas. À aucun moment. Pendant la première demi-heure on ne comprend même pas qui tire sur qui ni pourquoi. Ensuite, le scénario prend des chemins de traverse, s’égare en actions parallèles. Les personnages étant complètement dénués d’épaisseur ou de motivation, l’ennui s’installe irrémédiablement.

CORDOBA (3)George Peppard singe Eastwood en mâchonnant ses cigares les dents serrées et le sarcasme aux lèvres. Il est transparent. À ses côtés, des acteurs italiens comme Raf Vallone, Gabriele Tinti et Giovanna Ralli jouent des mexicains avec des accents ridicules. Don Gordon, l’habituel ‘sidekick’ de Steve McQueen transpire beaucoup. On aperçoit notre cher Aldo Sambrell en sergent à l’œil mauvais.

La BO d’Elmer Bernstein reprend inexplicablement le thème à peine modifié de « JEUX INTERDITS » et si la photo est plutôt belle, le film s’enlise de séquence en séquence, jusqu'à l’endormissement. « LES CANONS DE CORDOBA » est donc un bon somnifère bio.

CORDOBA (4) 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans WESTERNS U.S. ET ITALIENS
commenter cet article

commentaires

Zach 25/07/2010 14:58


Je suis un peu surpris par cette critique, car j'ai toujours vu ce film comme une sorte de jumeaux des "colts des sept mercenaires" : des situations schématiques, des emprunts à de gros succès
commerciaux, des acteurs aux visages familiers et un rythme rapide pour emporter le tout.
Comme les deux films sont signés Paul Wenklos, je juge celui-ci comme vous avez jugé la suite du chef-d'oeuvre de John Sturges : un bon film d'aventure.
Je trouve qu'il faut souligner le travail de Wenklos, qui s'appuie sur de nombreux mouvements de caméra et multiplie les angles bizarres, et je trouve l'attaque du train où Cordoba s'empare des
canons exemplaire car spectaculaire et vraiment brutale.
Bon, l'attaque du fort est moins convaincante et la fin ne ménage aucune surprise, mais décidément je trouve que ce film est une bonne série B, bruyante et sympathique.
Avec un George Peppard charismatique, entre son déguisement à la Eastwood (un peu forcé c'est vrai) et son allure soignée d'officier, et une Giovanna Ralli... Et Giovanna Ralli !!!


Fred Jay Walk 25/07/2010 17:58



Le film m'a surtout laissé une sensation de pot-pourri bordélique. D'ailleurs s'il est vrai que les plans de Wendkos sont léchés, le montage est confus.


J'aime bien Peppard en général, mais comme pour "LES COLTS DES 7..." m'a manqué un acteur vraiment charismatique pour mener tout
ça. Mais... une fois encore, tout cela est subjectif !


Il est vrai par contre que Ralli... Ralli...



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens