Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 20:11

JARDIN DU DIABLE (2)« LE JARDIN DU DIABLE » est avant tout un film d'images inoubliables : les décoiffantes poursuites à flanc de montagne inspireront jusqu'à Michael Mann pour le final du JARDIN DU DIABLE« DERNIER DES MOHICANS », l’utilisation du format CinémaScope est fabuleuse alors qu'il n'avait pourtant qu'un an d'existence. Les personnages sont étonnamment complexes, le dialogue est très inattendu dans un western (« Si la terre était faite d'or, les hommes mourraient pour une poignée de poussière »). JARDIN DU DIABLE (1)

Ce western d'Henry Hathaway, réalisateur solide mais souvent dénué de style, compte parmi ses plus réussis et indémodables.

Susan Hayward campe sans complaisance une femme fatale qui mène les hommes à leur perte, voire au suicide, Richard Widmark – effacé pendant les trois-quarts du film – prend sa dimension tragique à la fin et Gary Cooper impassible, ankylosé, est un avatar de « L'HOMME DE L’OUEST » (il humilie Cameron Mitchell de la même façon qu'il le fera à Jack Lord dans le film d'Anthony Mann quatre ans plus tard) ou du Trane de « VERA CRUZ ». Les Indiens sont réduits à des silhouettes invisibles symbolisant clairement la mort pour ces losers nés au destin scellé d'avance.

JARDIN DU DIABLE (3)

Hathaway filme les paysages comme personne, ne se laisse jamais aller au gros-plan, ce qui accentue l'impression de dérisoire émanant de ses antihéros, minuscules insectes dominés par la nature sauvage qui finira par les engloutir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE GARY COOPER
commenter cet article

commentaires

lemmy 14/12/2012 17:56

Superbe western. L'homme face à la nature, la femme, la mort.

Widmark y est particulièrement impressionnant de grincements tragiques. Cooper compose un personnage tout en nuances et en non-dits qui ressurgissent. La scène finale entre Cooper et Widmark est
magnifique, Cooper y déploie une grande sensibilité virile. Une mention pour l'énergique et rauque Susan Hayward qui en fait un poil trop. Cameron Mitchell y est d'une veulerie réjouissante.
Hathaway donne une mise en scène sèche comme un coup de trique.

Corey 17/09/2010 11:59


Je ne sais pas si tu as vu "la loi du seigneur" de Wyler, mais c'est à mon avis son meilleur film. Il développe un registre incroyablement varié dans ce film, à mille lieux de son image d'acteur
figé. Je rajouterai "Ariane", "High Noon", "Les tuniques écarlates", "l'homme de la rue", etc… De nombreux films ou il développe un personnage différent. C'est sur, sa personnalité est tellement
écrasante qu'il ne peut s'empêcher d'être Gary Cooper à chaque fois. Mais c'est le problème, ou l'avantage, des acteurs face aux comédiens…


Corey 16/09/2010 23:46


Un des mes westerns préférés… Avec mon idole du far west, Gary Cooper, immense acteur au registre bien plus étendu que tes commentaires un peu péjoratifs sur son jeu le laisse entendre, à mon
avis…


Fred Jay Walk 17/09/2010 06:28



Péjoratifs ? Pas du tout.


J'aime aussi beaucoup "Coop", mais je trouve qu'il est davantage un immense "personnage" qu'un gigantesque comédien. Il lui arrivait d'être routinier, mais dans "CEUX DE CORDURA" par exemple, il est impressionnant.



Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens