Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 09:17

On peut reprocher beaucoup de choses à Joseph Losey, qui s’est montré capable du meilleur comme du pire, lors de ses carrières américaines, anglaises ou françaises, mais pas son GREEN HAIR (1)manque d’éclectisme. Son premier film en tant que réalisateur : « LE GARÇON AUX CHEVEUX VERTS » se veut une fable charmante sur l’intolérance, voire le racisme.

L’histoire ? C'est celle d’un orphelin de guerre très imaginatif, qu’on retrouve le crâne rasé après une fugue. Il raconte qu'il a dû se résoudre à couper sa chevelure car elle était devenue verte du jour au lendemain, chamboulant ainsi l’équilibre de sa petite ville. Si ce message-là est parfaitement clair et plutôt joliment amené, décrivant les réactions des habitants. « Non, les braves gens n’aiment pas que l’on prenne une autre route qu’eux », chantait Brassens.

Mais la clarté de la fable est polluée par un pamphlet anti-guerre, symbolisé par ces petits orphelins imaginaires qui choisissent le jeune héros comme porte-parole et… tout s’embrouille. Si on ajoute une construction en flash-back, deux numéros musicaux complètement incongrus, on ne peut qu’avoir une opinion mitigée de ce très curieux film truffé d’intentions louables, mais qui finissent par s’annuler les unes les autres.

La bonne surprise vient du jeune Dean Stockwell, excellent dans le rôle-titre, un vrai jeune rebelle, jamais cabotin, émouvant sans pleurnicheries. L’acteur connaîtra une belle carrière en étant une des vedettes de la série TV « CODE QUANTUM » et en tournant plusieurs fois pour David Lynch. À ses côtés, Pat O’Brien joue un vieux cabot irlandais chantant. Venu en voisin, Robert Ryan qui n’a pas dû tourner plus de deux jours sur ce film, incarne un pédiatre compréhensif auquel le gamin raconte son histoire.

GREEN HAIR

Le TechniColor est joli, les idées de mise en scène abondent et le film laisse filtrer de beaux moments de poésie et d’émotion, mais un peu plus de simplicité aurait probablement permis d’être plus profondément touché par ce voyage au pays de l’exclusion et de l’intolérance. Et aussi du monde de l’enfance…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fred Jay Walk - dans LES FILMS DE ROBERT RYAN
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens