Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 16:20

FILET (2)« Quand il y a une femelle pour deux mâles, quelque chose de terrible doit forcément arriver », dit en substance un personnage secondaire.

Production mexicaine réalisée par Emilio Fernández, le futur ‘Mapache’ de « LA HORDE SAUVAGE », « LE FILET » dépouille son scénario jusqu'à revenir au squelette, néglige le dialogue (on peut facilement compter les répliques !) et ose des cadrages plus proches de la FILET (1)photographie d’Art que de la mise en scène cinématographique. Mais ce qui frappe surtout dans cette œuvre unique, c'est l’érotisation absolue de chaque image, du moindre mouvement, du plus discret souffle de vent, des vagues sur la grève. DeFILET séquence en séquence, le film rend palpable le désir de ses protagonistes qui monte, s’amplifie, jusqu'à devenir insupportable.

Deux hors-la-loi réfugiés sur une plage, une femme plus jeune qu’eux, sensuelle et farouche. Confrontée à ces deux hommes primitifs, la « femelle » va peu à peu choisir le mâle dominant et provoquer l’affrontement. Presque sans parler. Juste par des regards, des silences chargés, des attitudes corporelles. Fernández n’hésite jamais à aller au symbole peu subtil : il faut avoir vu un des rivaux pilonner du grain, torse nu, en sueur, tel un héros de péplum, dans un geste de va-et-vient sans la moindre équivoque, sous l’œil langoureux de la femme.

FILET (3)

Rossana Podesta, comédienne italienne jouant ici une Mexicaine, est absolument fascinante dans ce personnage qui se prénomme d'ailleurs comme elle. Chacun de ses gros-plans est sublimé par la photo (somptueux noir & blanc !), ses seins pointent en permanence sous sa chemise blanche, devenant les vraies stars du film. Rarement actrice aura été aussi délibérément réduite à son sex appeal, son aura animale la plus élémentaire. La caméra – pour reprendre une expression tant galvaudée – semble vraiment amoureuse d'elle.

« LE FILET » est une belle tentative d’utiliser le langage cinématographique à son plus visuel, son plus primitif. En cela, l’expérience est totalement réussie et certains cadrages biscornus semblent annoncer avec une décennie d’avance les tics du ‘spaghetti western’. À voir, incontestablement. Ne serait-ce que pour… Enfin, vous m’avez compris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marc Provencher 01/07/2012 00:15

Quel film ! Je suis encore sous le choc. Rossana Podestà est ahurissante, d'une sensualité torride à faire damner un saint.

Fred Jay Walk 01/07/2012 08:19



Tu étais prévenu...



Kinskiklaus 08/06/2012 12:24

Je voulais me documenter sur Emilio Fernandez. Il n'existe qu'un seul livre, et en anglais, au prix mignon de ...60 euros. Euh, je me contenterai de ses films pour commencer!

valcogne.over-blog.com 08/06/2012 10:11

J'avais osé dire du bien quelque part de "El indio" et ce n'était pas précisément bien passé, je constate sa réhabilitation avec plaisir...

claude kilbert 07/06/2012 21:53

Grand cinéaste vraiment, merci pour l'article.
Il faut voir "La perla" un melo mexicains par excellence.
El jefe comme on l'appelait a réalisé plus 40 films dans tout les genres des années 40 au années 90, il commencé dans les années trente à Hollywood comme cascadeurs, il était devenu l'amis de Ford,
de Huston comme on le sait. Sa vie est un roman, il a été militant communiste, amant et maris de Frida Kaloh, mafieux... Machete c'est lui!

Marc Provencher 07/06/2012 19:09

Quelle coïncidence, je viens de passer commande de ce film en Europe et puis je tombe sur l'article de Jay Walk. Wow ! Je sens qu'une de ces chaudes journées d'été poisseuses, ça va être tout un
visionnement... Viva Rossana !

Fred Jay Walk 07/06/2012 20:40



Mais c'est toi, cher Marc, qui avait attiré mon attention sur ce film. Et il figure d'ailleurs dans la rubrique "LES RECLAMATIONS". Je pense que tu ne seras
pas déçu par ton acquisition...



Kinskiklaus 07/06/2012 16:57

Inconnu au bataillon. Et en lisant ton article, je suis tombé en admiration devant ce film. J'ai regardé quelques vidéos qui trainent sur le net et tout est dit: les plans sont sublimes et comme tu
le notes si bien, certains plans annoncent les western spaghettis futurs. Et ce film date de...1953. Pour le sujet, pour le cadrage, pour le réalisateur: je viens de tomber amoureux de ce film!
Merci ami Fred, je n'ai jamais eu autant envie de découvrir un film grâce à ton blog! Je l'achète la semaine prochaine!

Présentation

  • : Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • Le blog du West (l'Ouest, le vrai !)
  • : News, photos, critiques films et DVD, avis et commentaires sur le cinéma populaire, ses stars, ses mythes, mais aussi sur les séries TV et quelques à-côtés.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens